•  

    real girl

    Synopsis

    Sorti chez nous le 3 octobre 2018 aux éditions Pika, l'auteure du manga est encore inconnue en France. Une adaptation animée du manga a vu le jour au printemps 2018. Voici un résumé de l'histoire : Hikari Tsutsui, surnommé Tsutsun, est un lycéen asocial, mal dans sa peau et persécuté par les autres élèves. Il ne trouve satisfaction auprès de la gent féminine qu’à travers les animes et les jeux vidéo. Un jour, alors qu’il se retrouve coincé en heure de colle avec Iroha, la fille la plus dévergondée du lycée, il s’apprête à vivre le pire supplice de sa vie. Mais les choses ne se déroulent pas comme il l’avait imaginé... L’histoire de la rencontre improbable entre un otaku et une bimbo.

    Manga news

    Informations

     
    Titre Original :  3D彼女
    Titre : 3D Kanojo
    Auteur : Minami Mao
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Pika                                                                                                                            Nombre de tomes : 1 (VF) / 12 (VO)                                                                                                                                                                                                                 

     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : En ce qui concerne la jaquette, j'ai une petite préférence pour la version japonaise qui est vraiment stylée (www), je trouve la couverture française un peu trop simpliste à mon goût. Pour le titre, je pense qu'il correspond parfaitement à l'histoire. Si vous souhaitez savoir ce à quoi je m'attendais avant de lire ce premier tome, je vous invite à lire ma chronique #1 : www. Vous verrez bien qu'il ne faut pas se fier uniquement au résumé. En général, il ne reflète pas du tout le potentiel d'un manga.

    Alors l'histoire est très simple comme par hasard, nos deux protagonistes principaux arrivent en retard le même jour et sont tous les deux punis pour ça. Ils vont devoir nettoyer la piscine pendant leur pause. On comprend très vite que notre héros, qui est assez introverti, n'aime pas trop les personnes comme Iroha, surtout elle qui a une mauvaise réputation de fille un peu trop ouverte. Mais au-delà des apparences et des rumeurs, ils vont tout deux apprendre à se connaître. En effet, les doutes commencent à apparaître [SPOIL] notamment au moment où Iroha sauve Tsutsun et son ami, d'une fille qui les harcèle au cinéma [Fin du SPOIL] et c'est à partir de là que le destin va faire en sorte que leur route se croise souvent.

    Ce que j'aime particulièrement ici, c'est que l'histoire se déroule dans un contexte réel et commun dans notre société. L'auteure aborde le thème du harcèlement mais elle ne fait que frôler le problème, alors j'attends qu'elle l’approfondisse un peu mieux à travers le personnages de Tsutsun dans les prochains tomes. Combien de fois on voit des groupes comme ça au lycée ? Et combien de fois on entend parler de harcèlement au lycée (même si c'est surtout au collège parce qu'au lycée, les élèves commencent à avoir un peu de plomb dans la tête) avec surtout des personnes ayant des passions considérées comme "étranges" par la plupart des gens et qui sont victimes de harcèlement. Ce concept existe vraiment et cela peut permettre aux lecteurs de s'identifier aux personnages.

    D'ailleurs, du côté des protagonistes, l'auteure a décidé de se concentrer surtout sur les deux principaux. C'est dommage, je pense que d'autres auraient pu apporter des choses à l'histoire même si les personnages "s’auto-suffisent" dans le sens où ils évoluent l'un grâce à l'autre. En effet, grâce à Iroha, Tsutsun semble s'ouvrir d'avantage et grâce à ce dernier, Iroha semble plus s’épanouir et plus heureuse.

    Donc nous avons tout d'abord TsuTsun, le cliché type du gars renfermé, taciturne et à fond dans les animes surtout les magical girl et qui n'a qu'un seul ami un peu dans le même genre que lui. Depuis tout jeune il se fait tyranniser par les autres à cause des choses qu'il aime et qui sont différentes des "coutumes". Cependant, c'est quelqu'un de très sérieux avec un côté chevaleresque, ce qui aide à l'évolution de sa relation avec Iroha. On s'attache à ce personnage qui connaît rien des sentiments amoureux et qui ne comprends pas ce qui lui arrive. Il est très agréable de lire les scènes où son héroïne d'anime lui donne des conseils comme si c'était son amie, cela donne un côté très humoristique au manga je trouve.

    Ensuite, nous avons Iroha. Elle est belle et est connue pour sa mauvaise réputation ce qui fait qu'elle n'a pas d'ami, ce qui lui fait un point commun avec Tsutsun. Cependant, derrière tout ça se trouve une femme gentille et  qui cache potentiellement un problème de santé. En effet, dans ce tome on apprend qu'elle est asthmatique, et on apprend aussi qu'elle doit quitter son lycée actuel dans six mois. En tant que lectrice, je ne peux m'empêcher de faire un rapprochement entre les deux problèmes surtout qu'on la voit pleurer au début de l'histoire, assise seule sur un banc. Je me suis particulièrement attachée à ce personnage qui est loin des clichés de la fille mignonne et un peu naïve des Shojos, ici, Iroha a du caractère et est assez franche  [SPOIL] mais je n'ai pas compris pourquoi elle avait menti à Tsustun à propos sa virginité ou de sa maladie en disant "J'ai une grave maladie" par exemple, même si elle lui dit la vérité ensuite, enfin si c'est bien la vérité [Fin du SPOIL]. Ce personnage reste très mystérieux selon moi.

    Découverte #32 -Real Girl-

    3D KANOJO (REAL GIRL) © MAO NANAMI / Kodansha Ltd.

    Le fait que l'histoire soit raconté à travers un protagoniste masculin change beaucoup par rapport à ce qu'on a l'habitude de voir dans les Shojos. Mais un truc que je n'aime pas particulièrement, c'est que la relation entre nos deux protagonistes va beaucoup trop vite à mon goût. En effet, ils sortent déjà ensemble alors qu'ils viennent de se rencontrer. Après ce n'est pas choquant avec l'histoire, c'est cohérent et surtout vu que Iroha va quitter le lycée, il y a un réel besoin scénaristique.

    Graphiquement j'aime bien. Je pense que certains ne vont pas trop accrocher, mais je trouve le style de l'auteure très différent des autres Shojos et je trouve ça très appréciable. Le chara-design des personnages me fait penser à une autre série Pika Ichi alors que ce ne sont pas les mêmes auteures (mais peut-être que je suis la seule à voir une quelconque similitude). Pour ce qui est des fonds et décors, ils sont plus ou moins travaillés, il y en a qui peuvent être complètement vides et d'autres non.

    Conclusion

    J'ai bien aimé cette série où les opposés s'attirent, je pense que tout au long de l'histoire ils vont tous deux évolués ensemble et je pense que ça va être très intéressant de voir ça. Je trouve la protagoniste principale plutôt mystérieuse et je ne pense pas que sa maladie soit seulement de l'asthme surtout qu'elle doit changer de lycée dans six mois. Cette "énigme" m'intrigue beaucoup et j'ai hâte d'avoir la suite pour voir ce qu'il en est. Je conseille ce manga qui n'est pas une histoire typiquement Shojo comme on en voit des centaines.


    4 commentaires
  • Synopsis

    Ce manga est sorti chez nous en août 2018. C'est la première série de l'auteure a être sortie en France. Voici un résumé de l'histoire : Eriko Ichimura est une lycéenne discrète que l’on ne remarque pas. Son seul plaisir est d’admirer Akira Ômi, un beau jeune homme plein de fraîcheur, et de « murmurer » ses fantasmes quotidiens sur Internet. Mais, un jour, elle découvre par hasard la vraie nature d’Ômi. Et ce dernier prend connaissance des tweets embarrassants d’Ellie... !!

    Manga news

    Informations

     
    Titre Original :  恋わずらいのエリー / Koi wazurai no Ellie
    Titre : @Ellie #JeNaiPasDePetitAmi
    Auteur : Fujimomo
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Kana                                                                                                                           Nombre de tomes : 1 (VF) / 7 (VO)                                                                                                                                                                                                                 

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : la jaquette est sympa, elle ne change pas tellement de la version japonaise. Cependant, ce n'est pas la jaquette qui m'a attirée mais le titre. Il m'a interpelée. C'est rare de voir un titre avec un "@" ou un "#". Pour le lancement du manga, les éditions Kana ont misé sur une communication assez originale : l'éditeur a ouvert un compte Twitter @Ellie_crazylove où les posts d'Ellie que l'on peut lire dans la série sont réellement postés. Un compte japonaise existe aussi sous le nom @Ellie_lovesick. Autre chose que j'ai bien apprécié venant de l'éditeur, c'est le prix découverte à 5€45 au lieu du prix d'un Shojo normal (environ 6€99), ce qui fait quelques économies qui ne sont pas négligeables mais attention, ce prix est valable jusqu'au 31/12/2018.

    Quand j'ai lu le résumé, je n'ai pas été surprise de lire "internet" ou "tweets" parce que la couverture trahissait déjà le thème du manga, et je ne m'attendais pas à quelque chose d'extraordinaire. Pourtant, derrière une ambiance sympathique se trouve une histoire bouleversante et profondément touchante. En effet, la solitude des personnages que ce soit physiquement ou psychologiquement est très bien retranscrite. Ceux qui ont déjà connu cela, s'identifieront facilement et arriveront vite à comprendre les personnages notamment celui d'Eriko. A côté de ça, la relation entre nos deux protagonistes donne lieu à des situations comiques laissant place au rire.

    L'histoire est très simple, on retrouve Eriko alias Ellie, une fille tellement discrète que personne ne l'a remarque, qui poste des tweets sur son compte Tweeter où elle parle de ses fantasmes avec le beau Akira Ômi, le garçon le plus populaire du lycée. Rien que là c'est cliché. Pourquoi dans la plupart des Shojos, on se retrouve avec une fille "toute fragile" et un garçon hyper beau qui a la côte avec tout le monde. Pourtant, au-delà des apparences, le manga cache des personnages bien loin des clichés. Après, tout ça reste très flou, on n'apprend pas beaucoup de choses. En effet, le premier tome n'est qu'un amuse bouche qui laisse présager d'une suite très intéressante. L'auteure ne révèle presque rien sur le passé de nos personnages attirant ainsi l'attention des lecteurs. Ômi découvre le secret d'Eriko mais il décide de ne rien dire si en contre partie, Eriko ne révèle pas la véritable nature du beau jeune homme. Ce côté de l'histoire me rappelle d'autres séries comme Switch Girl par exemple.

    J'aime beaucoup le fait que l'histoire soit encrée dans un contexte contemporain avec notamment la présence des réseaux sociaux qui pointent, à travers Eriko, les problèmes de la société actuelle où tout le monde se cache derrière un masque pour ne pas montrer ce qu'ils sont au fond et éviter d'être jugé et laisser pour compte. Mais Ômi aussi cache son véritable lui, mais pas pour les mêmes raisons. J'ai bien apprécié aussi la petite histoire d'amitié. Comme je le dit souvent, j'aime beaucoup les histoires où l'amitié est présente. Ici, c'est tout léger, mais l'auteur met en place une relation amicale entre Eriko et Sara, une fille plus âgée qu'elle rencontre par un concours de circonstances, et même si ce personnage est encore moins développé que les autres, on voit clairement qu'elle ressemble beaucoup à la protagoniste principale, même si au début, l'auteure a joué avec la situation [SPOIL] pour nous faire croire qu'elle utilisait Eriko pour se rapprocher d'Ômi [Fin du SPOIL].

    "J'ai une amie pour la première fois de ma vie"

    A travers les relations des uns et des autres, les personnages évoluent et changent pour aller de l'avant. De cette manière, je trouve que ça permet aux lecteurs de réfléchir et de se remettre en question. Mais où est la romance dans tout ça ? Très bonne question. C'est très agréable de voir un Shojo où la romance n'est pas le point centrale surtout dans le tome 1. Je dois dire que la relation entre nos deux protagonistes restent très ambigüe avant de réellement se concrétiser et pas de la manière la plus romantique ou la plus simple qui soit.

    Pour les personnages principaux, nous avons d'abord, Eriko, la typique jeune fille de Shojo, sage et transparente. Mais derrière ce voile, se cache une fille avec énormément d'imagination qui fantasme sur le beau Ômi. D'ailleurs après qu'il est appris son secret et vice-versa, elle arrive très bien à discerner le vrai Ômi, celui qui se cache encore derrière son ton arrogant. Avec la bonne influence de Ômi et Sara, elle va apprendre à s'ouvrir un peu plus.

    Ensuite, il y a Ômi, le parfait garçon, beau, gentil, populaire, et qui affiche toujours le même sourire insupportable, en gros c'est le genre de personnage masculin que l'on retrouve souvent dans les romances lycéennes. Mais derrière tout ça, se trouve un garçon qui parle mal, qui est arrogant mais "qui rit comme un enfant". En effet, ce dernier cache lui aussi sa vraie personnalité mais sa rencontre avec Eriko le déstabilise et malgré le fait qu'il adore la taquiner, il commence peu à peu à s'adoucir.

    Découverte #31 -@Ellie- Découverte #31 -@Ellie-

    Koi wazurai no Ellie © Fujimomo / Kodansha Ltd

    Avec ces deux personnages l'auteure montre des personnalités différentes avec leurs propres difficultés que ce soit la timidité et les problèmes qui en découlent notamment pour se faire des amis, ou alors une apparence trop parfaite qui cache en réalité une grande sensibilité. Cela va être réellement intéressant de voir comment l'auteure va les faire évoluer tout au long de l'histoire.

    Graphiquement, c'est dans la norme de ce que l'on peut trouver dans beaucoup de Shojos (les gros yeux qui brillent, les rougissement exagérés, les étoiles partout, etc). Les traits sont assez fins et les émotions des personnages sont très bien retranscrites et transmises aux lecteurs. L'ambiance entre les deux protagonistes fait typiquement Shojo. Cependant, petit bémol pour moi, je trouve que le manga est vraiment pauvre en décors, l'auteure a préféré misé sur les visages. En effet, les cases sont très souvent remplis de gros zoom sur des visages. C'est là qu'on remarque que la mangaka a choisi un domaine qu'elle maîtrise parfaitement parce que les expressions sont joliment travaillées, que ce soit la tristesse, la joie ou autre.

    Conclusion

    Excellente découverte. Ce premier tome a posé les bases d'une histoire qui me semble bien partie. Les personnages sont touchants, les relations ne vont ni trop vite, ni trop doucement. L'auteure nous raconte une histoire d'amour fraîche, moderne et drôle sans trop de romance inutile et avec de l'amitié. Le manga peut vraiment convenir à tout le monde. Je recommande cette série qui semble simple aux premiers abords mais qui, je pense, s'avérera plus complexe qu'elle en a l'air pour le moment.


    votre commentaire
  • Synopsis

    Avec « SOS Love », Yasuko signe sa première œuvre traduite en français. Le tome 1 est apparu le 30 août dernier. Terminé au Japon avec 6 tomes, le tome 2 sortira mi-novembre. Voici un petit résumé de l’histoire : Kayo est cool, Kayo est jeune, Kayo est populaire ! Elle n’est pas très douée pour les études, mais ce n’est peut-être pas si grave. Car après tout, son plan de « carrière », il est tout tracé : trouver l’homme de sa vie à l’université et l’épouser pour ne plus faire grand-chose d’autre ensuite. En attendant, elle compte bien profiter de sa jeunesse. Oui, mais voilà… un beau matin débarque dans son quotidien une lugubre jeune femme qui prétend venir du futur, et même être la version plus âgée d’elle-même. Kayo refuse d’y croire, mais quand cette dernière lui annonce qu’à trente ans, elle sera célibataire, déprimée, et loin d’être heureuse, la lycéenne commence à se poser des questions… Et s’il était temps d’admettre l’amour qu’elle éprouve pour son ami d’enfance, et d’enfin lui mettre le grappin dessus ?

    Manga News

    Informations
    Extrait du tome 1 : www                                        Lien vers la review de Minokowww
     
    Titre Original :  こんな未来は聞いてない!! / Konna Mirai wa kittenai 
    Titre : SOS Love
    Auteur : Yasuko
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata                                                                                                                         Nombre de tomes : 1 (VF) / 6 (VO)                                                                                                      
                                                                                                                                                               Disponible en version numérique

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    Commentaire avant lecture : La couverture française ne change pas tellement de la version japonaise sauf en ce qui concerne le "logo" et le titre que je trouve particulièrement bien trouvé. En effet, pour le titre, si l'on traduit littéralement cela donne Je n'ai pas entendu parler d'un tel avenir !! ce qui beaucoup moins accrocheur que SOS Love.

    En lisant le résumé, on pourrait croire que le manga nous raconte l'histoire d'une fille qui veut simplement mettre le grappin sur un gars n'importe lequel et être tranquille chez elle pendant que son mari travaille, mais son elle du futur lui dit que c'est pas un bon plan et qui faut essayer de conquérir son meilleur ami sinon elle sera seule et déprimée à 30 ans. D'une certaine façon, le scénario c'est ça, mais comme toujours chez Akata, les histoires qui semblent être banales et sans surprises aux premiers abords, se retrouvent en fait à être de vraies pépites comme Don't worry, Be happy.

    Ici, le plan classique de l'amour d'enfance est abordé avec un contexte original : l'irruption dans la vie de Kayo de son double du futur venant la prévenir de son avenir catastrophique. La situation m'a fait pensé à Orange pour le côté spatio-temporel mais au niveau du contenu et de la profondeur de l'histoire, on en est très loin. En effet, c'est une romance classique accompagnée de quelques clichés habituels : l’inévitable amour entre amis d'enfance, le petit triangle amoureux qui intervient en plein milieu, etc. Mais en contrepartie, nous avons une héroïne pas comme les autres. L'histoire est plate mais la fin du tome 1 est tellement intéressante, l'auteure a su attirer le lecteur au bon moment. Le manga se concentre essentiellement sur l'histoire d'amour, mais l'évolution de l'héroïne tant pour la découverte de ses sentiments et sur la découverte de qui elle est vraiment, est un très bon point. J'ai été surprise de constater que j'ai beaucoup apprécié ma lecture. C'est vrai, on est face à une héroïne totalement perdue qui s’interroge ses sentiments,et sur ses motivations à aller vers l'homme qu'elle pense aimer. Son alter-ego du futur et là pour l'y aider non sans une touche d'humour. J'aime passé ma lecture entre rire et émotion.

    Pour ce qui est des personnages, il y en a en gros quatre et un dernier qui apparaît à la fin du volume. Tout d'abord Kayo, pour une héroïne de Shojo, elle est populaire, a beaucoup de succès, a du punch et du caractère. Fini les petites filles fragiles et niaises et bonjour à Kayo une protagoniste qui donne de la fraîcheur au genre. Sa réputation de fille cool ne colle pas du tout avec sa vraie personnalité qu'elle laisse apparaître depuis qu'elle a compris la nature des sentiments qu'elle a à l'égard de Shinnosuke. En effet, c'est une fille qui ne sait pas comment agir avec le garçon qu'elle aime, elle n'est pas sûre d'elle et ne manque pas de mettre les pied dans le plat et ainsi mettre en péril son avenir. Ensuite nous avons la vieille Kayo. Je suis un peu déçue par ce personnage parce que je ne suis pas d'accord avec sa vision des choses, elle a environ 30 ans et a de l'expérience dans la vie, je trouve ça dommage qu'elle conseille à sa jeune version d'avouer ses sentiments à son ami d'enfance plutôt que de se prendre en main pour ainsi devenir une femme active indépendante. Mais sinon, je trouve que la Kayo du futur a un très bon impact sur celle du présent, elle lui apporte quelque chose comme de la maturité.

     

    On continue avec Shinnosuke, le gars classique du Shojo, populaire, sportif et beau. Il est l'un des garçon les plus populaires de son lycée et a la côte auprès des filles. On voit clairement qu'il n'est pas indifférent à Kayo. Sinon on ne sait rien de plus sur lui. Personnellement, je ne trouve pas que ce personnage soit vraiment intéressant. Ensuite, il y a Kushida, c'est celle qui vient compléter le triangle amoureux avec Kayo et Shinnosuke. Elle est franche, mature et elle fait partie du même club de sport que Shinnosuke. Je trouve ce personnage très captivant, et je suis persuadée qu'elle va apporter énormément à l'héroïne mais aussi à l'histoire. Mais tout comme les pseudo-protagonistes principaux, on ne sait rien de plus sur elle. Et pour finir, on a Taki qui est le dernier personnage a entré en scène. On ne sait rien de lui, à part qu'il est dans le même lycée que Kayo et que c'est le deuxième garçon le plus populaire avec Shinnosuke. Il est très mystérieux mais il a aidé notre héroïne alors qu'elle était en mauvaise posture face à Kushida, il ne doit pas être quelqu'un de méchant. [SPOIL] Cependant, la dernière page où l'on voit la Kayo du futur parlait de lui et dire qu'il est l'inventeur de la machine à voyager dans le temps, le rend tout à coup très suspect [Fin du SPOIL].

    Finallement, l'auteure aborde des thèmes qui ne sont pas communs au genre Shojo et la mangaka semble bien maîtriser la fusion entre ces concepts et la comédie romantique lycéenne. Il y a le thème / concept du temporelle et des changements que produit Kayo et qui impactent sur le futur de celle-ci. En effet, les répercutions des actions de l’héroïne est prouvées grâce à un objet provenant du futur qui change d'aspect lorsque le cours de l'histoire change également. L'auteure aborde aussi le thème de la nostalgie à travers le personnage de la vieille Kayo. En effet, celle-ci revoit ses erreurs de jeunesse et souhaite changer son futur via la Kayo du présent pour ne pas refaire les mauvais choix et être encore malheureuse à l'avenir.

    Graphiquement, j'aime beaucoup. Les expressions du visages sont bien transmises, les décors sont sympas. On retrouve les gros yeux typiques Shojo mais je dois dire que les dessins font un peu plus matures.

    Conclusion

    Un premier volume assez intéressant. Comme j'ai pu le constater, les éditions Akata ont le flair pour dénicher les perles rares. En effet, la comédie sentimentale de Yasuko sort rapidement de l'ordinaire par son concept (spatio-temporel, modification du temps, etc) et par sa profondeur. L'histoire n'est pas si superficielle comme on pourrait le croire en lisant le résumé et nous laisse nous remettre en question à travers les regrets de la Kayo du futur. Cette série semble avoir beaucoup de potentiel et j'ai vraiment hâte de lire le prochain tome, en espérant qu'il soit tout aussi bon.


    9 commentaires
  • Synopsis

    Ce manga est sorti chez nous en juin 2018. C'est la première série de l'auteure a être sortie en France. La série a été licenciée par Soleil Manga. Voici un résumé de l'histoire : Hinata Nakagawa, ses 16 ans révolus, va enfin rencontrer l’homme qui lui a été promis. Selon les dires il est riche, gentil et à peine plus âgé qu’elle. Il est en fait plus jeune d’une année, a mauvais caractère et est plus petit qu’elle. Mais en apprenant à le connaître, elle découvre un garçon complexe et attachant. Pour autant leurs noces ne seront pas aussi paisibles que prévu.

    Manga news

    Informations

     
    Titre Original :   オレ嫁。~オレの嫁になれよ~ / Oreyome. - Ore no Yome ni Nareyo
    Titre : Ma petite Femme
    Auteur : Sano Airi
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Soleil                                                                                                                            Nombre de tomes : 1 (VF) / 11 (VO)                                                                                                                                                                                                                 

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : la jaquette est très belle, elle est très colorée et attire vraiment le regard. Les éditions Soleil mangas ont pris la liberté de faire une décoration autour du titre, une liberté qui rend vraiment bien, ça fait un rappel avec les fleurs de la couverture. Par contre, je m'interroge sur le choix du titre, je ne suis pas sûre qu'il soit vraiment pertinent.

    Quand j'ai lu le résumé, j'ai pensé que c'était un Shojo classique avec une histoire banale et c'est en parti vrai. Quand j'ai fini ma lecture du tome 1, je me suis dit que la relation entre les deux protagonistes principaux me faisait beaucoup penser à celle qu'entretienne les personnages dans « Lovely Friday ». Avec un garçon amoureux d'une fille plus âgée et ce garçon certes plus jeune mais qui a un caractère bien trempée. L'histoire aborde le thème de succession d'une riche famille et de mariage arrangé, ce qui n'est pas rare dans le genre, ici je pense notamment à « Happy Mariage ». Par contre, j'aime beaucoup comment l'auteure a introduit l'histoire : Hinata, en uniforme de lycéenne qui lance "Je dois me rendre à mon mariage, aujourd'hui", je dois avouer qu'il n'y a pas meilleure accroche pour le lecteur.

    Au départ, l'héroïne devait épouser un garçon gentil et de deux ans son aîné et elle se retrouve avec un garçon autoritaire, désagréable et d'un an son cadet. Dès lors, on comprend qu'il y a un problème et c'est au fil du manga qu'on comprend que le garçon qu'elle devait épouser et en réalité le grand frère de Zen (le protagoniste principal). C'est alors qu'on s'interroge sur ce soudain changement et nous n'en saurons pas plus à ce propos pour le moment. Quand j'ai lu les premières pages du chapitre 1, j'ai n'en croyais pas mes yeux de voir Hinata aussi passive. Elle a accepté sans se révolter ce mariage forcé organisé par son grand-père. D'habitude l'héroïne a tendance à se rebeller face à ce genre de chose et même dans la vraie vie, non ?

    L'histoire essaie d'aller trop vite. En effet, il y a un total de 11 tomes et les personnages sont déjà amoureux l'un de l'autre. Comment l'auteure va faire durer sa série encore 10 tomes supplémentaires avec des personnages en amour. Par contre, je trouve très amusant de voir que même si Zen est amoureux d'Hinata, ça ne l'empêche pas de continuer à être désagréable (malgré un certain adoucissement) et à la taquiner. Évidemment, le manga est truffé de clichés. Nous trouvons le mariage arrangé, comme dit précédemment, ensuite l'inévitable docilité de la fille face à l'homme, le triangle amoureux qui est à mon sens le plus commun des clichés, etc. Sinon, la lecture est agréable et les rebondissements sont plus ou moins intéressants.

    En ce qui concerne les personnages, il y a clairement deux protagonistes principaux. Leur caractères sont plutôt bien détaillés, ils ont chacun une personnalité qui leur est propre. Dans un sens, je trouve qu'ils se complètent autant physiquement que mentalement : Hinata a une forme d’innocence qui fait ressortir un côté enfantin mais physiquement c'est le contraire et inversement pour Zen, c'est un enfant physiquement mais qui est mature pour son âge.

    Donc les personnages, tout d'abord, nous avons Hinata, une fille pleurnicheuse, niaise, rêveuse et qui est totalement soumise à son hôte plus jeune (je le rappelle). Après c'est une fille très simple, assez attachantes et plutôt mature à certains moments et je précise bien "certains". Par contre, à part son grand-père et sa mère qu'on voit dans un flash-back, à aucun moment ses parents sont introduits. Ils n'apparaissent quasiment pas et ne sont presque pas mentionnés, alors heureusement que dans les premiers chapitres on voit Zen venir la chercher chez elle parce que j'étais presque à me demander si elle était pas orpheline. Par contre j'en suis sûre ses parents n'en ont rien à faire d'elle parce qu'ils ne réagissent pas au fait qu'elle vive chez Zen vers le milieu du tome 1. Hinata est le personnage qui donne de la légèreté, de la fraîcheur et de l'humour à l'histoire.

    Passons maintenant à Zen. Il est toujours arrogant et violent, et martyrise souvent sa future épouse. En ce caractère, on voit clairement une part d’immaturité, en même temps ce n'est qu'un enfant encore. Pourtant, il ne peut pas s'empêcher de faire son mec mature. Au fur et à mesure de l'histoire, on comprend vite qu'il a un bon fond, que c'est un gars gentil mais qui ne veut pas le montrer. Je crois qu'il doit éprouver un malin plaisir à mettre à bout Hinata en essayant de dépasser les limites de la jeune fille. Un peu maladroit de sa part de vouloir sauter toutes les étapes d'une relation pour déjà tenter de la "faire sienne". D'ailleurs, je trouve que c'est parfois gênant voire même "malaisant" puisqu'on voit la jeune fille pas qu'une fois en sous-vêtement et pour presque aucune raison vraiment valable (entre Zen qui la déshabille de force, Hinata, ivre, qui commence à enlever ses vêtements...).

    Les autres personnages que l'on peut rencontrer tout le long du tome ne sont que de la décoration et je trouve ça vraiment dommage, cela aurait pu donner de la profondeur à l'histoire parce que là ça fait vraiment conte de fée pour enfant. Bon c'est vrai qu'il y a Yoshida, un des majordomes, qui pourrait être un personnage récurrent par la suite au vu de son chara-design très détaillé. Et il y a aussi Sô, le frère aîné de Zen,qui est vraiment détestable et qui apparaît dans les deux derniers chapitres de ce premier volume. Il est totalement à l'opposé de Zen, il est le parfait prince charmant dont rêvait Hinata au début de l'histoire, il est mature et viril. Cependant, je reconnais que j'aimerais savoir la raison pour laquelle il est subitement parti à l'étranger, laissant à son petit frère toutes ses responsabilités. Je ne sais pas s'il est tombé sous le charme de notre héroïne, surtout en se peu de temps, mais il "la veux" comme si Hinata était le premier prix d'une tombola.En tout cas rien qu'avec ses mots, tu comprends bien que ça va être la première épreuve que le couple Zen x Hinata va devoir affronter.

                                 

    Graphiquement, j'aime beaucoup, c'est très beau, c'est largement dans la moyenne de ce qu'on peut trouver dans les Shojos. Ici, je trouve que les chara-design des personnages sont très importants. En effet, prenons par exemple Zen et son comportant changeant (un coup gentil, un coup méchant), ça rythme vraiment l'histoire. De plus, la différence d'âge est évoqué pas mal évoqué explicitement ou implicitement dans ce premier tome (d'ailleurs, je trouve ça étrange parce qu'en vrai ils n'ont qu'un an d'écart) et cela est vraiment bien représenté via les dessins où les traits du personnage font clairement plus enfantin que ceux d'Hinata. Les fonds sont, dans l'ensemble, détaillés, montrant ainsi la richesse du jeune héritier, mais on retrouve tout de même le classique fond Shojo avec des fleurs, des étoiles, etc.

    Conclusion

    Un premier tome sympathique malgré quelques points négatifs au niveau de l'histoire avec le fait qu'elle va trop vite à mon goût et qu'elle manque cruellement d'originalité (plusieurs clichés rencontrés), et au niveau des personnages qui sont beaucoup trop classique pour moi. Cependant, l'auteure a su garder mon attention grâce aux quelques zones d'ombres du manga. En effet, pourquoi Sô est-il parti sans rien dire et pourquoi est-il revenu si soudainement ? Pourquoi Hinata a-t-elle accepté ce mariage sans rechigner ? J'attends la suite avec impatience pour éclaircir ces mystères.

     
     
     
     

    11 commentaires
  • Découverte #28 -Awa Koi-

    Synopsis

    Ce manga est sorti chez nous début juillet 2018. La mangaka, Minami Kanan est connue en France pour « Tsubaki Love », « Marié mais pas trop » ou encore « Honey x Honey ». La série a été licencié par Panini. Voici un résumé de l'histoire : Trouver l’amour pour la première fois ? Pas si facile lorsqu’on qu’on a suivi toute sa scolarité dans des classes non mixtes... Yuka a 16 ans et n’a jamais eu de petit copain, mais elle a un plan diabolique pour que cela change : à son entrée au lycée, elle s’arrange pour intégrer LE groupe de filles cools de sa classe pour être invitée à un rancard commun. Malheureusement pour Yuka, le jour tant espéré arrive, mais rien ne se passe comme elle l’espérait.

    Manga news

    Informations

     
    Titre Original :  泡恋
    Titre : Awa Koi
    Auteur : Minami Kanan
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Panini                                                                                                                            Nombre de tomes : 2 (VF) / 3 (VO)                                                                                                                                                                                                                 Disponible en version numérique

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : pour la jaquette, elle est très colorée surtout pour la version française. En effet, j'ai l'impression que la version japonaise est plus pâle. En ce qui concerne le titre, c'est le même qu'au Japon mis à part que nous il est écrit en romaji (caractères de l'alphabet romain utilisés dans le cadre de l'écriture japonaise). Quand on le traduit, il signifie Bulle, pour le moment je ne voit pas vraiment le rapport entre le titre et l'histoire mais peut-être que par la suite, cela prendra tout son sens. J'ai juste un petit soucis au niveau de la qualité de la brochure : les première feuilles sont déjà en train de se décrocher et ce n'est pas le premier manga qui me fait ça, « Rockin' Heaven » m'a fait la même chose et cette série est sortie chez le même éditeur.

    Cette série n'est pas la première que je lis de l'auteure donc je me suis laissée tenter par cette nouvelle série et je n'ai pas été déçue. En effet, ce premier tome m'a charmé. Seulement 4 chapitres, mais c'est assez pour accrocher son public. D'un premier coup d’œil, on pourrait se dire que l’histoire est classique et que c'est du déjà-vu, mais au-delà de ça j'ai énormément apprécié la morale / leçon de vie que l'auteure nous fait à travers l'histoire et le personnage de Yuka. Je trouve que c'est un problème tout à fait contemporain surtout dans notre société actuelle.

    L'histoire est assez prévisible mais il est vrai que je ne m'attendais pas à un tel rebondissement [SPOIL] je m'attendais à cette fausse amitié, mais je ne m'attendais pas à ce que la "rupture" soit si directe après l'élection du nouveau bureau des élèves [Fin du SPOIL]. Ainsi Yuka va vite se rendre compte qu'elle a fait une énorme erreur et qu'elle s'est mal comportée vis-à-vis de Ririko et des autres filles avec lesquelles elle traîne. Elle se retrouve toute seule mais a un groupe de substitution, celui du BDE, mais elle est encore rejetée. Et c'est au moment où elle se sent le plus seule qu'arrive le beau jeune Nanase, qui auparavant lui a dit "je ne veux plus jamais te revoir". Et c'est grâce à lui mais également à Kagaya (une des comptable du BDE) qu'elle comprends certaines choses.

    Du côté des personnages, ils sont assez clichés malheureusement, notamment les principaux. En effet, Yuka est la parfaite fille niaise et parfois totalement stupide [SPOIL] d'où tu peux penser que tes amis ont perdu leur bracelet alors qu'ils sont tous les trois dans la même POUBELLE [Fin du SPOIL] avec un côté enfantin qui fait évidemment craquée le bad boy de service mais qui est en fait gentil. C'est assez insupportable de voir comment les protagonistes féminins des Shojo, ont toujours une vision faussée de l'amour. En effet, il faut bien mettre en évidence qu'elle veut un copain (beau évidemment) peu importe qui et qu'elle est prête à utiliser d'autres filles, notamment des populaires sinon ça ne marche pas, pour en "pêcher" un. Après ces erreurs permettent à l'auteure de faire avancer le personnage et de le faire mûrir, montrant le bon fond de Yuka malgré ses méthodes peu conventionnelles et cela permet de faire passer une petite morale au lecteur par la même occasion.

    Ensuite, pour ce qui est du garçon, évidemment il est intrigant parce que le premier tome pose beaucoup d'interrogation à son sujet. Surtout qu'il n'est pas logique à sa manière d'agir, un jour il repousse Yuka et le lendemain il l'aide. Surtout que Ririko voulait dire quelque chose à Yuka au sujet du garçon, mais s'est finalement tue. Pour ce qui est des personnages secondaires, ils sont pas tellement introduits, on ne les a qu'entre-vu, alors j'espère que dans les tomes à venir, l'auteure prendra la peine de les développer.

    Graphiquement c'est très beau, on retrouve bien le trait de l'auteure avec ses immenses yeux qui font les deux tiers de la tête. Au moins, les émotions sont parfaitement transmissent grâce à ça. Je suis ravi de constater que ses personnages ne sont pas une copie conforme de ses autres séries.

    Conclusion

    C'est l'une des mes séries coup de cœur de l'été. Les dessins sont vraiment beaux et l'histoire n'est pas tellement originale mais elle a un petit côté "jamais vu" que j'aime beaucoup. Excellente surprise pour moi, je vous le conseille vivement. Après, ce n'est pas le Shojo de l'année, mais il peut être très sympathique à lire et la suite promet d'être  intéressante.

     
     
     
     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique