• Hello tout le monde, je pense que la plupart d'entre vous est en vacances du coup j'espère que vous profitez bien ! Je sais qu'en France il a fait super chaud cette semaine, mais ça été aussi le cas en Angleterre, je me suis surprise à passer mes tous premiers jours en t-shirt alors que depuis mon arrivée je suis presque toujours en pull, mais bon le vent s'est levé et du coup il faisait moins chaud d'un coup. Bon passons, nous sommes ici pour parler des nouvelles licences mangas très intéressantes de ce mois, et à ma grande surprise je n'en ai trouvé qu'une seule. Je pensais que le mois de la Japan Expo Paris aurait fait monter le nombre de nouvelles licences, mais non et en plus je n'en ai choisi qu'une seule. J'aurais pu vous parler de Come to me - Wedding, mais je pense être déçue par la suite des aventures du couple Mirei x Fumiya. Du coup,  je vous présente Sacrificial Vote des éditions Delcourt / Tonkam qui sort le 3 juillet et voici un extrait : www. Fait par un dessinateur et un scénariste distincts, c'est leur première œuvre à sortir chez nous. Terminée en 7 tomes au Japon, cette série est un seinen.

    Un jour, l’application nommée « Sacrificial Vote » apparaît surle smartphone de Minato Imabari. Les participants s’avèrent être tous ses camarades de classe. La victime est ainsi désignée afin d’être « assassinée socialement ». Une simple impulsion pousse Minato à voter contre son amie, sans savoir que cette première élection entraînera des conséquences irréversibles sur l’ambiance et la vie en classe…

    Chronique #8 Chroniques #8 

    IKENIE TOHYOU © Edogawa Edogawa/ Ryuya Kasai / Kodansha Ltd.

    Quand j'ai lu le résumé j'ai pensé directement à King's Game. Et pourtant, quand j'ai lu l'extrait, même s'il y a quelques similitudes, on voit que le manga va au-delà de la simple histoire violente avec des morts horribles, etc. En effet, les auteurs nous mettent vite en conditions en nous montrant bien la société actuelle où la technologie est omniprésente notamment chez les jeunes qui sont tous le nez collé aux écrans que ce soit en marchant, en mangeant et même en cours. De plus, e nos jours, la réputation compte beaucoup pour les adolescents, du coup quoi de mieux qu'un jeu liant ces deux choses vitales pour les lycéens. J'ai trouvé le premier chapitre très intéressant, je vous invite d'ailleurs à le lire, qui montre la "vraie vie" et ce que pensent vraiment les jeunes vis-à-vis de leurs "amis" et "camarades". Tous ce qui compte après tout, c'est le social, non ? C'est dur de grimper en haut de cette hiérarchie si stricte. Mais ce n'est pas parce que vous êtes "populaire" que tout le monde vous aime, bien au contraire. Qui sera la prochaine victime ? Qui a créé ce mystérieux jeu ? Comment peut-il avoir accès à toutes ces informations ? Quel rapport avec leur professeur ? Tant de questions dont j'ai vraiment envie de connaître la réponse. Une classe soi-disant très unie semble peu à peu se montrer telle qu'elle est réellement, brisant les masques de chacun : une classe divisée.


    4 commentaires
  • Je reviens sur l'E3 2019Pour ceux qui me suivent sur Instagram, vous avez peut-être vu mon post par rapport à mon ressenti face à l'E3 de cette année. Du coup dans cette article, je vais essayer de reprendre ce que je vous ai dit dans mon post, tout en apportant quelques nouveaux éléments que je n'ai pas pu aborder. De plus, le 21 juin, j'ai reçu un e-mail très intéressant de la part d'Ariane du site boutique box internet. Elle m'a envoyée un article qu'elle a écrit sur E3, et le développement durable des jeux vidéo, et là je vois déjà des gens partir, mais je vous assure que c'est très intéressant et que les résultats vont même vous étonnez !

    E3, qu'est-ce que c'est ?

    Chaque année se déroule l'un des plus grands salons internationaux du jeux vidéo à Los Angeles et c'est l'E3. Cette année, du 11 au 13 juin 2019, les fans de gaming ont eu l'occasion de découvrir en avant-première les prochaines sorties en matière de jeux-vidéo, mais surtout les nouveaux jeux en développement. Du coup, je précise que je ne parlerais ici uniquement des jeux Nintendo parce que je n'ai pas de consoles de chez Microsoft, ni de récentes consoles Sony, ni de PC assez puissants pour jouer dessus.

    La sélection des annonces intéressantes

    1. Breath of The Wild 2

    Évidemment, la nouvelle la plus marquante et qui a fait beaucoup parler d'elle depuis, c'est l'annonce d'une suite pour Breath of the Wild. Alors, je ne vous en ai sans doute jamais parlé ici, mais j'adore la saga Zelda. Mon petit top 3 personnel est Minish Cap (GBA), Ocarina of Time (3DS) et Breath of the Wild (Switch). En ce qui concerne les jeux vidéo, c'est vraiment une de mes licences favorites. Du coup, pour Noël 2018, j'ai eu la chance de recevoir la Switch accompagnée de Breath of the Wild, merci père Noël ! Je crois que je n'ai jamais autant joué à un Zelda de ma vie, je l'ai adoré et même si j'ai fini la quête principale, j'y joue encore parce qu'il existe encore tant d'endroits que je n'ai pas encore explorés. Cette suite, je pense que personne ne s'y attendait. En effet, aucun The Legend of Zelda n'a jamais eu de suite directe à part peut-être Majora's Mask qui est sans doute ce qui se rapproche le plus d'une suite directe pour Ocarina of Time. Il est vrai que la firme japonaise n'a pas pour habitudes de nous offrir une suite comme cela, où l'on jouerait peut-être le même Link que dans le BOTW 1. Et peut-être même la princesse ?

    Le teaser n'est pas très long, mais il nous permet d'imaginer beaucoup de choses sur le scénario du fait de sa pauvre longueur. Un chose semble pourtant sûre, Ganon est de retour. Mais est-ce le même que celui qu'on a affronté dans Breath of the Wild premier du nom ?! Je ne pense pas. Je pense que c'est un autre Ganon, dont on nous raconte la légende dans le jeu. Cependant, il y a un petit voire gros bémol pour ma part, ça sort fin 2020 voire 2021... Mais juste parce que c'est ce jeu, je saurais me montrer patiente.

    1. Collection of Mana

    Pour ceux ayant lu mon article sur mon top 5 des jeux de mon enfance, vous savez que mon jeu préféré de tous les temps reste Secret of Mana. Et je précise que je parle de la version d'origine qui est sortie sur SNES, non pas le remake horrible sur PS4, qui, je pense a fait un flop. Après tout quelle idée de changer la musique, les graphismes, de mettre des voix, et je ne sais quoi encore. Cela a fait perdre à son jeu tout son charme ! Du coup, une nouvelle qui m'a vraiment fait super plaisir, c'est par rapport aux annonces de Square Enix, développeur du jeu en question. Il a annoncé qu'il allait sortir une trilogie de jeux Mana sur Switch dont Mystic Quest, Trials of Mana (encore inédit chez nous) et mon petit Secret of Mana, sous le nom de Collection of Mana. La version téléchargeable est déjà disponible sur le Nintendo Eshop. En ce qui concerne la version physique, elle sortira en août avec une jaquette réversible. Il est à noter aussi qu'un remake de Trial of Mana sortira en 2020.



    1. Link's Awakening

    Ensuite, le remake de Link's Awakening. Ce jeu a dû être beaucoup apprécié pour qu'il ait eu droit à deux remakes au total. En effet, à l'origine, le jeu est sorti sur Game Boy, puis ensuite sur Game Boy Color pour la version DX, où l'on pouvait remarquer quelques différentes avec l'ancienne version, et maintenant sur Switch. Ce jeu sort en septembre prochain, pourtant je ne suis pas forcément très emballée par sa sortie. En effet, les graphismes ont complètement changé et pour une jeune nostalgique comme moi, et bien... Bon vous avez compris, c'est comme le remake PS4 de Secret of Mana, c'est pas possible pour moi. Pourtant je mentirais si je disais que je ne regarderais pas de Let's Play dessus, mais c'est simplement pour voir le résultat. Et puis peut-être qu'au final, j'apprécierais le jeu ?

     

    Pour finir, il y a toujours les dates des sorties de Spyro Reignited Trilogy, de Final Fantasy VII le remake, ou encore de Dragon Quest XI (que j'attends depuis 1 an), qui ont été très appréciées. J'ai entendu que beaucoup de gens ont été déçus par les annonces en général, mais que heureusement il y avait de bon jeux comme Watch Dogs 2 ou Life is Strange 2 qui avait un peu fait monter le niveau. J'espère que l'année prochaine sera un peu mieux pour vous ! Maintenant, petite pause question : qu'est-ce qui pollue le plus, un jeu dématérialisé ou un jeu physique ? Et bien voici la réponse : www. Cette question a son importance parce que de nos jours, on commence a vraiment ressentir la différence entre le nombre de jeux téléchargeables qui sortent et les autres. En effet, parmi les jeux dont je vous ai parlé, il y en a qui sont disponibles en version dématérialisée, d'autres qui le seront sans doute plus tard, et on se tourne vraiment sur ce genre de technologie, de plus en plus chaque jour. Mais la question qu'il faut se poser c'est : est-ce réellement si bien que ça ? A qui cela profite-t-il le plus ? Aux firmes de jeux vidéo, à nous, à la planète ?  Si vous souhaitez plus d'information sur le sujet, je vous invite à lire cet article, très bien écrit et détaillé : www. En effet, quel est l'avenir du jeu vidéo ?

    Il y a beaucoup de jeux dont je n'ai pas parlé pour des raisons simples, soit ils ne m'intéressent pas, soit... non juste je m'en fiche un peu, malgré le fait que pas mal d'entre vous les attendent avec impatience comme Fire Emblem : Three Houses, Cadence of Hyrule, Animal Crossing, etc. Du coup, n’hésitez pas, à me donner les titres des jeux que vous attendez !


    votre commentaire
  • bless you

    Synopsis

    Yashiro, jeune lycéen, vient de déclarer son amour à son meilleur pote !! Il savait que c’était peine perdue, et que son ami hétéro ne pourrait que le repousser. Suite à cela, sous le coup de l’émotion, il s’enfuit sans faire attention et... se fait renverser par un camion ?! Un dieu, plutôt taquin, décide d’exaucer son souhait le plus cher, et de rendre son amour possible : il lui permet de revenir en ce bas monde sous les traits d’une jeune lycéenne ! Yashiro, dans son corps d’adolescente, va tout mettre en œuvre pour séduire celui qu’il aime... Mais comment faire pour se comporter comme une jeune fille, quand toute sa vie, on s’est senti comme un garçon ?
    Informations
    Extrait www                                                                   
     
    Titre Original : 神様のえこひいき / Kamisama no Ekohiki  
    Titre : Bless You
    Auteur : Komura Ayumi
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata                                                                                                                            Nombre de tomes : 2 (VF) / 5 (VO)                                                                                                                                                                                                                                                    Disponible en version numérique                                                                                                                                              

     

     

    Review du tome 1

    Première œuvre de l'auteure que je lis. Honte à moi parce que d'après ce que j'ai compris, Ayumi Komura est dans la ligné de Natsumi Aida avec des histoires qui ne suivent pas forcément à la lettre les "règles" du genre Shojo. Du coup je ne pourrais pas faire de comparaison par rapport à ses autres séries. Bref, si vous vous souvenez de mon article sur les sorties d'avril 2019 : www, j'avais bonne espoir de ce manga. Aurais-je été déçue ? C'est ce que nous allons voir.

    Je vais commencer par vous parler du style graphique. Quoi normalement je le fais à la fin ? Oui mais le changement ça fait du bien. Je suis très mitigée. En fait, je n'ai pas du tout aimé les yeux des personnages, ils font vides... Alors autant pour le regard de Kenta je comprends, ce n'est pas la meilleure époque de sa vie, mais pour les autres personnages les émotions ne sont pas vraiment transmises aux lecteurs. A ce niveau-là je, je n'ai pas été conquise. C'est en fin du chapitre 1, on a une explication sur ses dessins. L'auteure a abandonné son crayon et les dessins traditionnels pour passer au numérique, mais comme elle dit très bien elle-même : elle ne s'y fait pas.

    Passons désormais à l'histoire. De nos jours, de moins en moins de gens se déplacent pour le culte. Et c'est par là que notre histoire commence. En effet, un silencieux sanctuaire abrite en son lieu, le dieu de ce temple et sa messagère Ukon, une petite renarde. Pourtant, Yashiro, qu'importe qu'il neige, qu'il fasse une chaleur étouffante, qu'il vente et qu'importe s'il est malade ou non, ce dernier vient prier tous les jours, depuis 99 jours. Pourquoi fait-il cela ? Et bien pour se donner du courage pour faire sa déclaration à la personne qu'il aime. Ceci n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd, car désormais cela a piqué la curiosité du dieu qui n'avaient encore rien fait pour aider le jeune homme. C'est donc devant les deux êtres surnaturels que le jeune lycéen, avoue ses sentiments à son meilleur ami, Kenta. Mais pas de chance, ce dernier n'aime vraiment uniquement les filles et ne pense pas qu'un jour il sera attiré par les hommes. Et par un "heureux" hasard, Yashiro meurt devant les yeux de Kenta juste après avoir été repoussé. Cependant, le dieu lui propose de le renvoyer sur Terre avec l'apparence de son choix. Et quoi de mieux pour se faire aimer par un garçon hétéro que de choisir un corps de femme. Rien qu'avec la base du récit, tu comprends que c'est un scénario pas banal, loin de là. Cependant, contrairement à un autre manga des éditions Akata, Celle que je suis, Yashiro ne s'est jamais senti femme, du coup le devenir ne va pas être une mince affaire parce que le dieu n'a changé que son apparence, ainsi sa personnalité et ses souvenirs sont intactes. Va-t-il réussir à conquérir le cœur de son bien aimé dans son nouveau corps ?

    A travers le récit, l'auteure aborde le thème de l'identité sexuelle, un sujet assez controversé de nos jours je trouve. En effet, notre personnage principal est un homme qui peut aimer homme ou femme mais qui a eu la malchance de tomber amoureux de son meilleur qui affirme n'aimer que les femmes. Mais aimons-nous un corps ou une âme ? C'est vraiment ce sur quoi va porter ce manga. Ensuite, je trouve vraiment intéressant que l'auteure montre avec beaucoup d'humour, la difficulté d'être une femme. En effet, déjà parce que Yashiro pense toujours comme un vrai petit mec et du coup ça colle pas du tout avec son apparence de mignonne petite lycéenne, il parle et agit comme un garçon, mais surtout parce qu'il doit désormais prendre soin de sa peau, faire attention à sa coiffure, mettre des soutiens-gorges et je ne vous parle pas du maquillage. Cela peut paraître superficiel de dire cela, mais beaucoup de filles font attention à leur apparence pour elle-même, mais aussi pour plaire au garçon qu'elle aime. Du coup, le premier tome va se concentrer sur ses débuts d'apprentissage pour devenir une femme. Le gros avantage du manga, c'est que contrairement à d'autres mangas aux thèmes durs, Kamura Ayumi a choisi d'aborder le tout avec beaucoup de légèreté grâce à l'humour qui est vraiment très présent dans l'histoire ce qui fait de ce titre un manga pour vraiment tout le monde.

    Du coup, il va devoir apprendre à agir et parler comme une fille, et faire attention de ne pas faire de gourdes par rapport à tout ce qu'il sait sur son ami. A partir de maintenant, Yashiro devient Kagura Tendô, camarade de classe de Kenta. Mais vous imaginez bien toutes les scènes cocasses que l'on va avoir, non ? En effet, l'humour est un point moteur de ce récit entre Yashiro qui n'assimile pas le fait qu'il soit désormais une femme et le dieu et la renarde qui ne cessent de le taquiner, même s'ils sont parfois de bons conseils aussi. Mais au-delà de l'humour, le manga a également un côté sérieux, dû aux thèmes abordés, mais aussi parce qu'à travers son corps de femme, Yashira va pouvoir voir la face cachée de son ami, ce que pensaient les autres d'eux et finalement comment les hommes agissent envers les femmes. Ce dernier point est encore très actuel de nos jours, on peut parler de harcèlement de rue sans doute lorsque quelqu'un fait une remarque mal placée à haute voix.

    "Faites de moi quelqu'un qu'il puisse aimer... une fille à son goût."

     

    KAMISAMA NO EKOHIKI © 2017 by Ayumi Komura / SHUEISHA Inc.

    En ce qui concerne les personnages, ils sont assez attachants. Le fait que Yashiro renit son corps pour être aimer m'énerve un peu mais je pense que par la suite, l'auteure va pouvoir en tirer une leçon. Après par amour, on fait beaucoup de choses qu'en temps normal on ne ferait pas du coup je comprends son choix. Je pense qu'il est très facile pour le lecteur de s'identifier au protagoniste principal même Yashiro est un garçon. On s'attache à ce personnage attypique qui fait tout son possible pour se rapprocher de la personne qu'il aime. Ces bourdes et sa maldresse en font un personnage vraiment authentique au-delà du contexte surnaturel bien sûr. Mis à part lui, je trouve encore bien mystérieux Kenta et le dieu, ils sont assez intrigants. Le lycéen est encore assez discret, mais derrière sa gentillesse et ses sourires peut se cacher une profonde blessure laissé par la perte d'un être cher. Il ne faut pas oublier qu'il a vu mourir son meilleur ami, et je pense qu'il doit se sentir responsable de ce qui s'est passé. Le dieu, lui a un petit côté enfantin qui fait qu'on accroche vite à ce personnage, et comment parler de ce dernier sans évoquer Ukon. Vraiment, ils sont top ! C'est sûr qu'entre un "gamin" à l'humour plus ou moins douteux et une mignonne petite renarde fan de boy's love un peu râleuse sur les bords mais qui se donne à fond pour aider Yashiro a devenir une véritable fille, on ne peut que les adopter ! Pour finir avec les personnages, das le dernier chapitre s'invite l'ex de Kenta : Rin. Ce qu'il faut retenir, c'est qu'elle plaisait à Yashiro lorsqu'il était encore un mec, qu'elle semble toute mignonne et sage en apparence mais qui est en fait un peu plus louphoque je dirais, mais je l'aime bien. Et c'est à partir de son arrivée qu'on comprend mieux où l'auteure veut en venir.


    "Je ne suis pas le seul à visiter ce vieux temple perdu en haut d'une colline, alors..."

    Conclusion

    Points positifs • Un scénario atypique utilisant des procédés assez communs.• Des thèmes abordés vraiments intéressants et actuels.
    Points négatifs • Des dessins pas à la hauteur de l'histoire.

     

     

     

     

     

    J'ai tellement été happée par l'histoire que lorsque je suis arrivée à la fin, j'ai pensé "Déjà ?!". Encore une fois, les éditions Akata ne m'ont pas déçue. Comme promis, beaucoup d'humour dans ce premier volume grâce aux protagonistes : un dieu taquin, une renarde un peu extravagante et un protagoniste principal qui ne comprend qu'il est désormais une fille. Je ne suis pas trop fan des dessins, mais on y fait plus trop attention au bout d'un moment. L'histoire est vraiment prenante et il me tarde de lire la suite !


    votre commentaire
  • Hello tout le monde, j'espère que votre début de mois commence bien. Je sais que pour la plupart d'entre vous c'est le mois des examens avec le BAC et tout ça, pour moi c'est plus le mois de mon anniversaire (allez une année supplémentaire à ajouter sur le gâteau). Bref, me revoilà comme chaque mois, avec un peu de retard certes, pour mon article mensuel sur les nouvelles licences mangas très intéressantes. Encore un mois avec trois petites pépites, que je suis heureuse de vous faire découvrir. Du coup, on commence avec Kanon au bout du monde des éditions Akata qui sort le 13 juin. Il sera disponible en version numérique. Auteure encore inconnue en France, elle débute dans le métier ne comptant que quelques œuvres pour le moment au Japon dont celle-ci et une autre, Otoko no ko to onna no ko.

    Depuis qu'une nuée d'extraterrestres s'est abattue sur le pays, une sempiternelle pluie tombe sur Tokyo. Le peuple vit désormais séparé en deux : ceux qui vivent à la surface, et des privilégiés vivant sous terre. Kanon, jeune femme qui travaille dans un petit café, fait partie de ceux de la surface. Sous ses airs fragiles, elle cache en réalité un caractère pour le moins unique : malgré la situation du monde, son unique préoccupation est Sosuke Sakai, l'homme qu'elle aime en vain depuis le lycée. Des retrouvailles inattendues lui permettront-elles d'enfin conquérir le cœur de son idole ? Rien n'est moins sûr… Car Sosuke, véritable héros national engagé dans la lutte contre l'invasion des « gelées », est de surcroît un homme marié… Kanon aura-t-elle le courage de courir après cet amour interdit ?

    Chronique #7 Chroniques #7 

    © by YONESHIRO Kyô / Shôgakukan

    Comme toujours, je reste très attentive aux nouvelles licences de chez Akata, et cette fois-ci je me laisse embarquer dans un seinen fantastique qui nous racontera la romance entre deux individus que tout semble opposer. Série en 5 tomes à la jaquette attrayante, et je ne vous parle même pas de celle du tome 5 (j'ai hâte de voir ce que Akata nous réserve pour la version française), je vois en cette histoire, une romance de la même tranche que Après la Pluie, une magnifique romance totalement inédite avec du sérieux, de l'humour et de la passion, tout ceci aborder par des thèmes forts. En effet, comment vivre une histoire d'amour alors que l’apocalypse débarque sur Terre ? Pas forcément le genre de lecture au quelle je m'adonne d'habitude, mais je laisse le bénéfice du doute à Akata qui ne m'a encore jamais déçue. Juste le garçon à l'air d'être une vraie tête à claque...

     

     

    Ensuite, nous avons Ces Nuances Entre Nous également des éditions Akata. Disponible dès le 27 juin dans vos librairies ou en version numérique, l'auteure est connue chez nous pour son manga Plus Jeune que Moi licencié chez le même éditeur.

    Shinobu est rentrée au lycée depuis à peine un mois. Elle mène son quotidien de manière plutôt ordinaire, en se laissant aller au fil des jours sans passion véritable ou objectif de vie. Mais lorsqu’au détour de la salle d’arts plastiques, elle croise la route d’Okachimachi, un de ses camarades, la lycéenne va commencer à se poser des questions… Et si sa vie était en train de prendre de nouvelles couleurs ?

    Chronique #7 

    SHUNKAN GRADATION © 2017 by Chihiro Hiro/SHUEISHA Inc.

    Encore une jaquette qui m'a fait de l’œil, et ayant bien aimé le résumé, je tente le coup. Très différente de la série précédente, ici nous avons à faire à un vrai shojo Feel Good. Je connaissais de nom l'autre série de l'auteure, mais je dois dire que rien qu'à son coup de crayon, ça me donne envie de prendre les deux. Bon je vais vous mentir, pour moi cette histoire me semble être loin d'être originale, elle me fait penser un peu à Don't Worry, Be Happy, une autre série des éditions Akata. Et tout comme cette dernière, je sens que je vais être surprise par l'histoire. Banale au premier abord, mais une pépite après lecture. Avec un synopsis pareil, on pourrait même se demander si l'auteure n'aborderait pas un thème plutôt intéressant comme le fait de trouver sa raison de vivre, la flamme qui te donne envie de croquer la vie à pleine dent ! Serait-ce cela les fameuses "couleurs" dont parle le résumé ? Surtout que lorsqu'on est jeune, c'est la période où l'on se pose toujours trente milles questions sans jamais avoir de réponses...

     

     

    On finit le mois de Juin avec Mon coloc' d'enfer de chez Pika qui sort le 19 juin. Toujours en cours au Japon avec 5 tomes, cette série sera la première de l'auteure à franchir nos frontières. Voici un petit extrait du manga si ça vous intéresse : www. Cette œuvre semble assez intéressante au vu des plusieurs bons échos (série traduite autrefois par une team de scantrad). Elle sera disponible en version numérique.

    Miko est lycéenne. Ses parents devant s'occuper de sa grand-mère malade, elle se retrouve à faire de la colocation dans une grande maison appartenant à son oncle. Non seulement elle n'est pas habituée aux tâches ménagères, mais en plus ses colocataires sont tous des adultes un peu bizarres. Le plus âgé d'entre eux, Matsunaga, fait un peu peur à Miko mais s'avère en réalité être quelqu'un de très prévenant. 
    Voici une joyeuse histoire de colocation où une lycéenne a le cœur qui bat pour un homme plus âgé qu'elle !

     

     Living no Matsunaga-san © Keiko IWASHITA / Kodansha Ltd.

    Le titre de la version française a beaucoup fait parler de lui sur les réseaux parce que tout le monde le trouver totalement "décalé" par rapport au titre japonais, c'est un peu comme ça que j'ai appris que le manga allait être licencié en France. Bon cela m'a tout l'air d'être encore un bon gros shojo comme je les aime, mais trop niais pour certains. En effet, la série rejoint les rangs de la collection Cherry Blush, c'est un peu le Feel Good de chez Pika. J'aime beaucoup les dessins, surtout le chara-design du garçon, vraiment j'adore, je pense que c'est l'une des premières choses qui m'a attiré. Les autres, c'est surtout les ouï-dire et puis il faut avouer que le résumé donne envie, surtout pour une fan de romance comme moi. Un peu comme avec L-DK, je sens que l'humour sera au RDV parce que ce n'est jamais facile de vivre avec de parfaits inconnus, même si l'un d'eux semble être le prince charmant. Mais je suis sûre que vivre avec des étrangers, qui plus est des adultes a ses avantages aussi... Je pense ne pas être déçue !


    votre commentaire
  • La couleur de ta peau

    Synopsis

    Tôko aime la natation depuis la plus tendre enfance. Pourtant, tandis qu'elle entame sa dernière année de lycée, elle réalise qu'elle ne pourra devenir nageuse professionnelle. Mais lors de son ultime championnat national inter-lycées, elle recroise la route d'un certain Haneda. Ce dernier n'est autre que le garçon qu'elle aimait autrefois… 
    Informations
    Extrait : www
     
    Titre Original : 褐色のロゼ / Kasshoku no Rose 
    Titre : La couleur de ta peau
    Auteur : Mai Nishikata
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata                                                                                                                            Nombre de tomes : 1 (VF) / 1 (VO)                                                                                                           Exclusivité numérique                                                                                                                                                                                                     

     

     

    Review

    La Couleur de ta PeauJ'ai longtemps hésité à écrire un article dessus. En effet avec seulement 24 pages, je me suis dit que mon article allait être trop court où quelque chose comme ça. Au final, je me suis dit pourquoi pas. Mai Nishikata est connue aux éditions Akata avec sa série Game - Entre nos corps ou encore plus récemment Duellistes - Knight of Flower. Je remercie les éditions Akata de nous permettre de lire cette courte histoire, même si n'est disponible qu'en version numérique chez Kindle et Izneo par exemple, pour seulement 0,99 €. Je sais que tout le monde ne peut pas acheter en numérique, mais pour si peu de pages cela n'aurez pas été judicieux pour Akata de faire relier l’œuvre.

    Dès les premières pages, l'auteure ne perd pas de temps et nous embarque directement dans une compétition de natation. Tôko, notre héroïne, adore la natation et rève depuis toujours de passer professionnelle, mais abandonne cette idée face à ses résultats aux championnat national de natation inter-lycée, sa dernière compétition en tant que lycéenne. Elle y rencontre Kaito, un rival d'enfance de son club de natation qu'elle a perdu de vu depuis plusieurs années, mais qu'elle revoit lors d'évènements comme celui-ci. Ce dernier est très talentueux et donne la victoire à son équipe. Tôko est loin d'avoir oublié le jeune homme, mais ce dernier semble pourtant ne pas se souvenir d'elle. Est-ce vraiment le cas ? Pourquoi ignore-t-il son ancienne rivale ? Est-ce vraiment une histoire de niveaux ?

    En si peu de pages, Mai Nishikata arrive à donner un caractère bien définit aux personnages qu'on arrive quand même à deviner. Je ne peux pas dire non plus que je m'y suis attachée, déjà au vu de la longueur du récit et aussi parce que je ne peux pas m'identifier aux personnages. En effet, la natation n'est pas mon sport de prédilection. Cependant, les personnages ont un passé, un présent et un futur, qu'on arrive à comprendre un peu, ce n'est pas totalement des inconnus aux yeux du lecteur.

    La romance est très rapide, il est vrai, mais ça ne choque pas du tout du fait que leurs sentiments existaient déjà bien avant le début du récit. Après c'est vrai que lorsqu'on arrive à la dernière on en voudrait bien encore un peu... Cependant, l'histoire se suffit largement à elle-même laissant place à l'imagination du lecteur pour la suite.

    En ce qui concerne les dessins, on reconnait bien là la patte de l'auteure. Elle a vraiment un coup de crayon particulier qu'on peut très facilement différencier des autres mangakas. Ses traits font matures et on notera le souci du détails sur les marques de bronzage notamment, lors des scènes où les corps des personnages sont un peu plus dévoilés. Je ne vais pas chipoter pour le manque de décors au vu de la longueur du récit. En effet, l'auteure a quand même soigné ses dessins tout au long de l'histoire avec des expressions qui transmettent parfaitement les émotions.

    Conclusion 14/20

    Très bon petit one-shot. Il montre très bien la qualité de l'auteure en tant que mangaka. En effet, que ce soit par rapport au récit qui est très agréable à lire, divertissant et vraiment pas mal pour une si courte histoire, que pour ses dessins aussi excellents soient-ils. Pour ceux qui ne connaissent pas l'auteur cela peut être une première approche intéressante pour vous surtout que le manga coûte moins d'un euro.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires