• real girl

    Synopsis

    Années quatre-vingt, Tokyo. Yûji Manase est étudiant. Mais il vit au quotidien avec deux secrets dont il n’a jamais parlé à personne : d’une part, les sentiments qu’il éprouve pour son ami de longue date Masaki Matsunaga, et de l’autre, le malaise qu’il ressent vis-à-vis de son corps. Un jour, Yûji pose la main sur une robe que sa sœur a laissée dans son appartement, sans savoir que cet acte allait bouleverser sa vie…

    Manga news

    Informations
    Extrait : www                                                              Avis du tome 2 : www
     
    Titre Original : この恋に未来はない / Kono Koi ni Mirai wa nai  
    Titre : Celle que je suis
    Auteurs : Koko Suwaru et Morihashi Bingo
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata                                                                                                                            Nombre de tomes : 1 (VF) / 2 (VO)                                                                                                                                                                                                                 

     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Plus d'une fois les éditions Akata m'ont surprise par leurs séries et leurs thématiques. Pour moi, c'est l'une des maisons d'éditions qui sort le plus de mangas "pépites" et très différents de ce que j'ai l'habitude de lire. En effet, que ce soit pour Good Morning Little Briar-Rose, Whispering voire même SOS Love, j'ai toujours beaucoup apprécié leurs séries. Cette fois encore, après Eclat(s) d'âme, un autre excellent manga que je vous conseille également, Akata renoue avec la thématique LGBT et nous offre une très courte série qui semble avoir beaucoup de potentiel

    Manase est étudiant dans les années 80, et à cet époque les tabous étaient encore plus nombreux qu'aujourd'hui. En effet, le jeune homme cache à tout le monde, famille et amis inclus, deux lourds secrets dont il semble avoir honte. Tout d'abord, le fait qu'il soit amoureux de son meilleur ami, Masaki. Et enfin, le fait qu'il ressente un profond mal-être dans son corps d'homme qu'il voudrait voir être femme. Pour bien se rendre compte à quel point cela ne doit pas être facile à vivre, il faut bien comprendre les mentalités de l'époque. On en a un bref aperçu lorsqu'il repense à la réaction de sa sœur face à lui et le sac rouge, mais c'est loin de vraiment nous décrire la fermeture d'esprit des gens en ce temps. Déjà que l'homosexualité était considérée comme une maladie, alors je ne vous parle pas du problème de la transidentité. Il faut bien avouer que depuis les années 80, les mœurs ont beaucoup changé quoi qu'on en dise, mais déjà que de nos jours, on rencontre beaucoup de polémique, surtout sur les réseaux sociaux, alors essayez d'imaginer la chose près de 40 ans en arrière.

    Je trouve vraiment intéressant le choix des auteurs d'utiliser des thèmes comme la transidentité, l'homosexualité, la quête de soi et l'acceptation de soi, des sujets encore très actuels et qui ne sont pas faciles à aborder, cela donne beaucoup à réfléchir aux lecteurs. Et le choix du contexte temporel rend le sujet encore plus complexe. L'histoire est très profonde et mature. D'ailleurs, elle m'a fait penser au film Danish Girl, un film magnifique, qui vous fera verser quelques larmes sans doute, tiré d'une histoire vraie. Pour en revenir à l'histoire du manga, Manase a gardé ses secrets toute sa vie, a enfoui ce "problème" au fond de lui, sans que personne le sache. Mais un jour, sa sœur débarque chez lui sans prévenir et y laisse un sac contenant une perruque et une robe, la tentation était trop grande : il essaya le tout. Lui qui détestait son corps, pour la première fois de sa vie, il s'est senti presque lui-même. Ce fut le déclic. A partir de là, il a commencé à vouloir être lui-même mais toujours en se cachant et en mentant.

    Les auteurs ont très bien su attirer le lecteur dès les premières pages, l'histoire est tellement bien racontée qu'on est très vite plongée dans l'histoire. Outre des thèmes très sérieux, ce qui donne un côté vraiment réaliste à notre récit ce sont les passages où l'on peut voir des moments anodins comme lorsque les personnages sont tous ensemble dans leur club de littérature fantastique où l'on peut sentir une certaine complicité ou tout simplement de l'amitié entre certains protagonistes, voire même des sentiments amoureux se dégager de certaines scènes.

    Ce que je trouve particulièrement intéressant dans ce manga c'est que l'histoire se concentre essentiellement sur le mal-être du personnage et sur son évolution pour sortir de cette situation de mal. En effet, cette incohérence identitaire entre un corps d'homme et un cœur de femme amène Manase à se poser des questions, à douter mais aussi à essayer de tout faire pour ne pas sortir du "droit chemin" conventionnel. Il faut aussi comprendre que le personnage vient d'un milieu aisé où respecter les conventions et les codes de conduites n'est pas une option. C'est pourquoi, entre une riche famille traditionnelle et une société de "normalité", on peut facilement ressentir et comprendre la profonde solitude du personnage principal. Tout ceci est parfaitement retranscrit dans cette histoire que ce soit à travers les dessins ou les dialogues.

    © SUWARU KOKO/BINGO MORIHASHI 2017 / KADOKAWA CORPORATION

    En ce qui concerne les personnages, ils sont plus ou moins important dans l'histoire mais ils ont tous quelque chose à cacher que ce soit se mentir à soi-même en ce qui concerne l'amour, un futur déjà tout tracer ou encore un problème familial. Dans un sens, ils sont tous intéressants, attachants mais surtout ils font vrais. Manase fait partie de cette catégorie. Comment ne pas éprouver une certaine empathie pour quelqu'un rongé de l'intérieur comme lui, j'ai vraiment hâte de le voir évoluer, voire peut-être même s'épanouir. En effet, vers la fin du tome on commence à voir les prémices de son acceptation de soi. On ressent une profonde tristesse dans son regard même lorsqu'il semble sourire. Pour un personnage type Shojo, il en est loin. En effet, c'est un personnage très mature, après tout il est en étude supérieure, mais le fait de constamment se sentir seul, forge une certaine carapace et un certain caractère. Il n'a jamais été vraiment heureux, il m'a beaucoup fait penser à Baudelaire avec son spleen (mélancolie, tristesse, mal-être).

    Ensuite, nous avons Tigre (Kentarô). J'aime beaucoup ce personnage, on dirait un enfant graphiquement parlant. Il semble plus accepter qui il est, mais je me demande pourquoi il était avec une femme le jour où il a vu Manase au centre commercial. Je sens que ça va être le petit personnage qui va donner un côté plus léger à l'histoire car il va permettre à notre héros d'être apaisé, il va sans doute devenir le confident de Manase.

    "Il se trouve que les personnes dont je tombe amoureux sont des garçons, ce n'est pas comme si je faisais quelque chose de mal"

    Après une telle histoire, je ne m'attendais pas à voir une petite histoire à la fin écrite façon roman. J'ai trouvé ça très plaisant à lire. J'ai apprécié le fait de découvrir ne serait-ce qu'un peu le passé du personnage principal montrant la rencontre entre Masaki et Manase au lycée, et le début d'une histoire d'amour à sens unique. Les auteurs ont réussi à nous transmettre la façon de penser de l'époque à travers les personnages comme par exemple avec le passé de Tigre, qui montre la mentalité des jeunes de ce temps.

    En ce qui concerne les dessins, je les trouve particulièrement beaux. J'aime énormément ce côté épuré qui correspond parfaitement au thème du manga. Le chara-design fait très mature, le style est fin et délicat. Je dois avouer que parfois le manque de fond ne faisait ressentir mais pas assez pour me sortir de l'histoire.

    Conclusion

    Points positifs • Une histoire originale et réelle. • Des personnages authentiques avec des caractères propres.
    • Des dessins matures appuyant la complexité de l'histoire.
    Points négatifs • Le passé du protagoniste pas assez exploité.
     

     

     

     

     

     

    J'ai vraiment adoré ce manga. J'ai été étonnée de voir à quel point j'étais absorbée par l'histoire alors que ce n'est vraiment pas le style de manga que je lis habituellement. Mais le fait que l'histoire peut encore s'avérer d'actualité, l’authenticité des personnages et le charme du scénario font de ce manga une vraie merveille. J'ai déjà prévu de lire la suite, et je vous conseille de jeter un petit coup d’œil à cette œuvre qui mérite vraiment qu'on la lise.


    4 commentaires
  • Synopsis

    Ce manga est sorti chez nous juillet 2018. C'est la première série de l'auteure à sortir en France. Voici un résumé de l'histoire : Dans le restaurant où elle travaille, An assiste à une demande en mariage qui se solde par le rejet du jeune homme, dévasté. Émue, elle ignore qu’elle vient de rencontrer son futur professeur ! Ce dernier affiche pourtant devant sa classe une grande confiance en lui. Commence alors une relation amicale inattendue et tendre et An prend une décision ferme : le professeur Furuya est à elle !

    Manga news

    Informations
    Extrait du volume 1 : www  
    Titre Original :  古屋先生は杏ちゃんのモ  / Furuyasensei wa An-chan no Mono  
    Titre : This teacher is mine
    Auteur : Kasumi Yûko
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Soleil Manga                                                                                                                            Nombre de tomes : 3 (VF) / 6 (VO)                                                                                                                                                                                                                 Disponible en version numérique

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : j'ai une grande préférence pour la couverture japonaise : www (pour les curieux), mais je dois avouer que la jaquette française correspond plus au thème de l'histoire avec le fond "salle de classe" et son fameux tableau vert.

    L'histoire commence directement avec la rencontre de nos deux protagonistes principaux et cela est tout à fait original pour moi dans le sens où j'ai l'habitude de voir quelques pages exclusivement avec l'héroïne ou le héros comme dans Good Morning Little Briar Rose. En effet, dès le début du premier chapitre, An, notre jeune protagoniste, apparaît en serveuse et a pour but d'emmener un gâteau au moment où un client, l'autre personnage principal, fait sa demande en mariage. Malheureusement, c'est un fiasco et il se fait jeter. Il commence à verser quelques larmes tandis qu'An lui tend un mouchoir. Quelle rencontre étrange. Elle ne gardera pas une image positive de ce client trop sensible et pleurnicheur. Mais ce qu'elle ne savait pas, c'est qu'elle allait le revoir le lendemain en tant que professeur principal.

    Alors il est vrai que c'est très classique de voir une élève tombée amoureuse de son professeur, on vit ça souvent dans les mangas comme par exemple dans Switch Girl, mais ici, on peut dire que c'était mal parti. En effet, après l'affreuse première impression que Furuya a donné à An lorsqu'ils étaient au restaurent, comment être sous le charme d'un tel homme. Elle a même du dédain pour lui parce que "son altruisme frôle la stupidité" et l'aide a transporté des cartons. Malgré un avis très négatif à son sujet, elle commence à voir en lui un homme bon, sincère, généreux et mature. Mais nous sommes encore au premier chapitre, sans doute toujours au premier jour de cours ou sinon la première semaine et les sentiments sont déjà là. Pour ma part, je trouve que l'histoire d'amour va trop vite surtout que l'héroïne est censée ne pas être intéressée par l'amour.

    En effet, pour ce qui est des personnages, nous avons donc la classique jeune lycéenne qui n'a jamais eu de copain et qui n'est jamais tombée amoureuse parce que cela ne l'intéresse pas. Dès lors, ce personnage m'a fait penser à l'héroïne de Bye bye Liberty qui pense exactement la même chose à propos de ce genre de chose et qui, en plus, a un peu le même caractère qu'elle, un caractère fort. C'est rare pour le souligner, mais An est une de fille "normale", loin des protagonistes Shojo habituelles, elle est dégourdie, franche, moqueuse et mature avec tout de même un côté sensible. D'autre part, nous avons Furuya, un homme assez maladroit pour un enseignant, comme par exemple lorsqu'il se cogne contre la porte en essayant d'entrer dans sa salle de classe. Il veut donner une image classe de lui à ses élèves ce qui fait qu'il a la côte auprès des jeunes filles, mais se montre naturel avec An vu qu'elle connaît son vrai visage d'homme peu sûr de lui. Tout comme notre héroïne, il est loin du cliché bad boy ou du parfait chevalier servant.

    Je suis convaincu que beaucoup des lectrices s’identifieront au personnage d'An tant grâce à son caractère, mais également dû au contexte. En effet, combien de filles sont déjà tombés amoureuses de leur professeur ou ont simplement eu un petit faible pour l'un d'eux. An n'échappe pas à la règle et s'empresse de lui avouer, mais avec beaucoup de sérieux, il repousse son élève qui n'est pas prête de laisser tomber pour autant.

    Cependant, le tome 1 ne pouvait pas se finir sur une si bonne note, c'est alors qu'apparaît enfin le premier vrai cliché : l'arrivée d'un nouveau personnage masculin qui laisse envisager un possible triangle amoureux. Yuto, c'est son nom, est l'archétype du bad boy Shojo, il m'a d'ailleurs fait penser à Kyouya dans Wolf Girl & Black Prince, ils ont le même caractère du mec trop sûr de lui, qui pense tout savoir et qui prend les filles pour des idiotes inutiles. Évidement, il commence à s'intéresser à notre héroïne et je suis sûre qu'à l'avenir, il va tomber amoureux d'elle parce qu'au fond, il n'est pas si mauvais que ça. Mais l'entrée en matière de cet élément perturbateur permet à l'histoire d'avoir un nouveau point d'ancrage au côté humoristique de la série. En effet, la série est très rafraîchissante grâce à l'humour que l'auteure a su donner avec la relation An x Furuya, mais également la relation An x Yuto.

    FURUYA SENSEI WA AN CHAN NO MONO © 2016 by Yuko Kasumi / SHUEISHA Inc.

    J'ai vite accroché à l'histoire malgré le déjà vu de cet amour interdit, pour le moment à sens unique. J'aime beaucoup les personnages principaux et pas seulement à leur caractère assez original, ils sont très attachants et l'évolution de leur relation est intéressante. Je ressens une certaine complicité qui s'installe entre les deux [SPOIL] notamment au moment où il fait cours à sa classe tout en s'adressant indirectement à An, lui présentant ses excuses et acceptant que les sentiments de son élève était bien de l'amour et non pas de l'admiration envers un aîné [Fin du SPOIL].

    J'ai particulièrement aimé ce manga alors que quand j'y réfléchis, il n'apporte rien de nouveau au genre, mais l'auteure a su capter l'attention de son lecteur avec des personnages authentiques et réels dans un contexte parfaitement fondé. Yuko Kasume aborde des thèmes assez communs comme celui du premier amour tout simplement, mais de manière beaucoup plus mature et adulte que dans d'autres Shojos justement grâce à ses personnages. A travers ces derniers, il propose aux lecteurs une réflexion sur l'amour, la sincérité des sentiments ou encore sur la signification d'une véritable relation amoureuse. 

    En ce qui concerne les dessins, ils sont très beaux, je n'ai rien à redire. Ils correspondent parfaitement au style Shojo et sont très mignons. De plus, les fonds ne sont pas inexistants quelque chose de rare en ce moment dans mes lectures.

    Conclusion

    Gros coup de cœur pour moi. J'ai longtemps hésité à l'acheter, c'est d'ailleurs pourquoi je vous en parle plusieurs mois après sa sortie en France, mais je ne regrette pas mon achat. C'est un peu maladroit de la part de l'auteure de mettre en place une histoire où le développement des sentiments des uns et des autres est plutôt rapide alors qu'elle aborde le sujet du premier amour avec beaucoup de sérieux. Les personnages appuient le côté réaliste du scénario grâce à leur authenticité. Humour et Amour sont au rendez-vous et notre vieil ami "triangle amoureux" pointe le bout de son nez. Agréable lecture que je vous recommande.

     
     
     
     

    votre commentaire
  •  

    Synopsis

    Ce manga est sorti chez nous octobre 2018. C'est la première série de l'auteure à sortir en France. La série a été licencié par les éditions nobi nobi ! Voici un résumé de l'histoire : Lors du premier jour dans sa nouvelle école, la douce Misaki fait la rencontre de Reï, surnommé le “Roi Démon“, un élève qui règne aussi bien sur les enseignants que sur les collègiens. Alors qu’elle a rejoint cet établissement huppé pour trouver des informations sur la mystérieuse bague qu’elle possède depuis son enfance, Misaki se retrouve malgré elle confrontée à l'arrogance du jeune despote. Si Reï tombe petit à petit sous le charme de cette jeune fille qui lui tient tête, le cœur de Misaki penche plutôt pour Yôta, un camarade de classe, toujours prêt à lui venir en aide. Mais Misaki a un lourd secret : atteinte d'une maladie rare, le temps lui est compté...

    Manga news

    Informations
    Extrait du volume 1 : www  
    Mon avis après lecture du synopsis : www
    Titre Original :  終わる世界でキミに恋す  / Owaru Sekai de Kimi ni Koisuru 
    Titre : Tant qu'il est encore temps (je t'aimerai)
    Auteur : Notoyama Keiko
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Nobi Nobi                                                                                                                            Nombre de tomes : 3 (VF) / 8 (VO)                                                                                                                                                                                                                 

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : la couverture japonaise et française sont assez similaires, si ce n'est que la couleur de la version japonaise tire plus vers le violet tandis que la couleur de la version française est un peu plus rose. Je ne suis pas fan de la couleur rose, loin de là, cependant, je dois dire que cette jaquette m'a intriguée et, après avoir lu l'extrait du volume 1, j'ai voulu acheter ce premier tome.

    C'est sur Twitter que j'ai pris connaissance de la sortie de ce manga via le compte de la maison d'édition. L'histoire se passe au collège et je dois avouer que cela m'a quelque peu effrayée au début, parce qu'au vu des romances lycéennes qui sont, pour la plupart, très fleur bleue, alors une romance qui se passe au collège, je redoutais vraiment le pire. Cependant, j'ai eu tord. Alors, il est vrai qu'on rencontre les incontournables clichés, ou comme j'ai bien les appelés aussi les petits détails des "comme par hasard", avec par exemple l'inévitable bad boy de service qui tombe sous le charme de notre héroïne, la maladie incurable ou encore le fait que Misaki soit orpheline et qu'elle possède une mystérieuse bague depuis son enfance. Mais après lecture, je pense que le manga a du potentiel, même s'il est destiné à un lectorat assez jeune.

    L'histoire commence comme dans un Shojo classique, on nous présente la protagoniste principale, son entrée dans son collège, l'intérêt qu'elle porte à son anneau et sa rencontre avec les deux garçons du résumé, à savoir Rei le "roi démon" et son opposé, le gentil Yôta. Nous sommes face à un cas tout à fait banal de triangle amoureux. Cependant, le fait qu'il soit annoncé dès le début et vu comment il est présenté tout au long du tome 1, je pense que cela va être le point centrale, ou tout du moins le point d'encrage de la romance. Par la suite, je pense que ce triangle va devenir très intéressant.

    Très vite l'auteure nous donne la description des caractères des personnages, nous avons une héroïne avec du répondant et c'est assez rare pour le souligner. En effet, je rappelle que l'histoire se passe au collège, ce qui est déjà un point d'originalité en soi et normalement ce n'est pas le meilleur moment de la vie pour s'affirmer surtout si on compare avec la plupart des héroïnes de Shojo, donc je trouve très agréable de voir ça. Ensuite, nous avons le méchant garçon très influant qui déteste qu'on lui tienne tête, mais sans doute qu'au fond, se cache un garçon véritablement bon se laissant attendrir par Misaki. Et enfin, le fameux gentil garçon ou chevalier servant, comme vous préférez, qui est là que quand il faut. Vous l'aurez compris, en ce qui concerne les personnages, je les trouve particulièrement clichés notamment les garçons. Par contre, la protagoniste principale est plutôt authentique et attachante.

    Les bases sont posées, on peut alors s'étendre sur le fait que l'école est régie sous une certaine hiérarchie avec à son sommet le conseil des élèves, puis les élèves particuliers et tout en bas les élèves lambda. Évidemment, l'arrivée de la nouvelle avec le sang chaud n'est pas appréciée surtout quand elle est entre dans la ligne de mire du conseil. Mais son joli chevalier servant et membre du conseil volera à son secours à chaque fois, même lorsque tout le monde lui tourne le dos. A deux, arriveront-ils à renverser le système monarchique de Rei ?

    Pour une série destinée à un public de jeunes lectrices, je trouve l'histoire assez dramatique dans un certain sens, les thèmes abordés sont assez matures. L'auteure n'a pas encore trop insisté sur ce point, mais il va bien falloir développé le fait que l'héroïne est gravement malade et que les jours lui sont comptés. En effet, nous sommes en présence d'un personnage qui est loin d'avoir la petite vie parfaite et tranquille que la plupart des gens ont. Misaki est un personnage très intéressant et que j'ai hâte de découvrir au fur et à mesure de l'histoire, notamment en ce qui concerne son passé. Elle est drôle, enjouée et fait preuve d'une grande maturité pour son âge ce qui en fait un personnage attachant, de plus ce n'est pas le genre de fille à se laisser faire.

    Le fait que sa maladie ne soit pas encore connue des autres personnages, me laisse supposer que cela deviendra le cœur de l'histoire dans un futur proche. Et cela a attisé ma curiosité. Mais pour le moment, c'est le triangle amoureux qui est au centre de tout. En effet, quelles sont les sentiments des uns envers les autres ? Est-ce de l'amour ? De l'amitié ? [SPOIL] Rei avoue son amour pour Misaki, hormis le fait que je trouve que cela arrive drôlement tôt dans l'histoire, au vu de son caractère d'enfant gâtée et de petit arrogant, je pense plus que cela relève d'un désir de possession, comme un enfant qui veut jouer avec le jouet d'un autre [Fin du SPOIL]. J'ai très envie de voir l'évolution de ces sentiments.

    Après l'histoire exagère quelque peu sur certains points. Quand j'ai vu le pouvoir de Rei dans son établissement et l'influence qu'il a, j'ai trouvé cela un peu gros. En effet quand je repense aux collégiens à mon époque du collège, il y a un énorme faussé entre la réalité et le manga. Je ne dis pas ça pour casser l'histoire, mais tout d'abord les personnages sont on ne peut plus classiques dans leur genre, ensuite le scénario est un peu irréaliste, surtout que de base le manga se veut crédible, alors au final je trouve que cela empêche les lecteurs de correctement se plonger dans le Shojo.

    OWARU SEKAI DE KIMI NI KOI SURU ©2016 Keiko NOTOYAMA / SHOGAKUKAN

    Le manga commence très bien pour moi. En effet, après que l'auteure est posée les bases de l'histoire, l'intrigue se met en place que ce soit par rapport à la bague de Misaki, le fait que Yôta semble connaître le bijou, le comportement de Rei ou encore le passé de notre héroïne. Avec un cadre très simple et avec pas mal de déjà-vu, l'auteure a su attirer son lectorat, voire au-delà, parce que je ne suis clairement pas le public visé à l'origine.

    J'ai grandement apprécié le chapitre "prologue" à la fin du tome. Je trouverais ça vraiment intéressant si à chaque fin de volume on est un petit chapitre comme ça montrant le passé de notre héroïne mais je ne pense pas que l'auteure veuille amener la chose comme ça.

    En ce qui concerne les dessins, ils sont très mignons, agréables et montrent parfaitement le style typiquement Shojo. On voit clairement qu'on a affaire à des collégiens, les personnages font encore enfantins, mais pas seulement graphiquement mais également dans leur caractère. Les émotions sont plutôt bien transmises. Un point qui m'a déçue, c'est le manque de décors / fonds. Après, le manga se compose de 8 tomes, on aura tout le temps de voir si cela s'améliore au fur et à mesure que l'histoire progresse.

    Pour ce qui est de l'édition, je ne prétends pas être une pro de l'orthographe, loin de là, mais je crois avoir remarqué quelques petites erreurs au niveau de la petite histoire à la fin du tome. Sinon, pour le reste de l'histoire, je n'ai rien à redire. Le manga semble de qualité parce que malgré mes nombreuses lectures, les feuilles tiennent toujours comparé à d'autres maisons d'édition.

    Conclusion

    Agréable découverte dans la collection Shojo Kids des éditions nobi nobi. On sent que le lectorat visé est jeune, mais l'histoire est sympathique entre la romance et l'intrigue mise en place par l'auteure qui nous pousse à vouloir connaître la suite. L'héroïne est très attachante et est loin de la protagoniste classique que l'on voit partout. L'histoire est un peu clichée, c'est pourquoi je ne peux pas conseiller ce manga à tout le monde, je pense qu'il peut correspondre aux grands fans du genre.

     
     
     
     

    votre commentaire
  • Synopsis

    Ce manga est sorti chez nous janvier 2017. L'auteure est connue chez nous pour avoir dessiné Silencer ou encore Hokuto no Ken - La légende de Toki. Voici un résumé de l'histoire : Tamaki Suzuhara est une mystérieuse jeune fille qui manie le scalpel comme personne. Avec son associé Takashi, elle s’est spécialisée dans la vente d’organes. Leurs proies sont les pires rebuts de la société, les criminels les plus infâmes qui ne méritent plus de vivre !

    Manga news

    Informations
    Extrait du volume 1 : www  
     
    Titre Original :  ギフト±  
    Titre : Gift±
    Auteur : Nagate Yuka
    Type : Seinen
    Éditeur vf : Komikku                                                                                                                            Nombre de tomes : 10 (VF) / 13 (VO)                                                                                                                                                                                                                             Pour public averti                                                                     

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : la couverture japonaise et française sont très différentes et c'est assez rare pour le souligner, mais la jaquette des éditions Komikku est beaucoup mieux. Avec les colonnes vertébrales, les jambes d'un homme sûrement mort ou assommé et la jeune fille qui soulève son masque de protection mais qui a quand même du sang sur le visage, on sait réellement à quoi s'attendre. Les éditions françaises ont vraiment donné leur touche personnelle au manga. En ce qui concerne le titre, je trouve qu'il est assez ironique dans un certain sens parce que Gift, qui signifie cadeau en anglais, pourrait s'interpréter par le fait qu'un "Dexter” au féminin, offre la vie en donnant la mort !

    Je change un peu de mon registre habituel en m’attaquant à un Seinen, c'est l'un des rares mangas du genre que je possède. L'histoire semble assez simple au premier abord, en effet, on pourrait croire qu'il s'agit bêtement d'une fille qui joue au "justicière" en tuant et disséquant des criminels pour donner leurs organes à des gens qui en ont besoin. D'une certaine façon, le manga m'a fait penser à Death Note avec le fait que les méchants sont punis de leurs pêchés par la mort. Cependant, il est normal de voir le premier tome poser les bases de l'histoire sans trop se pencher sur le sujet mais qui laisse pourtant, apparaître quelques mystères. Effectivement, Tamaki, notre héroïne, me paraît assez étrange et mystérieuse voire psychologiquement instable. Je m'appuie sur le fait qu'elle semble ne rien ressentir en faisant son "travail" et qu'on peut apercevoir une cicatrice le long de son torse. Cela nous amène à nous poser des questions sur ce personnage : d'où lui vient cette cicatrice ? Est-ce qu'elle joue les bouchères pour payer le fait qu'on lui ai sauvé la vie ? Comment Tamaki a-t-elle acquise ce savoir-faire pour disséquer ces gens ? Comment peut-elle rester de marbre face à ce qu'elle fait ? Pourquoi n'affiche-t-elle aucune expression sur son visage ?

    En effet, la jeune fille est d'ordinaire une jeune lycéenne le jour mais qui se change en "préleveuse" d’organes la nuit. Ce personnage m'a particulièrement troublée avec son côté insensible, par exemple lorsqu'elle explique qu'elle a volontairement balancé sa camarade en direction de l'arbre pour que celui-ci amortisse la chute. Pourtant, je ne sais pas pourquoi, je ressens une profonde tristesse dans la façon dont elle parle et agit, mais c'est peut-être tout simplement sa façon d'être, pourtant sur une photo datant d'il y a 3 ans, elle semble différente de la Tamaki d'aujourd'hui. Elle semble si calme, inexpressive voire même enfantine, et derrière ce véritable visage d'ange se cache des doigts de fée qu'on ne soupçonneraient pas.

    Le manga nous décrit les relations des uns avec les autres et montre une certaine ironie à l'histoire. En effet, on découvre la clinique Hayashi, dirigée par le docteur Takuma, recherché par la police. Ce dernier est le principal client de la vente d'organes organisée par Tamaki et son associé, Takashi, qui est en relation directe avec les clients. Parallèlement, Takuma fait appel à un détective pour retrouver une jeune fille sur une photo, datée d'il y a 3 ans, du nom de Tamaki. C'est dommage pour lui de faire tous ces efforts alors qu'il n'est pas si éloigné de la jeune demoiselle.Ainsi on peut se rendre compte du nombre de mystères que possède l'histoire que ce soit par rapport à l'affaire d'il y a trois ans où le docteur est désormais recherché par la police, les relations des uns avec les autres, les raisons des agissements de chacun, etc. J'ai vraiment hâte d'en apprendre davantage.

    Le manga peut convenir aux personnes qui aiment les histoires un peu glauques, sombres, sanglantes et psychologique. En effet, c'est un manga assez dur et violent avec, outre les scènes de boucherie, on y trouve aussi des scènes de sexe. En effet, Tamaki ne manque pas de s'introduire dans une chambre pour interrompre un violeur en pleine action pour le taser et l'emmener dans sa salle d'opération, encore vivant, tout en donnant un "précieux" conseil à la victime. On sent que l'auteure maîtrise son sujet et sait où elle veut nous mener en nous donnant que peu d'informations au début. Je pense que petit à petit, elle répondra à nos nombreuses questions. Nagate Yuka n'hésite pas à aborder les thèmes du commerce illégal, de la justice avec une notion de moralité à travers le regard de Tamaki. Cela permet au lecteur de s'interroger sur cette moralité où les criminels sont sacrifiés au profit de personnes meilleures.

    "Ce n'est pas un meurtre mais plutôt un désassemblage en règle"

    © Yuka Nagate 2015

    Outre les chapitres où la dissection marque la fin de ces derniers, il y a aussi des chapitres où les "baleines à harponner" aient une deuxième chance, avec une "certaine morale", je parle ici de l'épisode de la mère toxique. La fin du tome est assez intéressante. En effet, d'un côté, on nous présente les prémices d'une nouvelle grosse affaire où Tamaki va, je pense, avoir des problèmes avec des proxénètes. Et à côté de ça, on en apprend un peu plus sur l'affaire d'il y a 3 ans. Je suis persuadée que cela a un lien avec l'activité nocturne de Tamaki.

    Graphiquement, je ne suis pas particulièrement fan des dessins. En effet, l'auteure a choisi un style réaliste qui appuie le côté glauque du manga et qui, de ce fait, correspond parfaitement à l'histoire mais esthétiquement, je n'aime pas tellement. Ensuite, je trouve qu'il y a pas mal de décors et qu'ils sont très détaillés pour la plupart. Les émotions des personnages sont assez bien transmises et j'aime énormément l'effet flou utilisé sur certaines planches pour montrer le "focus de l'image" comme avec un appareil photo.

    Conclusion

    Un de mes premiers Seinen et l'un de mes préférés au passage. J'aime beaucoup l'ambiance lugubre bien glauque qui s'en dégage. Je trouve l'histoire intéressante et originale, l'auteure a très bien su accrocher le lecteur dès le début, avec le médecin qui cherche notre jeune "héroïne" notamment, ou le visage de glace de Tamaki en répondant à son professeur après avoir sauvé la vie d'une élève. Le manga est très réaliste, on sent que Nagate Yuka a fait de nombreuses recherches pour être au plus près du monde nocturne illégal. Les dessins participent également à ce côté "vrai". Je le conseille vivement aux fans du genre. Cela a été une très belle découverte pour moi.

     
     
     
     

    votre commentaire
  • Synopsis

    Ce manga est sorti chez nous octobre 2017. C'est la première série de l'auteure à sortir en France. La série a été licencié par Akata. Voici un résumé de l'histoire : Parce qu’il souhaite prouver à son père qu’il pourra arrêter ses études à la sortie du lycée, le jeune Tetsu a commencé à travailler comme employé de maison pour la prestigieuse famille Karasawa. à la demeure surnommée « la maison au sommet de la colline », le lycéen se doit de respecter une seule règle : ne pas surtout pas s’approcher de la petite annexe du jardin, dans laquelle réside cloîtrée la jeune fille malade de la famille Karasawa. Pourtant, un jour, son regard croisera celui de la mystérieuse Shizu. Aussitôt attiré par son sourire empli de tristesse, Tetsu se permet alors de braver l’interdit... Il ne s’imagine pas encore les nombreux secrets qui entourent la jeune fille. Qui est-elle vraiment ?

    Manga news

    Informations
    Extrait du volume 1 : www  
     
    Titre Original :  おはよう、いばら姫  / Ohayou, Ibarahime  
    Titre : Good Morning Little Briar-Rose
    Auteur : Morino Megumi
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata                                                                                                                            Nombre de tomes : 5 (VF) / 6 (VO)                                                                                                                                                                                                                 Disponible en version numérique

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : la couverture japonaise et française sont similaires, seul le titre change. Les couleurs sont très belles, elles sont douces laissant penser à une histoire d'amour très belle, et on peut ressentir beaucoup d'émotions à travers cette jaquette.

    Je suis tombée sur un extrait de ce manga, vous savez les sortes de brochures où se trouve la moitié d'un chapitre et qui vous donne trop envie de lire la suite. Eh bien j'en avais un sur ce manga. Après sa, j'ai voulu savoir la suite, évidemment, alors j'ai acheté le premier tome en version numérique et je me suis lancée. L'histoire commence avec une base assez simple malgré le fait que le personnage principal soit un garçon et non pas une fille (mais en ce moment, c'est la grande mode des Shojos je trouve). Tetsu travaille comme employé de maison pour une riche famille. Il peut aller partout sauf s'approcher de la maison au fond du jardin où réside la fille malade de cette famille. Cependant, il rencontre tout de même cette fameuse fille par hasard, après s'être endormi dans le jardin. Si on s'arrête là, c'est une histoire comme les autres, mais il se trouve que Shizu n'est pas une personne ordinaire. Peu à peu, il s'attache à elle jusqu'à tomber amoureux d'elle, c'est d'ailleurs un point plutôt négatif pour moi. En effet, je trouve que ses sentiments se sont trop vites développés. Cependant, au vu de la suite de l'histoire, je pense que c'était surtout un besoin scénaristique. Après avoir posé les bases de l'histoire, l'auteure nous fait entrer dans un monde plus complexe que prévu surpassant de loin mes attentes. L'auteure tisse des ambiances aussi bien chaleureuses que froides mettant le lecteur dans les conditions que requiert l'atmosphère de l'histoire. 

    L'histoire me fait penser un peu à Fruit Basket où les genres romance et fantastique étaient également mélangés. D'habitude je ne suis pas trop fan de ce mélange sauf si c'est bien fait, et en effet, ici c'est vraiment réussi, on sent que l'auteure maîtrise son sujet et sait où elle va. On ne s'attend pas du tout aux évènements, on voit très bien que l'auteure a très bien réfléchie au scénario. Dès le début, l'histoire est prenante. Ce que j'aime beaucoup, c'est qu'il y a énormément d'émotions que l'auteure transmet au lecteur.

    En ce qui concerne les personnages, je les trouve authentiques, attachants et pas du tout clichés. Je trouve qu'ils représentent une force à l'histoire, ils donnent de la crédibilité au récit. Outre le personnage de Shizu qui est réellement mystérieux malgré quelques éclaircissements dans le tome 1, je trouve que Tetsu est vraiment intéressant. Il est bin plus complexe qu'on pourrait le croire aux premiers abords. Il me fait penser au protagoniste principal de Toi, Ma Belle Étoile avec sa naïveté et son aspect de jeune collégien alors qu'il est au lycée. Son obsession pour l'argent est assez suspect, pourquoi veut-il économiser ? [SPOIL] Est-ce pour sa mère qui est à l'hôpital ? D'ailleurs pourquoi y est-elle ? [Fin du SPOIL]. Qu'est-ce qu'il veut prouver à s'acharner autant quitte à s'user la santé ? Toutes ses questions sans réponses me laisse penser que notre héros n'est pas un personnage plat sans profondeur, on sent que l'auteure a travaillé sur le fond de son personnage.

    Pour Shizu, dès les premières pages où on la voit, on comprend bien qu'elle a un secret surtout qu'elle vit dans un annexe de la maison de sa famille. Parce que dans le premier chapitre, elle paraît tout à fait normal, alors pourquoi on parle d'une fille "malade" ? Dans ce premier tome, l'auteure nous donne quelques explications à propos de la jeune fille mais au final c'est très flou. En effet, au fur et à mesure que l'histoire avance, on a des explications qui brouillent totalement les pistes qu'on pensait avoir. L'intrigue de ce personnage est particulièrement bien menée. L'auteure prend un malin plaisir à troubler le lecteur. En effet, tu crois avoir compris le secret de Shizu [SPOIL] avec son histoire de troubles dissociatif de la personnalité [Fin du SPOIL] et BAM, en fait pas du tout, l'auteure va, en réalité, encore plus loin.

    Découverte #33 - Good Morning Little Briar-Rose -

    © Megumi Morino / Kodansha Ltd.

    La fin du tome est absolument géniale. L'auteure a vraiment compris comment attirer le lecteur et comment lui donner envie de lire la suite. On était déjà très attiré par le personnage de Shizu qui est entouré de mystères, mais avec Tetsu qui est effrayé par la situation et qui est obligé de rester auprès de Shizu [SPOIL] parce que la mère de cette dernière lui fait du chantage [Fin du SPOIL] cela donne encore plus envie de découvrir la suite. Comment va réagir Tetsu vis-à-vis de la jeune fille, on a déjà vu qu'il n'avait pas l'air à l'aise, mais va-t-il passer l'éponge sur les évènements de la piscine ? Pour tout vous dire, cela doit être l'un des meilleurs mangas que j'ai lus, pour le moment, la suite va peut-être changé la donne mais j'en doute fortement.

    Graphiquement, c'est très beau. Les dessins font plus matures que ce que l'on peut trouver dans les shojos mais par rapport à l'histoire, je trouve ça normal. Après, je pense que le coup de crayon est assez classique, les dessins sont beaux mais sans plus. J'ai trouvé que l'auteure faisait souvent des gros zooms sur les visages, après cela permet de mettre en évidence les émotions des personnages et de, sans doute, mieux les transmettre au lecteur. Ensuite, je trouve qu'il y a peu de décors mais quand il y en a, ces derniers sont assez travaillés. Les trames ne sont pas surchargées en texte, c'est assez épuré.

    Conclusion

    Gros coup de cœur pour moi. L'histoire est très bien racontée, l'intrigue est bien amenée et l'auteure a su comment attirer le lecteur. Les personnages sont géniaux et donnent beaucoup de profondeur à l'histoire et à l'atmosphère du manga. Beaucoup de questions sont encore sans réponses c'est pourquoi les prochains tomes sont attendus avec impatience. Je le conseille vraiment, même à ceux qui ne sont pas trop fan de Shojo. En effet, ce n'est pas un shojo comme les autres. Akata s'est encore trouvé une vraie pépite !

     
     
     
     

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique