• L-DK

    L-DKL-DK

    J'avais commencé à lire les scans du tomes 1 et 2 quand j'ai appris qu'il allait sortir en France. Evidemment, j'avais bien aimé donc je les ai acheté (pas tous ils m'en manquent pas mal sans compter ceux qui ne sont pas encore sortis) donc je vais faire une petite critique avec ceux que j'ai.

    Tout d'abord, l'histoire est assez banale, Aoi une fille plutôt ordinaire va devoir vivre avec Shûsei, le garçon le plus populaire du lycée dont toutes les filles sont amoureuses sauf bien sur notre héroïne qui le déteste (comme par hasard). Les péripéties qui suivent sont du déjà-vu (le coup des menottes, j'avais vu ça égelement dans Switch Girl) et c'était tellement évident que des sentiments allaient vites arrivé. Ce qui est bien, c'est le côté humour, ça va, on se pète pas des barres mais je trouve que trop ça aurait peut-être rendu le manga un peu lourd. Donc ce petit côté rend la série sympatrique grâce notamment à Shûsei qui passe son temps à taquiner Aoi (laissant le lecteur perplexe à propos de ses sentiments envers elle). Ce qui est dommage, c'est que par la suite, on retombe dans le cliché du triangle amoureux (je me suis auto-spoil sans le faire exprès). Le manga nous raconte une jolie romance un peu trop banale mais que l'on peut tout de même apprécier. Je me demande vraiment ce qui va se passait pour qu'il y ai plus de 20 tomes au Japon, ça fait long comme cohabitation.

    Pour ce qui concerne les personnages, ils sont assez attachants. On remarque une vrai évolution des sentiments qui est bien mis en scène au fur et à mesure que les deux jeunes gens apprennent à se connaître. Ils ont une vraie histoire, ce qui rend le manga plus profond et moins creux que l'on aurait pu le croire dans le tome 1. En effet, comme tout le monde, les personnages ont des choses à cacher, qu'ils ne veulent pas que l'on découvre. Ils ont des blessures qui ont fait ce qu'ils sont dans l'histoire.

    Enfin, côté graphisme c'est pas mal. Ils sont agréables et ne font pas tellement shojo comme dans Candy Candy ou Lady Georgie (manga bien niais).

    L-DK

     Nombre de volumes : 23 + 

     

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 13/20.

    Lecture en ligne (tous les tomes en vf)

     


    votre commentaire
  • Heart no Dia

    Heart no DiaHeart no Dia

    Le manga a été stoppé au bout de trois tomes (enfin, sur manga news ils disent qu'il est en pause, mais une pause de 6 ans pour moi, c'est plus une pause).

    J'ai trouvé ça dommage parce que vraiment l'histoire était vraiment unique. En effet, pour le coup le fait qu'une fille possède en elle un cœur qui peut exaucer tous les vœux je n'avais jamais vu une histoire similaire. Bon évidemment, on retrouve après un triangle amoureux mais ça c'est parce que c'est shojo.

    Ensuite pour les personnages, on a la fille un peu stupide puis les garçons amoureux de sa naïveté.

    Sinon côté graphisme, ils sont plutôt beaux mais honnêtement j'ai vu mieux. Par contre, je trouve la mangaka plus douée pour dessiner des hommes que des femmes.

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 14/20.

     Nombre de volumes : 3 

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     

    Heart no DiaHeart no Dia


    votre commentaire
  • Strobe Edge

    Du même auteur

     

    Informations
    Extrait : www                                             Bande d'annoncewww
     
    Titre Original : Kengai Princess  / 圏外プリンセス  
    Titre : Ugly Princess
    Auteur : Natsumi Aida
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata                                            Nombre de tomes : 7                                    

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Mito Meguro est en dernière année de collège. Mais son quotidien n’est pas tout rose… À cause de son physique peu flatteur, elle est la risée de tous. Surtout depuis que quelqu’un a découvert qu’elle était amoureuse d’Umeda, un des beaux gosses de sa classe. Depuis ce jour, son quotidien est un enfer. Heureusement qu’elle peut compter sur Maru et Haru, ses deux amies geeks qui aiment se plonger dans les jeux vidéo et les mangas tout autant qu’elle. Un jour, toutefois, Mito va décider de se prendre en main, et de refuser cette fatalité ! Car depuis que Kunimatsu lui a adressé la parole, elle ne peut s’empêcher d’espérer à nouveau, d’avoir une vie meilleure, de peut-être connaître l’amour, ou tout simplement d’être heureuse. La route pour s’accepter soi-même, se débarrasser de ses complexes et trouver le bonheur sera longue et remplie d’épreuves… Mais jamais cette « anti-héroïne », loin des clichés, ne baissera les bras !

    Review

    Pour commencer, quand j'ai su que Natsumi Aida allait sortir un nouveau manga, je n'ai pas pu m'empêcher de l'acheter. En effet, elle m'avait ébloui avec « Switch Girl » donc quoi de plus normal. J’ai été notamment choquée par le nombre de tomes qui allait composer la série. Quand on passe de 25 à 7, c’est très perturbant mais au moins l’histoire ne risquait pas de devenir redondante. L’auteur a incorporé au scénario des éléments de société qui peut toucher n'importe qui. Ici, on retrouve notamment l’apparence et la superficialité.

    Alors l’histoire est pour le moins très différente de ce qu’on a l’habitude de voir. En voyant une héroïne plutôt enveloppée, j’avais peur que l’auteur tombe dans le cliché de la fille qui fait tout pour devenir belle et mince et qu’ensuite elle se venge sur tous les garçons qui se sont moqués d’elle (je pense notamment au manga Silver), mais connaissant Nastumi Aida, je me suis dit que ce n’était pas son genre. Pour l'histoire, je sais qu'elle n'est pas totalement innovante mais cette petite touche d'humour décalée à la Aida j'adore. Le récit est quand même intéressant et prometteur.

    Autant avec « Switch Girl » on avait une fille parfaite qui savait déjà tout de la beauté, ici on a une débutante en tout. Meguro est un personnage intéressant et avec lequel on peut très bien s’identifier, chaque fille est sûrement déjà passée par l’étape apprendre à se maquiller ou à devenir plus mignonne simplement pour plaire à un garçon. Dans le manga, l’auteur met bien en évidence qu’être une fille c’est dur entre l’épilation, choisir un tenu qui nous met en valeur, savoir se maquiller sans devenir un pot de peinture et que même si on fait tous les efforts du monde, bah parfois on échoue mais Meguro ne perd pas espoir et se relève de plus belle, c’est un peu ce qu’essaie de nous enseigner Aida, je pense. Mais ici, le vrai problème de l’héroïne c’est son poids. La société de nos jours, montre l’idéal féminin avec un poids plume, et cela n’arrange pas ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un tel corps.

    Je dois reconnaître une très bonne qualité à l'auteur, à chaque fois, l'héroïne nous apparaît comme quelqu'un d'attachant même si l'on voit aussi tous les côtés les moins séduisant du personnage. On peut s'y identifier facilement (qui ne s'est jamais fait harceler même un peu à l'école, on vous a sûrement déjà volé vos bonbons ou bousculer à la cantine). Cependant, même si j'adore Aida et les mangas dont elle est l'auteur avec ses anti-héroïnes, je dois bien reconnaître que j'ai été un peu déçue par Mito. Elle est au collège et continue de vivre dans un monde trop fleur bleue à mon goût. Ce trait de caractère durera aussi au lycée, mais nous verrons tout de même une évolution du personnage autant physiquement que mentalement. Elle se forgera une personnalité avec laquelle elle ne flanchera plus pour rien et quelque chose de vraiment bien : elle se remet en question et sait prendre du recul sur les évènements.

    Dans le manga, on se concentre beaucoup sur l’héroïne et assez peu sur les autres personnages. Mais on voit clairement que ses meilleures amies, avec qui elle partage beaucoup de choses (passions), sont là en cas de besoin. Il y a plus d’amitié que de romance dans l’histoire.

    A la fin, évidemment, elle évolue et s’embellit mais pas au point de devenir un canon de beauté ça m'a bien rassuré, on ne tombe pas dans des clichés aussi banals. Manga assez court mais l'histoire n'était pas assez développée pour pouvoir en faire une longue série... Cependant grosse déception pour la fin, ce n'est pas aussi romantique ou aussi "couple parfait" que Switch Girl, mais je dois bien reconnaître qu'elle est agréable et que c'est en vrai, la fin qu'il fallait au manga. Morale du manga : rien n’est jamais acquis et même si on donne tout pour quelque chose, c’est pas gagné pour l’obtenir.

    Graphiquement, je n'ai rien à redire, j'adore les dessins de l'auteur et ses traits sont parfaitement reconnaissables, c'est un peu sa signature.

    Avis Positif 13/20

    Le manga raconte une histoire très vraie, dans le sens où c'est une histoire avec pas peu de clichés, dont on peut aisément s'identifier à la protagoniste. On est tous passé par la période où on n'était pas à l'aise avec notre corps, qu'on se moquait de nous parce qu'on avait un peu d'acné, etc. Ce manga amène à une vraie leçon de vie sur nous-même et sur les autres : rien n’est jamais acquis et même si on donne tout pour quelque chose, ce n'est pas gagné pour l’obtenir. Un mélange d'humour, de romance et d'amitié, ce manga reprend très bien les codes du shojo avec la touche de l'auteure.


    votre commentaire
  • Switch girl

    Switch girl

    Switch girl

    Synopsis : Nika Tamiya est une jeune fille charismatique et populaire au sein de son lycée. Mais outre son apparence devant ses camarades, se cache une fille débraillée et absolument non-féminine, une vraie mamie : c'est le mode off de Nika, qu'elle cache à tout le monde. seulement, un jour Arata Kamiyama, le nouvel élève découvre son secret.

    Switch girlSwitch girl

    C'est le premier drama que j'ai regardé. J'étais une grande fan du manga (et je le suis toujours) et j'ai été vraiment surprise de constater que le drama suit vraiment bien l'histoire du manga. Bon... à quelques exceptions parce que bien sûr certaines choses qui se passent dans le manga ne peut pas être reproduient dans le drama. En effet, dans le manga T.5, on assiste à une compétition pour le couple suprême, et bien, dans l'épisode 8 de la saison 1, il y a seulement une sorte de concours de déclarations d'amour (j'ai regardé les épisodes en vosta donc j'ai pas tout compris, mais en fait c'est la dernière partie de l'épreuve qu'il y a dans le manga). Mais sinon je n'ai rien à redire.Switch girl

    J'ai trouvé que le jeu d'acteur de Nishiuchi Mariya est vraiment très bon. Elle joue très bien son rôle, en effet, elle a ses mimiques, son caractère et toutes ces petites choses qui font Nika ce qu'elle est. Ensuite, pour ce qui est de Kiriyama Renn, qui joue le rôle de Arata, j'ai trouvé qu'il jouait bien le mec taciturne mais dans l'épisode 1, j'ai rigolé en voyant comment il a ri à la fin, ça faisait tellement faux.

    Pour finir, la seule chose que je trouve dommage c'est que le drama s'est terminé environ au niveau du tome 9, c'est-à-dire loin de la fin du manga.

    Switch girl

     

    Saison 1 - épisode 1 - épisode 2 - épisode 3 - [suite non-disponible en vostfr] 

    Saison 2 - [non disponible en vostfr]

    Switch girl


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires