• Awa Koi tome 2

    Synopsis du tome 1

    Trouver l’amour pour la première fois ? Pas si facile lorsqu’on qu’on a suivi toute sa scolarité dans des classes non mixtes... Yuka a 16 ans et n’a jamais eu de petit copain, mais elle a un plan diabolique pour que cela change : à son entrée au lycée, elle s’arrange pour intégrer LE groupe de filles cools de sa classe pour être invitée à un rancard commun. Malheureusement pour Yuka, le jour tant espéré arrive, mais rien ne se passe comme elle l’espérait.

     

    Informations
    Lien vers la critique du tome 1 : www
     
    Titre Original :  泡恋
    Titre : Awa Koi
    Auteur : Minami Kanan
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Panini                                                                                                                            Nombre de tomes : 2 (VF) / 3 (VO)                                                                                                                                                                                                                 Disponible en version numérique

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 2

    Après un tome 1 qui m'avait vraiment charmée, j'avais un peu d'appréhension sur la suite de l'histoire. Que nenni ! En effet, ayant lu Tsubaki Love et Honey Honey, séries de la même auteure mais au scénario franchement bancal, je m'attendais au pire. Mais au final j'ai été surprise. Attention, je ne dis pas que ce manga va révolutionner le genre, mais qu'il est assez original par certains côtés. C'est la fête du lycée et par une charmante ambiance, Yuka n'a pas su retenir ses sentiments. La jeune demoiselle fait une demande un peu maladroite à Kentaro et, au moment le plus intéressant, ils sont interrompus par le reste du conseil des élèves. Dans l'ensemble, le tome est vraiment intéressant et du coup au menu je vous propose confessions, retrouvailles et... amnésie ?!

    Dans le dernier tome, plus d'une fois le protagoniste a essayé d'éloigner Yuka de lui, mais en vain. Désormais, tout devient clair. En effet, ce tome se concentrera surtout sur Kentaro et sur son passé. Y aurait-il une explication sur son comportement froid et distant du volume 1 ? Évidemment ! Mais pour en savoir plus, il faudra attendre la fin de la fête mais aussi la formation du petit couple parce que c'est lorsque tout semble parfait dans un Shojo que les problèmes arrivent. Des anciennes connaissances de Kentaro débarquent et le jeune lycéen si inébranlable se montre cette fois-ci vraiment bouleversé par leur visite. Pas le temps pour des explications, notre protagoniste s'enfuie aussitôt, laissant derrière lui ses amis du conseil des élèves s'occuper de raccompagner ses inconnus jusqu'à la sortie. Que peut-il arriver de pire que de mauvaises retrouvailles ? Je ne sais pas... une perte de mémoire peut-être ?

    En effet, le lendemain, Kentaro ne se souvient plus qu'il appartient au conseil des élèves ni qui sont les personnes avec lui. Imaginez la tête de Yuka, qui était enfin sa copine, surtout qu'il a retrouvé son mauvais caractère du tome 1 à vouloir éloigner tout le monde de lui, mais maintenant on comprend pourquoi. Cependant, Yuka ne perd pas espoir et s'accroche pour que ce dernier se souvienne d'elle. C'est intéressant de voir l'évolution de la jeune fille par rapport au volume précédent. Elle est devenue beaucoup plus naturelle et a ouvert les yeux sur les fausses relations qu'elle avait avec les autres. Du coup, elle décide de l'aider de mieux qu'elle peut en allant voir ces fameux étrangers de la fête du lycée. Surprise ! Je vous présente ex-petite-amie et ancien meilleur ami de Kentaro. On en apprend un peu plus sur leur histoire à tous les trois, sur le baseball aussi, sport que pratiquait notre héros, mais aussi sur le traumatisme qu'à subit ce dernier.

    Mais à force de se faire rejeter, de voir que quelque chose peut être trop dur pour une personne et le fait qu'il y ait toujours une possibilité que tout s'efface de nouveau, vous n'abandonneriez pas vous ? Je pense que oui, sauf si votre amour est plus fort. De plus, il suffit d'un documentaire, des examens et de Noël pour que notre couple se rapproche. Mais peut-on vraiment retomber amoureux ?

    Conclusion

    Vraiment j'adore cette série. C'est vrai que l'auteure reprend des clichés comme l'amnésie, le gentil badboy, etc, mais Kanan Minami a su donner envie à son lecteur de poursuivre l'histoire. Pour le moment Kentaro est toujours aussi mystérieux par rapport à son passé, même si on en apprend un peu dans ce tome, et j'espère que ce personnage sera plus développé par la suite, ainsi que ses anciens camarades qui sont vite passés à la trappe. Mais ce début de révélations a permis au lecteur de comprendre un peu mieux le protagoniste. Et pour ce qui est des sentiments de l'héroïne, ils sont bien transmis, on comprend parfaitement les peurs, les doutes et les émotions qu'elle peut avoir dans une telle situation, et son évolution depuis le tome 1 est montré dans les décisions qu'elle prend. Si vous êtes amateurs du genre, je pense que cette série pourrait vraiment vous plaire.

     
     
     
     

    votre commentaire
  • Black Clover

    Du même auteur

     

    Informations
    Studio d'animation : Studio Pierrot
    Saison : Automne 2017
    Licencié en France : Oui              Editeur VOD :  Crunchyroll
    Nombre d'épisodes : 81                    Bande d'annonce : www                   ________________                                    Première avis épisode 1 : www
     
    Titre Original :  ブラッククローバー
    Titre : Black Clover
    Auteur : Yuki Tabata
    Type : Shonen
    Éditeur vf : Kazé                                        Nombre de tomes : 18 (VF) / 20 (VO)                    Extrait : www                                           Disponible en version numérique

           

    Synopsis

    Yuno et Asta sont deux jeunes héros qui partagent le même rêve : celui de devenir le prochain Empereur-Mage du royaume de Clover, grâce à la puissance et l’omniprésence de la magie. Meilleurs amis et élevés côte à côte depuis leur plus tendre enfance, nos deux héros sont pourtant radicalement différents. Si Yuno est naturellement surdoué pour la magie, Asta en est, quant à lui, totalement dépourvu.

    C'est ainsi que lors de la cérémonie d'attribution de leur grimoire à l’école des mages, Yuno reçoit le légendaire grimoire au trèfle à quatre feuilles tandis qu'Asta, lui, repart bredouille de son examen. Mais très vite, un ancien et mystérieux ouvrage noir décoré d'un trèfle à cinq feuilles surgit devant lui ! Un grimoire d’anti-magie qui pourrait bien réserver un avenir plein d’aventure à notre jeune héros, qui va vite devoir composer avec son destin hors du commun. Plongez dans l’univers fantastique de ce shônen ensorcelant !

    Review

    On m’a conseillé ce shonen après la fin de Fairy Tail, alors je me suis lancée et j’ai vraiment tout de suite accroché. Bon je ne suis pas allée très loin dans le manga, j’ai lu à peine les 37 premiers chapitres sur plus de 100 (au moment où j’écris, il y en a environ 120), mais je vais rattraper mon retard comme j’ai fait avec Hunter x Hunter. Ce manga a connu une grande vague de popularité dès sa sortie et le fait que je ne le connaisse pas m’a “perturbée”, je suis impardonnable, non ? Quand l’anime a débuté, j'ai repris l’histoire depuis le début, surtout que j’avais fait une longue pause, du coup c’était l’occasion idéale. Maintenant que l'anime est en route avec maintenant près de 80 épisodes, et j'ai fini par dépasser l’arc où j’en été resté avec le manga. 

    Tout d’abord l’histoire, elle n’est pas forcément inédite, mais elle innove sur certains points même si très franchement l’univers et les personnages m’ont fait penser à un petit mélange entre Naruto et Faity Tail, mais pourquoi pas tant que le résultat est super ! Sur quoi l’histoire n’est pas originale ? Un gamin qui n’a aucun talent, mais qui a quand même quelque chose d’exceptionnel et qui veut devenir Hokage… OUPS pardon je veux dire Empereur-mage, malgré le fait que tout le monde se moque de lui, pour moi c’est Naruto. Ensuite, il intègre une compagnie (guilde), pas la meilleure certes, mais la plus cool et surtout la plus folle qui existe, pour ça ressemble à Fairy Tail sur ce point. Cependant, au final, au fur et à mesure qu’on avance dans l’histoire, l’auteur se détache complètement de ces “points de repères” et prend son envol pour nous offrir une histoire vraiment intéressante et inédite. Chaque épisode nous donne l’envie de poursuivre la série, tellement que je me suis fait plus de 30 épisodes en seulement 4 jours...  

    Bon je charrie un peu la série, mais elle est vraiment top. Je pense que si je voyais des “allusions” à d’autres shonens, c’était sûrement parce qu’il en existe tellement que maintenant c’est difficile d’écrire quelque chose de totalement inédit. Du coup, qu'est-ce qui rend l’histoire différente des autres shonens ? Je dirais les péripéties dans les divers arcs et la diversité des personnages, même si je crois avoir reconnu une Hinata et une Kana dans le lot. Après, on retrouve encore trop souvent le pouvoir de l’amitié ou de l’amour ou de je-ne-sais-quoi-encore, mais c’est peut-être aussi pour ça qu’on aime ce genre d’histoire, je ne sais pas. Par contre, c’est vrai que ça peut en fatiguer certains de voir un héros toujours intact et qui se relève même s’il est en train de littéralement mourir devant l’ennemi. Il faut laisser un peu le devant de la scène pour les autres, non ? Ensuite, un gros point négatif parce que c'est redondant, c’est le gros cliché du « je suis ami avec tout le monde », déjà avec Naruto et même Hunter x Hunter ça m’avait un peu saoulé, et ici, en à peine une trentaine de chapitre (environ 20 épisodes), il rencontre son idole qui n’est autre que l'Empereur-Mage avec qui, il devient limite pote et à la reconnaissance de plein de mages beaucoup plus talentueux que lui et plus puissant. Lui qui veut devenir Empereur pour montrer à tous sa véritable valeur, plus besoin. Il est même rival avec un chef de compagnie, Fuegoleon Vermillion. C’est mon chouchou, il est vraiment trop cool comme personnage, vous ne pouvez que l’adorer et le vénérer. Non vraiment, regardez jusqu'à l’épisode 23 et vous pourrez comprendre de quoi je parle. 

    Comme je vous ai dit, il y a pas mal de personnages dans ce manga mais on va s’intéresser juste à quelques-uns. Asta est une sorte de Naruto. Il a un grand potentiel mais est totalement nul sauf quand il le faut. Pour combler sa “non magie”, il s’est entraîné des heures entières ce qui a renforcé sa force physique (c’est peut-être pour cela qu’il est si petit) du coup il est vraiment très fort et peut courir très vite. Bon comme tout héros de shonen, il n’est pas très malin, mais il a quand même quelques moments classes qui le mettent vraiment en valeur. On peut clairement comprendre que même s’il n’a aucun talent, grâce à ses ambitions et sa persévérance, il peut tout de même avancer. En vrai, c’est une belle leçon qu’il nous enseigne-là. A contrario, nous avons Yuno est un véritable Sasuke, il est mystérieux et un peu sombre. C’est le rival du héros mais également son ami d’enfance. D’ailleurs, il éprouve une certaine admiration envers Asta depuis qu’ils sont tout jeunes. Cependant, Yuno est très doué pour utiliser la magie, surtout qu’il a reçu un grimoire assez exceptionnel orné d'un trèfle à 4 feuilles, comme le 1er Empereur-Mage. Du coup, leur rivalité vient du fait de leur niveau soit très différent, mais aussi parce que tous les deux veulent devenir le prochain Empereur-Mage depuis petit. 

    Ce que je trouve vraiment bien, mais c’est souvent le cas dans les shonens, c’est qu’à chaque arc on en apprend un peu plus sur les différents personnages. Par exemple, pour la première mission de Asta et Noelle, on nous a révélé le passé de Magna. Ensuite, dans l’arc Exploration du Donjon c’est au tour de Luck de nous révéler son sombre passé, puis Gosh dans l’arc Enlèvement, ect. Peu à peu, on peut se sentir plus proche de ses personnages et ainsi vraiment se sentir dans l’histoire. Ensuite, un autre point qui fait que j’aime beaucoup cet anime, c’est l’humour toujours présent. C’est vrai, que ce soit Noelle qui essaie de se convaincre toute seule qu’elle n’en a rien à faire d’Atabruti, justement ce dernier qui en fait toujours trop ou encore toute la clique du Taureau Noir qui sont complètement fous, on n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer dans Black Clover. D’ailleurs, True Story, j’ai montré à ma mère l’anime et elle a adoré, même plus que Fullmetal Alchemist parce qu’elle trouve dixit : “FMA il y a parfois trop d’épisodes triste au moins Black Clover on rigole bien”. Voilà, c’est pas moi qui le dit. 

    Graphiquement, c’est dans la norme des shonens, ce ne sont pas les plus beaux dessins du monde mais pas les plus moches non plus. Pour ce qui est de l’anime, j’aime beaucoup. On reconnait bien là le travail des studios Pierrot. En ce qui concerne la bande son, j’aime bien. J’adore regarder les animes shonens juste pour leur OST, mais pour le moment c’est l’opening 4 qui a marqué mon cœur, il est vraiment top !

    Avis Positif 14/20 (PROVISOIRE)

    9 commentaires
  • Du même auteur

    Informations
    Titre Original :  黒崎くんの言いなりになんてならない / Kurosaki-kun no iinari ni nante naranai  
    Titre : Black Prince & White Prince
    Auteur : Makino
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Soleil Manga                                                                                                             Nombre de tomes : 4 (VF) / 10 (VO)                                                                                             Extrait : www

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Yû Akabane était une fille banale qui n'ouvrait jamais la bouche au collège, et elle a été beaucoup critiquée pour ça. Mais à son entrée au lycée, elle a décidé de changer et de devenir celle qu'elle a toujours voulu être.

    Dès son premier jour, elle tombe amoureuse de Takumi Shirakawa que l'on surnomme « Le Prince Blanc », mais elle n'est pas la seule dans le même cas. Toutes les filles sont folles de lui. Cependant, il y a un autre garçon qui rentre dans sa vie Haruto Kurosaki que l'on surnomme « Le Démon Noir ».

    Review

    A la base je voulais faire un article découverte dessus, mais emportée dans mon élan j'ai lu les 3 tomes à la suite et j'ai voulais en faire une critique même si elle est un peu courte.

    Ce manga m'a rappelé plusieurs autres mangas comme « Wolf Girl & Black Prince » pour le côté sadique du gars, ou encore « Daytime Shooting Star » pour le côté triangle amoureux. Ce mélange est juste super, j'ai adoré !! En même temps je ne suis pas trop compliquée, et j'adore les shojos. Bon l'histoire n'est pas super super. En effet, elle est basique et bien gnan gnan malgré des points flous qui m'intrigue et qui seront révélés plus tard. D'ailleurs un bon point, c'est le fait que l'histoire ne tombe pas dans le cliché de la vitesse du genre "Oh je suis amoureuse de A, B se rapproche et il est pas mal alors A riposte puis POUF je sors avec B". Cependant, il y a quelque petite chose qui fait qu'on s'écarte pas mal d'une histoire banale. Mais en 4 tomes, c'est un peu toujours la même chose. Les deux gars essaient de gagner le coeur de la fille, celle-ci ne sait pas, Kurosaki agit toujours de la même manière en mode, je suis gentil mais j'adore abuser d'elle et c'est la même chose pour Shirakawa, il est hyper gentil mais il ne fait que jouer avec elle. En fait, ils jouent tous les deux avec elle.

    Pour les personnages, tout d'abord il y a les deux protagonistes masculins. Je trouve qu'ils sont intéressants, je pense que le « bad boy » n'est pas forcément celui qu'on veut nous faire croire. Ces deux personnages aux personnalités opposés mais qui sont amis, ont un passé commun que j'aimerais connaître et qui les rend encore plus mystérieux, ce qui fait qu'on ne peut que les apprécier. De plus, ils sont charismatiques et matures (ça dépend des moment bien sûr), ce qui est un petit plus. Ce qui est surprenant aussi dans le manga, c'est que vu qu'ils sont amis depuis longtemps, il n'y a aucune tension entre eux même s'ils sont en constante rivalité. Je pense que c'est surtout eux qui m'ont captivé et qui m'ont fait continuer le manga parce que Yû n'est pas tellement intéressante, c'est un personnages de shojo qui comme d'habitude est perdue dans ses sentiments et ne sait plus où son cœur bat. Contrairement aux garçons, elle n'a pas l'air trop développée au niveau de son histoire, c'est juste une fille qui a voulu changé parce qu'on se moquait d'elle. D'ailleurs, je trouve ça très dégradant de voir que le personnage ne se concentre que sur le physique.

    Graphiquement, les dessins sont jolis, mais sans plus. C'est le premier manga de Makino édité en France donc, même si le style fait bien shojo et qu'au final tout « se ressemble  », les dessins sont inédits pour moi.

    Avis Positif 12/20 (PROVISOIRE)

     


    2 commentaires
  • Boruto : Naruto Next Generation

    Informations
    Studio d'animation : Pierrot
    Saison : 2017
    Licencié en France : Oui                                      Editeur VOD : ADN
    Nombre d'épisodes : 110                                Bande d'annonce : www  
    Titre Original : BORUTO-ボルト 
    Titre : Boruto : Naruto Next Generations
    Auteurs : Ikemoto Mikio / Kishimoto Masashi / Kodachi Ukyô
    Type : Shonen
    Éditeur vf : Kana                                                                                                                            Nombre de tomes : 6 (VF) / 8 (VO)                                                                                                          Extraitwww                                                                                                                                             Disponible en version numérique                                                                                                                         

     

     

    Synopsis

    UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE NINJAS DÉBARQUE À KONOHA !
    Les grands affrontements dans le monde des ninjas appartiennent désormais au passé. Le village de Konoha est entré dans une ère de paix. Boruto, le fils du 7e Hokage, vit mal d’être dans l’ombre de son éminent paternel. Il ne se doute pas qu’une nouvelle menace plane sur eux…
    La légende de la nouvelle génération commence maintenant !

    Review

    Je me suis lancée dans l'aventure Boruto sans finir de regarder tous les épisodes de Naruto et de Shippuden, je suis désolée pour cela mais entre tous les épisodes fillers et le retard que j'ai pris, j'ai limite perdu l'envie de les regarder. Mais je vous conseille de tous les voir parce qu'honnêtement si ma sœur n'avait pas été là, j'aurais été totalement perdue sur certains points de l'histoire, par exemple avec le clan Ôtsutsuki, j'étais vraiment en mode "Mais c'est qui eux ?!". En commençant la série, j’avais beaucoup d’aprioris. Je pensais que c’était juste un Naruto un peu transformé, et ce n’est pas totalement faux dans le fond. Là où Naruto voulait être reconnu par son village, ici on a Boruto qui souhaite être reconnu par son père.

    Au début, j’avais beaucoup de mal avec les enfants des personnages, ça me faisait tout bizarre de voir des mixtes comme avec Chocho, la fille de Choji et de Karui. D'ailleurs, honnêtement, voir juste un simple mélange entre les parents pour créer les enfants, les cerveaux ont dû surchauffer au niveau chara-design. En plus d'être juste la copie-conforme de leurs parents, ils ont presque tous exactement le même caractère. Bref, sur ce point-là j'ai été déçue même si je vois certains points innovants comme par exemple, Metal Lee et son problème de stress, Chocho qui se moque qu'on parle de sa corpulence parce qu'elle est très sûre d'elle et sans complexe, mais qui préfère qu'on l'appelle la "grosse agile". Il y a aussi de nouveaux personnages totalement inédits et plus ou moins importants dans l'histoire avec Denki, Iwabe, Sumiré, Wasabi, Namida et surtout Mizuki. D'ailleurs la plupart de ceux-ci ne semblent pas être présents dans le manga. Et ces innovations vont même jusqu'à la formation des équipes qui ne sont plus forcément composées de deux garçons et une fille.

    Même après plus de 20 épisodes, je n’avais toujours pas l’habitude des personnages, maintenant avec plus de 60 épisodes à mon actif, franchement ça ne me choque plus, je dirais même que je n'y fais plus attention. Au début, j’ai eu beaucoup de mal à reconnaître certains personnages qui ont beaucoup changé par rapport à leur chara-design dans Naruto surtout Shino que je n’avais absolument pas reconnu. Et en plus des personnages, il y a aussi le paysage qui a évolué, moi qui suis une grande nostalgique voir tant de changement dans le village, vraiment ça m’a choquée. Mais en même temps c'est tellement logique, si en 20 ans le paysage n'avait pas changé d'un poil là ça aurait été étrange.

    Je ne m'attendais pas à réellement aimer Boruto, mais j'ai voulu tenter le coup surtout avec ma meilleure amie qui a vraiment sur-kiffé l'animé. Maintenant que je suis à peu près la série, on parle de ça pendant 1 heure entre deux parties de Naruto Ultimate Ninja Storm 4. Vraiment, je pense que j'ai réellement accroché à partir de l'épisode 36 "Début de l'examen", épisode où Boruto et ses camarades doivent réussir l'épreuve que Kakashi leur impose pour devenir genin et du coup quitter l'académie. Du coup connaissant le sensei, vous savez de quelle épreuve il s'agit ?! Après ça ne m'a pas empêché d'aimer les autres épisodes. J'ai notamment bien apprécié ceux où Sarada se pose des questions sur sa mère.

    En ce qui concerne l’histoire, la première scène que l’on voit se passe lorsque Boruto est un jeune adulte. Il se bat contre un ennemi et tout autour d’eux se trouve les ruines de Konoha. On ne comprend pas tout, mais cela m’a fait penser au premier épisode de Naruto Shippuden où l’on voit Naruto et Sasuke s’affronter puis retour en arrière, ici c’est la même chose. En effet, les épisodes suivants se concentrent sur l’enfance du personnage et de ses amis à l’académie. Par contre, il me semble que le manga ne s'attarde pas du tout sur cette part de l'histoire, du coût ceux qui lisent le manga connaissent déjà ce mystérieux personnage. Après un peu moins de 40 épisodes à l'académie, les épisodes sont un peu plus axés "actions" avec les missions en équipe et même si les épisodes à l'académie étaient sympas, j'ai une petite préférence pour les suivants.

    D'ailleurs, les épisodes sont pour la plupart dynamiques, amusants et assez innovants même si on voit vraiment du Naruto en Boruto notamment lorsqu’il peint les têtes des Hokages. C’est assez paradoxal quand on y pense parce que quand il est petit, Naruto n’avait pas tellement de talent, il n’arrivait même pas à faire un pauvre clone (ref au premier épisode), il était rejeté par tout le monde à cause de sa malédiction, mais souhaitait devenir Hokage et essayait de se faire remarquer en faisant des bêtises. Tandis que Boruto est très talentueux, il sait utiliser le multiclonnage, les techniques de permutation, … et a beaucoup d’amis et ne cesse de s’en faire au fur et à mesure des épisodes, cependant il ne souhaite pas devenir Hokage. La raison pour laquelle il fait des bêtises, c’est pour attirer l’attention de son père qui n’est pas très présent à cause de son statut.

    La comparaison s'arrête là, parce qu'au fur et à mesure des épisodes, on sent la différence de caractère entre les deux personnages, même s'ils sont aussi justes l'un que l'autre. En effet, devant l'injustice, Boruto s'en remet au combat, la seule chose qu'il souhaite : s'amuser et passer du bon temps avec ses amis. D'ailleurs, il peut se montrer très enfantin dernière son masque de garçon mature que rien n'atteint, comme lorsqu'il a peur de perdre ses amis après l'académie. Après il fait aussi des erreurs comme croire que les outils ninja sont plus utiles que les efforts, à ce moment-là mon cœur s'est un peu brisé.

    Une chose que j'ai bien aimé, c'est le fait que Boruto est vraiment une suite à part entière de Naruto. Certes on peut s'arrêter à la série d'origine, mais la trame principale des aventures des enfants suit ce qui s'est passé à l'époque de leurs parents. En effet, déjà le fait de reprendre le clan Ôtsutsuki, un méchant déjà introduit, la plupart des gens les connaissent juste tu peux encore plus les développer. Ensuite, le fait que la paix règne, mais que les tensions qui ont toujours existé subsistent encore, c'est assez réaliste. Par exemple lors du voyage scolaire à Kiri, le fameux village de la brume sanglante dont on entendait parler dans Naruto avec notamment Zabuza ou Kisame, ninjas originaires de ce village. Le passé n'est pas oublié pour tout le monde et même si le Mizukage actuel essaie de tourner son village vers le tourisme, Boruto aura affaire à de ninjas aux mauvaises attentions.

    Non, la série est vraiment sympas à regarder, on accroche assez vite à l'histoire et on s'attache vraiment aux personnages. Je pense que les plus nostalgiques seront contents de retrouver les héros de leur enfance même s'ils ont vieilli. Après je comprends que beaucoup de gens n'aiment pas la série, mais arrêtez un instant de le comparer à Naruto, en soi, l'animé est plus que correcte. Les combats et l'histoire sont intéressants et même si parfois on sent comme du déjà-vu, il y a toujours une part d'originalité qui fait du bien. De plus, la bande-son est pas mal et graphiquement, on voit une grande différence depuis 2002 (date de la première diffusion de Naruto). Les couleurs sont un peu plus flashy sans que cela soit désagréable, mais sinon on reconnaît bien le design de l’anime de mon enfance.

    Avis Positif 15/20 (PROVISOIRE)

    4 commentaires
  •  

    Card Captor Sakura - Clear Card Arc -

    Du même auteur

    Card Captor Sakura - Clear Card Arc -

    Card Captor Sakura - Clear Card Arc -

    Card Captor Sakura - Clear Card Arc -

    Informations
    Studio d'animation : Madhouse
    Saison : Hiver 2018                               Licencié en France : Oui
    Editeur VOD : Wakanim
    Nombre d'épisodes : 22
     
    Titre Original :  Card Captor Sakura - Clear   Card hen
    Titre : Card Captor Sakura - Clear Card Arc -
    Auteur : CLAMP
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Pika                                             Review du tome 1 : www

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    C’est le mois d’avril, les cerisiers sont en fleur et Sakura entame son année de cinquième. Elle y retrouve son ami Shaolan qui était retourné un temps à Hong Kong. Mais leur quotidien paisible est rapidement bouleversé par une activité anormale des cartes de Clow. De mystérieux évènements s’enchaînent dans la ville de Tomoeda. Sakura est alors guidée par la « clé » rencontrée en rêve. La collecte des cartes reprend de plus belle ! C’est alors qu’une nouvelle élève fait son apparition…

    Review

    Je ne vais parler ici, que de la version animé. En effet, déjà plus jeune j'avais connu la série grâce à la version animée qui passait à la télévision, alors je continue la suite en ne regardant que l'anime (même si j'ai lu le tome 1). J'ajoute aussi que si vous ne connaissez pas l'oeuvre d'origine, ne vous embarquez pas à regarder ou lire Card Captor Sakura - Clear Card Arc. Vous pourrez comprendre je pense globalement l'histoire, mais vous passerez à côté de pleins d'éléments importants et vous ne comprendriez les relations qu'il peut y avoir entre les personnages et le pourquoi de leurs sentiments.

    Card Captor Sakura est, je pense, l'oeuvre la plus connue de CLAMP. Publiée entre 1996 et 2000 aux éditions Pika, la plupart l'ont surtout connu pour son adaptation animée qui passait à la télévision, sur M6 KID, à l'époque (petit cadeau pour les plus nostalgiques : www). Grâce à cela, la série est devenue très populaire chez nous sous le nom de « Sakura, Chasseuse de cartes ». Alors évidemment, en 2016, lorsqu'une suite a été annoncée, elle a été très attendue en France où le manga n'a été disponible qu'à partir de novembre 2017, contre décembre 2016 au Japon. Il n'a pas fallut attendre longtemps pour avoir une adaptation animée des aventures d'une des magical girls les plus populaires.

    Donc pour l'histoire, notre jeune héroïne entre en 5ème. Elle retrouve la plupart de ses amis du primaire, mais ils ne sont pas tous dans la même classe. Elle se retrouve quand même avec Tomoyo (Tiffany) et Chiharu (Sandrine). Sa nouvelle année commence avec ses retrouvailles avec Shaolan mais aussi le début de nouveaux rêves. En effet, Sakura recommence à faire des rêves très étranges où elle voit un inconnu et des cartes transparentes. En se réveillant, elle regarde au plus vite ses cartes et constate qu'elle sont devenues transparentes et inutilisables. A travers ses rêves, elle reçoit également une nouvelle clef qu'elle utilisera pour capturer de nouvelles cartes. C'est ainsi qu'elle redevient Sakura chasseuse de cartes. J'ai trouvé que l'histoire mettait pas mal de temps à devenir vraiment intéressante. En effet, le principe est assez similaire à l’œuvre d'origine et ça peu être redondant pour certains. Mais c'est à partir de l'épisode 4 que j'ai été très prise par la série, notamment par la nouvelle élève, Shinomoto Akiho, que je trouve plus que louche [Attention SPOIL] surtout quand Sakura dit "cet individu fait la même taille que moi" [Fin du SPOIL]. Après, je trouve que les auteurs ont toujours su comment attirer les spectateurs (ou lecteurs). C'est vrai que le schéma "tranquillité → problème → sceptre → nouvelle carte" n'a pas changé mais petit à petit, CLAMP enrichit son univers avec par exemple l'arrivée de nouveaux personnages comme ça a été le cas avec Eriol (Anthony) ou plus récemment, Akiho et Kaito ou Momo. Ensuite, on peut aussi pointer du doigt les mystères encore non-résolus alors que cela fait plus de 10 épisodes qu'on attend une réponse. En effet, là je parle de l'énorme frustration de ne pas connaître le secret que garde Eriol et Shaolan (Lionel), par rapport au nouveau danger qu'affronte Sakura, même si ce dernier hésite parfois à lui en parler.

    Outre l'histoire, nous revoyons tous les personnages qui sont plus ou moins présents dans l'intrigue, et les lieux aussi. Tout l'univers a été parfaitement respecté, en regardant les épisodes, je savais exactement où la scène se déroulait. Rien n'a changé, tout est comme dans Card Captor Sakura, les personnages sont toujours aussi attachants et ont toujours les mêmes relations les uns envers les autres. C'est vraiment super de revoir Toya (Thomas) qui continue à embêter sa petite soeur alors que désormais, il est à l'université. Ou encore Tomoyo et son adoration à filmer et coudre des costumes pour sa "merveilleuse Sakura". Il y a même de l'évolution parce que maintenant, Tomoyo a de nouveaux gadgets qui lui permettront de filmer en toutes circonstances son héroïne. On a toujours les emblématiques "woeee" de Sakura qui feront sourire certains. Et même les personnages secondaires ont toujours leurs habitudes comme Yamazaki (Yvan) et ses anecdotes plus farfelues les unes que les autres, et Chiharu qui continue a le martyriser pour ça.

    Après, CLAMP a quand même dû s'adapter. En effet, les personnages ayant grandi, on ressent une certaine évolution que ce soit dans leur comportement avec leur relation, mais aussi physiquement. Mais on peut aussi dire que depuis 20 ans, les Clamp ont un peu changé de style, donc il est normal de voir les graphismes changés, mais on voit qu'il y a un effort pour offrir un rendu suffisamment proche du Card Captor Sakura d'origine. En effet, en regardant les épisodes, je me suis rendue compte qu'il y avait une réelle évolution des graphismes. Ils sont plus doux, biens meilleurs et font nettement plus récents, un jeune de maintenant qui regarde Card Captor Sakura doit quand même bien rire. La qualité est également au RDV et c'est un vrai plaisir.  Que ce soit dans le manga (ref. au tome 1) ou dans l'anime, on sent qu'il y a eu du chemin entre les premières aventures de la magical girl et maintenant. Les traits ne sont plus les mêmes, ils sont plus soignées je dirais. On retrouve presque tous les personnages que nous avions connus avec peut-être pour certains quelques changements. Les scènes où Sakura rêve ont toujours été magnifiques, avec des visuels fantastiques. Ces scènes ont, à mon sens, toujours essayé de transmettre un message. Par exemple dans CCS, ils se déroulaient la nuit devant la tour de Tokyo illuminée, donnant ainsi un sentiment d'espoir. Dans Clear Card Arc, ses rêves, dans lesquels Sakura rencontre l'antagoniste de la série, se situe dans un vide sombre et Sakura est là, sans défense, tandis que la silhouette encapuchonnée commande clairement. Ce rêve ne transmet pas les même sentiments que dans CCS mais plutôt une sensation de peur.

    On peut vraiment parler d'une suite puisque la série suit le court de l'histoire qu'il y avait déjà dans CCS. En effet, on voit la scène où Sakura et Shaolan se retrouvent. Elle a été faite de manière très émouvante. On sent toutes les émotions des personnages à travers le cadre, la musique, leur expression, les graphismes et leurs dialogues si sincère appuient cela. On remarque que leur sentiment s'est vraiment approfondit, peut-être dû à la longue séparation, et leur retrouvaille n'en a été que plus belle. D'ailleurs, grâce à l'évolution des personnages, il y a un certain rapprochement entre Sakura et Shaolan, mais au vu de leur caractère, les deux protagonistes prennent vraiment leur temps, ce qui amène parfois à des situations bien cocasses, merci aux auteurs de pas avoir changé cela.
     
    En ce qui concerne la musique, c'est un pur plaisir d'entendre la bande-son avec les OST. Je ne pourrais pas dire si c'est les mêmes que celle de l'anime de 2000 mais je dirais que cela y ressemble beaucoup. La musique rend chaque scène encore plus émouvante et me met vraiment dans le feu de l'action.
     
    Cependant, j'ai remarqué quelques petits bémols qui ne m'ont pas trop plus. Normalement, cette série est la suite direct de CCS. Mais alors pourquoi nous retrouvons des choses qui n'étaient pas dans l’œuvre d'origine, je parle des gadgets du style smartphones, ordinateurs et aucune explication n'a été donnée quant à leur apparition soudaine dans la série. La seule raison qu'on pourrait trouver c'est l’écart de 20 ans qu'il y a entre CSS et CCA. Même Kero, maintenant il joue en ligne à l'aide d'un casque, cependant, on a une explication pour cela, un peu plus tard dans les épisodes.
    Avis Positif 15/20

    Je le conseille à tous ceux qui ont adoré l'anime des 2000, et aux autres aussi. C'est un vrai plaisir pour les yeux et les oreilles. J'ai bien apprécié les clins d’œil à la série d'origine avec ses retrouvailles avec Shaolan qui attend Sakura avec son ours en peluche à la main. Mais également (uniquement pour l'anime je pense) c'est par rapport à l'album photo où l'on voit des image du film 2. J'avoue avoir été un peu déçue, au début, compte tenu du scénario pas tellement original, mais on oublie vite cela avec l'intrigue que nous propose CLAMP. C'est une suite de qualité qui fait honneur à CCS.


    4 commentaires
  • kyou no kira kun

    kyou no kira kunkyou no kira kun

    J'ai découvert cette série tout à fait par hasard. J'étais en quête de nouveaux mangas et ce manga m'est apparu. Il n'est pas encore sortie en France mais j'aimerais vraiment qu'il soit licencié.

    EDIT (17/10/17) : licencié chez Pika, tome 1 disponible dès le 18 octobre 2017.

    On commence avec les personnages. Ils peuvent paraître clichés avec Kira, le jeune homme populaires et beaux et Nino, la petite fille isolée et rejetée de tous. C'est vrai on retrouve ça dans la plupart des shojo. Mais ce manga est légèrement différent. La jeune fille a un passé assez mystérieux avec une cicatrice dont on ne sait pas trop d'où elle sort. Kira laisse tout tomber pour finir ses jours avec Nino que ce soit ses amis, sa popularité ou autres. Évidemment, on s'attend très bien à ce que les deux personnages tombent amoureux. Mais il faut aussi que je parle de l'oiseau. C'est également un personnage important qui fera tout son possible pour protéger Nino tout en acceptant leur relation. Le manga est assez poussé dans le sens où les deux personnages évoluent et s'épanouissent au contact de l'autre. Ils se dévoilent, et ne cherche plus à se cacher. Un autre cliché : il y a évidemment le fameux triangle amoureux.

    Ensuite, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais dans beaucoup de manga nous retrouvons des mascottes tel que Happy pour Fairy Tail, Pikachu pour Pokemon et encore pleins d'autres, ici, c'est Seinsei, la perruche. Il donne un petit côté humoristique à la série, ce qui n'est pas pour me déplaire.

    Passons maintenant aux graphismes. Ils sont très jolies. J'ai beaucoup ses dessins. Je trouve que c'est qui est le plus important. En effet, c'est le premier coup d’œil qui nous attire et nous pousse à lire un manga, de ce côté-là, aucun soucis.

    En tout cas, l'histoire est très prenante et intéressante. Je pense que ce manga n'est pas uniquement pour les petites filles, mais peut vraiment plaire à beaucoup de gens même des adultes. Le drame nous donne l'envie de connaître la fin. Comment cela va-t-il se finir ? Va-t-il vraiment mourir. C'est une histoire adorable et attachante.

    Ce qui serait bien selon moi, c'est de faire une adaptation animé de ce shojo. En effet, j'aimerais vraiment voir quelles musiques il y aurait :3 Mais par contre, j'aurais très peur que cela se finisse comme un Blue Spring Ride, c'est-à-dire un anime un peu bâclé, en 12 épisodes juste pour attirer le spectateur et lui faire acheter le manga. En fait j'ai peur que si un anime devait apparaître, ça soit un anime promotionnel.

    kyou no kira kun

     Nombre de volumes : 9 

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 16/20.

     

     


    votre commentaire
  •  

    Pour plus d'information sur cette série voici le lien pour accéder à la rubrique : www

    Détective Conan

    Détective ConanDétective Conan

    Détective ConanPas où commencer... Détective Conan est un manga que je trouve plutôt original et que j'aime beaucoup. Beaucoup de nostalgie me traverse quand je lis un scan parce que je me souviens encore de l'époque où je me pressais de rentrer chez moi pour ne pas louper un épisode sur la 3. Cependant, il n'échappera pas à la critique.

    Etant donné que le manga est assez vieux, je ne peux pas juger la qualité des graphismes de l'époque qui ont énormément évolué depuis. J'avoue que je ne prêtais pas trop attention à la qualité du dessein même si pour moi, je l'a trouvé plutôt bien. Désormais, avec du recule, je peux clairement dire que le manga est passé d'une qualité plutôt moyenne à une excellente qualité. On peut voir dans l'anime trois grandes phases très distinctes de l'évolution des graph. On le constate surtout chez Takagi mais aussi chez Conan : www

    Il y a une très grande variété de personnages, mais quand je dis grande c'est très grande. En effet, on peut compter plus d'une cinquantaine et je suis encore généreuse. Bon, on va tout de même dire qu'ils sont plus ou moins attachant avec un charisme différent selon les personnages. Par exemple, on est tous d'accord pour dire que la fille qui a le plus de charisme c'est Sera, elle est trop stylé xD alors qu'au contraire le personnage principale féminin est Ran : une fille banale qui passe son temps à pleurer (mais je l'aime bien je vous assure) et sans oublié de préciser que c'est une grosse nunuche qui n'est pas fut-fut pour deux ronds (ne pas voir que Conan est Shinichi surtout lorsque ce dernier sort des excuses foireuses et toutes les petites coïncidences du genre anniversaire le même jour, ses parents qui sont jamais là (genre le gamin il a 7 ans et ses parents ils sont jamais là, je veux pas dire mais sur ce point là c'est très réaliste...) .

    Un des points les plus frustrants de l'univers du manga est l'avancement de relation. Elles sot lentes, tellement que cela vous donnera l'envie d'arrêter pendant quelque temps. Puisque les films sont des trailers, ils ne font pas partis de la série et tout ce qui s'y passe ne s'est en fait jamais produit dans le déroulement de l'histoire, donc il faut attendre (attention spoil) prèt de 600 épisodes pour que Shinichi avoue son amour à Ran, mais elle ne lui a toujours pas dit. Mais encore heureux, au moins avec Heiji et Kazuha cela à plus avancer.. ah ah je plaisante, c'est encore pire.

    Bon ensuite le point négatif le plus flagrant est bien entendu le fait que la série est tellement longue qu'elle est encore plus vieille que moi. Je ne suis pas contre des séries longues mais c'est horrible parce qu'elle va durer encore longtemps et les intrigues principales ne sont même pas encore résolues ce qui nous pousse à continuer la séries parce que notre curiosité l'emporte largement sur tout le reste.

    Détective Conan

    Bon les bons points maintenant, on peut clairement dire que la série est très intéressante et que les affaires sont très originales (tellement qu'un criminel japonais aurait commit un meurtre pareil à un de la série, bon il s'est fait prendre évidemment) et que vous ne trouvez presque jamais le meurtrier avant que Gosho vous le montre explicitement. Ensuite, je trouve le contexte est plutôt différent des autres séries, pour le moment je n'ai jamais vu une série du même genre. 

    Par contre attention ! Je vous déconseille avec un grand "d" la vf parce qu'elle est absolument horrible, et vos oreilles vont saigner après avoir écouter deux ou trois épisodes à la suite. Lorsqu'on est petit on fait pas trop attention, mais désormais je le sais, je le vois, la vf est immonde. La vo est quand à elle magnifique, les voix sont superbes. Alors je vous conseille vivement le vostfr. De toute façon, les vf sont pour moi la pire chose qu'il existe lorsqu'on en prend conscience.

     

      Nombre de volumes : 92 + 

     Nombres d'épisodes : 862 + 

    倉木麻衣「TRY AGAIN」  

    Detective Conan -Kimi ga Ireba-

    Lecture en ligne (scans en vf)

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 16/20.

    Détective Conan

    Détective Conan

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Dr Stone

    The gentlemen's alliance cross

    Dr Stone

    Heureusement que le manga est assez court (30 chapitres pour le moment) parce que j'aurais vraiment eu la flemme de le lire s'il faisait 120 chapitres (comme c'est le cas avec Black Clover).

    Pour moi ce shonen renouvelle un peu le genre dans le sens où ce n'est ni un mangas de sport, ni de combat, ni de magie ou je ne sais quoi encore, c'est juste un moment un peu surréaliste qui débouche sur la réalité et la science. En langage clair c'est une histoire d'aventure post-apocalyptique très originale. J'avoue avoir été intrigué par ce scénario pas du tout commun et j'ai vite été emballé par le reste : une histoire d'amitié de longue date (mais également d'amour) et une rivalité entre deux personnages très intelligent mais qui n'ont pas la même vision de l'avenir.

    En ce qui concerne les personnages, Senkuu (le protagoniste principal) est vraiment top. Il a beaucoup de charisme et est super classe comme gars. Ensuite on a son ami Taiju qui est très amusant tellement il est bête et impulsif mais ils forment une superbe équipe. Celle-ci s'agrandit avec le gros badass qu'est Tsukasa et après on a la fille mignonne mais qui ne sert pas à grand chose pour le moment (ça va venir, peut-être).

    C'est la première fois pour moi (je crois) que je critique un manga où il y a un scénariste et un dessinateur. Donc j'avais déjà connu Inagaki Riichiro grâce à son manga Eyeshield 21, dont il était également scénariste, mais pour Boichi c'est tout nouveau. Graphiquement, le manga est vraiment beau et on voit le sens du détails et je trouve ça rare dans un shonen.

     

     Nombre de volumes : 2 + 

    Lecture en ligne (tous les scan en vf)

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 17/20

     


    6 commentaires
  • Heart no Dia

    Heart no DiaHeart no Dia

    Le manga a été stoppé au bout de trois tomes (enfin, sur manga news ils disent qu'il est en pause, mais une pause de 6 ans pour moi, c'est plus une pause).

    J'ai trouvé ça dommage parce que vraiment l'histoire était vraiment unique. En effet, pour le coup le fait qu'une fille possède en elle un cœur qui peut exaucer tous les vœux je n'avais jamais vu une histoire similaire. Bon évidemment, on retrouve après un triangle amoureux mais ça c'est parce que c'est shojo.

    Ensuite pour les personnages, on a la fille un peu stupide puis les garçons amoureux de sa naïveté.

    Sinon côté graphisme, ils sont plutôt beaux mais honnêtement j'ai vu mieux. Par contre, je trouve la mangaka plus douée pour dessiner des hommes que des femmes.

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 14/20.

     Nombre de volumes : 3 

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     

    Heart no DiaHeart no Dia


    votre commentaire
  • Hunter x Hunter

    The gentlemen's alliance crossHunter x Hunter

    J'ai connu Hunter x Hunter lorsque l'anime passait sur NT1 le samedi ou dimanche matin et j'avais beaucoup aimé ce shonen. Alors j'ai voulu reprendre mais en voyant l'anime de 2011, j'ai pensé recommencer depuis le début avec l'épisode 1, en plus cet version reprenait réellement le manga sans HS... Et là j'ai remarqué pas mal de différence avec l'ancienne version animée mais ce n'est pas le sujet du jour. Je n'en suis qu'à l'épisode 30 pour le moment mais je voulais faire cette critique quand même. Je n'ai jamais lu le manga mais quand l'envie me prendra de lire plus de 300 scans, je commencerai.

    Tout d'abord je trouve l'histoire originale, c'est pas souvent que le héro est un enfant de 12 ans, en général ils ont autour de 18 ans. Hunter x Hunter est un manga complexe et où l'on retrouve des combats violents et des morts (pas comme dans un certain autre manga dont je ne dévoilerai pas le nom). Il est donc conseillé à un public plus mature que des enfants même si je n'avais pas été choqué avec l'anime de 1999 (mais je crois qu'il était moins violent). Au fur et à mesure que les épisodes passent, on est de plus en plus absorbé par l'histoire qui s'enrichit. Les combats ne sont pas en mode tête baissée, il y a une réelle stratégie derrière par exemple dans les épisodes 14 et 15, Gon s'entraîne et cherche un moyen de battre un adversaire nettement plus fort que lui. Je trouve que l'auteur maîtrise parfaitement le style afin d'éviter au maximum tout cliché, les autres mangas dont il est l'auteur sont également des œuvres intéressantes. Hunter x Hunter est un manga également très psychologique dans le sens où beaucoup de choses sont implicites ce qui renforce la cruauté d'un personnages par exemple ou justement, tout le contraire. Le manga ne contient pas de romance comme il en existe dans Naruto et même Fairy Tail, c'est vraiment une histoire basée uniquement sur l'amitié, les combats et l'objectif du héros, devenir hunter et retrouver son père.

    Hunter x Hunter a de nombreux personnages déjà au début de l'examen même si à la fin ils ne seront plus qu'une poignée. Ils ont tous un certain charisme et sont plutôt bien travaillés dans le fond. Il n'y a pas de personnages inutiles qui est là juste pour faire jolie comme il y a souvent dans les shonen (une fille à forte poitrine par exemple). Bon alors évidemment le personnages principal a les caractéristiques d'un héro de shonen, il est pas très malin, il est charismatique, il a un fort potentiel et tout cela, mais contrairement à d'autres shonen, ici le héro avance avec ses amis, c'est-à-dire qu'il ne serait pas où il est sans eux (il fait pas tout le boulot tout seul). D'ailleurs son groupe est très attachant. Leorio donne un côté amusant au manga parfois grâce à Kurapika avec lequel il se chamaille sans cesse. Kirua donne un côté mystérieux et super badass. Kurapika est mystérieux et peut représenter un image peut-être fraternelle. On peut remarquer que chaque personnage porte un lourd fardeau (on en apprend plus sur Leorio et Kurapika lors de l'examen et pour Kirua juste après l'examen) et c'est cela qui les poussent, la plupart du temps, à devenir hunter.

    Graphiquement, les dessins sont beaucoup mieux qu'avant, les détails sont plus travaillés et les expressions des personnages aussi. Quand on prend le manga, on remarque bien l'évolution des graphismes des personnages un peu comme Détective Conan en même temps cela fait 19 ans que la série existe, les techniques ont beaucoup changé, en un peu moins de 20 ans.

    L'auteur étant malade, le manga est actuellement en pause, mais j'espère de tout coeur qu'il aura une fin parce que je ne supporterais pas qu'un manga avec un potentiel et une histoire comme ça, n'ai pas de fin. Alors je souhaite un bon rétablissement à Yoshihiro Togashi.

     Nombre de volumes : 33 + 

     Nombre d'épisodes : 148 

    Opening 1 de l'ancienne version

    Opening 1 de l'anime 2011

    Lecture en ligne (tous les scan en vf)

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 16/20.


    16 commentaires
  • Du même auteur

     

    Informations
    Studio d'animation : MAPPA 
    Saison : Été 2017 / 2018
    Licencié en France : Oui              Editeur VOD :  Netflix
    Nombre d'épisodes : 12
     
    Titre Original :  Kakegurui / 賭ケグルイ
    Titre : Gambling School
    Auteurs : Tôru Naomura / Homura Kawamoto
    Type : Seinen
    Éditeur vf : Soleil                                         Nombre de tomes : 5 (VF) / 9 (VO)                 Lien vers mon avis (ep 1)  : www         

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Dans cette école, ce ne sont ni les résultats scolaires ni les performances sportives qui comptent, mais les prouesses aux jeux de hasard. Des sommes parfois colossales peuvent être pariées. Les élèves les plus forts sont enviés, les plus faibles persécutés. Yumeko, une nouvelle élève, est immédiatement placée sur la liste des personnalités à surveiller. Étrangement, elle ne semble pas être là pour «gagner», mais par pur amour du jeu et de l’excitation...

    Review saison 1

    Ma critique se basera uniquement sur l'anime de 2017. J'en ferais probablement une autre lorsque la saison 2 sortira. J'ai également écrit un article "découverte" quand le premier épisode est sorti : www, mais j'ai changé d'avis depuis. La série autant animée que papier a eu un énorme succès au Japon, c'est d’ailleurs grâce au succès du manga qu'une adaptation animée est sortie.

    Le scénario est encore inédit pour moi. C'est vrai qu'on voit souvent des jeux dans les mangas, notamment dans les Shonen comme Yu-Gi-Oh! ou Beyblade. Mais ici, on met en jeu quelque chose de beaucoup plus important : son argent et en même temps sa "condition social" au sein de l'école. L'histoire est très surprenante et assez originale. Tout commence en douceur et pourtant avec 12 épisodes, on a presque l'impression d'avoir fini la série.

    L'école, dans laquelle tout se passe, est très spéciale : c'est un vieil établissement de plus de 120 ans et dont la clientèle est réservée exclusivement aux familles riches, passant des fils/filles de PDG à fils/filles de grands dirigeants. Dans ce cadre particulier, les notes et tout ce qui est scolaire ne comptent pas, les seules choses qui valent quelque chose ce sont des talents qui pourront servir aux gens de hauts rangs : savoir être un fin tacticien, avoir du cran, ou lire entre les lignes afin de déchiffrer les pensées des autres pour deviner leurs intentions et ainsi avoir le dessus sur eux.

    Pour diriger tout ceci, il y a le conseil des élèves, dirigé par la présidente Kirari Momobami. C'est elle-même qui a instauré ce système de jeux, permettant ainsi au conseil de recueillir de l'argent en prenant ceux des autres élèves. Il faut savoir que le conseil est très influent et très puissant au sein de l'établissement et que les quelques élèves qui font parti de ce conseil sont également très influents et ont beaucoup de talents. En bas de l'échelle nous trouvons les victimes de tous, ceux ayant perdu énormément : celles et ceux qualifiés de "bêtes" sont les 100 derniers élèves sur 3000. Ils n'apportent pas assez d'argent et ne sont dès lors plus considérés que comme des "élèves réfractaires" mais plutôt comme des larbins voire même des objets. Quand on atteint ce point, c'est souvent pour un non-retour, en effet, il est difficile de sortir du cercle des bêtes quand on n'a plus d'argent à parier pour tenter d'améliorer sa situation.

    Alors il est vrai que j'ai dit que je trouvais cet anime "malsain et inintéressant" mais j'ai également dit "j'admets que dans le premier épisode d'une série c'est dur de juger l'histoire". En fait, j'ai été un peu surprise au début, par ce côté malsain, en même temps c'est vraiment étrange de parier de l'argent sur des jeux de hasard pour avoir une quelconque valeur aux yeux d'autrui. Mais maintenant, je trouve que c'est ça qui donne cette ambiance au manga, après tout ce n'est pas un Seinen pour rien, c'est un peu la même chose avec King's Game. La seule chose qui est un peu redondante dans les trois premiers épisodes c'est qu'on retrouve le même schéma : Yumeko, accompagnée de Suzui qui l'observe (sauf pour le premier épisode mais il est quand même là), enchaine trois premiers jeux, un à chaque épisode, qui vont l'amener à être remarquée par le conseil des élèves. Après les jeux présents dans l'anime ne sont pas de simples jeux de hasard que l'on connaît déjà, ils existent mais ils sont remaniés pour en faire des jeux plus complexes comme le "vote pierre-papier-ciseaux" ou comme le jeu de Midari Ikishima qui est une sorte de roulette russe. Au début, les jeux sont souvent similaires dans le sens où ce sont presque tous des jeux de cartes. Au fur et à mesure de l'histoire, cela change, ce n'est plus forcément des jeux de cartes, Yumeko peut tomber sur des jeux particulièrement risqués ou totalement fous, et les parties peuvent durer plusieurs épisodes.

    En ce qui concerne les personnages, ils sont plus ou moins différents surtout au niveau du caractère. En effet, Suzui est le gars un peu peureux qui est sous la "protection" de Yumeko avec qui il est devenu ami. D'ailleurs cette dernière, est une fille qui adore les jeux à risque, mais quand je dis adore c'est pas genre "ouais c'est cool" c'est genre ADORER → www. Mais le panel de personnages est tellement varié que je ne peux pas parler de tous. Le conseil des élèves regorge de personnages intéressants avec des caractères excessifs et des actions qui vont parfois trop loin comme Midari qui est un personnage impulsif, masochiste, avec des tendances suicidaires. Il y a un véritable travail de recherche pour trouver les personnages les plus fous et les plus intrigants pour ensuite tous les réunir dans Kakegurui. Dans ce sens-là, ce panel est un véritable atout. Pour parler du personnage principal, Yumeko est très particulière : à aucun moment de la série même lorsqu'elle devient une "bête", elle ne s'inquiète de son sort ou de l'argent qu'elle perd. En effet, lorsqu'elle joue, le fait de jouer lui procure un plaisir immense notamment parce que jouer comporte des risques. Son attitude contraste totalement avec son apparence qui semble tout à fait normale.

    L'anime est, comme je le disais plus tôt, un peu redondant notamment au début, mais très vite, la série a su attirer les gens. Le sujet est très bien maîtrisé par les auteurs au vu des jeux qui sont vraiment bien réfléchis et pensés avec ses moments intenses où il y a de la triche ou du bluff. Ces moments sont les accrocheurs parce que l'ambiance est tellement bien travaillée qu'on se prend au jeu. Un très bon point à mon sens : l'anime est très fidèle au manga d'origine. En effet, il adapte vraiment à la perfection le manga (les 5 premiers tomes) sans jamais s'écarter "du droit chemin" mis à part pour le 12ème et dernier épisode. Une "vraie" fin pour la série animée a été faite et c'est Homura Kawamoto lui-même qui l'a scénarisée.

    En ce qui concerne les graphismes, pour une fois, je préfère ceux de l'anime que ceux du manga. En effet, ces derniers sont plus effrayants mais ceux de l'anime, expriment mieux les émotions et les couleurs donnent un petit truc en plus. C'est très intéressant le changement de visage qu'ont les personnages lorsqu'ils jouent, ça rend le manga encore plus glauque : www.

    Avis Positif 15/20

    2 commentaires
  • L-DK

    L-DKL-DK

    J'avais commencé à lire les scans du tomes 1 et 2 quand j'ai appris qu'il allait sortir en France. Evidemment, j'avais bien aimé donc je les ai acheté (pas tous ils m'en manquent pas mal sans compter ceux qui ne sont pas encore sortis) donc je vais faire une petite critique avec ceux que j'ai.

    Tout d'abord, l'histoire est assez banale, Aoi une fille plutôt ordinaire va devoir vivre avec Shûsei, le garçon le plus populaire du lycée dont toutes les filles sont amoureuses sauf bien sur notre héroïne qui le déteste (comme par hasard). Les péripéties qui suivent sont du déjà-vu (le coup des menottes, j'avais vu ça égelement dans Switch Girl) et c'était tellement évident que des sentiments allaient vites arrivé. Ce qui est bien, c'est le côté humour, ça va, on se pète pas des barres mais je trouve que trop ça aurait peut-être rendu le manga un peu lourd. Donc ce petit côté rend la série sympatrique grâce notamment à Shûsei qui passe son temps à taquiner Aoi (laissant le lecteur perplexe à propos de ses sentiments envers elle). Ce qui est dommage, c'est que par la suite, on retombe dans le cliché du triangle amoureux (je me suis auto-spoil sans le faire exprès). Le manga nous raconte une jolie romance un peu trop banale mais que l'on peut tout de même apprécier. Je me demande vraiment ce qui va se passait pour qu'il y ai plus de 20 tomes au Japon, ça fait long comme cohabitation.

    Pour ce qui concerne les personnages, ils sont assez attachants. On remarque une vrai évolution des sentiments qui est bien mis en scène au fur et à mesure que les deux jeunes gens apprennent à se connaître. Ils ont une vraie histoire, ce qui rend le manga plus profond et moins creux que l'on aurait pu le croire dans le tome 1. En effet, comme tout le monde, les personnages ont des choses à cacher, qu'ils ne veulent pas que l'on découvre. Ils ont des blessures qui ont fait ce qu'ils sont dans l'histoire.

    Enfin, côté graphisme c'est pas mal. Ils sont agréables et ne font pas tellement shojo comme dans Candy Candy ou Lady Georgie (manga bien niais).

    L-DK

     Nombre de volumes : 23 + 

     

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 13/20.

    Lecture en ligne (tous les tomes en vf)

     


    votre commentaire
  • Résumé du tome 5

    Kako et Kôta passent leurs premières vacances d’été ensemble ! Kako part dans la maison familiale de Kôta avec des rêves plein la tête, mais... Petit à petit, le voile se lève sur le passé de Kôta...
    Qu'a-t-il bien pu lui arriver ?
    Informations
    Lien vers la critique du tome 1 : www                 Lien vers la critique du tome 2 : www
    Lien vers la critique des tomes 3 / 4 : www        Lien vers la critique du tome 5 : www         
    Titre Original :  P to JK / PとJK
    Titre : Love under Arrest
    Auteur : Maki Miyoshi
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Delcourt / Tonkam                                                                                                                 Nombre de tomes : 6 (VF) / 13 (VO)                                                                                                
     

     

    Review du tome 5

    Dans la continuité du tome 5, notre petit couple est toujours en vacances dans la ville où a grandi Kouta. En sortant ce dernier nez à nez avec une ancienne connaissance, mais était-elle seulement une connaissance du lycée ? C'est très intéressant d'en apprendre autant sur ce personnage qui était jusqu'à tout récemment encore très mystérieux. L'auteure n'hésite à s'attarder sur ce personnage. Si elle fait chaque pour chaque personnage, on peut comprendre pourquoi il y a déjà plus de 10 tomes au Japon, mais cela permet au lecteur de mieux comprendre les protagonistes. Effectivement, on apprend pourquoi il est ce qu'il est aujourd'hui et comment il était totalement différent au lycée.

    "Mais... si tu es heureux alors moi aussi !"

    Après les chapitres "souvenirs", Kouta et Kako vont direction la mer pour finir leurs vacances seuls en amoureux. Mais comme toujours avec nos jeunes mariés, quand ça va trop bien pour eux, ce n'est pas normal... Et en effet, ils tombent sur Mikado et Jiro, c'est la fin des vacances de l'amour pour eux, surtout que les lycéens ne sont pas venus seuls, mais sont avec d'autres camarades du lycée venus profiter d'une réduction pour une nuit dans une auberge de jeunesse. Le "pas de chance" a voulu que cela soit au même endroit que notre petit couple. Du coup le jeune policier ressent le besoin de veiller sur tout le groupe de jeunes gens. Mais pas d'inquiétude, Kouta et Kako auront tout de même quelques moments de tranquillité, non ?

    Dans le dernier chapitre, c'est bientôt l'anniversaire de Kako, mais Kouta travaille malheureusement ce jour-là. Comment faire ? Surtout que lorsque Kouta travaille, il travaille sérieusement et est en mode policier sans aucune exception. Pas de soucis Mikado et ses histoires de cœur sont là pour changer les idées de notre héroïne. Comment sa journée d'anniversaire va-t-il bien pouvoir se finir ?

    J'ai l'impression que l'auteure commence à mettre en place une romance secondaire. Si c'est vraiment le cas, j'ai hâte de découvrir cela. En effet, le fait que les personnages secondaires volent un peu la vedette aux protagonistes principaux peut-être intéressant et très divertissant comme ce fut le cas avec Ôkami dans les premiers tomes. Et puisque je pense que c'est une habitude pour l'auteure de nous raconter la vie de tous ses personnages, pourquoi ne pas s'attarder sur Kako ? C'est vrai, on ne sait presque rien sur elle, peut-être que son passé est intéressant ? A voir dans la suite de Love Under Arrest !

    "Évidemment... c'est dur, de t'avoir juste à côté et de ne pouvoir que te regarder..."

    Conclusion

    Toujours aussi plaisant à lire, encore un volume spécial passé de Kouta, mais où la romance avec notre héroïne est également présent. En effet, seuls les deux premiers chapitres se concentrent réellement sur notre jeune policier laissant ensuite place aux vacances de l'amour, ou peut-être pas. Humour et Amour sont de nouveaux au rendez-vous, proposant aux lecteurs une lecture agréable et fraîche. Toujours aussi mignon, notre couple progresse désormais assez lentement dans leur romance pour le plus grand malheur de certains mais qui font sans doute le bonheur d'autres. Par contre, qui vois-je réapparaître dans l'histoire ? Mais c'est mon petit Ôkami ! Je sens que la jalousie va revenir pointer le bout de son nez dans le volume 7.

     
     
     
     

    votre commentaire
  • Orange

    Du même auteur

    Orange

    Orange

    Informations
    Studio d'animation : Telecom Animation Film, TMS Entertainment
    Saison : Été 2016
    Licencié en France : Oui               Éditeur VOD : Crunchyroll
    Nombre d'épisodes : 13
     
    Titre Original :  オレンジ 
    Titre : Orange
    Auteur : Takano Ichogo
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata                                         Nombre de tomes : 5                               

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Un matin, alors qu'elle se rend au lycée, Naho reçoit une drôle de lettre… une lettre du futur ! La jeune femme qu'elle est devenue dix ans plus tard, rongée par de nombreux remords, souhaite aider celle qu'elle était autrefois à ne pas faire les mêmes erreurs qu'elle. Aussi, elle a décrit, dans un long courrier, les événements qui vont se dérouler dans la vie de Naho lors des prochains mois, lui indiquant même comment elle doit se comporter. Mais Naho, a bien du mal à y croire, à cette histoire… Et de toute façon, elle manque bien trop d'assurance en elle pour suivre certaines directives indiquées dans ce curieux courrier. Pour le moment, la seule chose dont elle est sûre, c'est que Kakeru, le nouvel élève de la classe, ne la laisse pas indifférent…

    Manga News

    Review

    J'ai découvert ce manga au moment où Light Novel qui sorti. Quand j'ai lu le résumé, je ne voyais pas pourquoi le manga avait tant de succès alors j'ai laissé ma première impression de côté et j'ai entamé ma lecture. Pour tout vous dire, ça doit être l'un des meilleurs mangas que j'ai lu pour le moment. En effet, le scénario est tout à fait unique ! Ce qui est vraiment rare de nos jours, surtout pour un shojo. L'histoire est on ne peut plus simple, Naho, le parfait personnage féminin Shojo, reçoit une mystérieuse lettre venant à priori du futur. C'est vrai qu'il y a de quoi être septique. Mais au fur et à mesure que les heures passent, elle se rend compte que tout ce qui est écrit dans cette lettre se passe réellement. Elle se rend à l'évidence : ce courrier vient vraiment du futur.

    Je dois avouer que je n'aime pas particulièrement les mangas Shojo du style fantastique ou sciences-fiction (sans compter les Magical Girl, c'est différent), mais en y réfléchissant bien, presque tous les mangas Shojo que je trouve excellents et originaux sont tous de ce genre, que ce soit Fruit Basket, Global Garden et désormais Orange. J'aime beaucoup le fait que la "science-fiction" ne soit pas omniprésente dans l'histoire. En effet, malgré le fait que la lettre est au cœur même du manga, l'auteure l'utilise simplement comme tremplin pour aboutir au vrai problème que Naho va devoir résoudre : sauver Takeru.

    En ce qui concerne l'histoire, je n'ai rien à redire. Elle est originale et touchante. Tout au long du manga, le suspense est intense. Vont-ils réussir à sauver leur ami ? En effet, chaque fois ils font de leur mieux [SPOIL] ils suivent chacun ce que leur dit leur lettre [Fin du SPOIL] et pourtant Takeru, malgré quelques moment où il semble heureux, est toujours aussi taciturne. L'auteure manie très bien les sujets qu'elle aborde, ce sont des thèmes délicats et importants qui existent vraiment dans notre société, ici on parle notamment de suicide, ce qui rend l'histoire encore plus émouvante, tellement, qu'à chaque fin de chapitre j'avais les larmes aux yeux. L'histoire pousse le lecteur à s'interroger : avez-vous des regrets ? Que changeriez-vous si vous pouviez changer votre passé ? Là, se trouve la morale de l'histoire. Ce n'est pas qu'un manga banal, avec un scénario commun comme on pourrait s'y attendre en lisant le synopsis.

    Ce qui peut ne pas plaire à tout le monde, c'est le fait que la romance n'est pas tellement présente, elle pas un peu inaperçue dans le sens où [SPOIL] les personnages ne se mettent ensemble qu'au dernier tome, malgré le fait qu'il savent depuis bien longtemps les sentiments de l'autre [Fin du SPOIL]. Donc en fait, ce qui vraiment beau dans ce manga, c'est la relation amicale qu'entretien notre petit groupe qui, elle, est réellement présente. Le groupe serait prêt à tout pour Kakeru quitte à faire d'énorme sacrifice [SPOIL] comme renoncer à son amour envers une personne pour que celle-ci soit heureuse [Fin du SPOIL].

    Orange  Orange

    © 2012 Ichigo Takano by FUTABASHA PUBLISHERS LTD, Tokyo

    Ce que j'aime bien dans ce manga c'est que tout les membres du groupe "existent". Ce ne sont pas que des figurants, ils participent vraiment au déroulement de l'histoire, et ainsi on peut s'attacher à chacun d'entre eux, même si c'est vrai qu'on passe plus de temps avec les deux principaux, voire même avec Suwa Hiroto que j'aime vraiment beaucoup et qui m'a réellement fait de la peine. Je trouve que c'est le personnage le plus attachant. L'auteure utilise des personnages authentique pour son manga, permettant au lecteur de pouvoir s'identifier avec beaucoup de faciliter. Cependant, je trouve que Naho est vraiment trop "personnage féminin typiquement Shojo" et parfois c'est agaçant. Mais c'est intéressant de voir tout le groupe évoluer et grandir grâce à l'influence des uns des autres.

    Ensuite quand je parle "d’existence" des personnages, j'évoque aussi le fait qu'ils sont tous plus ou moins développés, avec un caractère propre à chacun. On les voit donc évoluer tout au long de l'histoire notamment Naho qui passe de la fille fragile et effacée, à la fille normale. Mais il y a aussi Kakeru, qui s'ouvre de plus en plus aux autres. Ce que je trouve bien c'est qu'on en apprend toujours sur les personnages même dans le dernier tomes. D'ailleurs, même si en soit l'histoire est finie, le manga continue avec notamment le tome 6 où on voit l'histoire d'un point de vue d'un autre personnage que Naho.

    Concernant les graphismes, ils sont beaux mais sans plus, je les trouve un peu communs. J'ai connu beaucoup mieux, mais les dessins transmettaient parfaitement les émotions des personnages et de l'histoire, rendant les scènes tristes (et il y en a beaucoup) encore plus réalistes et touchantes. L'auteure utilise autant les dialogues que les dessins pour faire ressortir l'empathie du lecteur pour le transporter dans le manga. Dans tous les cas, l'histoire m'a réellement captivée.

     

    Avis Positif 18/20

    Manga au scénario original et émouvant. Je le conseille vraiment parce que ce n'est pas qu'une histoire banale typiquement Shojo comme on en voit des centaines, c'est aussi un manga qui parle d'amitié, un peu d'amour et de problèmes qui touches énormément de jeunes dans le monde. Les personnages sont authentiques et ça a été très intéressant de les voir évoluer tout au long de l'histoire.


    22 commentaires
  • Suki-tte Ii na yo

    Suki-tte Ii na yo

    Suki-tte Ii na yo

    Tout d'abord, je tiens à signaler que je n'ai pas vraiment fini la série. J'ai voulu la lire le manga mais c'est vrai que j'ai trouvé ça plus pratique de visionner l'anime donc je ne tiens pas compte du manga pour le moment (mais puisqu'il n'y a que 13 épisodes, il va bien falloir que je m'y mette.

    Comme dans la plupart des histoires d'amour il faut bien que nous ayons deux protagonistes de sexes opposés (dans la plupart des cas) et ici c'est pareil. Nous avons le cliché de la fille solitaire, sans amis et timide et le cliché du garçon populaire et beau. Cependant, il est vrai que c'est elle qui a choisit de s'isoler pour ne plus souffrir ou être déçu, elle est également plus forte et affirmée qu'elle n'en a l'air, c'est un point innovateur je trouve. En fait je pense que Mei n'est pas vraiment un personnage cliché, c'est ça qui fait son charme. Elle a différente facette, forte, timide, romantique...

    Il y a également d'autres personnages qui vont au fur et à mesure de l'histoire devenir un groupe d'amis avec des couples se formant. On voit une petite évolution des personnages grâce à la présence des uns des autres.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Côté graphismes, ils sont très jolies même si j'ai un faible pour ceux du manga et je dois avouer que j'aime beaucoup la coupe de cheveux de Yamato x)

    Ce qui me dérange encore une fois c'est le fait que l'anime n'est pas de fin, qu'il s'arrête au bout de 13 épisodes. En fait qu'il existe juste pour promouvoir le manga. C'est exactement ce que j'ai expliqué pour Blue Spring Ride. Mais bon, ils sont gentils, ils nous offrent un petit OAV pour compenser... Encore heureux que les graphismes soient pas mal....

    Ensuite ce qui est bien c'est la musique. En plus du fait qu'elle soient très jolies, elle s'adapte (je ne pense pas que ça soit le verbe approprié pour dire ce que je voulais dire) parfaitement aux situations. Elle est discrète mais pas trop pour qu'elle marque sa présence. Ainsi, elle délimite l'ambiance idéale qu'il faut à l'anime.

    D'après le premier tome que j'ai pu lire, l'anime reste très fidèle au manga même si de temps en temps il y a des choses un peu inédites.

    Suki-tte Ii na yoSi je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 13/20.

    Ending Slow Dance

     Nombre de volumes : 17 + 

                  Nombre d'épisodes : 12             


    9 commentaires
  • Sword Art Online

    The gentlemen's alliance cross

    Sword Art Online

    J’ai mis beaucoup de temps à m’y mettre. Je savais que c’était génial mais je n’ai jamais réussi à regarder l’anime. Mais maintenant que j’ai regardé la saison 1, j’ai hâte de voir la saison 2 et le film d’animation.

    Sword Art OnlineSword Art Online

    Le scénario est vraiment bien recherché et super bien travaillé pour moi il n’y a pas de doute, l’univers est fantastique et vraiment beau. La raison d’une histoire originale : c’est qu’à la base c’est un Light Novel. Je me rends compte au fil des mangas ou animes que je regarde que lorsque l’histoire est originale, en général, c’est une adaptation d’un LN comme Orange. Cependant, heureusement que l’épisode 1 (épisode un peu pilote) est là parce qu’il ne faut pas compter sur les autres pour comprendre. En effet, un point négatif, c’est que les épisodes 2 à 7 sont juste des histoires un peu HS je trouve, on peut carrément les sauter ça donne le même résultat. Sinon les épisodes 8 à 14 sont géniaux et la petite touche romance… j’ai adoré. Ce n’est pas nian-nian du tout, c’est plutôt mature comme romance mais mature pas dans le sens physique, je trouve que leur relation va au-delà, c’est très psychologique voire spirituel (je n’arrive pas à trouver mes mots). L’arc suivant et un peu étrange, l’anime perd un peu de son originalité [Attention Spoil] et je n’aime pas trop le fait que la sœur aime son frère et que Asuna « la badass » soit réduit en simple demoiselle en détresse [Fin Spoil]. D’ailleurs ça me fait penser que je suis très contente du fait que les filles ne soient pas des bimbo à gros seins et totalement idiotes, pour un shonen c’est rare.

    En ce qui concerne les personnages, on voit clairement une évolution. Par exemple « Kirito le beaster » ou « Kirito le joueur solo » devient petit à petit, quelqu’un qui s’attache et qui veut protéger les gens qui l’entourent. Ensuite Asuna devient plus posée tout au long de l’histoire. Cependant, le nombre de personnages secondaires de type « je suis important mais pas trop » est trop élevé par rapport à leur apparition, ce qui fait que leur développement et leur évolution passent un peu à la trappe. Par contre, j’ai vraiment beaucoup apprécié le fait que le personnage « centrale », j’ai nommé Akihiko Kayaba, le créateur du jeu, soit resté aussi mystérieux même après le premier arc [Attention Spoil] où il meurt d'ailleurs, mais seulement dans la vraie vie [Fin Spoil].

    Sinon, niveau graphique, c’est vraiment beau. Le chara design des personnages est bien et les animations sont très réussies. Les musiques sont géniales et vont parfaitement avec le moment de l’action.

     Nombre de volumes LN : 19 + 

     Nombre d'épisodes : 50

    Lecture en ligne (tous les scan en vf)

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 15/20


    13 commentaires
  • Takane & Hana

    The gentlemen's alliance crossTakane & Hana

    Je suis tombée sur ce manga par hasard et j'avoue que le synopsis ne m'avait pas trop donné envie de le lire surtout que j'avais déjà eu à faire un manga de ce genre-là. Mais j'ai quand même décidé de lui laisser sa chance et pour ne pas passer à côté (peut-être) d'un manga exceptionnel LOL.

    L'histoire est on ne peut plus classique. En effet, pour moi, c'est du déjà vu en ce qui concerne les mariage arrangés mais aussi pour ce qui est de la fille qui tient tête au gars, dans Happy Marriage par exemple. Ce qui peut paraître un peu étrange au début c'est que l'écart entre les deux personnages est assez important (environ 10 ans je crois) mais vu le caractère des deux protagonistes, on y fait plus attention après. En effet, ils sont aussi têtues et gamins l'un que l'autre, on dirait vraiment des enfants, mais c'est aussi pour ça qu'ils se plaisent autant. D'ailleurs, comme ils passent leur temps à se disputer, cela donne lieu à des scènes très comiques et parfois même inattendues. Il y a un autre grand fossé entre Hana et Takane, c'est leur monde totalement différent et chacun va devoir découvrir le monde de l'autre même si parfois c'est pas facile (faire la queue pour acheter quelque chose, porter des talons toutes une soirée...).

    Takane & Hana

    En ce qui concerne les personnages, ils sont très très peu. Ils y en a seulement deux principaux puis sinon la plupart sont des figurants. Vers le tome 3, un autre protagoniste masculin fera son apparition et un autre commencer à avoir de l'importance mais sinon, c'est tout. Les personnages sont très attachants et drôles, le fait qu'ils se chamaillent sans arrêt donne un côté dynamique et frais au manga, ce qui me plaît beaucoup. J'aime beaucoup leur relation honnête et c'est d'ailleurs ça qui a plu à Takane. Il n'y a pas de prise de tête entre eux, seulement des gamineries. En fait, ils se moquent de l'autre et jouent l'un avec l'autre comme font les enfants dans la cour de récréation, c'est tellement amusant.

    Pour ce qui est des dessins, je ne suis pas trop fan. Ils font très shojo mais le style des personnages ne me plaît pas plus que ça. Par contre, ce que j'apprécie c'est les réactions et les mimiques des personnages qui montrent très bien leurs sentiments.

    Je continuerai la critique quand j'aurais un peu plus de tome.

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 14/20.

    Lecture en ligne (tous les tomes en vf)

     Nombre de volumes : 8+ 

     


    votre commentaire
  • Résumé du tome 3

    Même s’ils sont professeur et élève, ils commencent à sortir ensemble ! Mais An et Furuya vont devoir faire face à de nombreux obstacles sur le chemin de l’amour !! Car la ravissante nouvelle élève se rapproche soudain du professeur...
    Désirant obtenir une preuve qu’elle est bien la petite amie de Furuya, An lui demande alors de l’appeler par son prénom ! Mais il impose une condition : qu’An décroche la meilleure note au prochain contrôle !

    Informations
    Lien vers la critique du tome 1 : www                Lien vers la critique des tomes 2 & 3www     
    Titre Original :  古屋先生は杏ちゃんのモ  / Furuyasensei wa An-chan no Mono  
    Titre : This teacher is mine
    Auteur : Kasumi Yûko
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Soleil Manga                                                                                                                            Nombre de tomes : 4 (VF) / 7 (VO)                                                                                                                                                                                                                 Disponible en version numérique

     

    Review du tome 4

    Notre petit couple ressemble de plus en plus à un couple d'amoureux. En effet, Furuya considère réellement An comme sa petite amie et l'a même embrassé lors du White Day du tome précédent. Du coup après sortir ensemble et le bisou, quelle est la prochaine étape ? La rencontre avec la famille, peut-être ? Et oui, parce que même si dans le volume 3, Furuya a pu faire la connaissance de la famille de An par un concours de circonstances, notre héroïne n'a encore jamais rencontré un seul membre de la famille de son professeur. C'est ainsi que dans le premier chapitre, An va devoir convaincre la sœur aînée de monsieur Furuya, mais n'oublie-t-elle pas qu'elle n'est encore qu'une jeune lycéenne ?

    "Voilà pourquoi ce n'est pas qu'un faible. Je pense, moi, qu'il est simplement d'une incroyable gentillesse"

    J'ai beaucoup aimé ce tome parce qu'il met en évidence les petits problèmes qu'on peut avoir en couple que ce soit la jalousie profonde qu'on peut ressentir envers un ami trop proche de l'être aimé ou les petits secrets qu'on a pour organiser une surprise à son chéri... Cela montre aussi à quel point ils sont sérieux à propos de leur relation et qu'ils tiennent vraiment l'un à l'autre. Mais cela ne va-t-il pas trop bien entre eux ? Et oui, du fait de sa romance idyllique avec l'homme de ses rêves, la petite lycéenne en néglige ses études, du coup séance intensive de révisions avec monsieur Furuya et Kirishiman. La fin d'année approche et la peur de perdre ses proches effraie An, mais ce qui devrait l'effrayer le plus c'est l'arrivée d'un nouveau personnage qui a entendu une conversation qu'il n'aurait pas dû entendre. La fin du petit couple serait-elle imminente ?

    Ce que je regrette un peu par contre, c'est que la maturité dont a fait preuve An dans le premier tome a totalement disparu laissant place à une jeune fille naïve prenant tout au pied de la lettre et je trouve ça dommage. Mais cela permet de donner une touche d'humour à l'histoire du fait de la naïveté enfantine de An qui ne comprend pas que Kirishiman est amoureux d'elle par exemple, alors que ça crève les yeux et que tout le monde autour à deviner. D'ailleurs, un autre point qui m'a déçue c'est le fait que Azuma, la nouvelle élève des tomes 2 et 3, n'apparait pas une fois dans le tome. C'est dommage, elle aurait pu aider Kirishiman dans sa romance où participer à l'histoire, j'aurais aimé que l'auteure exploite le personnage un peu plus, mais peut-être à l'avenir.

    En tout cas, ce tome se concentre beaucoup sur le professeur, c'en est presque le "héros", mettant en avant les sentiments qu'il ressent que ce soit doute, peurs, jalousie, etc. Malgré cela, il passe son temps à rassurer la lycéenne qui, elle aussi, est pleine de doutes et de peurs pour l'avenir de leur relation. On comprend que c'est encore qu'un jeune adulte mais je pense que le tome prochain va le mettre à l'épreuve lui et sa relation avec An. Comment va-t-il gérer cela ?

    "Je prendrai toujours soin de toi, professeur principal ou pas."

    Conclusion

    Un tome très intéressant montrant le rapprochement du couple mais aussi les futurs problèmes qu'ils vont rencontrer, et cela ne concerne pas le triangle amoureux. J'ai apprécié les chapitres écrits du point de vu de Furuya, permettant aux lecteurs de mieux comprendre ce personnage. Lecture divertissante avec quelques sourires esquissés par-ci par-là. J'ai aussi beaucoup apprécié le chapitre bonus "Mon père Noël s'appelle monsieur Furuya" qui offre au lecteur des petits passages très mignons du couple, avec toujours Kirishiman qui n'a pas de chance de son côté... J'ai hâte de lire le prochain volume !

     
     
     
     

    votre commentaire
  • Yamada-kun to 7-nin no Majo

    The gentlemen's alliance crossYamada-kun to 7-nin no Majo

    Si j'ai lu le manga et si j'en fait une critique c'est parce qu'une abonnée de Twitter a remporté le concours que j'ai fait (tirage au sort) et elle m'a demandé une critique sur Yamada-Kun To 7-Nin No Majo (ou Yamada-kun & The 7 Witches).

    Alors en lissant le premier chapitre, j'ai pensé que c'était un manga avec une histoire assez banale avec de l'humour et quelques idées originales. Cependant au fur et à mesure que j'avançais dans le manga, je me suis rendue compte que pas du tout. Pour ma part, le scénario est plutôt innovant et j'ai vraiment très vite accroché. Bon après ce n'est pas la première fois que je croise le chemins de "sorcières" dans un manga mais je parle par rapport au contexte. [Attention SPOIL] Par contre, il faut attendre vraiment le chapitre 20 avant de comprendre pourquoi le manga s'appelle ainsi. En effet, à partir de là, l'histoire se transforme en chasse aux sorcières [Fin SPOIL]. Par contre je rassure les personnes qui n'aiment pas la magie dans les mangas, c'est vraiment à petite dose je trouve. Ensuite, je n'ai pas compris pourquoi l'histoire est dite "un shonen" parce que personnellement, c'est plus un shojo du style comédie romantique qu'un manga d'action, de combat ou autre. C'est là où je viens au petit défaut : j'aurais bien aimé un peu d'action dans le lot parce qu'au fil des chapitres, ça devient vraiment redondant (il y a un problème, on échange de corps, on résout le problème, on a un nouvel ami). Bon là j'ai quand même schématisé très grossièrement.

     

    D'ailleurs une chose plutôt paradoxale, le garçon que tout le monde fuyait comme la peste au début de l'histoire devient de plus en plus populaire dans le sens où il commence à avoir des amis dès sa rencontre avec Urara, et que le groupe ne cesse de croître. C'est un manga qui se base beaucoup sur l'amitié et la complicité. Je continue avec les personnages, les deux protagonistes principaux sont vraiment attachants, les autres aussi mais le fait qu'ils arrivent après font que... voilà quoi on les aime moins surtout que Yamada et Urara sont très bien introduits En effet, on apprend un peu ce qui se passe dans leur quotidien, ce qu'ils ont vécu, ce qu'ils ressentent au quotidien, etc. Bon après je dois avouer que le groupe est composé d'une ribambelle de timbrés aussi fous les uns que les autres et là on a tous les stéréotype : on a la fille qui croit au paranormal, un gars assez fourbe qui ferait tout pour arriver à ses fins quitte à embrasser un autre gars, la fille qui lâche pas ses bouquins de cours et un gros hystérique, plus tard on aura même une gentille fille *tousse* qui adore manipuler les hommes.

    Yamada-kun to 7-nin no MajoYamada-kun to 7-nin no Majo

    J'ai vu qu'une adaptation animée était sortie en 2015 mais j'ai préféré me concentrer sur la version papier parce que les chara design des personnages ne m'a pas trop plus quand je les compare à ceux du mangas. En effet, peut-être ne le saviez-vous pas, mais la mangaka Yoshikawa Miki a été l'assitante de Hiro Mashima, et je retrouve beaucoup de trait commun avec le manga Fairy Tail, ce qui n'est pas pour me déplaire. C'est pourquoi, peut-être trouverez-vous pas mal de similitudes entre Urara Shiraishi et Lucy Heartfilia. Donc graphiquement, j'aime vraiment beaucoup (j'attend seulement de voir quelqu'un ressembler à Erza !!).

    Lecture en ligne (tous les tomes en vf)

     Nombre de volumes : 28 

     Nombre d'épisode : 12 

     Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 16/20.


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique