• Résumé du tome 1

    « Tomber amoureuse » ? Et puis quoi, encore ?! Contrairement à ses camarades, Rina a bien d’autres chats à fouetter ! Enfin… Jusqu’à ce que son nouveau voisin, Takumi, lui demande de jouer sa petite amie pour se débarrasser d’une fille un peu collante et que, pour être plus persuasif, il lui vole son premier baiser ! S’il croit l’affaire entendue, il va vite déchanter : il est désormais sur la liste noire de Rina et pour en sortir, c’est loin d’être gagné !

    Informations
    Lien vers la critique du tome 1www                Lien vers la critique du tome 3www                Lien vers la critique du tome 4 : www
    Titre Original :  ばいばいリバティー
    Titre : Bye Bye Liberty
    Auteur : Ayuko Hatta
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Kurokawa                                                                                                                  Nombre de tomes : 4 (VF) / 4 (VO)                                                                                                      
                                                             

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 2

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Après un premier tome qui posait toutes les bases de l'histoire et l'élément perturbateur : le coup de foudre de Rina pour Sugihara, le tome frais et dynamique avec un les évènements qui s'enchaînent. En effet, de ce côté-là, le tome 1 était un peu plat comparé à celui-ci. Pour en revenir à l'histoire, finalement, grâce à Takumi, Rina a enfin un RDV avec Sugihara. Elle passe à l'attaque et prépare à fond son rencard. Ce tome met en évidence les efforts de l'héroïne, les changements qu'elle a eu depuis le premier tome et l'évolution de sa relation avec Takumi. Cette vision que l'auteure a choisi de donné aux lecteurs nous permet de se sentir plus proche d'elle, ce qui lui donne un côté vraiment attachant.

    Le début du tome commence avec la mise en place du plan RDV avec tout ce qui va avec shopping, coiffure, maquillage, etc. Rina doit vraiment être parfaite le Jour J afin de conquérir Sugihara. Malgré le fait que Takumi soit son petit coach personnel, ce n'est pas gagné. En effet, notre jeune héroïne n'a jamais prêté attention à ces choses là puisqu'elle ne s’intéressait pas à l'amour, du coup c'est une vrai novice. Cependant, tout n'est pas perdu, non ?! Takumi et Rina vont passer beaucoup de temps ensemble et ils vont ainsi apprendre à se connaître d'avantage.

    Arriva le grand jour. J'ai trouvé très intéressant de voir Rina qui n'arrivait pas à être naturelle. Grâce à cela, le personnage m'a paru vraiment authentique et le lecteur pourrait presque se revoir à son premier rendez-vous. De plus, elle décide de suivre les conseils qu'elle a lu dans un magazine, ce qui accentue ce comportement "non-naturel". Mais comme toujours Takumi est là. La fin du RDV se passe bien mieux que le début, jusqu'à ce que le "couple" rencontre par hasard une certaine personne. Qui est-elle ?

    J'ai été surprise par le déroulement des évènements. Je ne pensait pas que cela n'allait pas marcher entre Rina et le patron de Takumi, enfin pas dès le début. Du coup, elle décide de tout encaisser toute seule sans jamais laisser ses sentiments prendre le dessus. Pour elle "se laisser aller à la déprime est une perte de temps ", elle veut garder la tête haute et avancer, c'est sans compter Takumi qui parvient à lui faire vider aussi bien son sac que ses larmes. Le fait qu'il ai toujours les bons mots pour que Rina arrive à s'ouvrir montre à quel point il l'a bien cernée et combien il l'a comprend. Derrière un air qui ne laissait rien paraître, elle avait mal, mais heureusement elle sait désormais qu'elle peut compter sur Takumi.

    Autant on voit l'évolution de Rina, autant on apprend pas grand chose sur le héros, il reste assez mystérieux. Il évoque vaguement une relation qui semble s'être mal terminée  puisqu'il ne souhaite pas en dire d'avantage. J'espère que dans les tomes à venir on en saura un peu plus. Après, on peut constater un rapprochement entre les deux protagonistes principaux où l'on remarque de Takumi commence à avoir un certain intérêt pour Rina. Est-ce là, le début d'un sentiment amoureux ? En effet, il fait tout pour redonner le sourire à sa protégé après le "râteau" qu'elle s'est pris, et on peut même distinguer un soupçon de jalousie lors de la sortie au parc d'attraction, cela laisse penser que Takumi s'est trop laissé prendre au jeu du coach en séduction. En ce qui concerne les personnages secondaires, j'ai bien apprécié le fait que, même s'ils ne sont pas trop développés, ils sont présents dans l'histoire et ont un rôle à jouer.

    Conclusion

    Je suis très contente de voir un Shojo où les personnages principaux ne sont pas forcément fou amoureux l'un de l'autre dès le début, justement au contraire. L'auteure manie encore une fois très bien humour et émotions. C'est frais et sympathique à lire, c'est encore une excellente série que nous offre la mangaka. L'histoire avance doucement mais le rythme n'est pas trop lent. En effet, il faut peu de temps pour que la haine se change en amour.


    votre commentaire
  • Don't worry, Be happy

    Du même auteur

    Don't worry, Be happy

    Informations
    Extraitwww
     
    Titre Original :  ほしとくず / Hoshi to Kuzu
    Titre : Don't worry, Be happy
    Auteur : Hoshiya Kaori
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata                                         Nombre de tomes : 4                                                                  Disponible en version numérique

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Depuis que son père les a quittées, laissant derrière lui de lourdes dettes, Anzu vit seule avec sa mère… dans la pauvreté. Aussi, son rêve est simple : réussir dans la vie, si possible en gagnant un bon salaire ! La première étape pour ça, c’est bien évidemment de réussir sa vie scolaire, et quoi de mieux sur son C.V. que d’être présidente du bureau des élèves ? La jeune lycéenne, bien qu'en première année, se présente aux élections des délégués, mais va très vite déchanter : détrônée par le populaire Seiji, elle ne devient que vice-présidente. Pire que tout, elle découvre que les autres membres du conseil ne sont là que pour des raisons complètement futiles. La popularité et l'apparence sont-ils les premiers critères pour réussir dans la vie ?! Blasée, Anzu réalise que le chemin vers le succès est encore long… Mais pas le temps de tergiverser : déjà, il faut préparer l’année scolaire pour le bien de tous ses camarades !

    Review

    Deuxième Shojo "Feel good" des éditions Akata, le premier étant « Plus jeune que moi ». Ce manga m'a attiré rien qu'avec sa jaquette même si cette dernière est moins tape à l’œil que celle des mangas que j'ai l'habitude de lire. Après avoir lu le résumé, je me suis laissée tenter par la série malgré une certaine réticence. Finalement j'ai opté pour la version numérique. Manga en 4 volumes dont je ne connaissais pas du tout l'auteure. En faisant quelques recherches, il s'est avéré que ce Shojo est la première série de l'auteure et qu'à l'origine, elle devait être plus courte.

    Au niveau de l'histoire, c'est évidemment le coup classique du beau gosse que tout le monde aime et de la pauvre fille invisible et première de la classe. Mais ce que j'ai particulièrement apprécié c'est que, certes la relation des personnages est assez présente dans l'histoire mais qu'il y a aussi une histoire d'amitié et que celle-ci fera évoluer nos protagonistes. En effet, l'action de la série tourne toujours autour du Bureau des Élèves et de la relation de tous ses membres alors qu'à côté le côté romance avance tout doucement [SPOIL] tout ce qui concerne la romance, est principalement présente dans le dernier tome et un peu dans l'avant-dernier [Fin du SPOIL].

    En effet, au début de la série, nous avons Anzu, une fille ambitieuse qui ne s'intéresse qu'à son objectif : gagner un bon salaire. Pour cela, il faut réussir ses études en ayant des notes irréprochables, et avoir un dossier en béton en devant pourquoi pas présidente du bureau des élèves. Cependant, Seiji, un garçon très beau et très populaire est élu à sa place tandis qu'elle se retrouve seulement vice présidente. Anzu devra malgré elle côtoyer les membres du BDE tous les jours et ceux-ci sont vraiment particuliers : nous avons le président qui n'aspire qu'à une chose, être admiré de tous, commander les autres et regarder le monde depuis les sommets. Ensuite, nous avons le secrétaire qui veut pécho un max de filles et la trésorière qui veut être au centre du monde et se faire remarquer. Alors évidemment, le quotidien d'Anzu ne s'annonce pas aussi simple qu'elle le pensait, mais il va s'avérer être bien plus agréable que prévu, et petit à petit elle laissera entrer des gens dans sa vie et son cœur.

    J'ai trouvé très originale de voir une héroïne qui n'a jamais eu de relation amicale ou d'amour. Durant toute la série, elle apprend des autres et les autres apprennent d'elle. Chacun des membres du BDE a une bonne influence les uns sur les autres pour au final donné un bon groupe d'amis qui passent leur temps ensemble que ce soit pour travailler ou pour s'amuser. Ces lacunes donne un côté attachant à l'héroïne et il est très plaisant de la voir évoluer et s'épanouir. L'auteure nous donne une leçon de vie à travers Anzu : pour réaliser ses rêves, prend ta vie en main [SPOIL] comme l'a fait Anzu. En effet, à la fin du manga, on la voit en deuxième année aux côtés de Seiji, elle est devenue présidente du BDE tandis qu'il est redevenu un élève lambda [Fin du SPOIL]

    Cependant, l'auteure n'exploite pas toujours pleinement certains personnages comme Randô ou Umezawa, qui sont présents que ce soit pour donner de l'humour à l'histoire, ou pour conseiller la protagoniste principale. D'ailleurs, j'ai été déçu par le cliché qui est apparu dans le tome 3. Tout Shojo qui se respecte passe par l'inévitable étape du triangle amoureux. Après, ce n'est pas tellement dérangeant, en lisant le résumé de l'histoire, on aurait pu s’attendre à une romance vraiment très clichée.

    Au niveau des dessins, j'aime beaucoup le style de l'auteure : c'est très simple mais mignon, et pour une première œuvre, je trouve que c'est important de le souligner. Le chara design des personnages ne font pas exagérément Shojo avec des yeux énormes et c'est très agréable de rencontrer des séries avec des dessins si jolis et "frais".

    Avis Positif 15/20

    J'ai été agréablement surprise après ma lecture du tome 1 de voir un Shojo pas trop cliché, où un bon groupe d'amis se forme et où la romance n'a pas forcément la place principale. Je trouve souvent dommage de lire une histoire avec beaucoup de personnages secondaires qui ne servent strictement à rien que ce soit pour l'histoire ou pour l'évolution des personnages principaux. Après même s'il y a des moments plus ou moins bons dans la série, la série a su garder son charme malgré quelques épisodes classiques. Le manga se conclut d'une très jolie manière, laissant la possibilité aux lecteurs d'imaginer la suite.


    3 commentaires
  • Découverte #28 -Awa Koi-

    Synopsis

    Ce manga est sorti chez nous début juillet 2018. La mangaka, Minami Kanan est connue en France pour « Tsubaki Love », « Marié mais pas trop » ou encore « Honey x Honey ». La série a été licencié par Panini. Voici un résumé de l'histoire : Trouver l’amour pour la première fois ? Pas si facile lorsqu’on qu’on a suivi toute sa scolarité dans des classes non mixtes... Yuka a 16 ans et n’a jamais eu de petit copain, mais elle a un plan diabolique pour que cela change : à son entrée au lycée, elle s’arrange pour intégrer LE groupe de filles cools de sa classe pour être invitée à un rancard commun. Malheureusement pour Yuka, le jour tant espéré arrive, mais rien ne se passe comme elle l’espérait.

    Manga news

    Informations

     
    Titre Original :  泡恋
    Titre : Awa Koi
    Auteur : Minami Kanan
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Panini                                                                                                                            Nombre de tomes : 2 (VF) / 3 (VO)                                                                                                                                                                                                                 Disponible en version numérique

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : pour la jaquette, elle est très colorée surtout pour la version française. En effet, j'ai l'impression que la version japonaise est plus pâle. En ce qui concerne le titre, c'est le même qu'au Japon mis à part que nous il est écrit en romaji (caractères de l'alphabet romain utilisés dans le cadre de l'écriture japonaise). Quand on le traduit, il signifie Bulle, pour le moment je ne voit pas vraiment le rapport entre le titre et l'histoire mais peut-être que par la suite, cela prendra tout son sens. J'ai juste un petit soucis au niveau de la qualité de la brochure : les première feuilles sont déjà en train de se décrocher et ce n'est pas le premier manga qui me fait ça, « Rockin' Heaven » m'a fait la même chose et cette série est sortie chez le même éditeur.

    Cette série n'est pas la première que je lis de l'auteure donc je me suis laissée tenter par cette nouvelle série et je n'ai pas été déçue. En effet, ce premier tome m'a charmé. Seulement 4 chapitres, mais c'est assez pour accrocher son public. D'un premier coup d’œil, on pourrait se dire que l’histoire est classique et que c'est du déjà-vu, mais au-delà de ça j'ai énormément apprécié la morale / leçon de vie que l'auteure nous fait à travers l'histoire et le personnage de Yuka. Je trouve que c'est un problème tout à fait contemporain surtout dans notre société actuelle.

    L'histoire est assez prévisible mais il est vrai que je ne m'attendais pas à un tel rebondissement [SPOIL] je m'attendais à cette fausse amitié, mais je ne m'attendais pas à ce que la "rupture" soit si directe après l'élection du nouveau bureau des élèves [Fin du SPOIL]. Ainsi Yuka va vite se rendre compte qu'elle a fait une énorme erreur et qu'elle s'est mal comportée vis-à-vis de Ririko et des autres filles avec lesquelles elle traîne. Elle se retrouve toute seule mais a un groupe de substitution, celui du BDE, mais elle est encore rejetée. Et c'est au moment où elle se sent le plus seule qu'arrive le beau jeune Nanase, qui auparavant lui a dit "je ne veux plus jamais te revoir". Et c'est grâce à lui mais également à Kagaya (une des comptable du BDE) qu'elle comprends certaines choses.

    Du côté des personnages, ils sont assez clichés malheureusement, notamment les principaux. En effet, Yuka est la parfaite fille niaise et parfois totalement stupide [SPOIL] d'où tu peux penser que tes amis ont perdu leur bracelet alors qu'ils sont tous les trois dans la même POUBELLE [Fin du SPOIL] avec un côté enfantin qui fait évidemment craquée le bad boy de service mais qui est en fait gentil. C'est assez insupportable de voir comment les protagonistes féminins des Shojo, ont toujours une vision faussée de l'amour. En effet, il faut bien mettre en évidence qu'elle veut un copain (beau évidemment) peu importe qui et qu'elle est prête à utiliser d'autres filles, notamment des populaires sinon ça ne marche pas, pour en "pêcher" un. Après ces erreurs permettent à l'auteure de faire avancer le personnage et de le faire mûrir, montrant le bon fond de Yuka malgré ses méthodes peu conventionnelles et cela permet de faire passer une petite morale au lecteur par la même occasion.

    Ensuite, pour ce qui est du garçon, évidemment il est intrigant parce que le premier tome pose beaucoup d'interrogation à son sujet. Surtout qu'il n'est pas logique à sa manière d'agir, un jour il repousse Yuka et le lendemain il l'aide. Surtout que Ririko voulait dire quelque chose à Yuka au sujet du garçon, mais s'est finalement tue. Pour ce qui est des personnages secondaires, ils sont pas tellement introduits, on ne les a qu'entre-vu, alors j'espère que dans les tomes à venir, l'auteure prendra la peine de les développer.

    Graphiquement c'est très beau, on retrouve bien le trait de l'auteure avec ses immenses yeux qui font les deux tiers de la tête. Au moins, les émotions sont parfaitement transmissent grâce à ça. Je suis ravi de constater que ses personnages ne sont pas une copie conforme de ses autres séries.

    Conclusion

    C'est l'une des mes séries coup de cœur de l'été. Les dessins sont vraiment beaux et l'histoire n'est pas tellement originale mais elle a un petit côté "jamais vu" que j'aime beaucoup. Excellente surprise pour moi, je vous le conseille vivement. Après, ce n'est pas le Shojo de l'année, mais il peut être très sympathique à lire et la suite promet d'être  intéressante.

     
     
     
     

    votre commentaire
  • Synopsis

    Ce manga est sorti chez nous en juin 2018. La mangaka, Rin Mikimoto est connue en France pour « Close to Heaven », toujours en cours à l'heure actuelle chez les éditions Pika. Donc l’histoire la voici : Hinana, une élève modèle, au quotidien réglé comme une horloge, nourrit l'espoir secret de vivre une histoire d'amour "comme dans les contes de fées". Un jour, un tournage a lieu dans son lycée et elle rencontre l'irrésistible acteur Kaede Ayase. Hinana est troublée au premier regard par ce beau gosse mais se rend très vite compte qu'ils n'ont pas du tout les mêmes préoccupations. La passion l'emportera-t-elle sur la raison ?

    Manga news

    Informations
    Lien vers la review de Minokoto : www
     
    Titre Original :  Gozen 0-ji, Kiss Shi ni Kite yo / 午前0時、キスしに来てよ
    Titre : Kiss me at Midnight
    Auteur : Rin Mikimoto
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Pika                                                                                                                            Nombre de tomes : 2 (VF) / 8 (VO)                                                                                                                                                                                                                 Disponible en version numérique

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : pour la jaquette, la version japonaise et française sont assez similaires mais je trouve que c'est beaucoup trop rose pour moi. Pour le titre, si on le traduit de la VO ça donne "viens m'embrasser à minuit", les Éditions pika ne sont pas allées bien loin dans leur recherche du titre puisque c'est la même chose mais en anglais.

    Étant la deuxième série que je lis écrite par cette auteure, il m'a paru logique de faire un parallèle entre les deux Shojo. L'histoire commence moins bien que « Close To Heaven » c'est un peu plus classique et ça fait plus Shojo. En effet, on nous présente d'entrée les protagonistes typiques du genre avec quelques innovations. Mais l'auteure nous prévenait dès le moment où l'on ouvrait le manga "pour cette série, j'ai choisi d'assumer pleinement LE grand classique des comédies romantiques en choisissant de m'inspirer de Cendrillon".

    Seulement trois chapitres, mais ces derniers sont plutôt longs donc le volume 1 de cette série fait une taille correcte. Dans le premier chapitre, l'auteure pose les bases en nous présentant les personnages principaux et secondaires. Tout d'abord, nous avons Hinana Hanazawa, la miss première de la classe, sérieuse et travailleuse qui rêve secrètement de vivre une histoire d'amour à l'eau de rose avec un beau garçon. Elle est très responsable et même si son rêve fait vraiment fleur bleue, elle n'est pas aussi niaise que la plupart des autres héroïnes de Shojo que l'on peut rencontrer. Le problème de ce personnage c'est qu'elle cache un peu sa vraie nature par à cause du regard des autres (un peu à la manière de « Switch Girl »), ça serait bien que dans les prochains tomes du fait de sa rencontre avec Kaede, elle décide de changer et de montrer qui elle est vraiment.

    Ensuite, nous avons Kaede Ayase, un acteur très populaire qui a tout pour être le petit ami idéal pour Hinana mais qui a malheureusement obsédé par les fesses des femmes. Pour le moment, ce personnage est, à mon avis, le plus intéressant et le plus "développé", ce qui en fait le personnage le plus complexe par la même occasion. On a quelques informations sur son passé mais si peu pour se faire une idée concrète. J'aime beaucoup ses différents côtés : sérieux acteur x gros fanatique des fesses, je trouve que ça change pas mal de ce qu'on a l'habitude de voir et ça casse bien l'image du héros de Shojo super beau et parfait qu'on trouve partout. L'auteure nous montre, à travers Kaede, le monde des idoles avec autant les avantages que les inconvénients, nous rappelant que ce sont des gens comme tout le monde. Ce personnage donne la touche d'humour qu'il fallait à la série.

    Après pour les personnages secondaires, on trouve les deux meilleurs amis de Hinana qui j'espère, à l'avenir, auront un peu plus d'importance que dans le tome 1. Et il y a également Shige, l'agent de Kaede qui aide du mieux qu'il peut parfois de manière maladroite son petit protégé et sa carrière.

    L'histoire s'enchaîne assez vite au vu du nombre de chapitres. Dans le premier, c'est la rencontre des protagonistes, c'est le chapitre du hasard où ils se croisent sans cesse et où ils apprennent une face de l'autre qu'ils ne pouvaient imaginer derrière le masque qu'ils utilisent. Mais c'est aussi le début d'une potentielle histoire que ce soit d'amour ou d'amitié. Dans le second chapitre, tout cela se précise. Le destin, tel un conte de fées, les fait se recroiser après un mois sans nouvelles, et c'est ce moment qui marque le début d'une histoire d'amour. Après ça peut en choqué certains par rapport à leur différence d'âge mais c'est la même chose dans beaucoup d'autres séries où l'élève sort avec son professeur par exemple. Mais ici, la protagoniste est très mature tandis que son "prince charmant" à un côté gamin, ce qui fait que je trouve qu'ils se complètent bien. Dans le troisième et dernier chapitre, c'est leur premier rendez-vous.

    Côté graphique, je trouve les dessins moins attirants que dans « Close to Heaven » mais tout de même très agréables. On voit clairement le côté Shojo et j'aime beaucoup le fait que les moments comiques soient "rythmés" par des dessins en style "chibi". Cependant, on voit clairement une amélioration notamment au niveau des visages des personnages où les émotions sont mieux retranscrites.

    Conclusion

    Totalement à l'opposer de sa précédente série au côté vraiment sérieux, ici nous trouvons une histoire drôle et légère. Les dessins sont soignés et les personnages semblent intéressants et j'ai hâte de voir si l'auteur va les développer, et ainsi exploiter comme il se doit. Même si c'est assumer, je trouve le scénario est vraiment trop classique et je ne peux pas la recommander à une personne qui n'aime que les Shojo qui révolutionnent le genre. Pour ma part, j'ai bien apprécié cette adaptation du conte de cendrillon faite par l'auteure.

     
     
     
     

    5 commentaires
  • Du même auteur

     

    Informations
    Studio d'animation : MAPPA 
    Saison : Été 2017 / 2018
    Licencié en France : Oui              Editeur VOD :  Netflix
    Nombre d'épisodes : 12
     
    Titre Original :  Kakegurui / 賭ケグルイ
    Titre : Gambling School
    Auteurs : Tôru Naomura / Homura Kawamoto
    Type : Seinen
    Éditeur vf : Soleil                                         Nombre de tomes : 5 (VF) / 9 (VO)                 Lien vers mon avis (ep 1)  : www         

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Dans cette école, ce ne sont ni les résultats scolaires ni les performances sportives qui comptent, mais les prouesses aux jeux de hasard. Des sommes parfois colossales peuvent être pariées. Les élèves les plus forts sont enviés, les plus faibles persécutés. Yumeko, une nouvelle élève, est immédiatement placée sur la liste des personnalités à surveiller. Étrangement, elle ne semble pas être là pour «gagner», mais par pur amour du jeu et de l’excitation...

    Review saison 1

    Ma critique se basera uniquement sur l'anime de 2017. J'en ferais probablement une autre lorsque la saison 2 sortira. J'ai également écrit un article "découverte" quand le premier épisode est sorti : www, mais j'ai changé d'avis depuis. La série autant animée que papier a eu un énorme succès au Japon, c'est d’ailleurs grâce au succès du manga qu'une adaptation animée est sortie.

    Le scénario est encore inédit pour moi. C'est vrai qu'on voit souvent des jeux dans les mangas, notamment dans les Shonen comme Yu-Gi-Oh! ou Beyblade. Mais ici, on met en jeu quelque chose de beaucoup plus important : son argent et en même temps sa "condition social" au sein de l'école. L'histoire est très surprenante et assez originale. Tout commence en douceur et pourtant avec 12 épisodes, on a presque l'impression d'avoir fini la série.

    L'école, dans laquelle tout se passe, est très spéciale : c'est un vieil établissement de plus de 120 ans et dont la clientèle est réservée exclusivement aux familles riches, passant des fils/filles de PDG à fils/filles de grands dirigeants. Dans ce cadre particulier, les notes et tout ce qui est scolaire ne comptent pas, les seules choses qui valent quelque chose ce sont des talents qui pourront servir aux gens de hauts rangs : savoir être un fin tacticien, avoir du cran, ou lire entre les lignes afin de déchiffrer les pensées des autres pour deviner leurs intentions et ainsi avoir le dessus sur eux.

    Pour diriger tout ceci, il y a le conseil des élèves, dirigé par la présidente Kirari Momobami. C'est elle-même qui a instauré ce système de jeux, permettant ainsi au conseil de recueillir de l'argent en prenant ceux des autres élèves. Il faut savoir que le conseil est très influent et très puissant au sein de l'établissement et que les quelques élèves qui font parti de ce conseil sont également très influents et ont beaucoup de talents. En bas de l'échelle nous trouvons les victimes de tous, ceux ayant perdu énormément : celles et ceux qualifiés de "bêtes" sont les 100 derniers élèves sur 3000. Ils n'apportent pas assez d'argent et ne sont dès lors plus considérés que comme des "élèves réfractaires" mais plutôt comme des larbins voire même des objets. Quand on atteint ce point, c'est souvent pour un non-retour, en effet, il est difficile de sortir du cercle des bêtes quand on n'a plus d'argent à parier pour tenter d'améliorer sa situation.

    Alors il est vrai que j'ai dit que je trouvais cet anime "malsain et inintéressant" mais j'ai également dit "j'admets que dans le premier épisode d'une série c'est dur de juger l'histoire". En fait, j'ai été un peu surprise au début, par ce côté malsain, en même temps c'est vraiment étrange de parier de l'argent sur des jeux de hasard pour avoir une quelconque valeur aux yeux d'autrui. Mais maintenant, je trouve que c'est ça qui donne cette ambiance au manga, après tout ce n'est pas un Seinen pour rien, c'est un peu la même chose avec King's Game. La seule chose qui est un peu redondante dans les trois premiers épisodes c'est qu'on retrouve le même schéma : Yumeko, accompagnée de Suzui qui l'observe (sauf pour le premier épisode mais il est quand même là), enchaine trois premiers jeux, un à chaque épisode, qui vont l'amener à être remarquée par le conseil des élèves. Après les jeux présents dans l'anime ne sont pas de simples jeux de hasard que l'on connaît déjà, ils existent mais ils sont remaniés pour en faire des jeux plus complexes comme le "vote pierre-papier-ciseaux" ou comme le jeu de Midari Ikishima qui est une sorte de roulette russe. Au début, les jeux sont souvent similaires dans le sens où ce sont presque tous des jeux de cartes. Au fur et à mesure de l'histoire, cela change, ce n'est plus forcément des jeux de cartes, Yumeko peut tomber sur des jeux particulièrement risqués ou totalement fous, et les parties peuvent durer plusieurs épisodes.

    En ce qui concerne les personnages, ils sont plus ou moins différents surtout au niveau du caractère. En effet, Suzui est le gars un peu peureux qui est sous la "protection" de Yumeko avec qui il est devenu ami. D'ailleurs cette dernière, est une fille qui adore les jeux à risque, mais quand je dis adore c'est pas genre "ouais c'est cool" c'est genre ADORER → www. Mais le panel de personnages est tellement varié que je ne peux pas parler de tous. Le conseil des élèves regorge de personnages intéressants avec des caractères excessifs et des actions qui vont parfois trop loin comme Midari qui est un personnage impulsif, masochiste, avec des tendances suicidaires. Il y a un véritable travail de recherche pour trouver les personnages les plus fous et les plus intrigants pour ensuite tous les réunir dans Kakegurui. Dans ce sens-là, ce panel est un véritable atout. Pour parler du personnage principal, Yumeko est très particulière : à aucun moment de la série même lorsqu'elle devient une "bête", elle ne s'inquiète de son sort ou de l'argent qu'elle perd. En effet, lorsqu'elle joue, le fait de jouer lui procure un plaisir immense notamment parce que jouer comporte des risques. Son attitude contraste totalement avec son apparence qui semble tout à fait normale.

    L'anime est, comme je le disais plus tôt, un peu redondant notamment au début, mais très vite, la série a su attirer les gens. Le sujet est très bien maîtrisé par les auteurs au vu des jeux qui sont vraiment bien réfléchis et pensés avec ses moments intenses où il y a de la triche ou du bluff. Ces moments sont les accrocheurs parce que l'ambiance est tellement bien travaillée qu'on se prend au jeu. Un très bon point à mon sens : l'anime est très fidèle au manga d'origine. En effet, il adapte vraiment à la perfection le manga (les 5 premiers tomes) sans jamais s'écarter "du droit chemin" mis à part pour le 12ème et dernier épisode. Une "vraie" fin pour la série animée a été faite et c'est Homura Kawamoto lui-même qui l'a scénarisée.

    En ce qui concerne les graphismes, pour une fois, je préfère ceux de l'anime que ceux du manga. En effet, ces derniers sont plus effrayants mais ceux de l'anime, expriment mieux les émotions et les couleurs donnent un petit truc en plus. C'est très intéressant le changement de visage qu'ont les personnages lorsqu'ils jouent, ça rend le manga encore plus glauque : www.

    Avis Positif 15/20

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires