• Résumé du tome 1

    Kako a été entraînée de force par sa meilleure amie, à un gôkon. Elles se font alors passer pour des filles de 22 ans, seulement elles sont loin d'être majeures. Pendant la soirée, Kako rencontre Kouta, 23 ans, qui lui vient en aide et avec qui elle passe une excellente soirée. Tous les deux s'entendent à merveille jusqu'à ce que Kako lui avoue son âge. Par la suite, elle apprend alors qu'il est agent de police. Mais cela ne va pas décourager la jeune demoiselle qui va tout faire pour se rapprocher de Kouta.
    Informations
    Lien vers la critique du tome 1 : www
    Lien vers la critique des tomes 3 / 4 : www
    Titre Original :   P to JK / PとJK
    Titre : Love under Arrest
    Auteur : Maki Miyoshi
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Delcourt / Tonkam                                                                                                                 Nombre de tomes : 2 (VF) / 11 (VO)                                                                                                
     

     

    Review du tome 2

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : Pour la jaquette, je préfère encore la version française qui est plus harmonieuse. En effet, je trouve la version originale trop surchargée. Et comme le premier volume, le tome est trop court à mon goût.

    Nos deux héros sont maintenant de jeunes mariés mais ils ne vivent pas encore ensemble. En effet, leur union sera officiel qu'après que Kako est obtenue son diplôme. C'est alors que cette dernière se rend compte qu'elle ne sait absolument rien de son mari, en même temps ils ne se connaissent pas depuis tellement longtemps, au vu de la rapide évolution de leur relation (référence tome 1). Cependant, on peut voir toute la tendresse et l'amour qu'ils ressentent l'un pour l'autre à travers leurs expressions, les dessins les transmettent parfaitement.

    Ce tome 2 pose les bases d'une relation amoureuse avec le premier rendez-vous, les petits cadeaux ou tout simplement le fait d'appendre à connaître l'autre. Étant donné que Kouta est majeur et qu'en plus il représente l'ordre et la justice, il ne pouvait pas se permettre de sortir avec une jeune fille mineur même si celle-ci lui plaisait. C'est pourquoi, on peut comprendre la demande en mariage un peu précipité du volume 1.

    Le premier chapitre de ce tome se concentre sur le fait qu'elle commence à avoir des doutes sur leur mariage et sur les sentiments de Kouta notamment à cause de son comportement lorsqu'il est en mode policier, mais être agent de police est un travail à plein temps, c'est pourquoi il est également très protecteur avec Kako. En effet, cela se ressent avec l'un des cadeaux, sa réaction face à Ôkami (avec une pointe de jalousie), mais surtout lors du dernier chapitre. Kouta est encore un mystère pour elle et même s'il est un peu maladroit dans sa façon d'agir avec elle, on sent qu'il tient à elle, rien que dans les trois petits cadeaux qu'il lui offre. En effet, on sent un rapprochement [SPOIL] en particulier lorsqu'il lui donne la clé de son appartement, ce qui est une étape très importante dans une relation [Fin du SPOIL].

    Je trouve le tome assez court ce qui nous permet de découvrir une petite histoire parallèle assez sympathique à la fin. La relation entre Kako et Kouta avance très doucement contrairement au tome précédent. Cependant, une autre relation vient troubler la parfaite romance des jeunes mariés, c'est celle entre Ôkami et Kako. Y aurait-il un triangle amoureux en vu ?

    En même temps que Kako, on apprend à connaître notre protagoniste masculin. Petit à petit on arrive à mieux le comprendre, il est très à cheval sur les lois et prend très à cœur son boulot. Mais au moment où tu penses avoir réussi à le cerner, un mystérieux "accident" montre le bout de son nez.

    Conclusion

    Très agréable à lire, il y a de bonnes choses comme par exemple des personnages sympathiques, qui sont loin d'être agaçants (notamment Kouta), des petits moments très mignons entre notre jeune couple ou encore des scènes plutôt comiques. Et tout comme le tome 1, la fin donne envie de connaître la suite.

     
     
     
     

    votre commentaire
  • Toi et Moi, Jamais

    Du même auteur

    Informations
    Lien vers mon avis du T.1 : www
    Disponible au format numérique
    Titre Original :  Kimi to Dake wa Koi ni Ochinai / キミとだけは恋に堕ちない  
    Titre : Toi et Moi, Jamais
    Auteur : Sakai Mayu
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Panini                                         Nombre de tomes : 5                                  

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Qui peut savoir où se cache l'amour ? Subaru fait son entrée au lycée après avoir été couvée par sa famille durant toute son enfance. Sa rencontre avec Arata, un camarade de classe, la laisse de marbre. Insouciant, fainéant et plutôt voyou, il n'a rien du prince charmant ! À moins que cette attitude ne soit qu'une carapace.

    Review

    Dès que j’ai su que Sakai Mayu sortait un nouveau manga, je me suis empressée de l’acheter. Après avoir lu le petit résumé au dos du tome 1 je me suis vite dit que l’auteur allait faire une histoire comme d’habitude avec « une fille qui entre au lycée, et où le garçon va lui donner du fil à retordre, c'est bien un manga de Sakai ça ». Cependant après lecture du premier tome j'ai été agréablement surprise.

    Côté histoire, nous avons là une histoire avec un sujet plutôt sérieux. D’habitude, le côté sérieux était relégué au second plan dans ses autres séries (problèmes liés à l’enfance notamment), mais ici, l’auteur a mis en avant quelque chose « d’inédit » : la relation fraternelle. Facilement prévisible, certes mais assez prenante. En effet, Subaru a deux frères très protecteur avec elle, mais autant l'un est assez souple, autant l'autre est très abusif dans son rôle de grand frère. Ceci met direct la puce à l'oreille. Ainsi l’auteur s’est lancé dans une aventure un peu incestueuse [Attention SPOIL] qui ne l’ai pas du tout au final [Fin du SPOIL]. Le problème, c'est que ce spoil était trop prévisible parce que de nombreux autres mangas utilisent ce concept dans leur scénario. Le couple final est celui auquel on s'attendait, évidemment, mais il n'y a pas eu toutes les péripéties que j'attendais comme dans Rockin' Heaven, après vu que la série se compose uniquement de 5 tomes, c'est normal [Attention SPOIL] même si l'auteur a quand même intégré à son histoire la rupture des protagonistes [Fin du SPOIL].

    En ce qui concerne les personnages, pour une fois l'auteur a créé un personnage féminin, qui a du caractère, qui a de la jugeote et qui est mature. Ce qui fait qu’on s’y attache encore plus que si c’était une encore fille niaise et qui ne sait pas réfléchir. Elle semble plus posée et plus terre à terre que les autres protagonistes principales de ses autres œuvres. L’auteur n’est pas tombé dans le cliché de la fille maladroite, et où ses maladresses sont censées nous faire rire. Non, ici, nous avons un frère très TRÈS protecteur envers sa sœur, ce qui a le don d’énervé Subaru, et c’est ça qui est au cœur de la comédie. Mais le duo le plus intéressant de l'histoire et qui donne des scènes très cocasses, c'est Wataru et Arata. Pour une fois, je pense que c’est surtout le gars qui est standard. Il est beau, populaire et mystérieux. Cependant, contrairement à ses autres protagonistes masculin, ici l'auteur nous donne un personnage simplet et très enfantin. Mais grâce à la bonne influence de Subaru, Arata va devenir plus « sérieux ». Tout comme ses alter ego des autres œuvres, il a eu, lui aussi, quelques petits soucis dans son enfance. Mais contrairement à d’habitude, son passé a été moins travaillé, et la seule personne de sa famille que l'on voit passe littéralement à la trappe, sa mère est à la limite du caméo .

    Ensuite, on a les deux grands frères avec l'aîné qui a une lubie peu commune : il vend des lapins en peluche sur internet, et qui n'est pas très impliqué dans l'histoire mais qui apporte un petit touche de maturité à certains moments. D'ailleurs, tout au long de l'histoire, on voit clairement qu'il laisse de plus en plus de liberté à sa soeur et est de moins en moins sur son dos. Et nous avons Wataru. C'est le seul personnage qui se met en travers de la relation entre Subaru et Arata. Il a ainsi son importance dans l'histoire, mais n'est pas trop développé. En fait, aucun des personnages n'est développé, on ne sait presque rien d'eux. [Attention SPOIL] Il y a seulement à la fin où la mère d'Arata émet l'hypothèse comme quoi Wataru serait peut-être le demi-frère d'Arata [Fin du SPOIL].

    L’histoire est trop courte, seulement 5 tomes, mais au moins la série va à une vitesse normale, pas comme « Sugar Soldier » où l'histoire est affreusement lente. Mais en contre partie, l'histoire et les personnages ne sont pas assez développés. Malheureusement, on s’attend trop à ce qui va se passer, c’est vraiment prévisible. [Attention SPOIL] Subaru et son frère Wataru ne sont pas vraiment liés par le sang, c’est pourquoi il est amoureux d’elle [Fin du SPOIL]. Sinon, je vois qu’il y a des efforts scénaristiques pour un peu innover le genre, mais c’est très faible.

    Au niveau des graphismes, nous trouvons encore le trait très soigné de Mayu Sakai. Cependant, c’est mon troisième manga de cet auteur, et je trouve que les personnages entre les séries sont trop similaires et je trouve ça dommage, ça enlève quelque chose aux personnages, comme leur identité par exemple, même si graphiquement c'est la plus travaillée. Peut-être y aura-t-il une amélioration de ce côté-là avec sa prochaine série « Gunjou Reflexion ».

    Avis Positif 13/20

    Manga sympathique et très classique du genre romance scolaire. Il n'y a rien de tellement innovant dans cette série, la mangaka reste dans son registre de prédilection, mais l'auteur a su très bien jouer entre la comédie, le sérieux et la romance. Ses mangas sont toujours agréables à lire et sans prise de tête. Cependant, j'ai tout de même été déçue, cette série est loin d'être la meilleure de Mayu Sakai. Trop courte et pas assez aboutie à mon goût, le manga vous fera peut-être esquisser un sourire. Pour une fois l'héroïne est quelqu'un de plutôt mature et réfléchis, sûrement à cause de ses frères. Leurs relations ajoutent vraiment un côté comique qui attire et retient le lecteur. 


    votre commentaire
  • Résumé du tome 2

    Lorsqu'Akari se réveille après s'être évanouie, elle se retrouve dans un corps et dans un monde qui n'est pas le sien. Elle a intégré celui de Sayoko Shinonome, qui aurait été envoûtée dans le but de la faire disparaître. Malheureusement, sa mort provoquerait l'invasion des démons chez elle, mais également dans la dimension d'Akari. Elle l'a donc fait venir à sa place pour empêcher cela, et la jeune lycéenne se retrouve obligée de vivre une vie qui n'est pas la sienne.

    Elle rencontre ensuite Chikage, puis Shigure, et apprend que les Shinonome protègent la population de génération en génération en échange de leur propre vie, comme la maman de Sayoko. D'abord choquée, elle annonce à Chikage qu'elle veut trouver un moyen pour éviter son sacrifice. Le jeune homme commence à son tour à la regarder différemment.

    Lorsqu'elle retrouve le lieu de la cérémonie qui a enfermé les démons, Akari est faite prisonnière par eux. Elle aperçoit alors leur chef, qui ressemble comme deux gouttes d'eau à une personne de son monde. Chikage et Shigure lui vienne en aide, mais le chef la retrouve et lui laisse le choix : soit elle les rejoint, soit elle reste chez les humains mais finira en sacrifice. Devant la cruauté du dilemme, Akari se torture beaucoup l'esprit... Voyant cela Chikage...

    Informations
    Titre Original :  Meikyu Romantica / 迷宮ロマンチカ
    Titre : Timeless Romance
    Auteur : Saki Aikawa
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Soleil Manga                                                                                                                           Nombre de tomes : 3 (VF) / 3 (VO)                                                                                                    Lien vers la review du tome 2 : www
     

     

    Review du tome 3

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : Tout comme les deux premiers tomes, la jaquette française des éditions Soleil Manga est beaucoup plus agréable que la version japonaise. Ce dernier volume clôture une histoire d'amour où le titre de la série prend tout son sens.

    Chikage commence à faire attention à Akari et celle-ci prend enfin conscience de ses sentiments. Cependant, elle va apprendre le secret de Chikage, qui n'est pas des moindres, et cela pourrait mettre en péril leur "relation" [Attention SPOIL] en effet, ce dernier est en réalité le frère du chef des démons [Fin du SPOIL].

    Je trouve que dans ce tome, l'histoire va trop vite. Les évènement s'enchaînent les uns après les autres, sans que de vraies explications viennent nous éclairer sur la situation. On se sent un peu perdu et l'histoire retient moins notre attention.

    Je ne m'attendais pas à cette fin. Je pensais qu'il y aurait une réconciliation entre les deux peuples, que nenni ! A la place nous avons une extermination des démons et tout le monde est content. La moral que l'on peut en conclure c'est : tout se règle par la violence, donc ne perdait pas de temps à réfléchir à une solution ? La série aurait dû compter un tome en plus pour laisser le temps à l'histoire de trouver une autre finalité.

    Au-delà de ce conflit, nous avons une émouvante scène où Akari déclare sa flamme à Chikage qui a reçu l'ordre de la tuer. Ce qu'elle dit à ce moment-là [Attention SPOIL] "on s'en fiche d'être humain ou démon ! C'est pour ça que je t'ai aimé !" [Fin du SPOIL], est le moment où il y a le meilleur message à retenir du tome, mais qui est en total contradiction avec la manière de résoudre le problème inter-racial (homme x démon). Pour en revenir à la relation sentimental de l'histoire (qui n'est d'ailleurs pas du tout au cœur du manga), elle est à mon avis, pas assez crédible et passe trop inaperçu, c'est limite si on oublie qu'on lit un shojo. Alors après je vais pas dire qu'il n'y a rien, on voit tout au long de la série une certaine évolution, un attachement, mais je ne l'ai pas ressenti comme de l'amour. Parce que dans ce volume la déclaration s'est vu comme : "Je t'aime" _ "Oh mais moi aussi, même si je ne te l'ai jamais montré". Mouais... moi, ça ne m'a pas convaincu.

    Beaucoup de question reste en suspend, comme par exemple tout ce qui concerne Kujôin, ou encore la présence des différents alter-ego. [Attention SPOIL] Mais surtout, comment Chikage a pu venir dans le monde d'Akari ? [Fin du SPOIL]. Trop d’éléments encore en suspens à mon goût. Il aurait vraiment fallu un tome 4 pour conclure correctement cette série.

    Conclusion

    Au final, la série était assez plaisante à lire mais je m'attendais à autre chose concernant la fin. J'ai été affreusement déçue par ce dernier tome. Je le trouve bâclé et pas assez développé et il manque quelques éléments de réponses. Hormis ça, c'est une good ending donc la mangaka a fait son job. Mais l'histoire d'amour est vide et plate, l'auteur s'est essayée à une histoire très différente de ce qu'elle a l'habitude de faire et cela n'a pas été une réussite pour moi.

    - Avis final : 12/20 -

    votre commentaire
  •  

    Card Captor Sakura - Clear Card Arc -

    Du même auteur

    Card Captor Sakura - Clear Card Arc -

    Card Captor Sakura - Clear Card Arc -

    Card Captor Sakura - Clear Card Arc -

    Informations
    Studio d'animation : Madhouse
    Saison : Hiver 2018                               Licencié en France : Oui
    Editeur VOD : Wakanim
    Nombre d'épisodes : 22
     
    Titre Original :  Card Captor Sakura - Clear   Card hen
    Titre : Card Captor Sakura - Clear Card Arc -
    Auteur : CLAMP
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Pika                                             Review du tome 1 : www

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    C’est le mois d’avril, les cerisiers sont en fleur et Sakura entame son année de cinquième. Elle y retrouve son ami Shaolan qui était retourné un temps à Hong Kong. Mais leur quotidien paisible est rapidement bouleversé par une activité anormale des cartes de Clow. De mystérieux évènements s’enchaînent dans la ville de Tomoeda. Sakura est alors guidée par la « clé » rencontrée en rêve. La collecte des cartes reprend de plus belle ! C’est alors qu’une nouvelle élève fait son apparition…

    Review

    Je ne vais parler ici, que de la version animé. En effet, déjà plus jeune j'avais connu la série grâce à la version animée qui passait à la télévision, alors je continue la suite en ne regardant que l'anime (même si j'ai lu le tome 1). J'ajoute aussi que si vous ne connaissez pas l'oeuvre d'origine, ne vous embarquez pas à regarder ou lire Card Captor Sakura - Clear Card Arc. Vous pourrez comprendre je pense globalement l'histoire, mais vous passerez à côté de pleins d'éléments importants et vous ne comprendriez les relations qu'il peut y avoir entre les personnages et le pourquoi de leurs sentiments.

    Card Captor Sakura est, je pense, l'oeuvre la plus connue de CLAMP. Publiée entre 1996 et 2000 aux éditions Pika, la plupart l'ont surtout connu pour son adaptation animée qui passait à la télévision, sur M6 KID, à l'époque (petit cadeau pour les plus nostalgiques : www). Grâce à cela, la série est devenue très populaire chez nous sous le nom de « Sakura, Chasseuse de cartes ». Alors évidemment, en 2016, lorsqu'une suite a été annoncée, elle a été très attendue en France où le manga n'a été disponible qu'à partir de novembre 2017, contre décembre 2016 au Japon. Il n'a pas fallut attendre longtemps pour avoir une adaptation animée des aventures d'une des magical girls les plus populaires.

    Donc pour l'histoire, notre jeune héroïne entre en 5ème. Elle retrouve la plupart de ses amis du primaire, mais ils ne sont pas tous dans la même classe. Elle se retrouve quand même avec Tomoyo (Tiffany) et Chiharu (Sandrine). Sa nouvelle année commence avec ses retrouvailles avec Shaolan mais aussi le début de nouveaux rêves. En effet, Sakura recommence à faire des rêves très étranges où elle voit un inconnu et des cartes transparentes. En se réveillant, elle regarde au plus vite ses cartes et constate qu'elle sont devenues transparentes et inutilisables. A travers ses rêves, elle reçoit également une nouvelle clef qu'elle utilisera pour capturer de nouvelles cartes. C'est ainsi qu'elle redevient Sakura chasseuse de cartes. J'ai trouvé que l'histoire mettait pas mal de temps à devenir vraiment intéressante. En effet, le principe est assez similaire à l’œuvre d'origine et ça peu être redondant pour certains. Mais c'est à partir de l'épisode 4 que j'ai été très prise par la série, notamment par la nouvelle élève, Shinomoto Akiho, que je trouve plus que louche [Attention SPOIL] surtout quand Sakura dit "cet individu fait la même taille que moi" [Fin du SPOIL]. Après, je trouve que les auteurs ont toujours su comment attirer les spectateurs (ou lecteurs). C'est vrai que le schéma "tranquillité → problème → sceptre → nouvelle carte" n'a pas changé mais petit à petit, CLAMP enrichit son univers avec par exemple l'arrivée de nouveaux personnages comme ça a été le cas avec Eriol (Anthony) ou plus récemment, Akiho et Kaito ou Momo. Ensuite, on peut aussi pointer du doigt les mystères encore non-résolus alors que cela fait plus de 10 épisodes qu'on attend une réponse. En effet, là je parle de l'énorme frustration de ne pas connaître le secret que garde Eriol et Shaolan (Lionel), par rapport au nouveau danger qu'affronte Sakura, même si ce dernier hésite parfois à lui en parler.

    Outre l'histoire, nous revoyons tous les personnages qui sont plus ou moins présents dans l'intrigue, et les lieux aussi. Tout l'univers a été parfaitement respecté, en regardant les épisodes, je savais exactement où la scène se déroulait. Rien n'a changé, tout est comme dans Card Captor Sakura, les personnages sont toujours aussi attachants et ont toujours les mêmes relations les uns envers les autres. C'est vraiment super de revoir Toya (Thomas) qui continue à embêter sa petite soeur alors que désormais, il est à l'université. Ou encore Tomoyo et son adoration à filmer et coudre des costumes pour sa "merveilleuse Sakura". Il y a même de l'évolution parce que maintenant, Tomoyo a de nouveaux gadgets qui lui permettront de filmer en toutes circonstances son héroïne. On a toujours les emblématiques "woeee" de Sakura qui feront sourire certains. Et même les personnages secondaires ont toujours leurs habitudes comme Yamazaki (Yvan) et ses anecdotes plus farfelues les unes que les autres, et Chiharu qui continue a le martyriser pour ça.

    Après, CLAMP a quand même dû s'adapter. En effet, les personnages ayant grandi, on ressent une certaine évolution que ce soit dans leur comportement avec leur relation, mais aussi physiquement. Mais on peut aussi dire que depuis 20 ans, les Clamp ont un peu changé de style, donc il est normal de voir les graphismes changés, mais on voit qu'il y a un effort pour offrir un rendu suffisamment proche du Card Captor Sakura d'origine. En effet, en regardant les épisodes, je me suis rendue compte qu'il y avait une réelle évolution des graphismes. Ils sont plus doux, biens meilleurs et font nettement plus récents, un jeune de maintenant qui regarde Card Captor Sakura doit quand même bien rire. La qualité est également au RDV et c'est un vrai plaisir.  Que ce soit dans le manga (ref. au tome 1) ou dans l'anime, on sent qu'il y a eu du chemin entre les premières aventures de la magical girl et maintenant. Les traits ne sont plus les mêmes, ils sont plus soignées je dirais. On retrouve presque tous les personnages que nous avions connus avec peut-être pour certains quelques changements. Les scènes où Sakura rêve ont toujours été magnifiques, avec des visuels fantastiques. Ces scènes ont, à mon sens, toujours essayé de transmettre un message. Par exemple dans CCS, ils se déroulaient la nuit devant la tour de Tokyo illuminée, donnant ainsi un sentiment d'espoir. Dans Clear Card Arc, ses rêves, dans lesquels Sakura rencontre l'antagoniste de la série, se situe dans un vide sombre et Sakura est là, sans défense, tandis que la silhouette encapuchonnée commande clairement. Ce rêve ne transmet pas les même sentiments que dans CCS mais plutôt une sensation de peur.

    On peut vraiment parler d'une suite puisque la série suit le court de l'histoire qu'il y avait déjà dans CCS. En effet, on voit la scène où Sakura et Shaolan se retrouvent. Elle a été faite de manière très émouvante. On sent toutes les émotions des personnages à travers le cadre, la musique, leur expression, les graphismes et leurs dialogues si sincère appuient cela. On remarque que leur sentiment s'est vraiment approfondit, peut-être dû à la longue séparation, et leur retrouvaille n'en a été que plus belle. D'ailleurs, grâce à l'évolution des personnages, il y a un certain rapprochement entre Sakura et Shaolan, mais au vu de leur caractère, les deux protagonistes prennent vraiment leur temps, ce qui amène parfois à des situations bien cocasses, merci aux auteurs de pas avoir changé cela.
     
    En ce qui concerne la musique, c'est un pur plaisir d'entendre la bande-son avec les OST. Je ne pourrais pas dire si c'est les mêmes que celle de l'anime de 2000 mais je dirais que cela y ressemble beaucoup. La musique rend chaque scène encore plus émouvante et me met vraiment dans le feu de l'action.
     
    Cependant, j'ai remarqué quelques petits bémols qui ne m'ont pas trop plus. Normalement, cette série est la suite direct de CCS. Mais alors pourquoi nous retrouvons des choses qui n'étaient pas dans l’œuvre d'origine, je parle des gadgets du style smartphones, ordinateurs et aucune explication n'a été donnée quant à leur apparition soudaine dans la série. La seule raison qu'on pourrait trouver c'est l’écart de 20 ans qu'il y a entre CSS et CCA. Même Kero, maintenant il joue en ligne à l'aide d'un casque, cependant, on a une explication pour cela, un peu plus tard dans les épisodes.
    Avis Positif 15/20

    Je le conseille à tous ceux qui ont adoré l'anime des 2000, et aux autres aussi. C'est un vrai plaisir pour les yeux et les oreilles. J'ai bien apprécié les clins d’œil à la série d'origine avec ses retrouvailles avec Shaolan qui attend Sakura avec son ours en peluche à la main. Mais également (uniquement pour l'anime je pense) c'est par rapport à l'album photo où l'on voit des image du film 2. J'avoue avoir été un peu déçue, au début, compte tenu du scénario pas tellement original, mais on oublie vite cela avec l'intrigue que nous propose CLAMP. C'est une suite de qualité qui fait honneur à CCS.


    4 commentaires
  • Synopsis

     

    Sayo Fujî, 27 ans, est cadre dans un cabinet comptable. Aussi brillante qu’efficace, elle subit le regard désapprobateur de la plupart des hommes qui l’entourent, qui la jalousent ou acceptent mal qu'une femme se consacre autant à sa carrière professionnelle. Sous ses dehors implacables, Fujî en souffre, comme elle souffre de la solitude qui régit son existence dans l’intimité. Mais l’arrivée d’un nouvel employé au sein de l’entreprise où elle travaille pourrait bien changer la donne. En effet, Ryôichi Kiriyama est à peine engagé qu’il propose à la jeune femme de coucher avec lui. D’abord choquée, Fujî finit par accepter de dépasser les limites d’une simple relation professionnelle, sans pour autant éprouver de sentiments à son égard. Commence alors un étrange jeu entre les deux collègues, entre domination et plaisirs…

    Manga News

    Informations
    Extrait du volume 1 : www                                  
     
    Titre Original :  GAME~スーツの隙間~ / Game - Suit no Sukima
    Titre : Game - Entre nos Corps
    Auteur : Nishikata Mai
    Type : Josei
    Éditeur vf : Akata                                                                                                                            Nombre de tomes : 1 (VF) / 4 (VO)                                                                                                      

                                                            

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    Au vu de son succès au Japon, c’est avec grande impatience que j’attendais ce manga. Étant disponible en version numérique, j’ai pu acquérir les quatre premiers chapitres pour 0,99 € pièce. Je remercie donc l’éditeur d’avoir permis cela.  

    Commentaire avant lecture : Au niveau de la jaquette, je n’ai rien à dire, que ce soit la version japonaise ou la version française, c’est la même. Pour le titre en revanche, ils ne sont pas tout à fait pareils. D’un côté, nous avons Suit no Sukima que l’on peut traduire mot à mot par « Liquidation de vêtement » ce qui pourrait donner pourquoi pas « Sans vêtement » puisque « liquidation » signifie meurtre, nettoyage, etc. Et à ce moment-là, ce titre rejoint en quelque sorte le titre français Entre nos coprs. Je trouve d’ailleurs ce titre très bien choisi.

    J’ai lu beaucoup de josei auparavant, et je dois avouer que c’est le meilleur que j’ai lu. Ce premier tome plante bien les bases de l’histoire avec tout d’abord la situation de la protagoniste principale. En effet, Sayo est une femme qui fera toujours passer son boulot avant tout le reste même si elle est en plein ébat. Et ceci déplaît fortement à la gente masculine parce que ce n’est pas une attitude de « femme » et à chaque fois, ses relations ne durent pas à cause de cela.

    J’aime beaucoup que le manga se concentre sur un thème, un problème encore très actuel de nos jours. Effectivement, l’auteur met en avant une sorte d’inégalité entre les hommes et les femmes dans le monde du travail. Surtout au Japon, ce problème est encore plus important que chez nous. La mangaka dénonce la condition de la femme dans le monde du travail : une société japonaise qui a du mal à laisser une femme douée dans son job, sans susciter des jalousies de la part des hommes.

    Nous sommes en présence d’une femme forte et indépendante qui est aussi talentueuse dans son boulot que ses collègues masculins et elle n’a pas peur de se frotter à eux pour le prouver. Ce qui fait que dans sa vie professionnelle, les hommes sont très jaloux de celle-ci et de sa réussite, et font souvent des remarques à ce sujet-là. Elle est souvent comparée à un homme vu comment elle est bosseuse et c'est alors sa féminité qui en prend un coup et qui est touchée en plein cœur. Elle ne laisse rien paraître mais sous cette carapace, ce cache une personne seule et sensible, ayant de problèmes sentimentaux. En effet, elle n’a toujours pas trouvé l’homme qui fera battre son cœur, ce qui pousserait Fuji à travailler moins. C’est là qu’intervient le protagoniste masculin Ryôichi Kiriyama. C’est quelqu’un d’encore plus froid que Fuji. C’est un beau parleur qui ne doute pas une seconde de ses capacités de séduction. D’ailleurs, dès le moment où il fait équipe avec Fuji il commence à lui faire des avances sans succès. C’est seulement lorsqu’elle est en situation de faiblesse que les choses marchent. Cependant, leur relation purement physique durera que s’il n’y a pas de sentiments que cela reste juste, en effet celui qui baisse sa garde a perdu la partie. Kiriyama appairait comme une séducteur imbu de lui-même et hautement détaché qui ne sait pas ce qu'est « aimer ». Une seule chose semble l'intéresser : charmer et avoir des relations seulement physique. Au vu de son comportement, notamment avec les femmes, on peut supposer une blessure profonde, mais tout comme Fuji, il ne laisse rien paraître. C’est intéressant de voir comment évolue la relation de deux personnes ayant un caractère bien trempé.

    Le tome 1 met en place toutes les bases de leur histoire. Le chapitre 1 se concentre sur leur rencontre et la mise en place de leur jeu. Le chapitre 2, se focalise sur leur relation et sur le début des « compétitions », à celui qui baissera sa garde le premier. En effet, autant leur relation physique est très présente et c’est normal puisque nous sommes dans les romances New Adult, mais ils ont également une relation particulière dans le sens où même s’ils n’éprouvent rien pour l’autre, ils vont tenter de faire éprouver quelque chose à l’autre, que ce soit jalousie, plaisir, etc. Dû à leur caractère, aucun de nos protagonistes ne souhaitent perdre la partie.

    Malgré les nombreuses scènes de sexe explicites, l’auteur garde une certaine pudeur puisque nous ne verrons rien de plus choquant que des tétons. Cependant, nous sommes quand même transportés dans l’intimité de leur relation et on comprendra vite que le personnage le plus intrigant, celui qui fera avancer l’histoire, celui qui est le plus intéressant n’est autre que Kiriyama comme on le remarque tout au long du premier volume mais surtout dans le chapitre 4. On se pose d’ailleurs beaucoup de questions et aucune ne peut avoir de réponse pour le moment, j’espère que par la suite nous en saurons un peu plus.

    Graphiquement, j’ai beaucoup aimé les traits de l’auteur. Ils font très matures mais on peut quand même ressentir tous les sentiments des personnages à travers leurs expressions très démonstratives. Le manga ne tombe pas dans le piège de la vulgarité, l’auteur a très bien géré le côté josei mais pudique.

    Conclusion

    Pour conclure, ce manga est un excellent josei. Il n'est pas vulgaire, il aborde des sujets d'actualité pertinents et matures comme la condition des femmes dans leur vie professionnel, et je pense que par la suite il y aura pas mal de psychologie par rapport au comportement d'un certain personnages. Tout comme La Courtisane d'Edo, c'est l'une de mes meilleures découvertes depuis pas mal de temps.


    9 commentaires
  • Daytime Shooting Star

    Du même auteur

    Daytime Shooting Star

    Informations
    Disponible en version numérique
     
    Titre Original : Hirunaka no ryûsei / ひるなかの流星
    Auteur : Yamamori Mika
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Kana                                         Nombre de tomes : 13                                   Extrait du volume 1 : www

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Entourée de ses parents et de ses amis, Suzumé mène une vie tout à fait ordinaire à la campagne. Son quotidien change radicalement quand ses parents l’envoient vivre à Tokyo. À son arrivée à la capitale, Suzumé se perd et rencontre l’ami de son oncle qui est en fait son professeur principal ! Une nouvelle vie commence pour elle...

    Review

    J'ai découvert ce manga il y a quelques années déjà. J'avais lu le premier chapitre gratuitement sur une plateforme qui vendait des ebooks et je mettais arrêté là puisque le reste était payant, à l'époque j'étais trop jeune pour pouvoir payer quoi que ce soit toute seule. Mais il y a pas longtemps, on m'en a reparlé et j'ai décidé de le lire en entier et après une longue hésitation, d'en faire une critique.

    Le manga est assez connu dans le monde du Shojo. La base du récit c'est une fille, Suzumé, qui vit à la campagne mais qui doit déménager pour aller à Tokyo vivre avec son oncle. Cette immense ville contraste en tout point avec son petit village, du coup elle se perd mais heureusement elle tombe sur un gentil inconnu qui l'a conduira jusqu'à chez son oncle après qu'elle est perdu connaissance, même si aux premiers abords elle l'a pris pour un mec louche. Finalement, il s'avère que ce gentil inconnu est en fait l'ami de son oncle et en plus son professeur principal. Pourtant des sentiments commencent à naître entre ces deux personnages... L'histoire est plutôt intéressante et originale sur certains points, même si on tombe encore sur quelques clichés comme par exemple le fait que la personne l'ayant aidé dès son arrivée à Tokyo se retrouve être, "comme par hasard", un des potes de son oncle. Ensuite, il y a le coup classique du triangle amoureux, cependant, ici c'est réellement le centre de toute la romance puisqu'il persiste jusqu'à la fin du manga. C'est en quelque sorte un cliché remis aux goûts du jour, du coup on peut dire que c'est inédit. En tout cas, l'histoire est simple mais efficace. En effet, le fait d'utiliser le même procédé tout au long de l'histoire réduit l’utilisation d'autres clichés et du fait de sa durée, le lecteur est constamment en train de se demander avec qui Suzumé va-t-elle finir ? [Attention spoil] D'ailleurs, ce qui est loin des clichés encore une fois, c'est le fait que ce soit au final le blond qui gagne le cœur de la demoiselle.[Fin du spoil]. L'auteure joue avec le lecteur est nous fait languir jusqu'au bout pour savoir qui sera l'heureux élu.

    Dès le premier tome, on découvre le triangle amoureux qui se forme petit à petit. Mais ce qui fait de ce manga, un classique Shojo c'est que la romance est, certes au coeur de l'histoire, mais que d'autres éléments viennent se rajouter à l'histoire comme les relations amicales entre les personnages qui a une part assez importante dans le manga. Ensuite, l'auteure a su capter l'attention du lecteur grâce notamment à l'histoire d'amour entre Suzumé et Shishio, son professeur. Leur relation est vraiment très intéressante. Outre le fait qu'elle soit interdite, je trouve que l'auteure aborde la notion de premier amour avec beaucoup de tendresse et essaie de montrer au mieux la complexité de la chose toute en l'abordant avec humour. En effet, cet amour n'est pas souvent le bon, il a de nombreux problèmes qu'on essaie de surmonter, etc. Mais cela nous forge et nous fait grandir comme on le voit à travers les personnages.

     

     © by YAMAMORI Mika / Shûeisha

    Du coup, pour ce qui est des personnages, ils sont plus ou moins importants, mais ils sont bien travaillés dans l'ensemble surtout en ce qui concerne leur caractère, leur physique, et tout ce qui peut caractériser une personne. Tout d'abord, on a Suzumé, comme dans tout bon shojo, ce n'est pas une experte de l'amour et est vraiment très gentille, on le remarque dès le tome 1. Mais ce qui diffère des autres héroïnes, elle a du caractère et est assez intelligente, malgré quelques moments de naïveté. En fait, c'est vraiment le genre d'héroïne vraiment attachante qui donne un coup de fraîcheur au manga.  Ensuite, il y a les deux beaux gars qui lui tournent autour aux auras très charismatiques, mais aux personnalités bien différentes. . On va commencer avec Shishio, professeur principal aux côtés sérieux, adulte mais qui a aussi le petit côté bon ami avec qui il est facile de discuter et de se sentir proche. Je pense que c'est tout cet ensemble qui a attiré notre protagoniste. En effet, arriver dans une ville inconnue, rencontrer un adulte plutôt séduisant et commencer à la côtoyer sans avoir le sentiment professeur / élève puisqu'ils ne sont pas encore au courant, avoir une relation privilégier avec lui et le connaître un peu mieux que les autres, je pense que s'ils s'étaient rencontrés d'une autre façon les choses auraient été différentes. Pour Mamura, tout d'abord ami de l'héroïne, c'est un personnage qui a beaucoup évolué au fil de l'histoire puisqu'au début il ne supportait pas la présence d'une fille sans devenir rouge tomate, ce qui le rend vraiment adorable. C'est un personnage auquel on ne peut que s'attacher. L'auteure utilise ses personnages pour apporter de l'humour à son manga. En effet, déjà avec Mamura mais aussi avec Yuyuka, une camarade de base ennemi devenue amie au fil du temps.

    Pour ce manga, il a deux types de lecteurs, ceux qui sont déçus par la fin, et ceux qui sont conquis. Je dois dire que j'ai trouvé la fin très frustrante, j'ai été vraiment déçue, mais pas par le fait qu'elle était nulle ou quelque chose du genre, non pas du tout. J'ai été déçue parce que je ne m'y attendais pas, elle n'a pas choisi le garçon auquel je pensais. Mais tout comme Paradise Kiss, cette fin est du coup beaucoup plus logique et censée.

    Et pour finir, en ce qui concerne les dessins, ils sont vraiment beaux, le trait est fin et on peut très facilement reconnaître le manga même si on tombait sur une image par hasard sur Google.

    Avis Positif 15/20
    Points positifs • Une histoire simple avec quelques efforts scénaristiques. • Des personnages attachants.
    Points négatifs • Une fin très frustrante.

     

     

     

     

    Le manga est très divertissant, on y trouve de l'humour, de la romance et aussi beaucoup de mystère. En effet, jusqu'au dernier tome nous nous demandons qui Suzumé va choisir. Vous avez devinez ? Honnêtement, je trouve que c'est un très bon shojo même si je n'adhère toujours pas à la fin choisie par l'auteure.


    votre commentaire
  • Coucou tout le monde !! Aujourd'hui je vais poster un petit article où je vais faire appel à vous.

    Cela fait pas mal de temps que je suis sur eklablog, et depuis 2015, j'ai remarqué une baisse d'activité que ce soit les blogueurs et même le staff qui ne donne plus trop de nouvelles. Mais je ne suis pas la seule. En effet, Nous sommes nombreux à avoir remarqué que eklablog se vide petit à petit, l'activité, le partage et la communication s'affaiblissent. En voyant ça, j'ai créé un sujet "Comment redonner du baume au cœur à eklablog ?" sur le blog de Minokoto puisque son blog "héberge" aussi la Team Waffle.

    Sur le forum, nous cherchons des idées pour essayer de trouver une solution au problème et de renforcer la communication entre tout le monde parce que c'est aussi un problème. Si vous êtes intéressés par ce projet venez sur le forum en cliquant sur le lien du sujet, vous pourrez partager vos idées ou tout simplement parler.

    Depuis hier, nous avons également créé un serveur Discord : https://discord.gg/KJcSJh6. Il servirait à partager nos articles et nous rediriger vers les blogs des uns des autres plus facilement en fonction de ce qui nous intéresse (un salon sur le codage, un autre sur le graphisme, sur les mangas, etc). On peut aussi discuter, s'entre-aider dans le salon d'entre aide. Pour le moment nous sommes peu c'est pour cela que je fais cet article, parce que le but du projet, c'est quand même qu'il y ai le plus d'eklablogueur que possible !!

    Voici une petite présentation du serveur : "Eklablog Community est un serveur rassemblant les membres d'eklablog qui cherchent un moyen de mieux partager leur passion, leur passe-temps et les blogs qu'ils apprécient. Si vous n'êtes pas d'eklablog, ce n'est pas grave, mais le but de ce serveur est de faire connaître et partager nos différents blogs pour palier à la baisse d'activité de notre plateforme. Ici vous pourrez discuter comme bon vous semblera sur les différents salons ( #discussions) , mais vous pourrez aussi partager vos articles lors de leur publication dans les salons de partage ( #partage ) ! Vous pourrez même utiliser @rôle pour notifier les personnes qui ont les mêmes centres d'intérêt dont parle vos articles. Afin que le serveur puisse vivre et fonctionnez, allez vous présentez dans le salon #présentation et lister vos centres d'intérêt afin que l'on puisse vous donner les rôles qui correspondent ! Invitez le plus de membre d'eklablog possible sur ce serveur pour qu'on lui puisse réunir un maximum de personne ! Si vous avez des idées pour améliorer le serveur ou des idées pour eklablog, allez voir la #boîte-à-idée, vous pourrez aussi y proposer vos idées de #blog-du-mois."

    C'est gratuit, alors nous n'attendons plus que vous.


    6 commentaires
  • Hello tout le monde !! Encore un nouveau design et il est encore bleu, désolé je n'y peux rien.

     

    Design et organisation

    Je change encore de thème dans l'espoir que celui-là tienne plus longtemps. Si je change c'est tout d'abord parce que je voulais que le blog me ressemble un peu plus. En effet, plus je voyais l'ancien thème plus je trouvais qu'il ressemblait vraiment trop à ceux dont je m'étais inspirer à savoir I’m Yaoiste ou encore OMOSHIROI. J’espère que tout ça vous plaît !! Merci de me prévenir en cas de problème d'affichage.

    J'ai fait quelques petits changements. J'ai fait un règlement que je vous invite à aller voir, j'ai remis le forum même s'il ne sert pas à grand chose, j'ai refais la F.A.Q qui commençait à dater et j'ai décidé d'établir une nouvelle règle dans le partenariat. En effet, je souhaite mettre en place une vraie relation entre mes partenaires et moi, c'est-à-dire qu'il y ait un certain échange pour pas que cela soit simplement une bannière ou un bouton sur un blog et puis voilà. A mes yeux, ce n'est pas ça le sens du mot "partenaire".

    Donc pour tous mes codes, j'ai utilisé les blogs de Fantasy Graph'Code CSS et le forum d'eklablog. Un site qui m'a également beaucoup servi est Open Classroom.

     

    Articles

    J'ai encore pas mal de reviews dont je dois changer la disposition mais ça prend du temps surtout que je dois aussi gérer la mise à jour des critiques et faire les articles découvertes quand il y a une nouvelle série qui a l'air plutôt intéressante. D'ailleurs, je pense que pour les séries pas trop longue ou pour certaines que j'aime beaucoup, je ferais des critiques tomes par tomes mais je ferais ça pas pour tous les mangas.

    Bon maintenant que le nouveau thème est mis, je peux reprendre les articles. Normalement, la prochaine M.A.J sera la critique de Mairunovich mais je vous tiendrais au courant sur Twitter.

     
     

    17 commentaires
  • Synopsis

    Le tome 1 est sorti en avril dernier aux éditions Pika. L'auteur est connue chez nous pour d'autres œuvres comme Black Bird ou encore Last Notes. Toujours en cours au Japon avec 8 tomes, voici un petit résumé de l'histoire : Akane est issue d'une famille de samouraïs. Après l'assassinat de ses parents, elle décide de faire tout son possible pour trouver la raison de leur mort mais également l'homme qui a commis ce crime. Pour cela, elle décide d'aller dans une des maisons close les plus réputées du quartier de Yoshiwara : Akebonorô. Elle espère arriver au plus haut rang des courtisanes ce qui lui permettra d'atteindre son but. Au même moment, elle rencontre Sôsuke, un jeune homme qui souhaite la racheter.

    Informations
    Extrait du volume 1 : www                                   Lien vers la review de Minokoto : www
     
    Titre Original :  青楼オペラ / Seirou opera
    Titre : Courtisane d'Edo (la)
    Auteur : Kanoko Sakurakôji
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Pika                                                                                                                            Nombre de tomes : 1 (VF) / 8 (VO)                                                                                                      

                                                            

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    Commentaire avant la lecture : Pour la jaquette, rien n'a tellement changé par rapport à la version japonaise. En ce qui concerne le titre, si l'on traduit mot pour mot, cela devient l'opéra de la maison du plaisir (ou de la maison close), mais les éditions Pika ont trouvé un excellent nom qui correspond parfaitement au manga.

    Ce manga est vraiment mon coup de cœur de l'année. Il nous transporte littéralement pendant la période d'Edo (ancien nom de Tokyo) dans le quartier des plaisirs de la ville. Et outre l'histoire qui est très passionnante, on retrouve de nombreuses informations sur le mode de vie des prostitués de luxe de ce temps-là, et c'est vraiment très passionnant. Kanoko Sakurakôji a dû se documenter pour pouvoir retranscrire aussi bien l'ambiance et les coutumes  de cette période. La Courtisane d'Edo change totalement des shojos qu'on peut avoir l'habitude de lire. Le manga est très prenant et intéressant. Le sujet est totalement inédit pour moi, et d'ailleurs, je suis ravie de constater que malgré l'objet de l'histoire (le monde des prostitués), l'auteur n'utilise pas du tout de scènes sexuelles ou dénudées, au contraire, cela reste le plus pudique possible pour le moment. Le scénario est bien trouvé et est assez complexe quand on y réfléchit. En effet, l'histoire tourne autour d'une affaire qui concerne la plupart des personnages, c'est un peu comme une affaire policière d'Hercule Poirot. Malgré l'atmosphère parfois pesante, l'auteur a su ajouter à tout cela une touche d'humour très agréable et des moment calme où tu prends juste plaisir à lire.

    J'aime beaucoup le personnage de Akane. Elle est issue d'un milieu noble et pourtant elle ne choisit volontairement d'entrer dans le monde de le prostitution. On a beau lui dire qu'elle est trop vieille pour se préparer correctement, elle ne peut se résigner à abandonner son idée de vengeance. Akane a beaucoup du caractère, elle est forte et très déterminée pour une jeune fille de 15 ans. Sa détermination frise l'admiration, elle est prête à sacrifier beaucoup de choses dont peut-être même sa pureté seulement pour retrouver un assassin. Elle est aussi très attachante du fait qu'elle prenne tout à cœur. Quant au protagoniste masculin, il n'est pas aussi présent qu'on pourrait le croire. Cela permet de nous concentrer davantage sur notre héroïne et sur son évolution et son apprentissage en tant que future prostitué. Cependant, il est assez présent pour qu'on discerne un personnage très mystérieux ayant un aussi lourd passé que Akane. Lui aussi, il est attachant grâce à son côté enquiquineur et narquois.

    Dans le premier chapitre, nous retrouvons Akane qui a été vendue et se retrouve dans une maison close. Seulement, elle a déjà 15 ans, et c'est assez âgé pour espérer qu'elle devienne la numéro 1. De ce fait, ses acheteurs la confient à la meilleure oïran de leur établissement, Asakeno, mais cette dernière refuse de s'occuper d'une nouvelle sœur parce qu'elle a déjà une autre dont elle se charge. Déjà les obstacles commencent ici alors qu'elle n'a pas encore commencé son apprentissage. Pour devenir la meilleure, le chemin sera parsemé d'embuche. Dans le chapitre suivant, on voit déjà les progrès de l'héroïne qui apprend très vite.

    Dans le manga, il y a quand même quelques petites choses qui me dérangent. Tout d'abord, Riitchi, l'ancien serviteur de la famille de Akane qui est trop gentil et qui trop dévouée. Sa relation avec elle est très ambigüe, on ne sait pas si c'est de l'amour ou juste de la dévotion. J'ai peur que cela amène à un triangle amoureux assez banale mais au vu du premier tome, je pense que mon inquiétude n'est pas fondée. Ensuite, Sôsuke. Ses sentiments sont trop vite "dévoilés" à jouer les protecteurs aux bons moments puis ensuite reprendre son rôle de bad boy. C'est dommage que les personnages tombent trop vite amoureux ou s'attachent trop vite l'un à l'autre alors qu'ils viennent de se rencontrer.

    Graphiquement, je crois que ça fait longtemps que je n'ai pas vu d'aussi jolis dessins. Les traits sont fins, soignés et d'une grande qualité. On ressent toutes les émotions des personnages, que ce soit triste, gêne ou colère. Je trouve qu'il y a un tel souci du détails que ce soit pour les arrières-plans, les cheveux ou les tenues. D'ailleurs, les tenues sont plus belles les unes que les autres, c'est un vrai plaisir pour les yeux. Étant donné que la tenue d'une courtisane est une arme de séduction, cela aurait été dommage d'avoir des vêtements bâclés.

    Conclusion

    Pour conclure, ce manga est ma plus belle découverte depuis très longtemps. J'ai été agréablement surprise par ce manga. L'auteur a su manier de manière très intéressante l'humour, les sentiments, la tension et le suspense. Beaucoup de zones d'ombres restent encore à découvrir et j'attends avec impatience le tome 2 pour pouvoir éclaircir un peu les mystères de l'intrigue et des personnages.


    4 commentaires
  • Synopsis

    Ce manga est sorti en avril dernier aux éditions Pika sous le nom de Waiting For Spring. C'est le tout premier manga publié en France par cet auteur. Toujours en cours au Japon avec 9 tomes, voici un petit résumé de l'histoire : Mitsuki Haruno est désormais au lycée. Elle a toujours eu du mal avec les contacts humains et depuis la rentrée, elle n'a toujours aucun ami. Un jour, après avoir été prise pour une autre, les quatre plus beaux joueurs de basket de son lycée vont peu à peu commencer à se rapprocher de Mitsuki. Et cela va rendre folle de jalousie certaines camarades.

    Informations

     
    Titre Original :  春待つ僕ら / Haru Matsu Bokura
    Titre : Waiting for Spring
    Auteur : Anashin
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Pika                                                                                                                            Nombre de tomes : 1 (VF) / 9 (VO)                                                                                                      
                                                                

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    Commentaire avant lecture : Pour ce qui est de la couverture, j'aime beaucoup la version japonaise, il y a plus d'harmonie au niveau des couleurs par rapport à la jaquette française. Cependant, je dois bien reconnaître qu'elle n'est quand même pas trop mal (un peu trop rose à mon goût). Pour le titre, 春待つ僕ら signifie "nous attendons le printemps" et Waiting For Spring signifie "attendre le printemps" donc je pense que ça va de ce côté-là.

    En lisant le synopsis je me suis dit que l'histoire allait être un peu cliché et après avoir lu le premier chapitre je me suis dit que je n'avais jamais eu aussi raison. Une fille banale qui est toujours toute seule qui fait ami-ami avec les garçons les plus populaires du lycée, non ce n'est pas original comme début d'histoire. Après pour une fan de shojo très classique et très simple, je pense que la série contient tous les ingrédients pour leur plaire. J'avais aussi peur que l'auteur tourne assez mal le fait que d'un coup, il commence à lui parler, mais non, c'est plutôt cohérent et progressif. De plus, on a évité le cliché de la jeune fille qui est amoureuse ou totalement fan des quatre garçons.

    Alors pour les personnages, on va commencer avec l'héroïne. Elle est timide, parfois maladroite mais elle est aussi franche et travaille dur pour essayer d'aller vers les autres même si parfois, elle ne fait pas ça de la bonne manière. Mitsuki a déjà eu ce genre de problème dans son enfance, et c'est grâce au soutien d'une personne qu'elle a pu un peu surmontée ses soucis. Après sa rencontre avec les garçons, elle reste naturelle et apprend à les connaître petit à petit malgré ses préjugés.

    Pour les garçons c'est hilarant tellement ils sont clichés. Nous avons le sadique à lunette qui est très intelligent et qui sait être gentil, l'hyperactif très maladroit et assez timide, le beau parleur qui adore embêter Mitsuki et le gars presque parfait qui dort souvent. Mais que ce soit Towa, Rui, Ruûji ou Kyôsuke ils ont un rôle majeur dans le manga. Je suis contente de voir une histoire où l'amitié prime avant l'histoire de coeur. En effet, on peut voir vers la fin un début de romance avec un potentiel triangle amoureux. Le fait qu'on développe un peu tous les personnages me paraît être une bonne idée parce qu'ils vont être, à mon avis, important et vont aider à l'évolution de Mitsuki.

    Dans le premier chapitre, Mitsuki fait la rencontre des garçons et pas de la meilleure façon qui soit, ils l'ont prise pour quelqu'un d'autre et lorsqu'ils s'en sont aperçu, ils n'ont pas négliger de la critiquer sur son physique par rapport à l'autre fille. C'est dommage de constater que dès le premier chapitre on peut deviner quel couple se formera. Ensuite, dans le chapitre 2, Mitsuki se fera sa première véritable amie. Dans les autres, on voit simplement une certaine évolution dans ses relations avec ses amis que ce soit les garçons ou Reina, sa nouvelle amie. C'est seulement dans le dernier chapitre du tome 1 que l'on voit apparaître un nouveau personnage, Aya, l'amie d'enfance de notre héroïne. L'entrée en scène de cette personne est l'élément perturbateur classique que l'on retrouve souvent à la fin des shojos. Le côté positif, c'est qu'il ne sort pas de n'importe où. En effet, le personnage a déjà été introduit avec les souvenir de Mitsuki.

    Le manga se laisse lire assez facilement et avec plaisirs. L'histoire est cohérente, l'humour est sympa et peut même vous faire esquissez un léger sourire et puis c'est reposant. En effet, il n'y a pas de situations compliquées qui fait que l'ambiance est stressante, non c'est simple et drôle. J'espère seulement que la série ne se dégradera pas aux vues du nombre de tomes et comment l'histoire est partie. Je me demande comment l'auteur va tenir la longueur.

    Graphiquement, j'aime beaucoup, l'auteur a un style basique et simple mais le résultat est beau notamment par rapport au chara-design des garçons (ils ont même des yeux totalement différents). Je trouve qu'il y a trop souvent pas de décor mais quand il y en a, ils sont très soignés et détaillés.

    Conclusion

    En conclusion, ce manga est un bon gros shojo avec une romance plus que classe mais très agréable à lire. C'est mignon, les personnages sont sympathiques et les dessins sont beaux. Il conviendra au fan de pure shojo mais si vous cherchez une histoire plus poussée, ce n'est pas le manga qui vous conviendra. L'auteur a très bien réussit à nous intéresser à ce qui arrive aux héros.


    votre commentaire
  • Synopsis

    C'est le deuxième manga de Ayuko Hatta (connu pour "Wolf Girl and Black Prince") publié en France, le tome 1 est apparu le 8 février dernier. Terminé au Japon avec 4 tomes, le tome 2 sortira aux alentours de juin. Voici un petit résumé de l’histoire : « Rina n'est pas comme toutes les filles de son âge, elle n'en a rien à faire des garçon. Pourtant, son nouveau voisin, Takumi, lui demande de jouer sa petite-amie le temps de se débarrasser d'une stalker et c'est là qu'il vole à Rina, son premier baiser. ».

    Informations
    Extrait du tome 1 : www         
    Lien vers la critique du tome 2www                Lien vers la critique du tome 3www                Lien vers la critique du tome 4 : www
    Titre Original :  ばいばいリバティー
    Titre : Bye Bye Liberty
    Auteur : Ayuko Hatta
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Kurokawa                                                                                                                  Nombre de tomes : 4 (VF) / 4 (VO)                                                                                                      
                                                                

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    Commentaire avant lecture : Ayant beaucoup aimé l'autre série de l'auteure "Wolf Girl & Black Prince", je ne pouvais pas manqué sa nouvelle série. Pour ce qui est de la couverture, elle est assez similaire celle des éditions japonaises mais j'ai tout de même un petite préférence pour la jaquette française. Le titre change également pour devenir Byebye Liberty (pour les non bilingue ça signifie "au revoir liberté". Le titre japonais ばいばいリバティー signifie quand à lui, "belle liberté" donc a priori le titre semble avoir été plutôt bien choisi.

    Je suis plutôt contente de voir que les personnages de la série ne sont pas des pures copiés-collés de Wolf Girl & Black Prince. Et cela vaut aussi bien pour le physique que pour la mentalité, même si on peut trouver une légère ressemblance entre les traits de caractère de Takumi et de Sata. J'ai été agréablement surprise de constater que l'héroïne est une femme indépendante et mature, qui a un fort caractère, qui n'est ni fragile ni niaise, et que malgré ça, elle a aussi un côté très féminin de la fille qui n'y connait rien en amour et qui aimerait tomber amoureuse. Pour ce qui est du protagoniste masculin, il a un côté un peu gamin je trouve mais sinon, il est plutôt posé et calme sauf lorsqu'il se joue de Rina, là il laisse percevoir un côté plutôt effronté. Le fait que ces deux-là s'opposent mais en même temps se ressemblent, en fait une relation particulièrement intéressante. Les protagonistes sont très vites attachants.

    J'ai beaucoup apprécié le fait que, dès le premier tome, les personnages secondaires soient déjà présents et participent à l'histoire. Ils aident à l'évolution des protagonistes et ont chacun, une réelle personnalité notamment pour les meilleurs amis de Takumi, Sento et Torajima. En effet pour ce qui est de Ringo et Kumi, elles représentent à première vue deux filles qui veulent simplement avoir un copain mais par la suite, elles vont aidé Rina. Mais en même temps, tous ces personnages secondaires sont encore bien mystérieux pour nous, et j'espère qu'on nous en dévoilera un peu plus dans les prochains tomes, surtout sur Sento et Torajima qui sont encore assez mystérieux comme personnages. Ceci permettra de ne pas retomber dans le fameux cliché des personnages secondaires caméo.

    Les Shojos que je préfère, sont souvent ceux dont une grande partie de l'histoire se concentre aussi sur les histoires d'amitié, comme avec Orange par exemple. Alors, j'ai été contente de voir que ce manga faisait parti de cette catégorie-là. L'amitié est présente et c'est d'ailleurs la première relation que vont entretenir nos deux héros. En effet, l'auteure a très bien su attirer le lecteur en s'éloignant des clichés où les deux protagonistes tombent sous le charme l'un de l'autre dès le début de l'histoire, bien au contraire.

    Le premier volume se concentre sur la rencontre des nos deux protagonistes, la mise en place des personnages importants et les bases clés de l'histoire. On apprend à connaître un peu plus nos personnages, comme Rina qui se dévoile à Takumi en lui avouant ce qu'elle a sur le cœur et qu'elle préfère cacher derrière son mauvais caractère. Malgré le fait qu'elle ne l'aime pas, elle apprend à connaître son "ennemi" malgré elle, notamment en faisant la connaissance de son patron, Sugihara. Cette rencontre va véritablement changer Rina qui commence doucement a tomber amoureuse. Cependant, cette dernière n'est vraiment sûre de rien en ce qui concerne ses sentiments. Mais pas de panique Takumi est là pour l'aider à y voir plus clair. Est-ce vraiment de l'amour ?

    Découverte #23 -Bye Bye Liberty- Découverte #23 -Bye Bye Liberty-

    © by HATTA Ayuko / Shûeisha

    L'auteure a su manier humour et amour pour nous donner un premier tome très divertissant. On ne rigole pas forcément à plein poumon, mais l'histoire est suffisamment drôle pour te faire sourire lorsque tu lis. Contrairement à d'autres œuvres, Ayuko Hatta a décidé de ne pas refaire une histoire où le couple se forme rapidement, même pour de faux comme dans précédente série, mais a préféré faire une histoire où l'héroïne tombe amoureuse d'un autre garçon que le protagoniste, ça fait beaucoup moins cliché. Cependant, en devenant son coach en amour, on peut que trop bien imaginé la suite des évènements, mais cela aura le mérite d'être plus cohérent sur le fait de tomber amoureux, ils auront appris à se connaître correctement avant.

    Graphiquement, c'est parfait. Les décors sont travaillés, autant que le chara design des personnages. On reconnaît le trait et les dessins de l'auteure sans pour autant avoir les mêmes personnages que dans Wolf Girl & Black Prince. Les graphismes transmettent les émotions et sont très agréables.

    Conclusion

    Finis les filles trop fleur bleue et sans caractère et bonjour à Bye bye Liberty un manga avec une histoire plutôt originale, dynamique et amusante. Je suis contente de voir un manga où les personnages, qu'ils soient principaux ou secondaires, participent à l'évolution de l'intrigue et qu'il se crée une véritable complicité entre eux. Ce sont une des nombreuses raisons, qui me font apprécier ce premier tome. Lecture agréable, c'est une très belle découverte que je vous conseille.


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires