• Crush on YouKawakami Chihiro est connu chez nous grâce à une autre œuvre « Forever my Love » qui s’est terminée l’année dernière. Sa nouvelle série est sortie le 13 de ce mois et est également édité par Soleil Manga. L’histoire la voici : « D'un côté, il y a Otowa qui est une lycéenne réservée et qui n'a jamais eu de petit copain. De l'autre, Narazaki qui est beau gosse, populaire mais très rebelle. Un jour une bagarre a lieu devant le club de cérémonie de thé, où a l'habitude d'aller Otowa. Et c'est Narazaki qui parvient à régler le problème. Mais celui-ci demande à Otowa de devenir sa copine. Que va-t-elle lui répondre ? Et que se passera-t-il entre ces deux-là... ».

    Critique avant lecture : pour commencer, en ce qui concerne la page de couverture, je ne suis pas fan du rose mais alors pas du tout surtout que niveau esthétique par rapport aux couleurs je trouve la jaquette japonaise bien mieux. Cependant, j’aime beaucoup ce « jeux » avec les pièces de puzzle et le titre, c’est vraiment bien trouvé. Bon par contre je ne vois pas encore le lien entre le titre, qui signifie en anglais « écrase-toi », et le puzzle. Contrairement à beaucoup d’autres mangas, ici les chapitres sont plutôt longs, mais ce n’est pas une mauvaise chose, au contraire cela permet un meilleur développement de l’histoire et ce dès le premier chapitre.

    Dans le chapitre 1, on rencontre nos personnages. Au vu du résumé, je n’ai pas été surprise de voir un grand faussé entre nos héros. On a la fille style coincé d’un côté et de l’autre un gars style gentil voyou et comme par hasard, il ne se sont jamais parlés alors qu’ils sont dans la même classe. Bon jusque-là, rien de bien passionnant, mais le destin les a réunis au même endroit au même moment pour assister à un petit accrochage entre deux lycéens. OUF heureusement que Narazaki était là pour sauver le coup et POUF je te demande de sortir avec moi. Là j’avoue que je n’ai pas compris le principe de je te connais pas, t’es pas mon genre mais je veux que tu sois ma copine… Y aurait-il un pari en jeu… je ne pense pas ce n’est pas le genre du personnage. Ah oui parce que les personnages sont très faciles à discerner, enfin je crois… Ensuite, on a droit à une scène qu’on ne voit pas tout le temps dans les shojo : un groupe de gars t’arrête pour tabasser ton « copain », je dois bien avouer qu’au début j’ai cru que c’était pour draguer la fille. Bref je ne m’attendais pas à une fin de chapitre pareil [Attention spoil] se finir sur un baiser, des sentiments qui ne peuvent être avouer et un câlin sincère [Fin du spoil] parce que je trouve que c’est vraiment trop rapide. [Attention spoil] Comment la fille peut tomber amoureuse du gars en seulement 50 pages ? [Fin du spoil].

    Le chapitre 2 donne un léger rebondissement à notre histoire. Bon alors déjà bah, ils sont en couples et ensuite Otowa a déjà eu un petit copain et ce pendant 3 mois (ce n’est pas rien pour une fille japonaise) alors pourquoi avoir menti ? Son ex l’ayant embarrassé dans le train, Narazaki va le voir à son lycée pour lui rendre des comptes. Un point que je ne saisis pas : comment une fille aussi banale qu’elle, peut être sortie avec un gars si beaux et populaire et sorte avec le même genre de personne maintenant ? Bon après tout est bien qui finit bien mais je ne sais pas pourquoi mais je sens qu’on va le recroiser cet ex : Kagura Ryuuya. Est-ce qu’un triangle amoureux approcherait ou juste un enquiquineur ?

    Chapitre suivant, l’amour semble être à son comble. On dirait presque que cela fait des années qu’ils sont ensembles tellement ils sont à l’aise l’un avec l’autre. Bon l’auteur a choisi de balancer le cliché de la maladie, Kagura a de la fièvre et il appelle l’ex petite amie pour voler à son secours. Qui avait raison ? MOI !! C’est bien un gars qui cherche à chambouler le cœur de notre héroïne mais celle-ci est bien décidée et n’est pas troublée comme toutes les autres héroïnes de shojo : elle sait qui elle aime et c’est son petit ami Narazaki.

    Le chapitre 4 est vraiment excellent. Pour la punir de son infidélité avec le baiser, Narazaki lui demande passer la nuit chez lui, elle accepte et là vous avez compris… Mais le lendemain, elle a de la fièvre sûrement à cause du baiser. Cependant, grâce à ça elle se déclare à son copain, en lui disant vraiment je t’aime.  Les deux autres chapitres sont encore mieux que les autres. Je n’ai pas arrêté de me demander quel était le réel objectif de Ryuuya ? Est-il encore amoureux de Otowa ?

    Crush on You


    votre commentaire
  • Entre Toi & MoiPremier manga de Tsukishima Haru publié en France, le tome 1 est apparu en mai 2016. Oui je sais que ça fait longtemps, mais j’avais quand même envie de faire un article découverte sur ce manga même s’il est « vieux ». La série est terminée au Japon avec un total de 7 tomes contre 6 chez nous. Le synopsis, le voici : « Reita Kikuchi et Makoto Sakurai sont amis d’enfance et vivent dans des maisons voisines. Leurs parents s’entendent bien. Un jour, Reita, qui a la côte auprès des filles, mais qui est aussi un Narcisse imbu de sa personne, annonce à Makoto qu’il va devenir son petit ami… « Qu’est-ce qui te déplaît chez moi ? Qu’est-ce que les autres garçons ont que je n’ai pas ?» C’est le début d’une histoire d’amour mouvementée où les murs jouent un rôle important ! »

    Le premier chapitre est totalement cliché et ne me donne pas trop envie de voir la suite. Le protagoniste principal masculin est une espèce de gars qui se donne un genre de Bad Boy intouchable et c’est vraiment insupportable parfois. Cependant, vu qu’il court au secours de son amie d’enfance, on se doute bien qu’elle lui est chère. « Au secours » parce qu’évidemment, comme dans la plupart des mangas shojo, la fille tombe sur un mec louche à une gokon. Ensuite POUF ils sont « ensembles ».

    Le deuxième chapitre est un peu moins cliché mais j’ai la terrible sensation que leur véritable histoire d’amour va mettre très longtemps à arriver. En plus j’ai un peu de mal à m’attacher à Makoto tandis que Reita oui, alors que c’est un gros gamin arrogant.

    On continue en beauté avec le fameux rhume. Et oui monsieur est tombé malade et la jeune demoiselle passe lui rendre visite, accompagné du meilleur ami. Evidemment ça fini mal, et ils sont mis à la porte mais le gentil meilleur ami pointe du doigt le fait qu’ils soient vraiment proches parce que sinon ils ne se chamailleraient pas comme ça. C’est vrai mais quand c’est tout le temps bah… ce n’est pas normal. Mais bon Makoto s’inquiète donc elle se transforme en infirmière lorsqu’elle voit l’état de Reita qui a empiré. Le chapitre 3 se finit sur un beau baiser.

    Entre Toi & MoiCependant, les deux chapitres suivants sont vraiment pas mal voire biens. Je les ai beaucoup appréciés. On en apprend davantage sur l’enfance de nos deux héros surtout sur l’enfance de Makoto avec le divorce de ses parents ce qui a une répercussion directe sur ses sentiments envers Reita. Ensuite on a le droit à de la jalousie et peut-être à un triangle amoureux va savoir ?!

    J’ai lu un peu la suite (jusqu’au chapitre 20) pour voir si ça valait le coup… et franchement je trouve que oui. Les personnages sont bien mieux, c’est plus amusant (Reita m’a fait beaucoup rire à se poser tant de questions, d’ailleurs les autres personnages aussi m’ont bien fait rire) et l’histoire est un peu plus intéressante et il y a un peu moins de cliché. Donc au final, même si le tome 1 n’est pas top, je le conseille pour la suite.

    Graphiquement Reita me fait penser au gars dans Wolf Girl & Black Prince mais également au niveau du comportement même si j’avoue qu’il n’est pas aussi sadique. Les dessins ne sont pas trop mal. J’aime bien.


    3 commentaires
  • Synopsis

    Le premier tome est sortie en France le 16 août (le même jour que Caffee & Vanilla). C’est la deuxième série de l’auteur Rina Yagami, à être publiée chez nous aux éditions Soleil Manga. Le manga est fini au Japon avec un total de 6 tomes. Le synopsis est très baisque, le voici « Il est comme un Prince, un prince sombre et mystérieux. Kokoa, l'a vu pour la première fois dans le train, elle est tout de suite tombée sous le charme, mais il est si distant, si inaccessible. Rien n'aurait dû permettre leur rencontre, sauf que... Tout ça à cause d'un parfum, tout ça à cause d'un secret... Et KoKoa, malgré son apparente fragilité, possède bien plus de force qu'il n'y parait... Sera-t-elle capable de briser l'immense tour d'ivoire dans lequel le Prince s'est enfermé ? ».

    Informations

     
    Titre Original :  Seifuku de Vanilla Kiss / 制服でヴァニラ・キス
    Titre : Un baiser à la vanille
    Auteur : Rina Yagami
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Soleil Manga                                                                                                                           Nombre de tomes : 6                                                                

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    On retrouve ici, le grand classique du « Prince de l’école » qui est dans une classe, non de beaux gosses comme on pourrait s’y attendre mais dans une classe nommée « la classe spéciale ». On a aussi la petit fille totalement enfantine et agaçante qui en pince pour lui évidemment.

    J’ai trouvé le premier chapitre assez court pour poser les bases de l’histoire. Je trouve dommage que l’étape « faire connaissance » arrive si vite, on ne ressent pas assez la frustration de Morinaga. Quelque chose qui m’énerve vraiment dans les shojo, c’est le comportement des filles, c’est trop stéréotypé. Pas toutes les filles sont à ce point timides et regardent de loin, le garçon qu’elle trouve beau… surtout que la plupart du temps, dans les mangas, elles ne le connaissent pas mais vu qu’il est grave mignon, elles sont amoureuses LOL. Bon au moins, on voit d’autres personnages que les deux protagonistes principaux #Coffee & Vanilla.

    Les deux chapitres suivants sont beaucoup plus intéressants, on s’axe plus sur le garçon et le mystère qui l’entoure avec cette ou cet Aki. On voit également un « ami » de Banri qui semble bien le connaître ainsi que Aki. Après que le mystère se soit un peu dissipé, on constate à une petite évolution de la relation de nos personnages.

    La suite est vraiment clichée. On a le voyage scolaire, la chute et l’entorse et ensuite le prince qui vole à son secours. On continue avec une micro dispute, un bisou et une confession.

    Sinon, graphiquement, j’aime bien le genre de l’auteur.

    Conclusion

    En résumé, je pense que vous l'aurez compris mais l'histoire n'est pas très originale et n'apporte rien de nouveau au genre shojo. Cependant, le manga reste agréable à lire et je le recommande à tous les adeptes de romances de lycéens. Les personnages sont attachants. Et pour finir, les dessins sont assez beaux.

     
     
     
     

    votre commentaire
  • Cœur de HérissonLe premier tome est sorti le 1 mars de cette année en France, c’est également le premier manga de Hinachi Nao publié chez nous. L’histoire est très simple : « Hozuki est le mauvais garçon du lycée, connu pour être bagarreur et insociable… Seule Kii, une fille de sa classe, le voyant comme un hérisson sur la défensive, se prend d’affection pour lui et lui adresse la parole. Une amitié naît entre eux, évoluant rapidement en amour du côté de la jeune fille. Or, face à Hozuki qui n’arrive pas à faire la différence entre ces deux sentiments, leur relation s’annonce compliquée… ».

    Je sais qu’il n’est pas vraiment tout récent, mais je fais quand même un article découverte sur ce manga. Tout d’abord mais impression sur la couverture et le titre : je pensais que c’était vraiment niais et je n’étais pas très emballée pour le lire surtout avec un nom pareil et pour la couverture couleur pastel, qui fait vraiment style « ange et pureté ».

    Pour le premier chapitre, on retombe dans un shojo classique sans rien d’exceptionnel ni de nouveau. On a le cas typique de la fille timide est fragile qui tombe par hasard sur le pire mauvais garçon de son école (qui est d’ailleurs dans sa classe) et voit en lui quelque chose de bien (ce qui n’est pas faux) et POUF amis, et dans les tomes à venir POUF amants. Ici, la protagoniste s’acharne à intégrer Hozuki mais en vain, les autres ont clairement fait le calcul : Hozuki = le mal et en s’efforçant de faire cela et s’ajoute : Kii = Hazuki, mais ce dernier lui sauve la mise pour qu’elle ne soit pas exclu.

    Dans le chapitre 2, on remarque bien une évolution dans leur relation mais pas assez pour dire « amour ». De plus, un petit souci arrive, les examens. Deux classes sont en compétition pour savoir qui a la meilleure moyenne et Yamada est le point faible. Nos deux protagonistes vont devoir l’aider malgré sa nonchalance. Ceci semble être un premier pas pour l’intégration de notre petit voyou dans la classe, non ?

    En ce qui concerne le troisième chapitre, c’est une sorte de RDV en famille au centre commerciale qui s’annonce mais évidemment, il se finit en balade en amoureux et échange de petits cadeaux. Bref un grand classique. Mais un nouveau personnage apparaît et pourrait semer le trouble.

    Comme on s’y attend, le nouveau arrive et vient embêter nos deux héros au moment où Kii allait se déclarer. Teruhashi (le nouveau) semble avoir une véritable admiration pour Hozuki et ne comprends pas sa relation avec la jeune demoiselle surtout qu’il pense qu’ils sont ensembles. En apprenant la vérité, il n’abandonne pas l’idée de devenir ami avec Hozuki et de le séparer de Kii.

    Dans le dernier chapitre du tome, Kii est bien décider à faire changer les sentiments amicaux de Hozuki en sentiments amoureux. De plus, une nouvelle année commence, maintenant le petit groupe est en première, je veux parler de nos deux protagonistes, de Yamada, de Teruhashi et des deux meilleures amies de Kii. Tandis que les rumeurs sur Hozuki ont cessé et qu’il devient populaire, les amies de la protagoniste aident celle-ci à se rapprocher de l’élu de son cœur. Contrairement à Coffee & Vanilla, ici je ne peux pas dire que les choses aillent vites, au contraire. Pourtant, je trouve que cela correspond à l’histoire et aux personnages, même si dans ce dernier chapitre, on voit une grande avancée dans les sentiments de chacun, et qu’une nouvelle gêne apparaît.

    Graphiquement, les dessins sont pas trop mal mais je ne les aime pas plus que ça. Notamment sur le premier chapitre où je trouve les dessins pas top.

    Cœur de Hérisson


    3 commentaires
  • Coffee & VanillaCe manga est sorti le mercredi 16 août en France. C’est le premier manga de Akegami Takara à être publié chez nous. Le synopsis, le voici : « Ayant toujours été dans des écoles pour filles, Risa s'est inscrite à l'université et pense enfin y trouver l’amour. Bien que particulièrement mignonne, à vingt ans, elle n’a toujours pas eu de petit ami. En effet, sans expérience, elle refuse toutes les avances de la gent masculine. Un jour, en commandant une glace chez "Coffee & Vanilla", un garçon tente de la forcer à venir avec lui malgré son refus. C'est alors qu'elle bouscule un homme qui la sauve de cette situation. ». Ayant peur de tomber sur un banal shojo, j’ai décidé de lire les scans sur internet pour me faire une idée, et l’acheter s’il me plaît. Pour cette découverte, je vais essayer de faire chapitre par chapitre. Attention SPOIL.

    Bon point, la fille n’est pas lycéenne, elle est étudiante à l’université et est donc plus mature. Seulement, elle n’a eu aucun copain ce qui la ramène au même stade qu’une lycéenne. Surtout qu’elle est timide et rougit pour tout. De plus, on retombe dans le cliché de la fille qui plaît à tout le monde parce qu’elle est hyper belle. Et pour en rajouter une couche, on n’a même pas le temps de connaître notre héroïne et de poser les bases de l’histoire que POUF Don Juan arrive. Il la sauve de gars qui voulait la forcer à prendre un verre puis comme si de rien n’était on se retrouve au restau.

    Dans le deuxième chapitre, on saute toute les étapes de connaître la personne ou quoi (le restaurent ne compte pas parce qu’un dîner c’est trop court), ici on s’en fou royale, [après avoir tenté de coucher avec elle,] il lui demande de sortir ensemble et donc de devenir sa copine parce que je cite « Je suis tombée sous le charme au premier regard ». [Attention Spoil]Nous avons à faire à un homme de 32 ans donc évidemment il ne l’a pas violé, quand la gentille demoiselle lui a avoué être vierge, il s’est arrêté en bon gentleman qu’il est. [Fin Spoil]. Par contre, l’auteur est sympa, elle a réussi à placé la meilleure amie dans 5 pages sur 33.

    Attention, à partir d’ici je vais pas mal spoiler et sans cacher. Troisième chapitre, alors là ça fait une semaine qu’ils sont ensembles, ils se sont vus 1 fois au total et la deuxième fois qu’ils se revoient, elle passe la nuit avec lui. Evidemment, inutile de préciser qu’elle en ressort plus vierge. Alors d’un côté, on a les shojo qui sont si lent que ça en est frustrant et on a ce manga qui saute toutes les étapes d’une vraie relation. Ce qui m’intrigue c’est qu’il est considéré comme un shojo alors que personnellement, je le trouve plutôt mature sur certains points.

    On poursuit avec le chapitre 4. On va de surprise en surprise, je sais que j’ai l’air de casser le manga mais franchement, malgré le petit côté niais, je le trouve vraiment bien. Le fait qu’il aille si vite, fait qu’on ne s’attend pas forcément à la suite, et on dévore les pages les unes après les autres. J’aime particulièrement le personnage de Hiroto, il est mature, beau, taquin, il attire vraiment la sympathie. Pour ce qui est de Rina, elle est attachante même si parfois c’est agaçant de la voir rougir tout le temps (pour vous dire dans la chapitre 4, elle rougit sur 29 pages sur 34). Ici, encore ça fait toujours une semaine qu’ils sont ensembles, ils ont couché puis maintenant, Hiroto lui donne ses clés d’appartement. J’adore la vitesse de ce manga.

    Pour finir avec le dernier chapitre du tome 1, c’est vraiment la cerise sur le gâteau. Je n’ai aucun mot pour le décrire, je vais juste vous dire mes impressions. J’ai rigolé tout au long du chapitre tellement les rebondissements étaient épics. Seulement je vois venir un gros cliché de triangle amoureux. Ayant lu un peu la suite, triangle amoureux confirmé, mais je vous assure qu’il n’est pas comme les autres.

    Dernière chose, en ce qui concerne les dessins, je n’ai rien à redire, ils sont tout simplement parfaits. On voit clairement que c’est un shojo mais ça ne gêne pas, il n’y a pas des étoiles partout ou je ne sais quoi encore.

    Coffee & Vanilla


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique