• après la pluie

    Synopsis du tome 1

    Akira Tachibana, 18 ans, est en classe de première au lycée. Après les cours, elle travaille dans
    un restaurant familial géré par Masami Kondô, 45 ans. La jeune fille, plutôt introvertie, est
    secrètement très attirée par son patron. Alors qu’Akira s’apprête à peine à sortir de
    l’adolescence, Kondô, lui, estdéjà à la moitié de sa vie.
    Une histoire d’amour à suivre de près…

    Informations
    Studio d'animation : Wit Studio
    Saison : Hiver 2018
    Licencié en France : Oui
    Nombre d'épisodes : 12
    Éditeur vf : Amazon Prime Video
    Bande annoncewww
    __________________
    Avis sur le tome 1 : www
    Titre Original : 恋は雨上がりのように / Koi ha ameagari no youni 
    Titre : Après la Pluie
    Auteur : Mayuzuki Jun
    Type : Seinen
    Éditeur vf : Kana
    Nombre de tomes : 9 (VF) / 10 (VO)
    Extraitwww
    Disponible en version numérique                                                                                                                                              

     

     

    Review des tomes 2 & 3

    Le premier tome mettait en place l'histoire avec la présentation des personnages principaux et secondaires, il posait aussi les bases des relations des uns et des autres notamment, puis l'élément déclencheur du sens de l'histoire : la déclaration d'amour de Tachibana. En effet, la suite du manga en découle de cette déclaration. Mais est-ce une blague ? Le patron est totalement perdu, comment une jolie jeune fille de 18 ans pourrait craquer pour un vieil homme sans ambition de 45 ans ? Pourtant Tachibana est déterminée à faire entendre ses sentiments auprès de Kondô. Ce sentiment d'être aimé, il ne l'avait pas ressenti depuis très longtemps, cette situation le rend nostalgique et le ramène à l'époque où il était encore lycéen. Mais on ne peut pas échapper au présent et une sortie s'impose pour que le patron admette les sentiments de la demoiselle

    "C'est bizarre, mais j'ai l'impression que vous essayez de me protéger..."

    En ce deuxième tome, l'auteure s'attardera davantage sur les personnages secondaires comme Ryôsuke, le cuisinier du restaurant, ou sur Yui, une autre serveuse du restaurant et aussi amie de Tachibana, ou encore Yoshizawa, camarade de classe de notre héroïne et aide à la plonge au restaurant. Comme vous le remarquez, ces trois personnages ont tous un lien avec le restaurent, on peut presque en déduire que le cœur du manga est ce lieu. Après tout, toutes les actions qui importent à l'histoire se passent principalement là-bas, on ne voit presque jamais Tachibana au lycée, sauf dans de rares occasions. C'est d'ailleurs dans le tome 3 qu'on s'aperçoit que la cohésion entre le personnel du restaurant s'améliore, pourtant le patron est toujours le même, non ? Est-ce que Tachibana aurait-elle une certaine influence sur lui tout de même ?

    Pour en revenir aux personnages, même si on a encore du mal a en cerné quelques-uns comme Ryôsuke, d'autres par contre, sont totalement transparents comme Yui et Yoshizawa. En effet, le cuisinier, par un concours de circonstances, et désormais au courant de l'amour que Tachibana porte au patron. Du coup, quand tu es un coureur de jupons et que tu as un bel atout dans ta manche que fais-tu ? Du chantage évidemment, mais un "gentil" chantage, seulement un rendez-vous. Tout se passe plutôt bien jusqu'à ce qu'il essaie de la profiler et de lui donner des conseils en amour, erreur mon ami, tu l'as mise en colère. En plus, la malchance poursuit Tachibana, parce qu'elle a exactement le même rendez-vous avec Kondô que ce soit le film ou l'endroit. Mais la discution était différente et elle a même pu donner un baiser sur la joue de l'homme qu'elle aime. Mais là où certains pourraient penser que c'est glauque ou quoi, l'auteure garde toujours cette maîtrise du sujet qu'on avait vu dans le tome 1, pour rendre le récit doux et sensible, loin d'être malsain. Mais retour à la réalité avec Yûto, le fils du patron, et son hamster. Mais Tachibana ne perd pas le nord et raccompagne l'enfant jusqu'à chez lui, c'est-à-dire jusqu'à "l'antre" de Kondô, meilleur moyen d'en apprendre davantage sur sa "proie", non ? En effet, la jeune fille aimerait apprendre à mieux connaître son patron, et ce malgré leur rendez-vous. Elle persiste à l'aimer, montrant la profondeur de l'amour qu'elle lui porte.

    Par la suite, on en apprend un petit peu sur Tachibana à 14 ans. Malgré le peu de pages (seulement 3), on voit clairement qu'à l'époque elle était plus gaie et plus ouverte que maintenant. Son accident l'a vraiment bouleversée au point de changer de caractère ? Mais du coup, on sait comment elle a connu Haruka, une des filles du club d'athlétisme. Elles semblaient proches, et cette dernière semble souffrir du comportement assez distant de Tachibana, malgré ses efforts pour se rapprocher de son amie. Après l'approfondissement des personnages du restaurant, c'est au tour de ce personnage à être mis un peu plus en lumière.

    Dans le tome 3, notre héroïne en apprend aussi un peu plus sur les centres d'intérêt de Kondô, mais l'homme a aussi une part de mystère et d'ombre qu'il ne souhaite pas dévoiler. Que cache-t-il ? De plus, le voilà malade... Et c'est sous les "bons conseils" de Ryôsuke que Tachibana se rend chez le patron, encore en convalescence.

    "Tachibana, tu ne sais rien de moi, tu ne me connais pas..."

    Conclusion

    On est dans la continuité du tome 1 avec des dessins toujours aussi beaux, un récit toujours aussi sensible, une histoire toujours aussi sérieuse et mature, et pour finir une romance profonde et touchante. J'ai beaucoup aimé le fait que l'auteure mette quelques moments la narration du point de vu d'autres personnages. Le fait que Kondô garde la face devant Tachibana mais qu'il se laisse tout de même changer par la jeune fille est vraiment très intéressant. De plus, dans ces tomes, on en apprend plus sur ces "mauvais côtés", et je pense que cela va permettre à Tachibana d'évoluer. Toujours une excellente découverte à mes yeux, Mayuzuki Jun a vraiment un incroyable talent pour mettre en place une ambiance mêlant calme, sérieux et sensibilité avec finesse et subtilité de manière a charmé le lecteur. L'humour est toujours présent et donne un peu de fraicheur à la lecture. Chaque tome est traité avec délicatesse, une prouesse au vu des thèmes abordés.


    votre commentaire
  • Stand by me love letter

    Synopsis

    Juste avant les vacances d’été, Hazuki reçoit une surprise de taille, sous la forme d’une lettre d’amour : un camarade de lycée qu’elle ne connaît même pas est tombé sous son charme. Mais la jeune fille n’a pas l’intention de sortir avec un garçon dont elle ignore jusqu’au nom. Malgré tout, touchée par sa sincérité, elle finit par accepter de le fréquenter, d’abord en tant qu’ami…
    Informations
     
     
    Titre Original : スタンドバイミーラブレター  
    Titre : Stand by me, love letter
    Auteur : Masuda Ruho
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata
    Nombre de tomes : 1 (VF) / 1 (VO)

    Disponible en version numérique                                                                                                                                                                                                     

     

     

    Review

    Stand by me, Love letter

    Un autre one-shot de chez Akata, après mon article sur La couleur de ta peau qui était assez court, je me suis dit pourquoi ne pas faire des articles sur des one-shot un peu plus longs. C'est la première œuvre de l'auteure à atteindre nos frontières et je dois dire que je suis contente d'avoir découverte Masuda Ruho via ce manga. En effet, j'ai beaucoup apprécié cette lecture. Comme j'ai pu le dire dans ma Chronique #6 - Sorties Mai 2019 -, la première chose qui m'a plu a été la jaquette. C'est pourquoi je me suis intéressée à ce manga et que je l'ai acheté.

    Déjà l'histoire commence bien pour moi puisque le premier chapitre débute sur une déclaration d'amour de Izumo envers Hazuki, notre héroïne, mais par le biais d'une lettre rigoureusement bien écrite. C'est assez rare pour le souligner mais pour une fois c'est le garçon qui est amoureux le premier et qui fait un immense premier pas. Cependant, elle ne peut pas répondre à ses sentiments du fait qu'elle ne connaissait même pas le jeune garçon avant ce moment-là. Celui-ci la remercie de son honnête réponse avec un sourire des plus radieux. Si seulement le destin n'en avait pas décidé autrement... Hazuki ne cesse de repenser à tout cela et de relire sans fin cette fameuse lettre d'amour qu'elle a conservé, et c'est alors qu'elle pensait ne plus jamais le revoir qu'elle tombe sur lui.

    Leur relation commence par être de parfaits inconnus, puis le hasard à fait qu'ils se retrouvent, du coup leur relation devient alors amicale même s'il y a de la gêne de temps en temps, après tout on ne peut pas effacer le passé et la déclaration est encore récente. Ce que j'ai beaucoup aimé c'est qu'au fur et à mesure qu'Hazuki voit et parle à Izumi, elle semble de plus en plus intriguée par le personnage voire attirée par lui comme si le fil rouge du destin les rapprochait l'un à l'autre petit à petit.

    Une comédie sentimentale assez classique en ce qui concerne l'histoire, mais qui fonctionne bien. À chaque fin de chapitre, j'avais le sourire aux lèvres et j'étais impatiente de lire la suite. L'auteure a su donner de la fraicheur à son œuvre sans doute grâce aux personnages pétillants, plein de vie et à la découverte de nouveaux sentiments. Tout aussi attachants l'un que l'autre, j'ai une petite préférence pour le personnage d'Izumi. Il a vraiment un charme naturel qui fait qu'on a envie de le connaître, c'est un personnage assez attractif.

    Après, je ne dis pas que c'est le manga de l'année, mais pour un one-shot, il est vraiment top. C'est un shōjo très mignon, voire attendrissant sur certains points et qui procure du plaisir à lire. Riho Masura a raconté son histoire avec plein de bons sentiments qui sont parfaitement transmis aux lecteurs que ce soit via les pensées, les dialogues ou les dessins.

    D'ailleurs, parlons-en des graphismes. J'aime beaucoup le coup de crayon de l'auteure. Sans doute les décors ne sont pas assez travaillés, mais lorsqu'on lit un one-shot, ce n'est pas vraiment sur ça qu'on s'arrête. Non ici, je vais m'attarder sur les expressions du visage des protagonistes qui sont vraiment très expressives, ce qui m'a vraiment aidé à me plonger dans l'histoire.

    Conclusion 16/20

    Excellent one-shot. Il est rare de voir un one-shot comme celui-ci. Il est drôle, mignon et frais. Certes, on retrouve quelques clichés inévitables du genre shōjo, mais ça ne gâche en rien la lecture. En effet, on passe un réel bon moment accompagné d'Izumi et Hazuki qui vivent les prémisses de leur propre histoire d'amour. L'auteure, à défaut d'un scénario assez plat, contre balance tout avec des dessins vraiment beaux, expressifs et qui partagent beaucoup d'émotions avec le lecteur. Un one-shot qui se suffit à lui-même avec une fin qui peut correspondre à celle de nombreux autres shōjos écrits en plusieurs tomes.


    votre commentaire
  • bless you

    Synopsis

    Yashiro, jeune lycéen, vient de déclarer son amour à son meilleur pote !! Il savait que c’était peine perdue, et que son ami hétéro ne pourrait que le repousser. Suite à cela, sous le coup de l’émotion, il s’enfuit sans faire attention et... se fait renverser par un camion ?! Un dieu, plutôt taquin, décide d’exaucer son souhait le plus cher, et de rendre son amour possible : il lui permet de revenir en ce bas monde sous les traits d’une jeune lycéenne ! Yashiro, dans son corps d’adolescente, va tout mettre en œuvre pour séduire celui qu’il aime... Mais comment faire pour se comporter comme une jeune fille, quand toute sa vie, on s’est senti comme un garçon ?
    Informations
    Extrait www                                                                   
     
    Titre Original : 神様のえこひいき / Kamisama no Ekohiki  
    Titre : Bless You
    Auteur : Komura Ayumi
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata
    Nombre de tomes : 2 (VF) / 5 (VO)

    Disponible en version numérique                                                                                                                                              

     

     

    Review du tome 1

    Première œuvre de l'auteure que je lis. Honte à moi parce que d'après ce que j'ai compris, Ayumi Komura est dans la ligné de Natsumi Aida avec des histoires qui ne suivent pas forcément à la lettre les "règles" du genre Shojo. Du coup je ne pourrais pas faire de comparaison par rapport à ses autres séries. Bref, si vous vous souvenez de mon article sur les sorties d'avril 2019 : www, j'avais bon espoir de ce manga. Aurais-je été déçue ? C'est ce que nous allons voir.

    Je vais commencer par vous parler du style graphique. Quoi normalement je le fais à la fin ? Oui mais le changement ça fait du bien. Je suis très mitigée. En fait, je n'ai pas du tout aimé les yeux des personnages, ils font vides... Alors autant pour le regard de Kenta je comprends, ce n'est pas la meilleure époque de sa vie, mais pour les autres personnages les émotions ne sont pas vraiment transmises aux lecteurs. À ce niveau-là je, je n'ai pas été conquise. C'est en fin du chapitre 1, on a une explication sur ses dessins. L'auteure a abandonné son crayon et les dessins traditionnels pour passer au numérique, mais comme elle dit très bien elle-même : elle ne s'y fait pas.

    Passons désormais à l'histoire. De nos jours, de moins en moins de gens se déplacent pour le culte. Et c'est par là que notre histoire commence. En effet, un silencieux sanctuaire abrite en son lieu, le dieu de ce temple et sa messagère Ukon, une petite renarde. Pourtant, Yashiro, qu'importe qu'il neige, qu'il fasse une chaleur étouffante, qu'il vente et qu'importe s'il est malade ou non, ce dernier vient prier tous les jours, depuis 99 jours. Pourquoi fait-il cela ? Eh bien pour se donner du courage pour faire sa déclaration à la personne qu'il aime. Ceci n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd, car désormais cela a piqué la curiosité du dieu qui n'avaient encore rien fait pour aider le jeune homme. C'est donc devant les deux êtres surnaturels que le jeune lycéen, avoue ses sentiments à son meilleur ami, Kenta. Mais pas de chance, ce dernier n'aime vraiment uniquement les filles et ne pense pas qu'un jour il sera attiré par les hommes. Et par un "heureux" hasard, Yashiro meurt devant les yeux de Kenta juste après avoir été repoussé. Cependant, le dieu lui propose de le renvoyer sur Terre avec l'apparence de son choix. Et quoi de mieux pour se faire aimer par un garçon hétéro que de choisir un corps de femme. Rien qu'avec la base du récit, tu comprends que c'est un scénario pas banal, loin de là. Cependant, contrairement à un autre manga des éditions Akata, Celle que je suis, Yashiro ne s'est jamais senti femme, du coup le devenir ne va pas être une mince affaire parce que le dieu n'a changé que son apparence, ainsi sa personnalité et ses souvenirs sont intactes. Va-t-il réussir à conquérir le cœur de son bien aimé dans son nouveau corps ?

    A travers le récit, l'auteure aborde le thème de l'identité sexuelle, un sujet assez controversé de nos jours je trouve. En effet, notre personnage principal est un homme qui peut aimer homme ou femme mais qui a eu la malchance de tomber amoureux de son meilleur qui affirme n'aimer que les femmes. Mais aimons-nous un corps ou une âme ? C'est vraiment ce sur quoi va porter ce manga. Ensuite, je trouve vraiment intéressant que l'auteure montre avec beaucoup d'humour, la difficulté d'être une femme. En effet, déjà parce que Yashiro pense toujours comme un vrai petit mec et du coup ça colle pas du tout avec son apparence de mignonne petite lycéenne, il parle et agit comme un garçon, mais surtout parce qu'il doit désormais prendre soin de sa peau, faire attention à sa coiffure, mettre des soutiens-gorges et je ne vous parle pas du maquillage. Cela peut paraître superficiel de dire cela, mais beaucoup de filles font attention à leur apparence pour elle-même, mais aussi pour plaire au garçon qu'elle aime. Du coup, le premier tome va se concentrer sur ses débuts d'apprentissage pour devenir une femme. Le gros avantage du manga, c'est que contrairement à d'autres mangas aux thèmes durs, Kamura Ayumi a choisi d'aborder le tout avec beaucoup de légèreté grâce à l'humour qui est vraiment très présent dans l'histoire ce qui fait de ce titre un manga pour vraiment tout le monde.

    Du coup, il va devoir apprendre à agir et parler comme une fille, et faire attention de ne pas faire de gourdes par rapport à tout ce qu'il sait sur son ami. À partir de maintenant, Yashiro devient Kagura Tendô, camarade de classe de Kenta. Mais vous imaginez bien toutes les scènes cocasses que l'on va avoir, non ? En effet, l'humour est un point moteur de ce récit entre Yashiro qui n'assimile pas le fait qu'il soit désormais une femme et le dieu et la renarde qui ne cessent de le taquiner, même s'ils sont parfois de bons conseils aussi. Mais au-delà de l'humour, le manga a également un côté sérieux, dû aux thèmes abordés, mais aussi parce qu'à travers son corps de femme, Yashira va pouvoir voir la face cachée de son ami, ce que pensaient les autres d'eux et finalement comment les hommes agissent envers les femmes. Ce dernier point est encore très actuel de nos jours, on peut parler de harcèlement de rue sans doute lorsque quelqu'un fait une remarque mal placée à haute voix.

    "Faites de moi quelqu'un qu'il puisse aimer... une fille à son goût."

     

    KAMISAMA NO EKOHIKI © 2017 by Ayumi Komura / SHUEISHA Inc.

    En ce qui concerne les personnages, ils sont assez attachants. Le fait que Yashiro renie son corps pour être aimé m'énerve un peu mais je pense que par la suite, l'auteure va pouvoir en tirer une leçon. Après par amour, on fait beaucoup de choses qu'en temps normal on ne ferait pas du coup je comprends son choix. Je pense qu'il est très facile pour le lecteur de s'identifier au protagoniste principal même Yashiro est un garçon. On s'attache à ce personnage atypique qui fait tout son possible pour se rapprocher de la personne qu'il aime. Ces bourdes et sa maladresse en font un personnage vraiment authentique au-delà du contexte surnaturel bien sûr. Mis à part lui, je trouve encore bien mystérieux Kenta et le dieu, ils sont assez intrigants. Le lycéen est encore assez discret, mais derrière sa gentillesse et ses sourires peut se cacher une profonde blessure laissée par la perte d'un être cher. Il ne faut pas oublier qu'il a vu mourir son meilleur ami, et je pense qu'il doit se sentir responsable de ce qui s'est passé. Le dieu, lui a un petit côté enfantin qui fait qu'on accroche vite à ce personnage, et comment parler de ce dernier sans évoquer Ukon. Vraiment, ils sont top ! C'est sûr qu'entre un "gamin" à l'humour plus ou moins douteux et une mignonne petite renarde fan de boy's love un peu râleuse sur les bords mais qui se donne à fond pour aider Yashiro à devenir une véritable fille, on ne peut que les adopter ! Pour finir avec les personnages, das le dernier chapitre s'invite l'ex de Kenta : Rin. Ce qu'il faut retenir, c'est qu'elle plaisait à Yashiro lorsqu'il était encore un mec, qu'elle semble toute mignonne et sage en apparence mais qui est en fait un peu plus loufoque je dirais, mais je l'aime bien. Et c'est à partir de son arrivée qu'on comprend mieux où l'auteure veut en venir.


    "Je ne suis pas le seul à visiter ce vieux temple perdu en haut d'une colline, alors..."

    Conclusion

    Points positifs • Un scénario atypique utilisant des procédés assez communs.• Des thèmes abordés vraiment intéressants et actuels.
    Points négatifs • Des dessins pas à la hauteur de l'histoire.

     

     

     

     

     

    J'ai tellement été happée par l'histoire que lorsque je suis arrivée à la fin, j'ai pensé "Déjà ?!". Encore une fois, les éditions Akata ne m'ont pas déçue. Comme promis, beaucoup d'humour dans ce premier volume grâce aux protagonistes : un dieu taquin, une renarde un peu extravagante et un protagoniste principal qui ne comprend qu'il est désormais une fille. Je ne suis pas trop fan des dessins, mais on y fait plus trop attention au bout d'un moment. L'histoire est vraiment prenante et il me tarde de lire la suite !


    votre commentaire
  • La couleur de ta peau

    Synopsis

    Tôko aime la natation depuis la plus tendre enfance. Pourtant, tandis qu'elle entame sa dernière année de lycée, elle réalise qu'elle ne pourra devenir nageuse professionnelle. Mais lors de son ultime championnat national inter-lycées, elle recroise la route d'un certain Haneda. Ce dernier n'est autre que le garçon qu'elle aimait autrefois… 
    Informations
    Extrait : www
     
    Titre Original : 褐色のロゼ / Kasshoku no Rose 
    Titre : La couleur de ta peau
    Auteur : Mai Nishikata
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata
    Nombre de tomes : 1 (VF) / 1 (VO)

    Exclusivité numérique

     

     

    Review

    La Couleur de ta PeauJ'ai longtemps hésité à écrire un article dessus. En effet avec seulement 24 pages, je me suis dit que mon article allait être trop court où quelque chose comme ça. Finalement, je me suis dit pourquoi pas. Mai Nishikata est connue aux éditions Akata avec sa série Game - Entre nos corps ou encore plus récemment Duellistes - Knight of Flower. Je remercie les éditions Akata de nous permettre de lire cette courte histoire, même si n'est disponible qu'en version numérique chez Kindle et Izneo par exemple, pour seulement 0,99 €. Je sais que tout le monde ne peut pas acheter en numérique, mais pour si peu de pages cela n'aurez pas été judicieux pour Akata de faire relier l’œuvre.

    Dès les premières pages, l'auteure ne perd pas de temps et nous embarque directement dans une compétition de natation. Tôko, notre héroïne, adore la natation et rêve depuis toujours de passer professionnelle, mais abandonne cette idée face à ses résultats au championnat national de natation inter-lycée, sa dernière compétition en tant que lycéenne. Elle y rencontre Kaito, un rival d'enfance de son club de natation qu'elle a perdu de vue depuis plusieurs années, mais qu'elle revoit lors d'évènements comme celui-ci. Ce dernier est très talentueux et donne la victoire à son équipe. Tôko est loin d'avoir oublié le jeune homme, mais ce dernier semble pourtant ne pas se souvenir d'elle. Est-ce vraiment le cas ? Pourquoi ignore-t-il son ancienne rivale ? Est-ce vraiment une histoire de niveaux ?

    En si peu de pages, Mai Nishikata arrive à donner un caractère bien définit aux personnages qu'on arrive quand même à deviner. Je ne peux pas dire non plus que je m'y suis attachée, déjà au vu de la longueur du récit et aussi parce que je ne peux pas m'identifier aux personnages. En effet, la natation n'est pas mon sport de prédilection. Cependant, les personnages ont un passé, un présent et un futur, qu'on arrive à comprendre un peu, ce n'est pas totalement des inconnus aux yeux du lecteur.

    La romance est très rapide, il est vrai, mais ça ne choque pas du tout du fait que leurs sentiments existaient déjà bien avant le début du récit. Après c'est vrai que lorsqu'on arrive à la dernière on en voudrait bien encore un peu... Cependant, l'histoire se suffit largement à elle-même laissant place à l'imagination du lecteur pour la suite.

    En ce qui concerne les dessins, on reconnait bien là la patte de l'auteure. Elle a vraiment un coup de crayon particulier qu'on peut très facilement différencier des autres mangakas. Ses traits font matures et on notera le souci du détail sur les marques de bronzage notamment, lors des scènes où les corps des personnages sont un peu plus dévoilés. Je ne vais pas chipoter pour le manque de décors au vu de la longueur du récit. En effet, l'auteure a quand même soigné ses dessins tout au long de l'histoire avec des expressions qui transmettent parfaitement les émotions.

    Conclusion 14/20

    Très bon petit one-shot. Il montre très bien la qualité de l'auteure en tant que mangaka. En effet, que ce soit par rapport au récit qui est très agréable à lire, divertissant et vraiment pas mal pour une si courte histoire, que pour ses dessins aussi excellents soient-ils. Pour ceux qui ne connaissent pas l'auteur cela peut être une première approche intéressante pour vous surtout que le manga coûte moins d'un euro.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique