• Parmi eux

    Du même auteur

    Parmi eux

    Informations

     
    Titre Original :  花ざかりの君たちへ
    Titre : Parmi eux
    Auteur : Nakajo Hisaya
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Delcourt / Tonkam                         Nombre de tomes : 23                                Extrait du tome 1www                                                                   

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Mizuki Ashiya, 16 ans, est folle amoureuse de Izumi Sano, un lycéen ex-champion de saut en hauteur. Prête à tout pour rencontrer son idole, elle décide d’intégrer le même lycée que lui. Sauf que voilà : elle vit actuellement aux États-Unis et lui au Japon, et surtout, le lycée Osaka est un internat pour garçons ! Mais cela n’arrête pas l’énergique Mizuki qui quitte sa famille, traverse un océan et se déguise en garçon. Comble du bonheur, elle se retrouve dans la même classe que son idole et partage sa chambre. Bref, tout se passait très bien jusqu’à ce qu’elle se retrouve à l’infirmerie et que le docteur Uméda découvre sa véritable identité !

    Manga News

    Review

    Si je ne me trompe pas, c'est le premier manga que j'ai lu, un peu avant de commencer à lire H3 Shool. Ce manga a connu un succès indéniable autant au Japon qu'en France, sur Manga News il est dans les Shojos incontournables qu'il faut lire. De ce fait, il a eu de nombreuses adaptations télévisées, c'est-à-dire des dramas (live action). Je ne les ai jamais vu mais je sais qu'il existe plusieurs versions : Japonaise, Taïwanaise, Coréenne et chinoise.

    En ce qui concerne l'histoire, la base de celle-ci n'est pas tellement inédite. En effet, une fille fan d'Isumi Sano, champion lycéen de saut en hauteur, décide de se travestir pour entrer dans l'établissement pour garçons où se trouve son idole. Ce que je trouve assez originale, hormis le fait qu'elle revient dans son pays d'origine simplement pour rencontrer la personne qu'elle admire, c'est le fait que notre héroïne vienne des États-Unis, ce qui entraîne quelques scènes comiques à cause du fait que les coutumes et les manières d'agir ne soient pas les mêmes dans son pays qu'au Japon, je parle ici notamment de son premier contact avec Sano. Tout au long des 23 tomes, l'auteure s'attarde beaucoup sur le groupe d'amis qui entoure notre héroïne, l'amitié est vraiment au cœur de l'histoire, laissant un peu de côté l'histoire d'amour, mais celle-ci petit à petit évolue surtout dans les derniers tomes où elle se concrétise véritablement. En effet, avant cela, Mizuki ne se doutait pas que Sano était au courant de son secret.

    Mizuki, malgré ses stratagèmes pour paraître "garçon", ressemble à une fille ce qui entraîne beaucoup de scènes de quiproquo. En effet, l'auteure joue avec le côté "androgyne" de notre héroïne avec notamment Nakatsu qui tombe peu à peu sous le charme de Mizuki et qui se torture l'esprit à se demander s'il est vraiment gay, vu qu'à ses yeux Mizuki est un garçon. Après il y a toutes les scènes où évidemment tout le monde prend Mizuki pour une fille et la considère comme telle, et les personnages sont finalement étonnés de voir qu'elle est dans un établissement pour garçons. L'auteure s'amuse vraiment de ses troubles que suscite le physique de Mizuki. Cependant, quelques personnages sont, dès le début, au courant de son secret. Nous avons le médecin scolaire qui l'a repéré grâce à son flaire infaillible d'homosexuel, Taiki Kayashima ou le "gars aux esprits", colocataire de Nakatsu, qui a compris que Mizuki est une fille grâce à l'aura qu'elle dégage, et enfin Sano qui l'a compris en la portant dans le tome 1. Hormis le docteur Umeda, on pourrait se demander pourquoi ils n'ont rien dit mais cela est implicitement ou explicitement expliqué vers la fin de la série.

    Pour ce qui est de l'histoire, je trouve qu'elle est très recherchée dans le sens où l'amitié est au coeur de tout. En effet, notre héroïne se travestit et risque beaucoup, elle se retrouve dans une école de garçons aussi et arrive à créer des liens forts avec pas mal de personnes qui sentent que Mizuki est différente. Au-delà de la simple histoire d'amour, ce Shojo développe une histoire d'amitié et une évolution des relations qui pourront sans doute encore exister même après le lycée. Je trouve ça d'ailleurs très touchant.

    L'humour est très présent dans l'histoire ajoutant un peu de fraîcheur, je trouve que c'est une des grandes forces du manga avec l'amitié très présente et les personnages. D'ailleurs en parlant de personnages, ils sont vraiment attachants tous autant qu'ils sont. Le panel est assez long donc j'ai décidé de me concentrer sur les personnages les plus importants à mes yeux.

    On commence avec Mizuki qui est un personnage avec pas mal de caractère pour une héroïne de Shojo. On le remarque dès les premiers tomes où elle ne recule devant rien pour se rapprocher de Sano, même ci celui-ci n'est pas à l'image dont elle se faisait de son idole. Mais au fur et à mesure, une véritable complicité se construit entre eux. Le fait qu'elle prenne des décisions aussi importantes telles que partir au Japon et se faire passer pour un garçon, montre la force de ses convictions. D'ailleurs parlons-en de ça. Sans compter le fait que c'est tellement improbable vu qu'elle ressemble vraiment trop à une fille, mais admettons : je trouve ça incroyable que son secret ait pu durer aussi longtemps, presque tout le lycée. Mais après l'auteure a bien tourné la chose.

    Ensuite les deux personnages masculins sont plutôt charismatiques mais j'ai une petite préférence pour Nakatsu. Il s'est autoproclamé meilleur ami de Mizuki et c'est le premier à avoir été amical avec elle. C'est un personnage qui donne vraiment cette petite touche comique au manga, et j'aime particulièrement ça. Mais bien sûr, cela ne m'empêche pas de vouloir que l'histoire d'amour entre Mizuki et Sano se déroule bien. D'ailleurs j'aime beaucoup le triangle amoureux qui coexiste tout au long du manga. En effet, je trouve qu'il innove un peu dans le sens où Nakatsu se pense être gay. Il ne faut pas oublier non plus le docteur Umeda qui est un personnage-clé, il donne également un côté humoristique au manga tout comme Nakatsu mais avec, en plus, un côté sadique.

    Évidemment, il n'est pas étonnant de voir le secret de Mizuki dévoilé au grand jour. Plus d'une fois, le secret a failli être connu de tous, mais la chance a toujours été du côté de notre héroïne avec je ne sais quel tour de passe-passe. Mizuki n'est pas du genre à se défiler et assumera complètement les conséquences de ses actes. L'auteure nous offre une fin digne de son œuvre avec beaucoup de réalisme. Dans le dernier tome, le lecteur se sent toucher de vivre avec notre héroïne, ses derniers moments avec ses camarades, ses amis et l'homme dont elle est amoureuse. L'émotion est à son comble avec tous ses amis, présents et formant une allée jusqu'à son taxi. Avec une larme à l’œil, on se rend compte du bout de chemin qu'à parcourut Mizuki, de l'évolution des personnages et de leurs relations. C'est la fin de l'aventure pour tout le monde. Le seul regret que l'on peut avoir c'est que l'auteure n'est pas développé un peu plus les retrouvailles entre Sano et Mizuki. Cela est rattrapé dans les deux tomes supplémentaires qui se sont ajoutés à la série.

    Parmi eux

    HANAZAKARI NO KIMITACHI-E © Hisaya Nakajo/HAKUSENSHA Inc.

    J'ai beaucoup apprécié que l'auteure s'attarde sur les personnages du dortoir numéro 2, montrant ainsi les relations des uns avec les autres. Outre le fait que cela mette l'accent sur les différentes personnalités de chacun, cela montre la complicité et l'importance des relations amicales, non pas pour me déplaire au contraire. Cela est d'autant plus marquant lorsque le secret de Mizuki est révélé et que certains s'opposent à son renvoi et d'autres sont profondément touchés par son départ. J'aime beaucoup la relation qui s'est établi entre Sano et notre héroïne, je trouve qu'elle est vraiment très profonde, ils ont une totale confiance l'un dans l'autre et ont une complicité qu'il n'aurait jamais eue s'ils ne s'étaient pas rencontré comme ça.

    Ce manga aborde des thèmes de société plus ou moins d'actualité, tels que l'homosexualité ou les problèmes liés à l'adolescence avec la difficulté des histoires d'amour, la relation avec ses parents, la gêne que l'on peut rencontrer vis-à-vis de son corps, etc. L'auteure les aborde tous avec un ton assez humoristique quand elle le peut. En effet, lorsque l'on voit la relation entre Sano et son père, ce n'est pas forcément avec humour que l'on entre dans le sujet.

    Les dessins sont beaux, et tout au long des 23 tomes, on sent un vrai progrès et une bonne maîtrise du coup de crayon de la part de l'auteure. Les décors sont un peu absents, notamment dans les premiers volumes. Sinon, les expressions des personnages sont bien et les émotions sont correctement transmises.

    Avis Positif 17/20

    Je conseille vivement ce manga qui est, à mon avis, un incontournable Shojo. Le manga est divertissant avec beaucoup d'humour, on le lit vraiment avec plaisir. La série est très agréable à parcourir, distrayante, pas forcément exceptionnelle ou originale, mais très mignonne et touchante. L'auteure ne se focalise pas seulement sur une histoire d'amour, mais développe une véritable histoire d'amitié.


    votre commentaire
  • H3 School

    Du même auteur

    H3 School

    Informations

     
    Titre Original :   H3スクール !
    Titre : H3 School
    Auteur : Takada Rie
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Kurokawa                                         Nombre de tomes : 5                                                                      Disponible en format numérique

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Que se passe-t-il quand les élèves d'un lycée réservé aux filles découvrent que leur établissement va être mixé avec un lycée exclusivement masculin ? Hanabi Oozora tombe amoureuse de l'un des garçons les plus populaires : Yasuaki Garaku. Malheureusement, ce dernier ne s'intéresse pas aux filles. Mais Hanabi est prête à tout !

    Manga News

    Review

    J'ai découvert ce manga lorsque j'étais très jeune, j'étais encore au primaire pour tout vous dire. Alors, c'est vrai qu'à cette époque je ne comprenais pas tout, mais à force de le relire et le relire, j'ai eu le temps de bien tout comprendre à l'histoire.

    Le résumé ne semble pas très flatteur et c'est vrai. L'histoire de base est assez classique : deux lycées vont fusionner pour devenir un lycée mixte et, évidemment, les histoires d'amour vont être au RDV. Donc en soit, le scénario est on ne peut plus classique voire même banal. Mais même si la surface de l'histoire est assez "fade", je vous conseille de ne pas en tenir compte. Le manga est vraiment bien dosé niveau amour, situations comiques, scènes tristes, etc. Il n'y a dans le manga aucune scène trop longue qui devient alors très vite agaçante ou redondante, c'est un manga plein de fraîcheur. On suit la vie lycéenne d'un petit garçon manqué qui ne manque pas de cran et pour l'époque, une héroïne comme ça était assez rare. Cette dernière va tomber amoureuse du vice-président du conseil des élèves. De là, va se dérouler de nombreuses péripéties formant le couple pour que l'histoire se concentre par la suite sur le couple en lui-même.

    L'auteure a décidé de se concentrer sur la vie d'Hanabi au lycée et sur sa relation avec ses amis mais surtout avec Yasuaki. L'histoire pourrait même se faire passer pour un guide complet des choses à faire et / ou à ne pas faire quand on est en couple, enfin surtout dans les deux voire trois premiers tomes. L'auteure a su correctement aborder tous les sujets un peu embarrassants qu'on peut se demander lorsqu'on est en couple, même en ce qui concerne la sexualité, mais le tout avec dérision. Derrière l'humour, Takade Rie essaie de donner des conseils [SPOIL] par exemple, c'est l'un des rares mangas à parler de préservatifs et de dire, à travers les personnages, de ne rien faire si on en a pas [Fin du SPOIL], ces leçons de vie correspondent parfaitement à notre époque et aux problèmes de la société actuelle. En effet, à travers du personnage principal, l'auteure montre les complexes des ados de son âge (les cheveux d'Hanabi par exemple), leurs problèmes, leurs doutes, etc, ce qui permet aux lecteurs de s'identifier à elle et de se projeter dans l'histoire.  Au fur et à mesure que le manga progresse, on comprend vite que ce sont les autres qui font grandir Hanabi et l'auteure met bien cet élément en évidence. Petite chose amusante pour moi, j'avais exactement le même complexe de cheveux qui gonflent avec l'humidité que l'héroïne.

    En ce qui concerne les personnages, ils sont peu nombreux mais forment un bon groupe de potes. L'auteure a développé des personnages authentiques, haut en couleur avec une personnalité à la fois pertinente et crédible. Nous avons Hanabi, l'héroïne qu'on ne peut qu'apprécier. On comprend pourquoi elle est très populaire auprès des filles qui viennent la voir en cas de soucis. C'est un personnage très intéressant qui diverge complètement des héroïnes Shojo habituelles, elle connaît ses faiblesses et fait de son mieux pour s'améliorer chaque jour, comme devenir plus féminine grâce à Yasuaki par exemple. Hanabi est drôle, volontaire et n'hésite pas à "casser la gueule" à certains garçons pour aller au fond de ses convictions. Elle est très attachante et assez simple comme fille, dans le sens où la seule chose qu'elle souhaite c'est "Happy Hustle High School", en gros passer de super moments avec ses amis au lycée. Ce que je pourrais reprocher au manga c'est qu'il ne développe pas assez la situation familiale d'Hanabi, on en sait limite plus avec la famille de Yasuaki qu'avec celle de l'héroïne. En effet, l'auteure effleure à peine les problèmes et quelques questions restent en suspends. Je trouve que le choix de l'auteure pour la personnalité du personnage principal est très bien pensé. En effet, au lieu de baser son histoire sur une fille féminine, qui a toujours eu des déceptions amoureuses ou tout autres clichés habituels, Takade Rie préfère nous dévoiler la vie d'une fille se comportant comme un vrai p'tit mec.

    "Les mauvais garçon, moi j'les éclate !"

    Après pour les protagonistes masculins, ils sont assez clichés physiquement. En effet, ils sont évidemment tous très beaux. Cependant, si on regarde le fond de leur personnalité, ils ne sont pas comme les gars typiques Shojo avec un côté "Bad boy" (sauf pour Takeru). On commence avec Yasuaki, vice-président de l'association des élèves, est très populaire notamment auprès des filles. Mais à cause d'un traumatisme dans l'enfance, il a une peur bleue de ces dernières qu'ils voient comme des poussins qui piaillent. C'est le premier garçon à rencontrer Hanabi et ce moment restera gravé dans les mémoires : sans un mot, seulement avec des gestes. Il est très calme, posé et sérieux. C'est le gars parfait pour s'occuper de sa copine parce que, comme il le dit lui-même : "Une petite sauvage comme toi, il lui faut un mec plus attentif [...] genre, quelqu'un comme moi" (extrait T.1). Il vient d'une famille de musicien et de dragueur, Hanabi a d'ailleurs fait une brillante impression à sa famille.

    Ensuite, Aïdo, également membre de l'association des élèves. C'est le rival en tout genre de Yasuaki, son meilleur ami depuis l'enfance. Il adore défier ce dernier pour tout et n'importe quoi (étude, sport et même en amour avec le coeur de la douce Hanabi) et se qualifie lui-même de "numéro deux de Meibi". Sa personnalité très gamin mais en même temps rebelle et bon délire, il correspond parfaitement au rôle de meilleur pote d'Hanabi, même s'il est amoureux d'elle.

    On continue avec Kuon, le président de l'association des élèves. Il est brillant et ressemble à un ange. Mais il ne faut pas se fier aux apparences parce qu'il est redoutable. Avec lui, mieux vaut ne pas sécher les cours sinon vous le paierez très cher (Yasu et Hanabi le savent bien) et ne pas critiquer la qualité de l'association au risque de disparaître du jour au lendemain. Il adore taquiner notre petit couple.

    Et pour finir, Takeru. C'est l'ami d'enfance d'Hanabi, il revient après 10 ans d'absence. Pour lui, c'est "l'homme qui a fait grandir Hanabi". Il est provoquant et n'hésite pas à dire à notre héroïne de quitter Yasuaki pour lui parce qu'il lui correspond mieux. Ce personnage est, pour moi, le protagoniste masculin typiquement Shojo.

    H3 School

    H3 (HAPPY HUSTLE HIGH) SCHOOL by Rie TANAKA © 2004 by Rie TANAKA / Shogakukan Inc.

    J'ai bien apprécié la relation qui existe entre nos deux héros. Ils sont vraiment très complémentaires, entre une fille énergique qui n'hésite pas à défendre ses convictions, quitte à sortir les poings, et de l'autre côté un garçon effrayé par les filles mais qui est très calme et posé. Ils me font beaucoup penser au couple Nika / Arata dans Switch Girl. Ceci leur permet de s'aider à évoluer et à grandir. Le seul bémol de leur histoire à mes yeux, c'est la sorte de triangle amoureux qui est apparu avec le personnage de Takeru, mais bon, cela a permis de renforcer encore plus les liens du jeune couple et ce cliché Shojo n'a pas duré très longtemps.

    J'aime beaucoup les dessins de l'auteure. Malgré le fait que la série ne fasse que 5 tomes, on sent une légère amélioration des dessins. Les émotions sont bien transmises et les planches sont plutôt assez bien travaillés. J'aime bien son style et ses dessins dans l'ensemble. Petit coup de cœur pour l'uniforme des personnages.

    Avis Positif 16/20

    Je conseille vivement ce manga, il est vraiment bien dosé que ce soit niveau humour, amour, etc. La série est courte (5 tomes) et est très agréable à lire. L'histoire est sympa, les personnages sont attachants et réalistes, il donne une réelle profondeur à l'histoire qui est loin des Shojos habituels. Si je devais résumer ce manga en trois mots, je dirais : Humour, Amour, Amitié.


    2 commentaires
  • Switch Girl avis manga shojo critique review

    Du même auteur

     

    Informations

     
    Titre Original :  スイッチガール!!  
    Titre : Switch Girl
    Auteur : Natsumi Aida
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Delcourt                                         Nombre de tomes : 25                                 

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Nika mène une double vie, entre son mode “ON” charismatique et populaire et son mode “OFF” vulgaire et débraillé qu’elle cache à ses copains du lycée. Malheureusement, Arata, un nouvel élève plein de mystères, a découvert son secret ! Mais Arata aussi a des choses à cacher, dont le fait qu’il est très mignon sous ses lunettes. Arata et Nika concluent donc un pacte…

    Manga News

    Review

    Je crois bien que cette série est l'une des premières que j'ai acheté. J'ai dû commencé à lire cette série début collège et ce 'est que très récemment que le dernier tome est apparu. Au total, j'ai suivi le manga pendant 5 ans, pour vous dire combien d'année j'ai attendu de voir la fin (il faut être patient quelques fois). C'est grâce à « Switch Girl » que j'ai découvert la mangaka Natsumi Aida. Pour moi, c'est l'une des meilleurs auteurs qui existent, et je trouve dommage qu'il y ait seulement deux de ses séries qui soient arrivées jusqu'en France. Elle ne fait pas uniquement que racontait une histoire banale entre un gars et une fille, elle incorpore au scénario des éléments de société qui peut toucher n'importe qui. Ici, c'est la superficialité et le "comment" les autres te perçoivent.

    L'histoire commence avec un schéma très classique. En même temps vu tous les Shojos qui existent, c'est vraiment dur de trouver des idées originales maintenant. Donc bon, elle n’est pas trop mal surtout pour l'époque (au japon la série date de 2006), on retrouve le cas de la fille qui a un secret, quelqu'un le découvre et ils font un compromit. Si on s'arrête là, on peut se dire que c'est une histoire sans grande originalité, cependant j'affirme le contraire. Switch Girl est un manga encré dans un contexte réel montrant la réalité sur la société et sur les personnes en général. Quelque part, l'auteure nous donne a réfléchir et nous transmet une leçon de vie notamment dans le dernier tome [Attention SPOIL] où Nika révèle à tout le monde son mode off et que, malgré son aspect de vieille grand-mère, tout le monde se moque d'elle jusqu'à ce que Arata arrive pour la sauver [Fin du SPOIL]. Après l'histoire n'est pas parfaite. En effet, il y a quelques chapitres qui me perturbent vraiment notamment dans le tome 14, 19 ou 21. Je me suis toujours demandée pourquoi Aida a mis des chapitres incohérents avec le reste. On était en train de faire un parcours sans faute, tout était parfait, jusqu'au moment où il y a des échanges de corps qui arrivent pour te dire "Hello, j'existe". Je ne suis pas fan des chapitres avec des visages style gekiga. Cependant, tous ces chapitres (qui ne représentent qu'une infime partie de l'histoire) sont plus là pour détendre l'atmosphère et redonner un côté humoristique au scénario. En tout cas, moi je n'ai pas aimé. Bon si on n'en tient pas trop compte, l'histoire nous donne l'eau à la bouche, et on attend vite la suite. Après, c’est vrai que l’histoire est super longue, et pour un Shojo ça peut parfois choquer, et souvent l’histoire devient un peu redondante. C'est ce qui m'est arrivée avec L-DK, le manga s'éternise et le lecteur a tendance a en avoir assez. Mais ici, ce n’est pas trop le cas, l’auteure a su faire en sorte de sortir des choses toujours plus ou moins inédite. Aida a développé tous les personnages importants du manga et ils sont plutôt nombreux, elle n’est pas tombée dans le piège de ne s’intéresser qu’au couple principal.

    D'ailleurs, au niveau des personnages, on peut très bien s'identifier à eux. Ils sont très clichés dans le sens où c'est tellement vrai. En effet, tout ce que l'on voit, c'est un peu le quotidien de pas mal de filles. Passer des heures à se préparer pour se faire belle et lorsqu'on rentre chez soi le soir, mettre 2 minutes top chrono à se mettre en pyjama, démaquillée, avec un chignon, sous la couette pour se regarder une série sur Netflix. Il y a aussi des filles comme Nino, jolie et très intelligente, ou Queen Guenon, une femme fragile et qui se donne un genre qui ne lui correspond pas du tout. Il y en a vraiment pour tous les goûts dans ce manga vu la ribambelle de personnages qu'on a. Et il en a va de même pour les garçons. Donc si on prend chaque protagoniste à part, on retrouve bien différents types d'individus qui existent dans notre société et qui la représente très bien. Une fille populaire et belle, mais qui n'est pas très fortiche à l'école. Un garçon intello et beau mais qui préfère cachait ce qui lui enlèverait sa liberté (et donc qu'on veuille devenir ami avec lui juste parce qu'il est beau). Une autre fille, mais celle-ci est intelligente, plutôt mignonne et assume le tout en restant égale à elle-même. Et le dernier, un garçon nul à l'école ce qui fait qu'il est devenu un peu voyou, mais qui a un bon fond. Je pourrais dire que c'est un stéréotype de la situation actuelle de la société et j'aurais raison je pense, mais au moins c'est la vérité.

    Les personnages sont tous plus ou moins charismatiques et tellement authentiques. Ils sont tous plus ou moins utiles à l'évolution de l'histoire et des protagonistes principaux. Qu'ils soient gentils ou méchants, chaque épreuve que doit affronter Nika et les autres ne font que les rapprocher d'avantage et crée une véritable relation de confiance et d'amitié. Je vous ai déjà dit à quel point j'adorai quand il y a de l'amitié dans les mangas, là j'ai été servi. Surtout que tout au long des 25 tomes, on voit le groupe s’agrandir et on sent que leurs liens sont solides. Il y a aussi beaucoup d'humour très loufoque et réaliste grâce à quelques personnages tel que Masamune par exemple. Ce qui me semble être un bon point c'est le fait qu’Aida montre le vrai côté des gens, et non pas des clichés ou des idylles.

    Nika n'est pas une héroïne de Shojo comme on en a l'habitude de voir. Elle n'est pas idiote et niaise, elle a beaucoup de caractère, si elle a quelque chose à dire, elle ne se retient pas pour le faire. Bon après évidemment elle est très jolie et populaire mais cela reste un point qui passe assez inaperçu au final. Cependant, malgré toutes les épreuves qu’elle traverse, elle ne flanche presque jamais, et ce côté wonder woman est un peu dérangeant parfois parce qu’on a pas un recul de la situation, et ceci aurait pu apporter pas mal de choses à l’histoire. Ici je pense notamment au tome 11 [Attention SPOIL] où Nika et Nino se font enlever par un groupe de proxénète / dealeur de drogue [Fin du SPOIL].

     

    SWITCH GIRL !! © 2006 by Natsumi Aida / SHUEISHA Inc.

    J'aime beaucoup sa relation avec Arata. En effet, les deux personnages se complètent parfaitement, ce qui leur permet de s'aider à évoluer et à grandir. Parfois quand Nika s'emballe un peu trop, Arata et là pour la faire redescendre sur terre, tandis que lorsqu'il commence à tourner le dos à tout le monde, Nika est là pour lui faire entendre raison. J'adore cette complicité. J'ai apprécié le fait que leur relation amoureuse ne démarre pas dès le premier tome, comme on voit ça assez souvent. L'auteure a fait en sorte que cela ne soit ni trop lent ni trop rapide, même si notre héroïne est tombé sous le charme à la fin du volume 1.

    Maintenant, les thèmes (si je puis dire ainsi) abordés ici. Alors le côté humoristique est très bien travaillé, on passe un agréable moment à lire et ça détend bien pendant deux exercices de maths. Les sentiments des personnages, sont bien transmits surtout grâce aux graphismes qui sont vraiment super beaux, je ne peux rien dire là-dessus. On sent une légère évolution entre les dessins des premiers tomes et les derniers, l'auteure a vite pris le coup de crayon. Et, étant donné que c'est un Shojo, je ne peux pas faire une critique sans parler du petit côté romantique du manga, n'est-ce pas ?! Donc le côté romantique pointe vite le bout de son nez. C'était prévisible évidement mais, on se laisse prendre au jeu, c'est mignon après tout. On voit très bien où voulait en venir Aida, mais les petites péripéties sont très divertissantes et cela entraîne une montée du suspense que j'ai beaucoup apprécié. On apprécie également la petite morale de l’histoire qui stipule : tout le monde peut être aimé / apprécié pour ce qu’il est malgré tous les défauts que l’on peut avoir. La beauté intérieure amplifie la beauté extérieure.

    Avis Positif 16/20

    Excellent Shojo, très amusant, très rafraichissant. Même en le re-lisant, j'arrive à avoir le sourire aux lèvres à chaque chapitre. Il est clairement dans mon top 10 de mes mangas préférés. Les dessins sont super beaux, l'histoire est, certes longue, mais elle me fait toujours passer un très bon moment. Les personnages sont attachants, il y a une histoire d'amour et une histoire d'amitié. Le mélange parfait pour moi. Je ne peux rien ajouter, tout est déjà dit.


    2 commentaires
  • Six Half

    Du même auteur

    Six Half

    Informations

     
    Titre Original :  シックスハーフ
    Titre : Six Half
    Auteur : Iketani Ricaco
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Delcourt Tonkam                  Nombre de tomes : 11                                                                  Disponible en version numérique

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Suite à un accident de moto, Shiori se réveille amnésique. Rien, elle ne se souvient de rien ! Ni de sa famille, ni de ses amies, ni de son petit copain. Tant bien que mal, la lycéenne tente de retrouver un quotidien normal. Mais comment doit- elle se comporter lorsqu’elle se rend compte qu’elle renvoie l’image d’une fille vulgaire, hypocrite et manipulatrice ? Une véritable remise en question s’impose...

    Manga News

    Review

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    J'ai été très attirée par le résumé de l'histoire alors j'ai commencé par acheter seulement le tome 1. Après sa lecture, j'ai été véritablement touchée par la profondeur du scénario. En effet, le synopsis ne me paraissait pas aussi extraordinaire et pourtant c'est tout le contraire. Rien que la première page, avec les simples mots « Quand j'ai ouvert les yeux, devant moi, il y avait... », est intrigante et accrocheuse. Tout commence avec Shiori qui se réveille à l'hôpital entourée de gens qu'elle ne connaît pas. Ces personnes sont en fait ses proches : son frère Akio, sa soeur Maho et son petit-ami Shiraishi mais elle ne s'en rappelle pas parce qu'elle a perdu la mémoire. Là, c'est vrai que ça paraît assez cliché, c'est du déjà-vu pour moi le sujet sur la perte de mémoire, pour prendre un exemple récent, on retrouve ça dans Ma Petite Femme. Mais ici, c'est la base de l'histoire, tout le manga tourne autour de ça. Dès qu'elle rentre chez elle, Shiori constate quelques difficultés au sein de sa famille. Son père est décédé, sa mère est partie de la maison lorsqu'elle était jeune, sa petite sœur la déteste et son grand frère, très protecteur avec elle, fait vivre tout ce petit monde.

     L'auteure a parfaitement réussit a nous transmettre les émotions de Shiori, autant à travers ses dessins qu'à travers les dialogues et les pensées de notre jeune protagoniste. On comprend parfaitement ce qu'elle ressent et on découvre tout cet univers en même temps que son "nouveau elle". Il est normal qu'elle se sente perdue mais elle garde tout pour elle, donnant l'illusion pour les autres personnages que tout va bien. D'ailleurs on apprend qu'avant elle était déjà comme ça, donc la Shiori d'avant et encore présente quelque part.

    A travers la perte de mémoire de Shiori, l'auteure aborde le thème de la recherche de soi. Qui sommes-nous réellement ? Est-ce que je suis vraiment moi, ou est-ce que je porte un masque ? Cela permet au lecteur de réfléchir sur la question. La magaka traite d'autres thèmes assez durs et matures comme l'amnésie qui est au cœur de l'histoire et qui est lié à tous les autres thèmes abordés (problèmes familiaux, problèmes de société, etc) qui sont vraiment de réels problèmes qui touchent beaucoup de monde. Peut-être que certains d'entre-vous arriveront à s'identifier aux personnages grâce à cela. Cela prouve à quel point le manga est loin d'être un Shojo classique avec une histoire d'amour simpliste ou autre, ici on a à faire à un manga mature.

    Petit à petit, Shiori réapprend à vivre, même si ce n'est pas la joie. En effet, son "elle" d'autre fois n'était pas la personne qu'elle est aujourd'hui, loin de là. Elle avait une très mauvaise réputation, c'était une sorte de "pétasse" changeant de garçons comme de chemises. Tout le monde a cette vision d'elle, alors ce n'est pas facile de continuer à vivre la vie de quelqu'un que tu n'es plus. Surtout quand elle se rend compte que tout le monde la déteste et que les personnes sur qui elle peut compter sont peu nombreuses. D'ailleurs, il est intéressant de voir comment Shiori découvre son passé. Étape par étape, on en apprend un peu plus, et aux premiers abords, elle ne semble pas avoir été la meilleure des jeunes filles. Pourtant on apprend bien plus tard que derrière sa carapace de fille superficielle, fausse et égoïste, se trouve une personne qui a énormément souffert et qui fait tout ce qu'elle peut pour ne pas penser à sa souffrance.

    Au début elle est effrayée de ne pas retrouver la mémoire, c'est normal d'ailleurs parce que vivre dans l'ombre d'une personne que tu étais et que tu n'es plus c'est compliqué. Rapidement, le grand problème de la perte de mémoire se fait ressentir : elle ne sait qui elle est, elle ne connaît personne et ne sent chez elle nul part.

    « Bon ben, j’avoue ! C’est officiel, je suis complètement paumée ! »

    Mais dès lors où elle en apprend un peu plus sur son passé, à cause de toutes les erreurs que la Shiori d'avant a faites, que "numéro 2" ne veut plus se souvenir, qu'elle souhaite rester amnésique à vie.

    « Dieu, je t’en prie... Ma mémoire pourrie, j’en veux pas ! Débrouille-toi pour qu’elle revienne pas ! »

    J'aime beaucoup le fait de voir l'évolution de tout le monde. En effet, tout le long des 11 tomes, nous pouvons constater que Shiori devient celle qu'elle aurait dû devenir si son père avait accepté les sentiments qu'elle avait, que Akio ne refoule plus ses sentiments, que Maho arrive à pardonner sa sœur d'avoir été un monstre avec elle et que Shiraishi accepte finalement de ne plus sortir avec la fille qu'il aime.Tous les problèmes du début, se résolvent au fur et à mesure que l'histoire avance : la famille de Shiori qui se faisait passer pour une famille unie, l'est réellement maintenant malgré des liens complexes entre elle et Akio [SPOIL] pour le plus grand bonheur de certains et pour le grand malheur d'autre, ces deux personnages finissent ensemble. En effet, ils n'ont jamais eu de liens de sang et Shiori a toujours aimé son "frère" même pendant son amnésie et Akio a toujours refoulé ses sentiments pour le "bien" de sa famille [Fin du SPOIL]. Ce qui est intéressant de constater, c'est que malgré sa perte de mémoire, Shiori a la même personnalité dans le sens où elle a toujours le même caractère et ses sentiments restent également intactes mais tout ça sans jouer la bimbo, mais elle garde un petit côté sexy en faisant du mannequinat, une activité qu'elle adore vraiment. L'amour est présente dans l'histoire mais ce n'est pas vraiment la chose qui est le plus important. Moi qui adore la romance, je trouve que même sans, le manga reste une merveille. Les relations amicales sont au RDV, donc je ne peux être que plus comblée.

    Il y a quand même beaucoup de personnages plus ou moins importants qui apparaît dans cette série, alors je vais me contenter de ne parlais uniquement des plus intéressants et importants selon moi. Cependant, je précise que les personnages secondaires apportent beaucoup de choses à l'histoire et aident à l'évolution de chaque personnage. On commence tout d'abord avec Shiori. C'est un personnage très complexe qu'on apprend à connaître en même temps qu'elle apprend à se connaître. Cela renforce la crédibilité de l'histoire et l'attachement qu'on éprouve pour la protagoniste. Elle ne ressemble pas à toutes les filles typiquement Shojo qui sont naïves et très fleur bleue, loin de là. Notre héroïne a du caractère, elle s'affirme montrant toute l'authenticité du personnage et de l'histoire. C'est sans doute grâce à cela qu'on peut s'identifier au personnage sans difficulté. Comme beaucoup de monde, je pense, Shiori garde toute sa vulnérabilité pour elle, ce qui la rend réelle. On continue avec Aiko. Aux premiers abords, on dirait un gars lambda, c'est juste le frère de l'héroïne. Cependant, outre ses nombreuses responsabilités malgré son jeune âge, il cache bien des choses. Tout comme sa soeur, il garde pour lui tout ce qui peut le troubler tout en affichant un sourire insupportable à longueur de temps. Quitte à souffrir, il ne souhaite que le bonheur de sa famille comme le voulait son père. Ensuite, nous avons Shiraishi. J'aime particulièrement ce personnage parce que malgré son apparence de voyou, c'est un véritable marshmallow. Bon après, il n'en reste pas moins un casse-cou qui est souvent mêlé à des bagarres. J'ai beaucoup le couple qu'il formait avec Shiori, il lui a apporté énormément de choses. Il a longtemps attendu cette dernière pour finalement accepter qu'elle ne partageait plus les mêmes sentiments à son égart. Pour finir avec les personnages, je vais vous parler de Maho. Elle n'a eu une enfance facile avec une mère absente et une sœur qui se moque constamment d'elle, cependant comme le dit souvent Shiori, c'est quelqu'un de fiable. Elle est très mature pour son âge, c'est d'ailleurs cette maturité qui va lui permettre de pardonner sa sœur ou presque pardonner.

    Six Half Six Half

    SIX HALF © 2009 by Ricaco Iketani / SHUEISHA Inc.

    Tous les personnages ont leur part de mystère, de problèmes et peuvent être un coup gentil et la fois d'après ils peuvent se comporter comme de vraies ordures. L'auteure a parfaitement su donner vie à ses personnages, ce qui a rendu ma lecture encore plus captivante et intéressante. Grâce à leur réalisme, les relations humaines qu'ils entretiennent les uns avec les autres ont pu donner du poids à la trame principale.

    On s'attend un peu à la conclusion du manga malgré quelques rebondissements parfaitement inattendus. Tous les problèmes et conflits sont résolus et toutes les questions ont des réponses. D'ailleurs j'ai remarqué en re-lisant le tome 1, que dès ce moment, on se pose une question à propose de sa vision à la fin du tome. Et nous saurons ce que signifie vraiment cette vision uniquement vers la fin de la série, comme quoi l'auteure a compris comment appâter ses lecteurs.

    Au niveau des dessins, l'auteure a fourni un très bon travail au niveau des expressions du visage, permettant de mieux ressentir les émotions des personnages. Cela étant, je dois avouer que j'ai eu un peu de mal au début avec son style graphique mais au final je m'y suis faite. Ce que j'aime beaucoup avec Ricaco Iketani, c'est qu'elle nous dispense de toutes les fleurs, les paillettes et tout ce qui peut faire penser au Shojo, laissant planer une ambiance plus mûre.

    Avis Positif 15/20

    Un véritable coup de cœur pour ma part. Cette série est l'une des meilleures que j'ai lues, c'est un véritable chef d’œuvre. L'histoire est prenante dès le début, elle est profonde et intense à chaque instant. Elle est originale, bien loin des Shojo classiques avec un contexte qui colle parfaitement avec notre société rendant l'histoire encore plus pertinente qu'elle ne l'est. Les personnages sont authentiques et attachants. L'auteure nous donne une réelle leçon de vie à travers un thème mille fois exploré mais jamais d'une telle manière. Je conseille vivement cette série qui doit être absolument lu par tous les amateurs de mangas.


    votre commentaire
  • Toi, ma belle étoile

    Du même auteur

     

    Informations

     
    Titre Original :  Hoshikuzu Drop
    Titre : Toi, me belle étoile
    Auteur : Kojima Lalako
    Type : Shojo
    Éditeur vf : nobi nobi!                                         Nombre de tomes : 4                                                                  Disponible en version numérique

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Enfant, Shino demande aux étoiles de pouvoir rencontrer un jour son âme sœur. Plus tard, alors qu'il chute de vélo en chemin vers son nouveau lycée, il fait la connaissance de Sera, une jeune fille mystérieuse qu'il désire plus que tout revoir encore une fois. C'est en lui courant après qu'il finira, sans vraiment le vouloir, par rejoindre le club d'astronomie de l'école. Malheureusement pour lui, Sera ne vient que très rarement en cours, et Shino n'a plus qu'à faire de son mieux, aidé par ses camarades et l'infirmière de l'établissement, pour tenter de passer du temps avec elle. Mais qui est réellement cette jeune fille, et pourquoi ne vient-elle que si peu en classe ? Laissera-t-elle le sensible et timide Shino être l'étoile qui illuminera son cœur ?

    Manga News

    Review

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Je suis tombée par hasard sur cette série en préparant ma future commande de mangas. J'ai été très attirée par la jaquette qui faisant vraiment très romance de jeunesse avec ses couleurs très pâles. D'habitude les shojos que je lis ont des couverture qui font plus "scolaire" avec des couleurs plus flashy, ce qui a tendance à attirer plus l’œil. Le résumé faisait vraiment très bateau voire même histoire enfantine mais je ne regrette pas de mettre laisser tenter. J'ai acheté le premier tome en version numérique pour me faire mon propre avis, puis après ma lecture du volume 1, j'ai enchainé avec les deux suivants et enfin, la semaine dernière j'ai fini la série avec le quatrième et dernier tome. Avant ce manga, je ne connaissait pas vraiment les éditions nobi nobi, seulement de nom.

    Au niveau de l'histoire,on peut penser que le manga raconte l'intégration d'un nouvel élève qui tombe amoureux de la jeune, jolie et mystérieuse fille qu'il rencontre devant son nouveau lycée et s'en suit une romance des plus basiques mais non. Tout d'abord, j'ai bien aimé le fait qu'elle soit raconté à travers les "yeux" d'un garçon dans le sens où le personnage principal est un garçon. Et pas le typique Bad Boy qu'on a l'habitude de voir. L'auteure raconte l'histoire d'un premier amour, avec beaucoup de délicatesse et de douceur, montrant des protagonistes aux personnalités qui sont loin d'être ordinaires.

    Si vous lisez régulièrement mes avis, vous savez que j'aime beaucoup les histoires où l'amitié est présente, et ici c'est le cas. Nous suivons les "aventures" d'un groupes d'amis, tous membres du club d'astrologie. Le panel des personnages est assez large, on compte huit ou neuf personnages qui participent vraiment à l'évolution de l'histoire. Cela va d'un futur chef d'une famille mafieuse ou d'un fils unique d'une famille très riche voire même d'un fils d'une célèbre famille de danseurs traditionnels japonais, à la fille typique qui aime les beaux garçons. Cependant, je trouve dommage qu'ils ne soient pas développés comme je le voudrais, l'auteure n'exploite pas tout le potentiel de certains personnages comme par exemple Chiba ou Aizawa, qui sont présents pour donner de l'humour à l'histoire. Tous les personnages sont variés avec un caractères propre à chacun et on sent que dans le volume 2, l'auteure essaie de leur donner une certaine profondeur et importance en détaillant leur vie mais là, je trouve que cela a été fait de manière maladroite. Au vu de leur personnalité, cela aurait pu être un énorme plus à l'histoire, mais cela n’empêche pas ces personnages secondaires de soutenir les protagonistes et de les conseiller.

    Pour les personnages principaux, nous avons tout d'abord Sera (la fille mystérieuse dont Shino est amoureux) qui cache, en effet, un secret. Je dois avouer qu'en le découvrant j'ai été un peu déçu parce que je trouve que sa contraste totalement avec son caractère [SPOIL] elle mène une double vie : tantôt c'est une talentueuse chanteuse, tantôt c'est une lycéenne très timide tout à fait normale [Fin du SPOIL]. Pourtant au fur et à mesure que l'histoire progresse, je trouve ce choix pas si mal finalement. En effet, Sera est très timide et discrète mais pour le moment, elle n'est tellement dérangeant [SPOIL] elle n'est pas encore très connue donc ce n'est pas si grave [Fin du SPOIL]. Et grâce à la bonne influence des ses amis du club et surtout à Shino, elle parviendra a évoluer de manière à réaliser son rêve [SPOIL] devenir une star mondialement connue [Fin du SPOIL]. Ensuite, on retrouve Shino. Il est souvent comparé à un "fidèle toutou" et pas pour rien. Je n'avais jamais lu une histoire avec un garçon aussi mou. Il n'a pas de caractère et est très niais, on dirait un personnage féminin des habituels Shojos. Il est exaspérant mais évolue très positivement grâce à ses amis et parvient à surmonter ses peurs comme avouer ses sentiments par exemple. Tout comme Sera, il parvient à réaliser son rêve, permettant ainsi au jeune couple de se réunir de nouveau.

    Pour en revenir à l'histoire, même si l'amitié est assez présente, la romance entre les deux protagonistes principaux reste le centre du manga. Leur relation évolue de manière assez lente, mais après tout c'est normal, au vu des caractères des protagonistes. Cela donne un côté très mignon au manga parce qu’en vrai, c’est plus logique que leur relation évolue ainsi plutôt qu’ils sortent ensemble dès la fin du tome 1, comme on le voit souvent dans les Shojos. Pourtant, même s'ils ne sont pas ensemble dès le premier volume, les sentiments de Shino sont tellement profonds qu'ils sont une évidence pour les autres personnages qui ont très bien cerné le nouvel arrivant. Dans le tome suivant, l'auteure se lance dans l'inévitable cliché du triangle amoureux avec l'apparition du "fameux" ami d'enfance de Sera. Kazuho (c'est le nom du rival de Shino) semble être le gars orgueilleux et viril qui est tout à fait le caractère des garçons dans les Shojos, cependant, comme toujours ce n'est qu'une façade. C'est d'ailleurs pour cela qu'il respecte le choix de son amie en ce qui concerne les sentiments qu'elle éprouve envers Shino.

                                 Toi, ma belle étoile Toi, ma belle étoile

    Hoshikuzu Drop © Kojima Lalako / Kôdansha Ltd

    La série se finie dignement, l'auteure continue dans sa lancée avec une fin touchante où les héros ont accompli leur rêve et se retrouvent pour vivre leur histoire d'amour. Mais la mangaka n'est pas tombée dans le piège de ne se concentrer que sur le couple, dans le dernier tome, elle ne laisse aucun personnage de côté et fait réapparaître un ancien "ennemi" qui aura lui aussi évoluer de son côté et est prêt à aider Shino pour le bonheur de Sera. En connaissant le secret de cette dernière, on savait déjà quel serait son avenir (enfin si elle continuait sur cette même voie bien sûr), mais j'ai trouvé très intéressant de voir comment l'auteure allait s'arranger pour que le couple finisse ensemble malgré tout.

    L'histoire peut paraître assez niaise et puéril au premiers abords, mais je trouve que l'auteure nous donne une réelle leçon de vie. A travers les personnages et leurs discours, on comprend que notre avenir dépend de nous et seulement de nous. Mais avec cela, elle idéalise le rêve de chacun et ne montre pas tellement la difficulté d'y parvenir puisque, que ce soit Sera ou Shino, on ne les voit pas vraiment réaliser leur rêve. En effet, après une ellipse de 6 ans, on peut lire qu'ils ont réussi et on les voit se retrouver. Après c'est mon interprétation de l'histoire.

    Au niveau des dessins, ils sortent du lot, les traits sont très particuliers et propres à l'auteure avec des personnages aux têtes assez triangulaires. Le chara-design ne fait tellement Shojo avec les yeux énormes mais les fonds avec les étoiles, les fleurs et tout le reste nous ramène vite à la réalité.

    Avis Positif 15/20

    J'ai été agréablement surprise après la lecture de cette série, très belle découverte pour ma part. La série est assez courte avec seulement 4 tomes mais justifiée au vu de l'histoire. Le manga est loin d'être cliché (sauf pour le rival amoureux), j'ai trouvé très originale de voir des personnages avec des caractères aussi peu ordinaires. Le côté "amitié" m'a beaucoup plus même si les personnages méritaient d'être détaillés d'avantage. L'histoire se conclut d'une excellente manière en mettant bien évidence l'évolution de nos deux protagonistes. La lecture est très agréable et change des romances classiques.


    votre commentaire
  • Don't worry, Be happy

    Du même auteur

    Don't worry, Be happy

    Informations

     
    Titre Original :  ほしとくず / Hoshi to Kuzu
    Titre : Don't worry, Be happy
    Auteur : Hoshiya Kaori
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata                                         Nombre de tomes : 4                                                                  Disponible en version numérique

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Depuis que son père les a quittées, laissant derrière lui de lourdes dettes, Anzu vit seule avec sa mère… dans la pauvreté. Aussi, son rêve est simple : réussir dans la vie, si possible en gagnant un bon salaire ! La première étape pour ça, c’est bien évidemment de réussir sa vie scolaire, et quoi de mieux sur son C.V. que d’être présidente du bureau des élèves ? La jeune lycéenne, bien qu'en première année, se présente aux élections des délégués, mais va très vite déchanter : détrônée par le beau Seiji, elle ne devient que vice-présidente. Pire que tout, elle découvre que les autres membres du conseil ne sont là que pour des raisons complètement futiles. La popularité et l'apparence sont-ils les premiers critères pour réussir dans la vie ?! Blasée, Anzu réalise que le chemin vers le succès est encore long… Mais pas le temps de tergiverser : déjà, il faut préparer l’année scolaire !

    Manga News

    Review

    Deuxième Shojo "Feel good" des éditions Akata, le premier étant « Plus jeune que moi ». Ce manga m'a attiré rien qu'avec sa jaquette même si cette dernière est moins tape à l’œil que celle des mangas que j'ai l'habitude de lire. Après avoir lu le résumé, je me suis laissée tenter par la série malgré une certaine réticence. Finalement j'ai opté pour la version numérique. Manga en 4 volumes dont je ne connaissais pas du tout l'auteure. En faisant quelques recherches, il s'est avéré que ce Shojo est la première série de l'auteure et qu'à l'origine, elle devait être plus courte.

    Au niveau de l'histoire, c'est évidemment le coup classique du beau gosse que tout le monde aime et de la pauvre fille invisible et première de la classe. Mais ce que j'ai particulièrement apprécié c'est que, certes la relation des personnages est assez présente dans l'histoire mais qu'il y a aussi une histoire d'amitié et que celle-ci fera évoluer nos protagonistes. En effet, l'action de la série tourne toujours autour du Bureau des Élèves et de la relation de tous ses membres alors qu'à côté le côté romance avance tout doucement [SPOIL] tout ce qui concerne la romance, est principalement présente dans le dernier tome et un peu dans l'avant-dernier [Fin du SPOIL].

    En effet, au début de la série, nous avons Anzu, une fille ambitieuse qui ne s'intéresse qu'à son objectif : gagner un bon salaire. Pour cela, il faut réussir ses études en ayant des notes irréprochables, et avoir un dossier en béton en devant pourquoi pas présidente du bureau des élèves. Cependant, Seiji, un garçon très beau et très populaire est élu à sa place tandis qu'elle se retrouve seulement vice présidente. Anzu devra malgré elle côtoyer les membres du BDE tous les jours et ceux-ci sont vraiment particuliers : nous avons le président qui n'aspire qu'à une chose, être admiré de tous, commander les autres et regarder le monde depuis les sommets. Ensuite, nous avons le secrétaire qui veut pécho un max de filles et la trésorière qui veut être au centre du monde et se faire remarquer. Alors évidemment, le quotidien d'Anzu ne s'annonce pas aussi simple qu'elle le pensait, mais il va s'avérer être bien plus agréable que prévu, et petit à petit elle laissera entrer des gens dans sa vie et son cœur.

    J'ai trouvé très originale de voir une héroïne qui n'a jamais eu de relation amicale ou d'amour. Durant toute la série, elle apprend des autres et les autres apprennent d'elle. Chacun des membres du BDE a une bonne influence les uns sur les autres pour au final donné un bon groupe d'amis qui passent leur temps ensemble que ce soit pour travailler ou pour s'amuser. Ces lacunes donne un côté attachant à l'héroïne et il est très plaisant de la voir évoluer et s'épanouir. L'auteure nous donne une leçon de vie à travers Anzu : pour réaliser ses rêves, prend ta vie en main [SPOIL] comme l'a fait Anzu. En effet, à la fin du manga, on la voit en deuxième année aux côtés de Seiji, elle est devenue présidente du BDE tandis qu'il est redevenu un élève lambda [Fin du SPOIL]

    Cependant, l'auteure n'exploite pas toujours pleinement certains personnages comme Randô ou Umezawa, qui sont présents que ce soit pour donner de l'humour à l'histoire, ou pour conseiller la protagoniste principale. D'ailleurs, j'ai été déçu par le cliché qui est apparu dans le tome 3. Tout Shojo qui se respecte passe par l'inévitable étape du triangle amoureux. Après, ce n'est pas tellement dérangeant, en lisant le résumé de l'histoire, on aurait pu s’attendre à une romance vraiment très clichée.

    Au niveau des dessins, j'aime beaucoup le style de l'auteure : c'est très simple mais mignon, et pour une première œuvre, je trouve que c'est important de le souligner. Le chara design des personnages ne font pas exagérément Shojo avec des yeux énormes et c'est très agréable de rencontrer des séries avec des dessins si jolis et "frais".

    Avis Positif 15/20

    J'ai été agréablement surprise après ma lecture du tome 1 de voir un Shojo pas trop cliché, où un bon groupe d'amis se forme et où la romance n'a pas forcément la place principale. Je trouve souvent dommage de lire une histoire avec beaucoup de personnages secondaires qui ne servent strictement à rien que ce soit pour l'histoire ou pour l'évolution des personnages principaux. Après même s'il y a des moments plus ou moins bons dans la série, la série a su garder son charme malgré quelques épisodes classiques. Le manga se conclut d'une très jolie manière, laissant la possibilité aux lecteurs d'imaginer la suite.


    3 commentaires
  • Toi et Moi, Jamais

    Du même auteur

    Informations

     
    Titre Original :  Kimi to Dake wa Koi ni Ochinai / キミとだけは恋に堕ちない  
    Titre : Toi et Moi, Jamais
    Auteur : Sakai Mayu
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Panini                                         Nombre de tomes : 5                                  

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Subaru est enfin au lycée, mais pour elle ce n'est pas de tout repos. Ses deux grands frères qui vont dans le même lycée qu'elle la surprotège un peu trop. Une semaine est passé depuis la rentrée mais cela ne lui empêche pas de découvrir un nouveau visage dans sa classe : Arata.

    Ce dernier a mauvaise réputation, il est frivole, dissipé et s'est déjà fait renvoyé de l'école pendant plusieurs jours. Wataru, un des frères de Subaru, ne voit pas la relation qu'il entretient avec sa soeur de très bonne augure.

    Review

    Dès que j’ai su que Sakai Mayu sortait un nouveau manga, je me suis empressée de l’acheter. Après avoir lu le petit résumé au dos du tome 1 je me suis vite dit que l’auteur allait faire une histoire comme d’habitude avec « une fille qui entre au lycée, et où le garçon va lui donner du fil à retordre, c'est bien un manga de Sakai ça ». Cependant après lecture du premier tome j'ai été agréablement surprise.

    Côté histoire, nous avons là une histoire avec un sujet plutôt sérieux. D’habitude, le côté sérieux était relégué au second plan dans ses autres séries (problèmes liés à l’enfance notamment), mais ici, l’auteur a mis en avant quelque chose « d’inédit » : la relation fraternelle. Facilement prévisible, certes mais assez prenante. En effet, Subaru a deux frères très protecteur avec elle, mais autant l'un est assez souple, autant l'autre est très abusif dans son rôle de grand frère. Ceci met direct la puce à l'oreille. Ainsi l’auteur s’est lancé dans une aventure un peu incestueuse [Attention SPOIL] qui ne l’ai pas du tout au final [Fin du SPOIL]. Le problème, c'est que ce spoil était trop prévisible parce que de nombreux autres mangas utilisent ce concept dans leur scénario. Le couple final est celui auquel on s'attendait, évidemment, mais il n'y a pas eu toutes les péripéties que j'attendais comme dans Rockin' Heaven, après vu que la série se compose uniquement de 5 tomes, c'est normal [Attention SPOIL] même si l'auteur a quand même intégré à son histoire la rupture des protagonistes [Fin du SPOIL].

    En ce qui concerne les personnages, pour une fois l'auteur a créé un personnage féminin, qui a du caractère, qui a de la jugeote et qui est mature. Ce qui fait qu’on s’y attache encore plus que si c’était une encore fille niaise et qui ne sait pas réfléchir. Elle semble plus posée et plus terre à terre que les autres protagonistes principales de ses autres œuvres. L’auteur n’est pas tombé dans le cliché de la fille maladroite, et où ses maladresses sont censées nous faire rire. Non, ici, nous avons un frère très TRÈS protecteur envers sa sœur, ce qui a le don d’énervé Subaru, et c’est ça qui est au cœur de la comédie. Mais le duo le plus intéressant de l'histoire et qui donne des scènes très cocasses, c'est Wataru et Arata. Pour une fois, je pense que c’est surtout le gars qui est standard. Il est beau, populaire et mystérieux. Cependant, contrairement à ses autres protagonistes masculin, ici l'auteur nous donne un personnage simplet et très enfantin. Mais grâce à la bonne influence de Subaru, Arata va devenir plus « sérieux ». Tout comme ses alter ego des autres œuvres, il a eu, lui aussi, quelques petits soucis dans son enfance. Mais contrairement à d’habitude, son passé a été moins travaillé, et la seule personne de sa famille que l'on voit passe littéralement à la trappe, sa mère est à la limite du caméo .

    Ensuite, on a les deux grands frères avec l'aîné qui a une lubie peu commune : il vend des lapins en peluche sur internet, et qui n'est pas très impliqué dans l'histoire mais qui apporte un petit touche de maturité à certains moments. D'ailleurs, tout au long de l'histoire, on voit clairement qu'il laisse de plus en plus de liberté à sa soeur et est de moins en moins sur son dos. Et nous avons Wataru. C'est le seul personnage qui se met en travers de la relation entre Subaru et Arata. Il a ainsi son importance dans l'histoire, mais n'est pas trop développé. En fait, aucun des personnages n'est développé, on ne sait presque rien d'eux. [Attention SPOIL] Il y a seulement à la fin où la mère d'Arata émet l'hypothèse comme quoi Wataru serait peut-être le demi-frère d'Arata [Fin du SPOIL].

    L’histoire est trop courte, seulement 5 tomes, mais au moins la série va à une vitesse normale, pas comme « Sugar Soldier » où l'histoire est affreusement lente. Mais en contre partie, l'histoire et les personnages ne sont pas assez développés. Malheureusement, on s’attend trop à ce qui va se passer, c’est vraiment prévisible. [Attention SPOIL] Subaru et son frère Wataru ne sont pas vraiment liés par le sang, c’est pourquoi il est amoureux d’elle [Fin du SPOIL]. Sinon, je vois qu’il y a des efforts scénaristiques pour un peu innover le genre, mais c’est très faible.

    Au niveau des graphismes, nous trouvons encore le trait très soigné de Mayu Sakai. Cependant, c’est mon troisième manga de cet auteur, et je trouve que les personnages entre les séries sont trop similaires et je trouve ça dommage, ça enlève quelque chose aux personnages, comme leur identité par exemple, même si graphiquement c'est la plus travaillée. Peut-être y aura-t-il une amélioration de ce côté-là avec sa prochaine série « Gunjou Reflexion ».

    Avis Positif 13/20

    Manga sympathique et très classique du genre romance scolaire. Il n'y a rien de tellement innovant dans cette série, la mangaka reste dans son registre de prédilection, mais l'auteur a su très bien joué entre la comédie, le sérieux et la romance. Ses mangas sont toujours agréables à lire et sans prise de tête. Cependant, j'ai tout de même été déçue, cette série est loin d'être la meilleure de Mayu Sakai. Trop courte et pas assez aboutie à mon goût, le manga vous fera peut-être esquisser un sourire. Pour une fois l'héroïne est quelqu'un de plutôt mature et réfléchis, sûrement à cause de ses frères. Leurs relations ajoutent vraiment un côté comique qui attire et retient le lecteur.


    votre commentaire
  • Strobe Edge

    Du même auteur

    Strobe Edge

    Strobe Edge

    Informations

     
    Titre Original :  ストロボ・エッジ 
    Titre : Strobe Edge
    Auteur : Io Sakisaka
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Kana                                         Nombre de tomes : 10                             Lecture en ligne : www      

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Ren est l'idole du lycée, toutes les filles rêvent de sortir avec lui et guettent ses moindre faits et gestes. Ninako ne fait exception à la règle et tombe sous son charme. Seulement il a déjà une petite amie, qui s'avère être la soeur du meilleur ami de Ninako, Daiki.

    Review

    J'ai connu l'auteur grâce à « Blue Spring Ride » et ce n'est qu'après la fin de cette série que j'ai commencé à m'intéresser à ses autres oeuvres. C'est pourquoi je me suis penchée sur « Strobe Edge » qui m'a paru très intéressant. J’ai été très contente de ma lecture.

    Je dois bien avouer qu’au début j’ai été très déçue par l’histoire. Après le chapitre 1 j’ai longuement hésité à continuer puis je me suis lancée. J’avoue que les choses commencent à devenir pas mal que dans le tome 2. En effet, le premier volume est un peu niais. On y voit Ninako, une fille très banale et surtout très innocente qui croit tout ce que l’on lui dit, ce qui est très agaçant. Elle ne connaît rien à l’amour et pense aimer son meilleur ami parce que ses amies lui disent. Bref pour vous dire à quel point elle est pas très fut fut. Malgré ses défauts, elle est très gentille même trop. Et à côté de ça, on a Ren, un gars très mystérieux et pas très ouvert mais vu qu’il est beau bah, toutes les filles l’aiment LOL.

    Comme vous l’aurez compris, au niveau de l’histoire, c’est vraiment un pure shojo. On trouve ici, comme souvent, un début plutôt classique : une fille amoureuse d’un garçon avec qui elle n’a jamais parlé, et ce dernier est très populaire. Pour le moment rien de très innovant. Pourtant, je dirais que ce n’est pas la forme qui a été le plus travaillée, mais le fond. En effet, je trouve que le comportement, le caractère, les réactions et surtout l’histoire (notamment le passé) des personnages est vraiment le cœur du manga.

    Donc on va passer aux personnages, ils sont plus ou moins attachants, mais ils sont aussi agaçants pour certains. Daiki est vraiment trop lent et Ninako aussi mais leur façon d’être est touchante.  Ils sont simples. [Attention SPOIL] Elle ne sait rien de l’amour, pourtant dès le premier volume elle va réellement tomber amoureuse de Ren. Mais qu’après avoir appris à le connaître, et elle comprend rapidement la joie mais aussi la douleur que cela fait [Fin du SPOIL].  Ren est très bizarre et je n’arrive pas à le comprendre. Ils préfèrent faire « plaisir » aux autres plutôt qu’à lui. C’est d’ailleurs pour cela que lorsqu’Ando lui fait une réflexion sur son comportement envers Ninako (tome 2) il va changer pour ne pas la blesser, manque de chance ça ne marche pas.

    Sinon, ce que j’aime bien c’est que contrairement à beaucoup de shojos, ici, l’histoire ne se concentre pas uniquement sur la fille et le garçon mais sur un groupe de gens en général, même si c’est vrai qu’il y a un couple principal. Mon personnage préféré et qui m’a le plus touché, c’est Ando, le bourreau des cœurs qui finit seul. Ce personnage est le plus intéressant je trouve, il apporte beaucoup au manga : de l’humour, du rythme et fait avancer les personnages en les faisant réfléchir sur eux-même. Je pense que c’est le personnage le plus complexe également. Il s’est forgé une carapace alors que c’est un « ange » (un peu moins mais je ne trouvais pas le mot).

    Le hasard fait bien les choses je trouve parce que, tout comme dans « Blue Spring Ride », nous aurons droit à un joli clich…. Euh triangle amoureux. J’ai trouvé la fin longue dans le sens où Ren a mis trop longtemps à mon goût à faire son choix et ensuite, c’est au tour de Ninako qui a un problème de conscience. Bref 10 tomes à se tourner autour sans jamais pouvoir se dire « je t’aime » et devoir attendre le dernier chapitre pour pouvoir dire « enfin… ».

    Graphiquement, c’est vraiment beau, on reconnaît bien là le chara design de l’auteur même si je préfère les dessins de « Blue Spring Ride ». Quelque chose que j’ai remarqué, c’est qu’au début, il n’y avait pas trop de décors en arrière-plan mais qu’au fur et à mesure de la série, ça allait beaucoup mieux.

    Avis Positif 14/20

    Excellent shojo, très amusant, très rafraichissant. Ne vous laissez pas prendre par l'ennuie du premier volume et tentez la suite qui vaut le coup. Histoire simple et rempli de clichés mais qui sont très bien gérés, ce qui fait de « Strobe Edge » un bon manga et un shojo intéressant.


    5 commentaires
  • Death Note

    The gentlemen's alliance cross

    Death Note

    C’est l’un des mangas qui a eu le plus de succès lorsque j’étais petite mais je n’ai jamais voulu tenter de le regarder parce que je trouvais que ce n’était pas mon genre de manga (pour vous dire j’ai eu beaucoup de mal à me mettre à Naruto ou One Piece). Puis dernièrement, je suis tombée sur tous les épisodes sur Youtube alors je me suis dit « pourquoi pas ? ». Je précise donc que ma critique ne portera uniquement sur l’anime et non le manga.

    Death NoteDeath Note

    Honnêtement, l’histoire est plus qu’original, qui aurait penser à un cahier pour tuer des gens ? Je pense que pour avoir ce genre d’idée, il faut avoir un brin de folie quelque part en soi. Hormis le scénario prometteur, il y a quelque chose que les autres shonen n’ont pas forcément : beaucoup de réflexion. Ce n’est pas du genre « Bon lui je le tue parce que j’en ai envie » il y a un raisonnement pour chaque action comme si toute l’histoire était une partie d’échec. Ensuite, Death Note m’a fait réfléchir : est-ce bien de tuer des gens profondément mauvais ? C’est un manga vraiment moral et très philosophique. Pour ma part c’est évidemment que non déjà que je n’arrive pas à tuer une araignée x) Par contre j’ai été déçu par la fin, d’où le gars le plus redoutable et le plus maléfique du manga, pleure comme une fillette et a peur de la mort… Non, ça je ne comprends pas.

    Il n’y a pas que ça, d’ailleurs : l’anime se compose de 37 épisodes, et se découpe en 2 parties (1-25 et 26-37). Pourquoi faire mourir un personnage central de l’histoire pour en faire apparaître d’autres qui seront beaucoup moins importants à nos yeux et dans le scénario, et qui n’auront pas le même impact dans la résolution de l’enquête pour nous. [Attention SPOIL] on est d’accord que si L était toujours vivant, cela aurait été mieux [Fin du SPOIL]. Surtout qu’en plus, dans la 2ème partie, je trouve que le rythme est moins fluide, on prend moins de plaisir à regarder l’anime et les rebondissements en seraient presque répétitifs.

    Light est l’antihéros par excellence mais également le meilleur méchant que j’ai pu voir. Il est brillant, fourbe et est prêt à manipuler son prochain si cela concorde avec son plan. Il a quand même failli tuer sa sœur pour sa cause. Mais le fait qu’il n’y est pas parvenu montre une certaine humanité qui le rend peut-être un peu attachant, surtout que de bases ses intentions sont bonnes, c’est juste la méthode qui va pas. Ensuite, on a le personnage le plus cool du manga : L. C’est un peu l’opposé de Light, lui il prône la vraie justice et chercher à tout prix à démasquer ce Kira. Il est très intelligent presque plus que son rival. Son « sacrifice » est un gros échec et mat’ à Kira sans même que ce dernier s’en rende compte. Un autre personnage que j’aime bien c’est Ryuk, le dieu de la mort, il donne une touche d’humour au manga que j’adore.

    Graphiquement, ce n’est pas trop mal, les traits font bien shonen mais j’ai un petit faible pour le chara design du manga.

     Nombre de volumes : 12 

     Nombre d'épisode : 37 

    Lecture en ligne (tous les scan en vf)

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 15/20


    3 commentaires
  • Tokyo Ghoul

    The gentlemen's alliance cross

    Tokyo Ghoul

    Tokyo GhoulTout commence cet été où je pars dans un petit village où internet n’existe pas. En apprenant ça, j’ai commencé à chercher pleins de séries que je devais regarder et c’est là que je me suis dit « Tokyo Ghoul ». Etrangement, même si je n’avais jamais vu aucun épisode de la série, j’ai toujours adoré le personnage principal Kaneki, j’ai des posters de lui, j’ai fait des créations de lui-même si je les ai ratés et que donc je ne les ai pas postés sur mon blog de graphisme. Bref, je le trouvais vraiment cool sans même le connaître.

    Le scénario est des plus inédits pour moi, rien à redire à ce sujet. Ce manga est considéré comme un shonen pour la plupart des gens (en vrai c'est un seinen) et c’est tant mieux. En effet, c’est quelque peu violent, c’est légèrement gore mais ce qui caractérise un seinen c’est surtout ce côté très malsain comme dans Kakegurui. Je trouve pourtant l’histoire assez psychologique vu les problèmes auxquels sont confrontés les personnages : un humain devenu ghoul ne peut se résoudre à manger un autre être humain même si son corps en a très envie, un personnage adore les humains surtout l’un d’entre eux et se force beaucoup pour lui faire plaisir quitte à se rendre malade… J’avoue que le dernier épisode de la saison 1 est un peu plus violent que les autres parce qu’il est moins censuré je dirais mais sinon je n’ai pas été choquée. Ce que j’aime bien dans ce manga, c’est que c’est un shonen où le héros n’est pas comme tous les Naruto ou Goku que l’on peut retrouver souvent dans les mangas de ce genre.

    Tokyo GhoulJe trouve l’univers du manga des plus intéressants. C’est bien pensé cette histoire de ghouls, monstres à l’apparence humaine et qui se nourrissent de chair humaine et vivant parmi leur repas. J’ai trouvé l’histoire très prenante grâce à ça.  Cependant, il y a un léger bémol : la saison 1 est trop molle, Kaneki (avant « transformation ») se résume à être une petite fleur fragile qui ne sait rien faire et qui se repose sur Tokâ. Je décrierais ce personnage de victime. Les choses commencent à devenir vraiment sérieuses à partir de la saison 2.

    Pour les personnages… Ils sont assez nombreux et la plupart ne sont pas assez développés notamment les colombes (membres du Centre de Contrôle des Goules). Je pense que ceux auxquels on peut s’attacher se résume à Kirishima Tôka, une ghoul qui aide à sa façon le héros, Kaneki Ken parce que c’est le personnage principal de l’histoire et qu’il est trop cool dans la saison 2, et enfin Nishio Nishiki parce qu’il n’est pas mal introduit dans la saison 1 et que son histoire m’a fait de la peine un peu.

    Graphiquement c’est beau, on reconnaît bien le style shonen (les filles n’ont pas des yeux qui font la moitié de leur visage) et le personnage que je préfère niveau chara design parce que je trouve vraiment top la manière dont il est dessiné c’est Mado Kureo.

     Nombre de volumes : 14 

     Nombre d'épisodes : 24 

    Lecture en ligne (tous les scan en vf)

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 14/20


    votre commentaire
  • Daytime Shooting Star

    The gentlemen's alliance crossDaytime Shooting Star

    J'ai découvert ce manga il y a pas mal de temps déjà pas mal de temps. J'ai lu le premier chapitre qui était gratuit puis je me suis arrêtée là puisque le reste était payant. Mais il y a pas longtemps, on m'a reparlé de ce manga et j'ai décidé de le lire en entier et après une longue hésitation, d'en faire une critique.

    Daytime Shooting Star

    L'histoire est plutôt intéressant, et originale sur certains point même si on tombe encore sur quelques clichés comme par exemple le fait que son "sauveur" de Tokyo se retrouve être comme par hasard un des potes de son oncle. Ensuite, il y a le coup classique du triangle amoureux mais vu qu'il dure quasiment tout le long du manga, on peut dire que c'est inédit, donc je pardonne, sinon à part ça, niveau cliché ça va. [Attention spoil] d'ailleurs, c'est une première que le blond gagne face au brun. [Fin du spoil] En tout cas, l'histoire est simple mais efficace. En ce qui concerne la fin, j'ai été vraiment déçue, mais pas par le fait qu'elle était nulle ou quoi, non pas du tout. J'ai été déçue parce que je ne m'y attendais pas : elle n'a pas choisi le gars que je voulais...

    Daytime Shooting StarPour ce qui est des personnages, il y en peu qui sont vraiment important mais au moins ils sont bien travaillés en ce qui concerne leur caractère, leur physique, et tout ce qui peut caractériser une personne. Tout d'abord, on a Suzume, comme dans tout bon shojo, ce n'est pas une experte de l'amour et est vraiment très gentille, on le remarque dès le tome 1 [Attention spoil] où elle invente une excuse pour "sauver" l'honneur de Yuyuka. [Fin du spoil] Mais contrairement aux autres héroïnes, elle a du caractère et est assez intelligente. ensuite, il y a les deux beaux gars qui lui tourne autour. Ils sont très charismatiques et ont tout pour eux, même s'ils ont des personnalités bien différentes. Le choix est dur pour la plupart des gens, mais j'ai quand même une préférence pour l'un des deux. Enfin, on retombe sur un autre cliché, celui de la fille "méchante et POUF je devient amie avec la protagoniste principale" comme dans Mairunovich.

    Et pour finir, en ce qui concerne les dessins, ils sont vraiment beaux, le trait est fin et on peut très facilement reconnaître le manga même si on tombait sur une image par hasard sur Google.

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 15/20.

    Lecture en ligne (tous les tomes en vf)

     Nombre de volumes : 13 

     


    votre commentaire
  • Beelzebub

    The gentlemen's alliance crossBeelzebub

    BeelzebubAlors je vais surtout vous parler de la version animé parce que je n'ai lu que les premiers tomes. C'est l'un des shonen que j'ai le plus apprécié !! Pour ce qui est de l'histoire c'est vraiment du n'importe quoi mais c'est ça qui rend le manga bien. C'est un mélange de combats, de gags ridicules que ça en devient drôle avec une touche de sentiments et là je parle de l'affection du bébé envers son "père humain" et vice-versa, parce que les histoires d'amour vous pouvez vite oublier... Pour ce que j'en ai lu, j'ai trouvé que l'anime suivait bien le manga et sans HS, ce qui est très appréciable.

    Ce qui est super dans ce manga, c'est que rien est à prendre vraiment au sérieux c'est du loufoque du début à la fin et cela change beaucoup des shonen qu'on a l'habitude de voir avec le pouvoir de l'amitié qui va vaincre les vilains méchants. J'avais lu quelque part que c'était une parodie de shonen; et personnellement je le pense aussi, parce que comment on peut reprendre tous les codes du shonen classique et en faire un sketch sans le faire exprès. Mais j'aime beaucoup la moral de l'histoire, enfin celle que j'ai trouvé : la difficulté d'être père... (faites un bisous à vos papa pour leur dire que vous les aimez, ça leur fera plaisir).

    BeelzebubBeelzebub

    C'est très divertissant et amusant, la plupart du temps on passe un bon moment. Pour ce qui est du scénario, il est plutôt original parce que je n'ai jamais vu une autre histoire avec un bébé qui se promène tout nu et qui est également le fils de satan... C'est tellement tordu que personne ni avait pensé avant Tamamura. Malheureusement, les combats ne semblent pas aussi qu'ils le devraient et cet humour ne suffit pas à faire de ce manga, un manga légendaire et incontournable comme Naruto, Hunter x Hunter ou encore One Piece.

    Les personnages sont épiques. Ils sont tous différents les uns des autres et ils apportent tous une touche humoristique au manga. Oga, contrairement aux autres héros de shonen, comme Son Gohan par exemple, adore se battre et la violence. Il passe le plus clair de son temps à essayer d'emmerder son meilleur ami, qui lui souhaite entretenir des rapports plus intime avec Hilda, mais elle, n'en a rien à faire de lui, son job c'est de s'occuper du bébé. J'aime beaucoup le fait de montrer des personnages féminins qui savent se battre et qu'on respecte, ça change du fan service...

    Pour ce qui est des graphismes, ils sont basiques pour un shonen rien d'excellent mais rien de moche non plus, ils sont simple c'est tout. J'adore leur design quand ils sont en mode pas content (comme on le voit juste au dessus avec Oga et Beelzebub).

     Nombre de volumes : 28 

     Nombre d'épisodes : 60 

    Papepipu Papipepu Papepipupo - Beelzebub (ending)

    Lecture en ligne (tous les scan en vf)

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 13/20.


    10 commentaires
  • Rockin' Heaven

    The gentlemen's alliance crossRockin' Heaven

    Petite anecdote : en écrivant cet critique j'ai supprimé par inadvertance la critique sur Sugar Soldier alors je suis un peu énervée là... j'ai clairement failli ragequit. Voilà, donc je vais adorer faire cette critique et refaire l'autre.

    Parmi tous les mangas de l'auteur, je crois que ça doit être mon préféré même si, en y réfléchissant bien, je trouve que ses shojo se ressemblent un peu tous. On retrouve un fille qui entre au lycée, le gars qui cache un lourd passé et POUF, c'est bien un manga de Sakai Mayu. C'est d'ailleurs la même recette pour son nouveau shojo "Toi et moi, jamais".

    Je trouve que l'histoire est originale sans l'être vraiment. En effet, une fille qui peut paraître superficielle au premier abord (vu qu'elle a choisi son lycée en fonction de l'uniforme qui lui allait le mieux) est quelqu'un de "bien" et qui n'est trop niaise. Elle est authentique et à la tête sur les épaules, elle sait ce qu'elle veut et elle compte bien "dresser" les garçon pour passer une bonne année. De l'autre côté, nous avons Ran, un gars que tout le monde suit et qui ne semble pas vouloir facilité la mission que s'est donnée Sawa. Alors évidemment, c'est facile de deviner l'un des couples potentiels du manga dès le premier tome.

    Rockin' Heaven 

    L'amour est bien présent mais l'amitié a une place importante dans le manga puisqu'on voit une évolution des personnages durant trois années, avec les mêmes personnages et ainsi le même groupe d'amis. D'ailleurs les protagonistes sont bien travaillés, les caractères bien propres à chacun d'eux et sont attachants (peut-être certains plus que d'autres). Sawa est un personnages intéressant qui a plusieurs facettes. J'ai dit qu'elle n'était pas trop niaise mais cela dépend des situations parce que c'est vraiment le personnages parfait dans le genre shojo (belle, fleur bleu, charismatique, pleine de vie et d'énergie...). Pour Ran c'est la même chose, c'est le gars typique que l'on retrouve dans les romances.

    Pour finir, côté graphisme, je vais reprendre ce que j'ai dit pour la critique de Sugar Soldier :  je suis une grande fan de Sakai Mayu. Je trouve ses dessins très légers et mignons qui montrent bien les émotions, dans le sens où les dessins transmettent bien les sentiments. Bon le style fait évidemment très shojo avec des fille avec de très grands yeux mais je trouve que ça rend le manga encore plus mignon.

    Rockin' Heaven

     

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 13/20.

    Lecture en ligne (tous les tomes en vf)

     Nombre de volumes : 8 

     


    5 commentaires
  • Eyeshield 21

    Ao Haru Ride

    Eyeshield 21

    Enfin un shonen !! Cela fait bien longtemps que je n'en ai pas critiqué un. Parmi toutes les sortes de shonen, nous trouvons les mangas de sport tels que Captain Tsubasa, plus connu sous le nom de "Olive et Tom". Ils sont souvent dédiés exclusivement aux garçons car il y a peu de romance et que après tout, tout le monde le sait : les filles et le sport ne sont pas compatibles... LOL. Mais ça c'était avant, maintenant les mœurs ont quand même, pas mal changé.

    L'histoire est peu original sauf sur le fait d'avoir choisi un sport peu pratiqué (sauf aux US). Ce qui est vraiment bien je trouve, c'est d'expliquer tout au long de l'histoire les règles de ce sport notamment au début, parce que pour ceux qui n'y connaisse rien, cela leur permet de suivre tout autant que ceux qui connaissent déjà. J'aime également beaucoup le fait de ne partir de rien, seulement avec deux puis trois joueurs et, au fil de l'histoire, recruter d'autres personnes qui ne se sentent pas obligé de jouer par Hiruma. Donc on voit une réelle progression de l'histoire et même des personnages en ce qui concerne leur passé, leur entente au sein de l'équipe, etc.

    Ce qui fait que ce shonen est bon manga de sport, c'est qui ne base pas tout sur son scénario de sport. En effet, on retrouve beaucoup d'humour avec des personnages plus drôle les uns que les autres. Nous avons Monta, le fichu singe, Kurita, le fichu gros lard, Sena, le fichu nabot, Mamori, la fichu manager ou encore Yukimitsu, le fichu chauve.Tous ces surnoms viennent d'Hiruma le démon de l'école qui effraie tout le monde. Je le trouve génial !! D'ailleurs, il y a pas mal de personnages, des autres équipes également, qui sont tellement caricaturés / stéréotypés, qu'ils en sont drôle.

    Il y a un réel travail des personnages (personnalités, etc) et des relations qu'ils ont les uns les autres. Le sport, ce n'est pas uniquement de l'action, c'est aussi des sentiments qu'il faut savoir transmettre à travers des images. J'avoue ne pas avoir pleuré devant une défaite mais j'éprouve un peu d’empathie pour les personnages parce qu'ils sont attachants et que l'histoire ce n'est pas uniquement du sport, du sport et du sport, il y a une vie derrière tout ça. Par contre, je reviens un peu aux personnages parce que j'ai une question : pourquoi la seule qui ne comprend pas qui est Eyeshield est une fille ? C'est pas que je me sente blessée ou quoi mais bon...

    Ensuite, pour l'anime je trouve ça dommage qu'il se soit fini sans la vraie fin du manga. Mais ils ont fait un effort de faire une sorte de petite fin au lieu de tout laisser en plan comme ça. Surtout qu'au final, cette "fausse" fin se rapproche de celle du manga donc je suis plutôt contente de ce côté là parce qu'évidemment on peut très bien imaginé ce qui s'est passé entre le dernier match des Devil Bats qu'on voit et la fin qui a l'air de se passer quelques années plus tard.

    Petit point dans l'animation qui m'a fait bien rire. Bon les graphismes sont pas mal, même si pour moi le papier reste numéro 1 quelque soit le manga mais c'est moi où on dirait vraiment que Sena a des super pouvoirs sur le terrain avec cette aura verte qu'il a... C'est ça qui m'a rebuté au début, parce que je croyais que c'était un animé de sport avec des super pouvoir, ce que je n'aime pas vraiment. 

     Nombre d'épisodes : 145 

     Nombre de volumes : 37 

       Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 15/20.
     
     Lecture en ligne (tous les tomes en vf)
     

    OST Code Name Eyeshield 21

    Opening 1 - BreakThrough -


    13 commentaires
  • Le fil rouge

    The gentlemen's alliance crossLe fil rouge

    Un autre mangaka que j'aime beaucoup autre que Natsumi Aida (auteur de Switch Girl, je rappelle), c'est Kaho Miyasaka, celle qui a fait Kare First Love, A Romantic Love Story ou encore Le Fil Rouge. Pour cette critique j'ai dû relire la série qui se lit très facilement. L'histoire est classique mais sympathique avec une touche d'humour qui vous fera sourire, mélangé à une romance parfois maladroite entre les deux jeunes gens, vous serez sûrement captivés par leurs aventures. L'histoire peut paraître un peu lente, mais je trouve que c'est mieux ainsi, que ça ne fasse pas comme avec Come to Me où la fille va habiter chez quelqu'un qu'elle vient à peine de rencontrer. 

    Donc déjà côté positif, parmi tous ses mangas que j'ai lu, c'est la première fois que je vois une fille avec du caractère, dans le sens où elle est pas timide, c'est pas un geek qui joue à des Otome Game (jeu de romance). Ici, nous avons une fille respectée par son club, plutôt jolie aux yeux de tout le monde et surtout avec du répondant et ses expressions faciales laissent à penser qu'elle est tout le temps en colère malgré les efforts de Chihiro. Quand à Hinase, il a à peu près le même rôle que les garçons des autres mangas de Miyasaka, il est beau, populaire et adore embêter l'héroïne. En effet, quand elle rencontre Hinase, celui-ci ne peut s'empêcher de la taquiner, la rendant furieuse. C'est ainsi que commence leur relation de haine. En effet, ils passent leur temps à se disputer. Cependant, dès qu'il y a le moindre soucis, ils sont là pour l'autre parce que bien que beaucoup de choses les opposent, "le fil rouge" est là pour les attirer l'un vers l'autre.

                                    
    Ainsi, on peut trouver les personnages attachants, même les deux personnages secondaires, les meilleurs amis de nos héros. D'ailleurs, ce qui m'a fait sourire, c'est que je trouve que Rino ressemble d'avantage aux héroïnes que l'on voit habituellement dans les oeuvres de l'auteur, elle est discrète et n'a pas confiance en elle. D'ailleurs, un mystère reste encore non résolu : comment s'est-elle faite cette cicatrice ?

    Côté graphique, j'aime beaucoup les dessins de l'auteur, ils sont très reconnaissables, c'est comme sa signature. Les visages sont expressifs, on peut sentir la gène, la colère et surtout l'amour x)

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 13/20.

     Nombre de volumes : 9 


    3 commentaires
  • Come to me

    The gentlemen's alliance crossCome to me

    Je voulais faire cette critique depuis pas mal de temps parce que c'est l'un de mes mangas préférés du moment, j'attends le dernier tome avec impatience. Même si l'histoire est bateau, on se laisse emporter par cette romance

    Bon j'avoue l'histoire est pas dans le top de l'originalité et surtout de la logique. En effet, comment tu peux accepter de vivre avec quelqu'un que tu ne connais pas ou alors que tu viens de rencontrer même si pour toi c'est un prince ou un "trésor national de beauté" (justement il faut encore plus se méfier lorsqu'ils sont beaux) ? Bref, le manga se transforme en manga de cohabitation avec l'être aimé un peu comme L-DK sauf qu'ici l'âge n'est pas le même. En effet, Mirei rentre à peine au Lycée, tandis que Fumiya est déjà étudiant.

    En ce qui concerne les personnages, Mirei est trop naïve est c'est énervant de la voir être si pessimiste et surtout toujours en train de se dévaloriser alors qu'elle a pas mal de qualités. Elle est mignonne et adorable, on ne peut que s'attacher à ce personnage même si, parfois, son côté "sans le sous" est un peu exagéré comme par exemple le fait qu'elle n'utilise pas de dentifrice parce que c'est trop cher ou alors la douche qu'elle ne connait pas. Je veux bien exploité un sujet aussi sensible que la pauvreté mais pourquoi l'utilisé pour en faire un shojo aussi cliché, cela aurait été tellement mieux dans un josei je pense, où ce sujet aurait pu apporter une réelle maturité, au lieu de vite passer de la pauvreté à la richesse en un instant. Fumiya , quand à lui, prend un grand plaisir à troubler la jolie demoiselle, d'ailleurs il ne s'en cache pas, mais Mirei est tellement enfantine qu'elle ne comprend pas pourquoi. Cependant, sous ses airs de gentleman / Don Juan, il y a du "mystère" autour de son passé qu'on découvre petit à petit dans l'histoire. Ce qui fait étrange, c'est qu'il s'attache tellement vite qu'on pourrait croire qu'il a eu le coup de foudre, ce qui fait que l'histoire va trop vite, mais c'est grâce à cet attachement qu'il a proposé à Mirei de vivre avec lui. Bref, dans ce manga, on s'attache vite aux personnages qui sont plutôt charismatiques.

    Côté graphique, je trouve les dessins jolies et soignés. Ils représentent très bien les émotions des personnages.

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 13/20.

     Nombre de volumes : 10 


    25 commentaires
  • Secret Feelings

    The gentlemen's alliance crossSecret Feelings

    Ce manga a une histoire basique et est assez court finalement, avec seulement 2 tomes. Cela parle d'une fille tout à fait ordinaire qui est attirée par le garçon mystérieux de sa classe, un shojo très classique. En effet, par la suite ils seront souvent ensembles pour s'occuper du chat et vous imaginez très bien la fin.

    Autant le premier tome est vraiment niais et peu intéressant, autant le second est plus agréable à lire. Les thématiques abordées sont beaucoup plus captivantes comme les relations à longue distance qui, je pense, est de plus en plus courant dans notre société. Mais le scénario n'est pas tellement profond, c'est limite vide. Le simple but de l'histoire c'est juste qu'ils finissent ensemble et c'est tout. Je trouve qu'ils n'ont aucune complicité comme on peut retrouver dans le couple Nika / Arata de Switch Girl.

    Secret FeelingsPour les personnages, je commence avec Yuu. Elle est la parfaite fille de shojo, naïve et qui se fait des films tout le temps. Évidemment, elle est secrètement amoureuse de Shizuka, avec qui elle n'a jamais parlé et qu'elle ne connaît pas, mais bon peut-être que dans les shojo on tombe amoureux juste parce que le garçon est trop beau et qu'il est mystérieux ?! Elle n'a beaucoup de caratère, elle me fait d'ailleurs penser à Nono dans Dangerous Love à être aussi naïve.Ensuite Shizuka. Alors lui, il est beaucoup plus charismatique que la fille, mais bon je n'aime pas le fait qu'il veuille pas se créer des relations [Attention Spoil] juste parce que monsieur va bientôt changer de lycée [Fin Spoil] je trouve que ça fait juste "victime".

    En ce qui concerne le dessin, il est très mignon et très caractéristique du type shojo avec les grands yeux, etc. Les traits sont soignés et fin, cela compense un peu l'absence de scénario.

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 11/20.

     Nombre de volumes : 2 


    4 commentaires
  • Dangerous Love

    The gentlemen's alliance crossDangerous Love

    Ce manga est assez court, seulement 2 tomes, mais je me suis laissée tenter par le titre et la couverture (qui fait ça de nos jours sérieusement). Je dois bien avouer que quand je l'ai lu pour la première fois, j'ai trouvé le manga pas si mal (pour une histoire en deux tomes bien sûr, parce que j'ai largement lu mieux. Mais en le relisant pour la critique je me suis aperçu de quelques petites détails qui m'ont troublé.

    Tout d'abord, j'ai été surprise dans le sens où le titre ne correspond pas trop à l'histoire. En effet, quand j'entends "L'amour dangereux" je pense plus au manga Wolf Girl & Black Prince, où le gars malmène sa copine. Mais ici, c'est en fait le comportement de la protagoniste principale envers les garçons qui est à mon goût dangereux, surtout pour elle. Par exemple, un inconnu la protège d'un ballon et lui propose tout de suite après de sortir avec elle, quelqu'un de normal aurait dit non, bah elle oui...

    Bref, le comportement rend le personnage "attachant" dans le sens où elle est tellement naïve qu'on penserait que c'est une enfant, en plus elle n'a vraiment pas de chance en amour. Heureusement qu'elle peut compter sur ses deux amis. Donc, au début de l'histoire, elle sort avec une personne 10 ans son aîné, tandis qu'elle est lycéenne. Outre le fait que c'est illégal et malsain, ce n'est pas le soucis. En effet, Nono veut juste un copain sérieux, pas un coureur de jupons (il faudrait qu'elle revoit l'ordre de ses priorités). Le deuxième copain de Nono la harcèle (la suit, lui demande tout le temps ce qu'elle fait et va même jusqu'à lui interdire de parler à d'autres garçons). Nono est trop naïve et trop fleur bleue pour oser faire quoi que ce soit. Alors elle ne fait rien, c'est encore un de ses amis qui la sort de ce pétrin...

    Dangerous Love

    Cependant, dans le tome 2, on remarque une progrès net en ce qui concerne le comportement de Nono : on la sent plus mature. Alors que son ami qui l'a toujours protégé et aidé, lui avoue ses sentiments, elle refuse (alors qu'avec des inconnus c'est oui direct) juste parce qu'il est un peu frivole et qu'elle a peur que leur relation change et ainsi, qu'elle le perde en tant qu'ami pour toujours. C'est un bon raisonnement, je dois avouer. En tout cas, la fin de cette série est assez satisfaisante. C'est drôle comme le premier tome était plutôt moyen voire décevant et que le tome suivant remonte le niveau du manga.

    Sinon graphiquement, c'est plutôt pas mal, j'aime bien mais sans plus.

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 11/20.

     Nombre de volumes : 2 

     


    8 commentaires
  • The gentlemen's alliance cross

    The gentlemen's alliance crossThe gentlemen's alliance cross

    The gentlemen's alliance crossArina Tanemura est connue dans le monde du manga grâce à ses superbes succès tels que Full Moon ou encore princesse Sakura. On doit bien avouer que ses dessins sont facilement reconnaissables, son coût de crayon est, à mes yeux, unique, comme si elle avait une sorte de signature.

    L'histoire a un début assez banale, une jeune fille plutôt discrète est au lycée et est amoureuse de l'élève le plus influent, celui que tout le monde idolâtre. En fait, ici nous avons le menu : un lycée, un conseil des élèves, un amour impossible et une héroïne un peu cruche (Hainé est plutôt impulsive et ne réfléchit pas avant d'agir tellement qu'elle me fait penser à une autre "héroïne" de manga : Toru Honda, dans Fruit Basket).

    Cependant, dernière ce petit côté un peu commun qu'on tous les shojos, se cache un scénario inattendu. Tout au long de l'histoire, l'auteur nous fait des révélations qui nous maintiennent accrocher au manga. Si je prends uniquement le premier tome, on apprend beaucoup de choses sur les personnages, ce qui nous rend perplexe et nous pousse à suivre la série, qui vaut vraiment le coup. Le mélange humour / tristesse est parfaitement dosé, de sorte qu'on ne peut qu'être touchée par le passé et même le présent de chaque personnage (et pas seulement par Hainé).

    Côté graphisme, je me répète en disant que ce style appartient au mangaka et à elle seule. C'est un style évidemment très shojo, très fille avec de grands yeux, des pétales de fleurs en arrière plan, etc. Mais ces dessins sont tout simplement sublimes.

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 17/20.

    Lecture en ligne (tous les tomes en vf)

     Nombre de volumes : 11 

    The gentlemen's alliance cross

    The gentlemen's alliance cross

    The gentlemen's alliance cross


    9 commentaires
  • 2nd Love Once Upon a Lie

    2nd Love Once Upon a Lie

    2nd Love Once Upon a Lie2nd Love Once Upon a LiePour commencer, je dirais que ce manga est en réalité un shojo et non un josei. Je trouve qu'il y a vraiment peu de passages "matures" et que la protagoniste principale a plus le caractère d'une lycéenne que l'on peut retrouver dans des shojo. On remarque vite  que la série nous propose une histoire des plus classiques mais cela ne rend pas la série si mauvaise. Seulement, comme la plupart des autres histoires d'amour, le lecteur peut vite deviner la suite.

    Comme je l'ai dit, la protagoniste a le caractère d'une jeune fille, mais elle aura un minimum de résistance en vu de son futur copain. Mais ceci est compréhensible puisqu'elle est censé avec 28 ans quand même. Sinon, les autres personnages sont plutôt simples, parfois amusants et sont (selon leur importance dans l'histoire) développés (en même temps en 5 tomes on a pas trop le temps de connaître la grand-mère de Sumi par exemple). Les réactions des personnages sont parfois inattendues ou simplement un peu différentes de ce que pensait le lecteur. Cependant, c'est le protagoniste principal qui retiendra le plus notre attention. Lors du premier tome on ne comprend pas vraiment pourquoi il tient tant que ça à Sumi et pourquoi il agit ainsi avec elle.

    Ensuite, en ce qui concerne l'histoire, on peut dire qu'elle est certes banale, mais elle peut apporter une petite touche de bonne humeur grâce à ce scénario drôle et touchant à la fois. Ce ne sera pas le manga que l'on mettrait en évidence dans sa bibliothèque, mais plus celui que l'on relierait une fois de temps en temps. En effet, un point assez négatif que je me dois de relever, c'est que tout commence avec une déception amoureuse... Combien de manga commence ainsi, j'ai été vraiment2nd Love Once Upon a Lie insatisfaite de ce premier chapitre. Les suivants me feront tout de même changer d'avis.

    Un autre bon point, c'est le titre. En effet, ce qui m'a tout d'abord attiré, avant même le graphisme des personnages, c'est avant tout son titre. Je trouve qu'il est plutôt attrayant et peut nous laisser perplexe au premier abord. Mais pour parler des dessins, on peu dire qu'ils reflètent biens l'histoire, ils sont plutôt classiques mais agréables.

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 12/20.

    2nd Love Once Upon a Lie


     Nombres de volumes : 5            

    Lecture en ligne (tous les tomes en vf)     



     


    votre commentaire
  • Card Captor Sakura

    Card Captor Sakura

    Card Captor SakuraJe ne vous parlerais uniquement de l'anime puisque je ne sais rien du manga, en effet j'ai connu ça sur M6Kids donc j'ai regardé l'anime mais je n'ai jamais lu le manga bref.... 

    Comme la plupart des Magical Girl, celui-ci est très mignon. Les personnages sont très touchant même si parfois la naïveté de Sakura peut vite nous énerver (nan mais elle est aveugle pour Lionel, on est ok ?!), mais c'est aussi une de ces qualités qui font tout le personnage. Ensuite nous avons comme toujours le personnage mascotte, Kero (quand je dis mascotte c'est vrai : Happy dans Fairy Tail, Pikachu dans Pokemon...). Nous avons également l'incontournable meilleure amie qui a beaucoup de charisme, elle est adorable avec Sakura et l'a considère comme sa soeur. Bref je n’énumérerais pas tous les personnages j'ajouterais seulement que certains peuvent paraître très mystérieux comme Mathieu mais aussi Thomas (ça fait longtemps que je ne les ai pas regarder, je ne sais plus si le fait qu'il soit tout comme Sakura spécial a été bien expliqué). Cependant, je me suis toujours demandée pourquoi ils avaient rajouté un personnage à la série : je parle bien sûr de Stéphanie (ou Meil-Lin) la cousine de Lionel. Elle est folle de lui et passe son temps à faire n'importe quoi, peut-être que c'était pour donner un côté encore plus comique mais perso elle m'énerve un peu.

                      Card Captor SakuraCard Captor Sakura

    Passons à l'histoire, personnellement parmi tous les Magical Girl que je connais (et j'en connais beaucoup) le seul qui pourrais à peu près lui ressembler, dans le fait qu'un fille ordinaire obtienne des pouvoirs parce qu'elle a fait une bêtises (en gros) c'est Magical DoRéMi et encore la ressemblance est légère. Donc je pourrais dire que l'histoire est assez originale. 

    Ensuite, pour ce qui est des graphismes, je les trouve très beau, les effets lorsqu'elle se transforme, lorsqu'elle est dans un rêve ou autres sont magnifiques. Cependant, j'ai un petit problème avec la forme des têtes des hommes de la série, comme Dominique. Mais sinon ça va.

    Et enfin, pour tout ce qui est musiques, elles sont fabuleuses, magiques. Elles sont prenantes et elles nous immergent dans l'ambiance mystérieux, comique, romantique....

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 15/20.

    Lecture en ligne (tous les tomes en vf)

    Card Captor Sakura

     Nombre d'épisodes : 70 

     Nombre de volumes : 12 

    Voici l'ost  (gauche) de la série que j'adore et l'opening  (droite) que j'aime beaucoup, c'est mon préféré parmi tous.

     

     Catch You Catch Me

    Fuuin kaijo


    votre commentaire
  • Sugar Soldier

    Du même auteur

    Sugar Soldier

     

    Informations
    Studio d'animation : TYO Animations
    Saison : Automne 2014
    Licencié en France : Oui
    Nombre d'épisodes : 12
     
    Titre Original :  Ôkami Shôjo to Kuro Ôji / オオカミ少女と黒王子
    Auteur : Hatta Ayuko
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Kurokawa                                         Nombre de tomes : 16                                   Lecture en ligne : www

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Erika Shinohara entre au lycée et souhaite se faire des amis. Pour cela, elle fait croire à tout le monde qu'elle a un petit ami et qu'elle vit une véritable histoire d'amour avec lui. Cependant, elle n'a jamais eu de copain, et ses "amies" commencent à avoir des doutes sur ce fameux copain. Erika décide donc de prendre en photo un garçon plutôt beau dans la rue, qu'elle présente comme son petit ami.

    Sa supercherie aurait pu marché, mais il a fallu qu'elle prenne en photo le prince du lycée, Kyouya Sata. Ce dernier décide de jouer le jeu si en retour, Erika devient son chien.

    Review

    Le manga est terminé depuis peu, et j'ai donc décidé de terminer clairement ma critique du manga qui compte à ce jour 16 tomes.

    Tout d'abord, l'histoire n’est pas trop mal même si au début j'étais un peu réticente au vu du scénario que le manga allait me proposer. Déjà, j’ai eu du mal avec la protagoniste principale qui me faisait penser à un petit chiot perdu dans la jungle. Elle faisait trop fausse et essayait de se donner un genre avec son mensonge, ce qui la rendait très superficielle à mes yeux. C’est vrai ça ! Pourquoi dans les mangas (pas tous) on fait passer les filles pour des idiotes dont le centre d'intérêt est la superficialité ? Bon ensuite le fait que le garçon l'oblige à devenir son « chien » est vraiment la base de l’histoire et ce, jusqu’à la fin. Ce n’est pas du déjà vu mais sur le principe oui avec un gars sadique et une fille qui se plie en quatre pour lui donc en vrai ça se rejoint un peu. Jusqu’au dernier chapitre on verra Erika avec des oreilles et une queue et jusqu’à la fin ils se chamailleront comme vieux un couple.

    On me dit souvent que je rigole pour rien (c'est un peu vrai) et si je vous dis ça, c'est parce que lorsque j'ai relu le manga, j'ai souvent rigolé. En effet, j'ai trouvé certains passages amusants. Le fait qu'ils se chamaillent donnent un aspect comique au manga. Le schéma est simple mais c'est la relation de nos deux héros qui est originale. L'auteur a su doser amour, amitié, humour pendant près de 16 tomes et sans jamais décevoir. On après c'est un shojo classique, on ne s'attend pas à quelque chose d’extraordinaire comme avec un manga plus mature.

    Le dernier tome met un terme de manière brillante au manga. Après trois ans au lycée, il est tant à nos héros de passer aux études supérieures, ensuite de trouver du travaille mais aussi de fonder un logement et une famille. La relation entre Erika et Kyouya est encore mieux qu’avant avec une complicité sans égal même s’il y a toujours des disputes et des larmes. Un petit bémol à mes yeux, c’est que même si l’on voit les autres personnages à l’âge adulte, on ne voit pas vraiment ce qu’ils sont devenus, et cela aurait pu être assez intéressant à découvrir.

    Les personnages ont une personnalité qui leur est propre et leur relation évolue assez rapidement pour un shojo, on peut le prendre comme un petit bémol ou non, c'est selon le lecteur. Mais l'évolution se voit surtout à travers Kyouya qui ouvre peu à peu son coeur aux autres mais il garde quand même son caractère de mec qui s'en fou de tout. J'aime particulièrement bien ce personnage. En effet, je le trouve bien recherché, il est sadique mais montre de grands sourires et une tête d'ange devant tout le monde (ceci est un peu du déjà-vu par rapport à Love Mission mais de façon différente quand même). Mais évidemment, sous ses airs de gars insensible, se cache quelqu'un de bien qui protégera la naïve Erika (parfois de manière étrange). Il ne rate pas une occasion pour embêter Erika et c'est peut-être ça qu'on aime. En fait, Erika est ce que l'on peut qualifier de « personnage féminin typique dans un shojo ». Elle n'est pas spécialement populaire, elle est hyper naïve mais très franche. J'aurais bien aimé qu'elle est un peu plus de caractère face à Kyouya ou en général. Cela aurait été intéressant de voir un couple très caractériel.

    Il y a pas mal d'autres personnages dans le manga, et ils sont tous présents pour porter leur aide au couple notamment Ayumi, qui donne des conseils à Erika ou Takeru qui, même si c'est le meilleur ami de Kyouya, n'hésite pas à aider également la pauvre demoiselle dans sa relation avec le démon.

    Graphiquement, le manga est pas mal du tout. Erika est mignonne et Kyouya dégage un certain charme malgré son sale caractère. Cependant, je trouve la qualité graphique de l'anime plutôt médiocre comparée à celle du manga. Mais un bon point pour la version animé : l'histoire suit bien celle du manga.

    Avis Positif 14/20

    Le manga est très divertissant, on y trouve de l'humour et de la romance. Il est parfait pour des fan de shojo comme moi. Le tout est assez bien dosé par l'auteur pour donner un bon petit shojo comme je les aime. En effet, pour faire duré un manga qui, de base semblait banal, aussi longtemps, il faut avoir pas mal de talent.


    3 commentaires
  • Sugar Soldier

    Du même auteur

    Informations
    Studio d'animation : xx
    Saison : Hiver 2014
    Licencié en France : Non
    Nombre d'épisodes : 3
     
    Titre Original :  シュガー*ソルジャー
    Titre : Sugar Soldier
    Auteur : Sakai Mayu
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Panini                                         Nombre de tomes : 10                                   Lecture en ligne : www

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Depuis toute petite, Makoto a toujours été comparée à sa grande soeur Rika, dite "plus mignonne" qu'elle. Au collège, tout le monde parlait de Rika Kisaragi, "le célèbre top model" et Makoto était tout simplement "la soeur de Rika". Elle a grandi en ayant pas une once de confiance en elle.

    Cependant, en entrant au lycée, Makoto pris des résolutions : elle veut devenir plus mignonne. Même si son premier jour ne se passe pas comme prévu, même si sa soeur débarque à la fin des cours et que tout le monde ne parle que d'elle, Iriya et Makoto font un pacte. Il va falloir qu'elle prenne sur elle et qu'elle s'améliore un peu pour accomplir son objectif tandis que son camarade devra devenir "plus cool".

    Review

    Il faut savoir que si je suis tombée sur ce manga, ce n'est pas que pour sa mignonne petite jaquette, c'est surtout parce que j'adore la mangaka que j'ai notamment connu avec « Rockin' Heaven », un manga que j'ai réellement dévoré et qui est dans mon top de mes mangas préférés.

    Pour commencer nous allons voir du côté de l'histoire qui est du déjà vu pour moi.  En effet, comme l’auteur avait fait dans « Rockin Heaven » et dans sa nouvelle série « Toi et Moi, Jamais », nous assistons à la rentrée de Makoto au lycée. Elle est dans la même classe qu’un certain Iriya, un garçon qu’elle avait rencontré un peu plus tôt dans l’histoire. On mêle maintenant un cliché commun à tous les shojo : la fille est plutôt mignonne et le gars est très populaire. Je sais que je parle souvent des clichés (en même temps les shojos, c'est juste le genre de manga où il y en a le plus) mais là je vais dire que ces clichés je les trouve bien. Ils vont bien à l'histoire ça donne une touche attendrissante, même si parfois ça devient un peu redondant comme par exemple la maladresse de Makoto. Sakai Mayu aime bien ce concept vu qu’elle a déjà utilisé dans une autre de ses œuvres, c’est le fait que le gars ait des problèmes familiaux et que cela se répercute sur ses relations avec les autres.

    Les bases sont posées, nous pouvons donc passer à la suite. Ici, on retrouve un complexe d’infériorité de la part de Makoto par rapport à sa sœur ainée, j'avais déjà lu un manga où la jeune sœur a un complexe par rapport à son aînée comme par exemple dans le manga « Is this feeling love ? ». Ce complexe est un peu le cœur de l’histoire parce que tout le long des tomes, on verra une référence à cela, même dans le dernier volume [Attention SPOIL] mais cette fois-ci, c’est la mère biologique de Iriya et sa tante qui sont « victimes » de ce complexe [Fin du SPOIL]. Je trouve la série vraiment longue pour ce que c’est : 10 tomes pour une amourette de lycéens. Il faut bien se rendre compte que dès le premier tome, ça se voit qu’ils se plaisent l’un l’autre mais que Makoto lui fait une déclaration qu’à partir du tome 3 mais qu’ils commencent à sortir ensemble qu’à partir du tome 6. Ils sont pas mal lents alors qu’ils se sont avoués leur sentiment depuis longtemps.

    En ce qui concerne les personnages, nous avons le gars populaire du lycée qui "comme par hasard" s'intéresse à la mignonne et maladroite petite Makoto. Je dis ça sur un ton un peu moqueur mais c'est vrai que sinon il n'y aurait pas d'histoire... Ensuite, nous avons Rika, le mannequin mais qu'on ne voit presque jamais faire de shooting. Elle adore sa petite sœur et fait tout pour l’aider dans sa relation avec Iriya. Nous avons d'autres personnages qui, au fur et à mesure que l'histoire avance, forment un groupe d'amis plutôt sympa et varié dans sa composition.  En effet, nous avons l'excellent Yusa qui est plutôt amusant dans son genre notamment avec son ambiguë relation avec Iriya. Il embête souvent Makoto pour protéger Iriya, ou juste pas pur plaisir mais l’aide et sait se montrer gentil quand il le faut. Il y a également Shiroyuki avec son style gothique-lolita tout mignon et son regard noir qui effraie tout le monde. Et nous avons Uki, un garçon manqué très populaire auprès des filles et très mature, c’est la meilleure amie de Makoto. Mais c’est vers Iriya que les yeux se tournent. Depuis le début de l'histoire on sait qu'il a vécu quelque chose dans son enfance et ça a été une vraie torture de devoir attendre l'avant dernier tome pour savoir à peu près ce que c’était, d'ailleurs j'ai trouvé son histoire troublante, je ne m'y attendais pas. Mais je crois le pire c’est ce qu’a vécu sa mère.

    Ce manga n'est pas fait pour les dépressifs. Il y a tellement de bonheur dans cette histoire que parfois on s'ennuie. Sérieusement, parmi les 10 tomes, je crois que les protagonistes se sont "disputés" qu'une seule fois, bon au moins ça change des autres shojos où l'intrigue ne se base que là-dessus. Sugar Soldier est, comme je l'ai lu quelque part (je n'ai plus la source) "un concentré de bon humeur". Et c'est vrai, les quelques péripéties de l'histoire, c'est-à-dire lorsque quelque chose va mal, sont assez vites résolues et ensuite tout et bien qui finit bien.

    Pour finir, côté graphisme, je suis une grande fan de Sakai Mayu. Je trouve ses dessins très légers et super mignons. Ils montrent vraiment bien les émotions (je sais pas si j'arrive à me faire comprendre...) Bref, elle a un bon coup de crayon. Regardez vous même →

                                         

    Avis Positif 14/20

    Manga avec un bon ensemble. Nous avons à faire un shojo de pur souche avec un scénario très niais qui rend attachant les personnages et l'histoire. La seule chose que je reproche vraiment c'est que vers la fin, l'auteur a décidé d'accélérer les choses alors que tout était lent. Elle ne s'est pas attardée sur des points qui auraient été top à développer, genre la mère de Shun, la relation qu'entretient Uki, Nanami et Yusa parce que c'est fortement ambigüe tout ça et faire un Hors Série ne résout pas tout.


    5 commentaires
  • Mairunovich

    Du même auteur

    Mairunovich

    Informations

     
    Titre Original :  マイルノビッチ 
    Titre : Mairunovich
    Auteur : Satô Zakuri
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Tonkam                                         Nombre de tomes : 12                                 

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Kinoshita Mairu est surnommée par tous "champignon vénéneux" du fait de sa coupe de cheveux horrible et de son apparence qualifié de "moche". Que ce soit son frère ou ses camarades de classe, elle est le souffre douleur de tout le monde.

    Un jour, elle tombe dans un nouveau piège où on la ridiculise une fois de plus. S'apitoyant sur son sort, le garçon le plus populaire du lycée lui fait remarquer que c'est son comportement de toujours supporter les choses sans protester, sans essayer de changer, qui la conduit où elle est, et que ce n'est pas une fatalité.

    Bien décidée à radicalement changer, mais aussi à se venger, elle demande à Fuwari de la relooker de la tête au pied. Elle peut enfin prendre sa revanche et commencer une nouvelle vie.

    Review

    Ce manga a pour avantage d’avoir des jaquettes très tape à l’œil. C’est vrai, elles sont colorées et agréables, il serait donc normal qu’on aille vers la série. De plus, le synopsis est pas trop mal. Mais si on lit le premier chapitre, on peut avoir pas mal d’apriori. En effet, à la fin du premier chapitre, on peut être amener à croire que ça allait être la énième romance style Cendrillon, c’est-à-dire où une fille considérée comme moche devient une fille sublime en un petit coup de baguette magique. En soit, ce n’est pas faux, mais l’histoire va au-delà de ça. Je ne connaissais pas du tout l’auteur, et je dois dire que j’ai beaucoup aimé son style.

    Le schéma de l’histoire est assez simple : la fille dite "moche", devient belle et peut enfin profiter de la vie (merci au beau garçon de l'avoir aidé franchement heureusement qu'il été là LOL).  L’histoire est très girly et très shojo. Certes, au premier plan, il est question d’un relooking d’une jeune demoiselle (et ça, c’est très cliché parce qu’il y a énormément d’histoire qui utilise ce concept) qui change de A à Z, coiffure, maquillage et passage de lunette à lentille, pour finir par devenir belle, tellement que personne ne la reconnaît (évidemment sinon c’est pas drôle). Mais si on remarque bien, on voit que l’auteur parle d’autre chose. C’est vrai que l’histoire pour le moment fait très superficielle. Cependant, quand on est adolescent, c’est normal de vouloir se mettre à son avantage, on est encore à la recherche de soi et on essaie de s’aimer soi-même, ce qui est une chose très importante, mais tout au long de l’histoire, Mairu apprend. En effet, elle est en plein apprentissage de petites choses qui paraissent insignifiantes mais qui la feront grandir intellectuellement, et ainsi lui feront prendre conscience de son propre potentiel. Alors oui, le relooking reste quand même au cœur de l’histoire parce que c’est la base du manga, c’est là où tout à commencer, mais en vrai, il reste vraiment au second plan.

    C'est un peu basique comme histoire mais ça marche parce que Mairu adore faire durer le suspense avec les gars qui lui tournent autour. D’ailleurs, petit bémol de ce côté-là, le fait que notre protagoniste a, tout au long de la série, le besoin d’être en couple et aussi qu’elle a l’embarra du choix. En effet, elle n’est jamais seule très longtemps au vu de ses nombreux prétendants. Et tandis que, la recherche de soi, l’acceptation, etc… est très réaliste, je dois bien dire que cette partie ne l’est pas. La série est quand même longue avec 12 tomes, et même si dès le début, on comprend vite avec quel garçon elle va finir, j’ai trouvé ça très frustrant et beaucoup trop long d’attendre la fin du manga, le dernier chapitre, pour voir se former ce couple. Mais d’un autre côté, j’ai trouvé très appréciable le fait qu’il n’y ait pas le pur cliché du mec qui tombe amoureux de la fille juste après son relooking. Autre côté innovant, c’est que Mairu peut compter sur trois personnes (tous des garçons) et qui ne sont pas axés seulement sur son apparence. En effet, ils étaient là pour elle-même lorsqu’elle était en « mode champignon ».

    Autre chose très rafraichissant et comique (d’ailleurs cela m’a rappelé un peu Switch Girl dans un certain sens), c’est qu’on nous montre les « faces cachés » des demoiselles, qui sont très souvent pas trop à notre avantage. Enfin ça, c'est surtout dans le premier tome. Ensuite ça change un peu, les personnages évoluent au fil de l'histoire qu'ils soient secondaires ou pas, et ils s'entre-aident à cet évolution.

    Un côté positif, c'est que les personnages sont bien travaillés, on retrouve un peu de tout comme un travesti par exemple. Ils sont authentiques, intéressants et attachants. On retrouve le « prince du lycée » évidemment, c’est cliché jusqu’à ce qu’il parte vers d’autres horizons pour se focaliser uniquement sur sa passion, qui n’est pas banale d’ailleurs, devenir make-up artiste. C’est évidemment lui qui s’est approché du champignon vénéneux en premier et qui lui a donné l’envie de changer d’où le « ange gardien ». Ce rôle que Mairu lui a donné, devient au fil des tomes, de plus en plus insupportable. Il est très charismatique et c’est sans doute pour cela qu’il est, avec Mirai, l’un de mes personnages préférés. Ensuite un autre personnage que j’ai bien apprécié Fuwari. C’est un travesti qui est voisin et ami d’enfance avec la protagoniste principale. C’est lui qui transforme Mairu. Mais que ce soit l’héroïne ou les personnages secondaires, tous possèdent un caractère bien trempé propre à eux-mêmes et totalement extravagant, ce qui entraîne pas mal de situations cocasses.

    L’histoire montre aussi que les relations amicales sont des plus importantes lorsqu’on est au lycée. En effet, vu le nombre de fois où Mairu a des ennuis, elle a toujours pu compter sur ses amis (principalement masculins) quelle que soit la situation. Il aide énormément Mairu tout au long de la série à évoluer et ont radicalement changé sa vie. Pour ce qui est de la protagoniste principale, c'est un peu différent parce que justement c'est le personnage principal d'un shojo donc elle est parfois cruche parfois niaise et prend souvent de mauvaises décisions, mais c’est ce qui lui donne un côté très attendrissant (mais aussi parfois très agaçant). De manière générale, les personnages principaux et secondaires sont agréables et sympathiques.

    Sinon, côté graphisme, je trouve les dessins jolis et mignons. Ils sont très shojo mais sont en même temps très simples. Le chara-design des personnages sont uniques, dans le sens où la plupart des personnages ont une spécificité physique totalement improbable même parfois on retrouve certains clichés. De plus, je suis déçue du décor parce qu’ils sont, à mon sens, pas assez travaillés, mais quand il y en a, ils sont très soignés.

    Et côté édition, il y a juste un petit souci notamment au tome 1 : c’est « un gôkon » et pas « une gôkon » mais je pense que c’est la traduction du mot « sortie organisée entre célibataires » qui a dû conduire à cette erreur. Par la suite, il me semble qu’il n’y avait pas d’autre problème, en tout cas, rien qui m’aie interpelée.

    Avis Positif 14/20

    Le manga est très divertissant mais n’apporte rien au genre. Il y a un petit mélange comédie, romance et intrigue que j’aime bien. Le scénario n’est pas vraiment nouveau. En effet, nous sommes confrontés ici, à une nouvelle adaptation du mythe de Cendrillon. Cependant, l’auteur arrive à nous tenir de façon à ce que l’on souhaite connaître la suite.

     


    3 commentaires
  • Strobe Edge

    Du même auteur

     

    Informations

     
    Titre Original : Kengai Princess  / 圏外プリンセス  
    Titre : Ugly Princess
    Auteur : Natsumi Aida
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata                                            Nombre de tomes : 7                                     Lecture en ligne : www

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Mito Meguro n'a pas un physique flatteur ce qui la conduit à être la risée de tous. Elle a trouvé refuge dans les jeux de rôle romantique mais aussi dans les mangas. C'est devenu une vraie passion qu'elle peut partager avec ses deux meilleures amies.

    Mais un jour, alors que Mito se faisait encore harceler par Umeda dont elle était amoureuse lorsqu'elle était plus jeune, Kunimatsu vient l'aider. Mito va alors décider de se prendre en main pour connaître l'amour et être heureuse... peut-être avec ce beau garçon ?

    Review

    Pour commencer, quand j'ai su que Natsumi Aida allait sortir un nouveau manga, je n'ai pas pu m'empêcher de l'acheter. En effet, elle m'avait ébloui avec « Switch Girl » donc quoi de plus normal. J’ai été notamment choquée par le nombre de tomes qui allait composer la série. Quand on passe de 25 à 7, c’est très perturbant mais au moins l’histoire ne risquait pas de devenir redondante. L’auteur a incorporé au scénario des éléments de société qui peut toucher n'importe qui. Ici, on retrouve notamment l’apparence et la superficialité.

    Alors l’histoire est pour le moins très différente de ce qu’on a l’habitude de voir. En voyant une héroïne plutôt enveloppée, j’avais peur que l’auteur tombe dans le cliché de la fille qui fait tout pour devenir belle et mince et qu’ensuite elle se venge sur tous les garçons qui se sont moqués d’elle (je pense notamment au manga Silver), mais connaissant Nastumi Aida, je me suis dit que ce n’était pas son genre. Pour l'histoire, je sais qu'elle n'est pas totalement innovante mais cette petite touche d'humour décalée à la Aida j'adore. Le récit est quand même intéressant et prometteur.

    Autant avec « Switch Girl » on avait une fille parfaite qui savait déjà tout de la beauté, ici on a une débutante en tout. Meguro est un personnage intéressant et avec lequel on peut très bien s’identifier, chaque fille est sûrement déjà passée par l’étape apprendre à se maquiller ou à devenir plus mignonne simplement pour plaire à un garçon. Dans le manga, l’auteur met bien en évidence qu’être une fille c’est dur entre l’épilation, choisir un tenu qui nous met en valeur, savoir se maquiller sans devenir un pot de peinture et que même si on fait tous les efforts du monde, bah parfois on échoue mais Meguro ne perd pas espoir et se relève de plus belle, c’est un peu ce qu’essaie de nous enseigner Aida, je pense. Mais ici, le vrai problème de l’héroïne c’est son poids. La société de nos jours, montre l’idéal féminin avec un poids plume, et cela n’arrange pas ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un tel corps.

    Je dois reconnaître une très bonne qualité à l'auteur, à chaque fois, l'héroïne nous apparaît comme quelqu'un d'attachant même si l'on voit aussi tous les côtés les moins séduisant du personnage. On peut s'y identifier facilement (qui ne s'est jamais fait harceler même un peu à l'école, on vous a sûrement déjà volé vos bonbons ou bousculer à la cantine). Cependant, même si j'adore Aida et les mangas dont elle est l'auteur avec ses anti-héroïnes, je dois bien reconnaître que j'ai été un peu déçue par Mito. Elle est au collège et continue de vivre dans un monde trop fleur bleue à mon goût. Ce trait de caractère durera aussi au lycée, mais nous verrons tout de même une évolution du personnage autant physiquement que mentalement. Elle se forgera une personnalité avec laquelle elle ne flanchera plus pour rien et quelque chose de vraiment bien : elle se remet en question et sait prendre du recul sur les évènements.

    Dans le manga, on se concentre beaucoup sur l’héroïne et assez peu sur les autres personnages. Mais on voit clairement que ses meilleures amies, avec qui elle partage beaucoup de choses (passions), sont là en cas de besoin. Il y a plus d’amitié que de romance dans l’histoire.

    A la fin, évidemment, elle évolue et s’embellit mais pas au point de devenir un canon de beauté ça m'a bien rassuré, on ne tombe pas dans des clichés aussi banals. Manga assez court mais l'histoire n'était pas assez développée pour pouvoir en faire une longue série... Cependant grosse déception pour la fin, ce n'est pas aussi romantique ou aussi "couple parfait" que Switch Girl, mais je dois bien reconnaître qu'elle est agréable et que c'est en vrai, la fin qu'il fallait au manga. Morale du manga : rien n’est jamais acquis et même si on donne tout pour quelque chose, c’est pas gagné pour l’obtenir.

    Graphiquement, je n'ai rien à redire, j'adore les dessins de l'auteur et ses traits sont parfaitement reconnaissables, c'est un peu sa signature.

    Avis Positif 14/20

    Le manga raconte une histoire très vraie, c'est-à-dire une histoire avec pas trop de clichés et qui amène à une vraie leçon de vie. Mélange d'humour, de romance et d'amitié, ce mange reprend très bien les codes du shojo avec la touche de l'auteur.


    votre commentaire
  • No Game No Life

    No Game No Life

    No Game No Life

    Cette série était très attendue et a été l'un des meilleurs anime de la saison 2014 je pense. Cette anime est époustouflant. C'est vraiment l'un de mes préférés et je ne suis pas la seule.

    Alors, les personnages : ils ont tous un caractère distinct même si il est vrai que nos deux héros se ressemblent beaucoup. En effet, ils sont extrêmement intelligents même si ils ne sont pas forcément forts dans les mêmes domaines de jeux (Shiro est beaucoup plus douée que Sora aux échecs mais il est le meilleur en jeu de drague par exemple). Sora est très charismatique, c'est lui qui parle le plus lors d'une discussion tandis que sa sœur observe et ajoute quelques éléments de temps en temps. Ce qui est bien, c'est qu'il n'y a pas trop de personnages, on n'est pas noyé de noms. Bien sûr au fur et à mesure des épisodes, il est évident que des personnages secondaires interviennent mais en 12 épisodes, on compte moins de 10 personnages "importants" au déroulement de l'histoire.

    En effet, nous avons ici un anime qui ne proposent pas de personnage inutile au scénario comme Lucy parfois dans Fairy Tail (notamment au début) mais des personnages beaux et travaillés autant dans le sens design et que dans le sens "caractère du personnage", originaux, attachants avec une touche humoristique.Image du Blog reve-of-manga.centerblog.net

    Au cours de l'histoire, qui est autant originale que surprenante, on est fasciné par ce qui se passe sous nos yeux. On ne peut pas anticiper ce que vont faire nos deux héros, ils ont toujours un temps d'avance sur tout le monde. Les stratégies et énigmes sont plutôt bien recherchées. L'histoire reste très mystérieuse étant donné qu'il n'y a pas de suite. En effet, il nous reste à savoir quel est le but de Ted et comment Shiro et Sora vont-ils faire pour accomplir leur but.

    Ce qui peut être dérangeant pour certains ce sont les scènes un peu obscènes qu'il y a parfois. Cependant, No Game No Life n'est pas un shonen ou un shojo même ecchi, à la base c'est un seinen donc conseiller pour des gens plus mature.

    Les graphismes quand à eux, sont merveilleux je trouve. J'aime beaucoup ce chara design et ces couleurs peu ordinaires.

    En fait, c'est un incroyable divertissement rempli de personnages géniaux et d'une animation fantastique. Il y a de l'humour, des rebondissements. C'est l'un des animes courts (12 épisodes) ayant connu le plus de succès il me semble. Vous ne pourrez pas ne pas tomber sous le charme.

    L'un des rares points négatifs, ce serait le fait qu'il n'y ait que peu d'épisode. Il y avait une rumeur comme quoi il y aurait une seconde saison mais plus le temps passe, plus les chances deviennent infimes.

    No Game No LifeSi je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 15/20.

    En ce qui concerne les musiques. Alors l'opening est super et il en est de même avec l'ending. J'ai également un gros faible pour un OST notamment dans l'épisode 8 à 15 mn, mais tous sont excellents. Voici la musique de l'épisode 6 The King's Plan de la série que j'adore et l'opening This Game en full que j'aime beaucoup également.


    votre commentaire
  • Kyoukai no Kanata

    Kyoukai no Kanata

    Kyoukai no Kanata

    Kyoukai no KanataCette série était très attendue et a été l'un des meilleurs anime de la saison 2013 je pense. Quand j'ai découvert Kyoukai no Kanata (ou Beyond the Boundary pour certains) j'étais vraiment en mode "Ouah c'est quoi cet anime il est cool".

    On commence par les personnages comme d'habitude. Les premiers épisodes sont un peu lents du fait qu'ils servant à introduire tous les personnages. Alors bien sûr comme à chaque fois, on comprend que s'il y a une histoire d'amour, ce sera évidement entre les deux protagonistes principaux mais ça c'est partout pareil. C'est comme le fait qu'on ai accès au passé assez triste de Mirai et un peu celui Akihito alors que les autres non. Sinon les personnages sont pas trop mal, à mon avis, celui qui donne le plus un côté humoristique à la série est Nase Hiroomi.

    En ce qui concerne les musiques. Alors l'ending est tout simplement merveilleux. Et la chanson de l'épisode 6 (je crois que c'est lui, j'ai un trou là) et super. Même les OST sont géniaux.

    Passons maintenant aux graphismes. On peut clairement dire qu'ils sont magnifiques. L'animation, les effets sont très beaux, mais on en attendait pas moins du studio “Kyōto Animation” qui a produit des animes tels que Free ou Tamako Love Story, également magnifiques d'un point de vue graphique.

    Ensuite, un autre point : l'histoire, elle est très compliqué. On est un peut perdu parfois. Et je dois avouer que je n'ai pas tellement compris la fin... Je l'ai regardé quand j'avais 15 ans et je en pense être trop bête, mais non, j'ai pas trop compris le pourquoi du comment. Mais je pense avoir compris le principal, c'était une fin un peu dramatique mais heureuse à la fois. En fait, c'est vraiment le petit côté négatif. Pour moi, l'anime s'est terminé brutalement. La fin a été une vraie déception pour moi. Elle était trop rapide. On pourrait espérer un saison 2 mais je ne pense pas.

    Cependant, je n'ai pas vu le film. Donc il se pourrait que tous ces points d'interrogation aient enfin des réponses au cours de ce film d'animation.

     Nombre d'épisodes : 12 

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 13/20.

    Kyoukai no Kanata

     

     

    Ending Daisy

     Yakusoku no Kizuna

     

     


    votre commentaire
  • Love mission

    Love mission

    Love missionLove missionBon, l'histoire débute à peine et on voit déjà les deux protagonistes principaux qui se rencontrent, ce qui fait que l'on sait déjà qui vont finir ensemble, c'est pareil dans tous les shojo et même dans les film romantique. Cependant, ce qui rend le manga intéressant c'est les petites péripéties qui pimente l'histoire. Le début pourrait être décrit comme étant calme mais l'arrivée d'autres protagonistes attire notre curiosité parce que nous savons peut-être la fin, mais tout le cœur de l'histoire est impossible à prévoir, il y a toujours des retournement de situation qui sont inattendus.

    Le fait que les personnages soient tous différents avec un trait de caractère vraiment bien à eux, facilite l'identification que l'on peut porter à l'un. Le fait qu'il y ait peu de personnage, en tout 6 (pour ce qui est des plus importants), permet de mieux vocaliser sont attention sur celui que l'on préfère. Cependant beaucoup des ces protagonistes n'ont aucun charisme, personnellement je ne trouve pas les personnages très attachant. De plus ils sont clichés. En effet, dans les shojos on retrouve toujours le même style de personnages : le playboy (ici Shigure), la fille qui n'a pas d'ami (ici Yukina), le mec secrètement amoureux du personnage principale (ici le cousin de Yukina)...

    Pour ce qui est de l'histoire, Love Mission nous offre un jeu de séduction qui sonne faux et s’appuie sur des missions sans enjeux un tant soit peu sérieux. Dans le principe, c'est un peu malsain et je comprends pourquoi c'est conseillé aux 10 ans voire plus. Mais l'histoire est vide, c'est niais, on arrive tout de suite à anticiper ce qui va se passer par la suite. En fait on pourrais juste dire que ça se lit assez vite. Et pour les missions, vu qu'on commence avec "prends-moi la main" ou dans le même style on peut s'attendre à ce que ça soit très long. Au final, c'est le cas, l'histoire n'avance pas vite, il y a toujours le cousin pour faire obstacle (tellement que j'aimerais entrer dans le manga juste pour lui dire "Non mais mon gars, tu as aucune chance, t'es son cousin putain, c'est illégal ce que tu veux faire, va voir plutôt l'autre idiote un peu maso).

    Love missionLes graphismes maintenant. Ils sont plutôt bien. Finalement, il n’y a que le graphisme qui aura réussi à me convaincre, un peu. Du classic shojo, avec des cœurs, des étoiles, des grands yeux. Les lunettes de Yukina lui donnent en effet un petit air sympathique. Pour le reste, rien de mémorable.

    Faite attention à ne pas vous laisser charmer par les premiers tomes.

     Nombre de volumes : 19 

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 9/20.

    Lecture en ligne (tous les tomes en vf)


    9 commentaires
  •  

    Fairy Tail

    Fairy TailFairy Tail

    Faiy Tail est un shonen comme on en fait depuis longtemps. Tout d'abord, on peut remarquer une nette différence entre le manga et l'anime, surtout lorsqu'il s'agit des Hors Séries. Je pense qu'un ou deux épisodes HS ça peut passer mais lorsque l'on fait un arc complet et désormais plusieurs comme dans Naruto Shippuden, je suis désolé mais juste, non. Je pense que ça coupe l'élan et l'intrigue principale à un point très élevé. Je ne sais pas trop ce que vous en pensez ?!

    Sinon, pour l'histoire c'est plutôt enfantin je dois bien l'avouer mais j'aime bien surtout que je connais le manga depuis que j'ai 13 ans, donc je m'y suis habituée et j'ai eu le temps d'apprécier. Malgré cela, c'est un très bon divertissement qui interpelle le lecteur dès le tome 1. Ce que j’apprécie beaucoup c'est le fait que l'auteur ait choisi de raconter la vie de la plupart des personnages, ceci nous permet de  les connaître mieux, de les comprendre ainsi de s'y attacher. En effet, Fairy Tail est l'un des rares mangas que je connais qui utilise ce procédé (il en existe d'autres j'en suis persuadée, mais Hiro se l'approprie d'une manière particulière). Ceci est un très bon moyen d'attirer le lecteur, celui-ci va vouloir savoir ce qui arrive à son personnage préféré, etc. Tout ça, fait que l'histoire est cohérente et devient inintéressante.

    En ce qui concerne les graphismes, je peux clairement vous dire que ceux du manga sont mille fois mieux que ceux de l'anime. Désolé, je ne saurais vous dire pourquoi, ce n'est simplement qu'une question de goûts, je suppose. Nous sommes tous au courant que l'anime a eu une longue pose, celle-ci a d'ailleurs causé beaucoup de tristesse parmi les fans. Vous vous êtes donc aperçus que les graphismes des personnages avaient évolué. De ceci (épisode 1 - 175) : www  nous sommes passés à ceci (épisode 176 - 277) : www. Ces nouveaux design sont semblables à ceux du film La prêtresse du phœnix. La plupart des fans n'ont pas vraiment apprécié cela, mais pourtant je les préfère de loin.

    J'avais déjà fait une "critique" de l'anime auparavant et celle-ci est toujours d'actualité il me semble. Je vous mets donc le lien pour que vous puissiez la lire. Les idées évoqués vont sans doute vous surprendre, mais je ne changerai rien à part les fautes d'orthographes. J'assume entièrement les avis d'autrefois même si je ne fut pas très diplomate sur certains points : www

    Si je devais noter le manga sur 20, je pense que je mettrais un petit 15/20.

     Nombre de volumes : 63 

     Nombre d'épisodes : 277 

    Mes OST préférés Dragon Force, Erza vs Erza et Fairy Glitter. Puis mon opening préféré Masayume Chasing avec mon ending.

     Fairy TailFairy Tail

     


    5 commentaires
  • Ao Haru Ride

    Du même auteur

    Informations
    Studio d'animation : Production I.G
    Saison : Été 2014
    Licencié en France : Oui
    Nombre d'épisodes : 12
     
    Titre Original :  Ao Haru Ride / アオハライド
    Titre : Blue Spring Ride
    Auteur : Sakisaka Io
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Kana                                         Nombre de tomes : 13                                   Lecture en ligne : www

     

     

     

     

     

     

     

          

    Synopsis

    Futaba s'est transformée à son entrée au lycée. Douce et féminine au collège, elle est devenue plus énergique et garçon manqué dans l'espoir de se faire des amies parce que les filles ont souvent étaient jalouses d'elle. Cependant, ses nouvelles amitiés ne sont qu'artifices et Futaba va vite se rendre compte des limites de son changement de personnalité... En effet, une rencontre avec une vieille connaissance va lui permettre de redevenir elle-même et de se faire des vrais amis.

    Review

    L'histoire du manga n'est pas tellement innovante : on a une fille plutôt mignonne qui tombe amoureuse d'un garçon assez populaire. Seulement, le garçon part avant qu'il ne se passe quoi que ce soit, mais ils se retrouvent quelques années plus tard au lycée. On voit de plus en plus de manga qui on un début assez banal mais qui arrive quand même a être vraiment pas mal, et honnêtement, Blue Spring Ride est quand même un bon shojo dans son ensemble.

    Certes, comme un bon vieux shojo classique, celui-ci ne fait pas exception à la règle : les personnages sont totalement clichés. Je trouve que l'auteur aurait pu travailler un peu plus l'aspect des personnages de sorte qu'ils soient moins ordinaires. Mais ces derniers ont tout de même une certaine aura qui fait que l'on peut les apprécier. Pour ma part, j'aime énormément Aya qui a, à mon avis, le plus de charme et c'est grâce à lui que le manga possède quelques phases d'humour. Alors pour revenir au cliché, ce que j'appelle "cliché" c'est le fait que, tout d'abord la fille sérieuse soit amoureuse du prof, le mec qui a des problèmes [Attention SPOIL] dans sont enfance avec son amie d'enfance qui revient et qui elle aussi a eu des problèmes (je peut déjà citer un manga où le coup de l'amie d'enfance est utilisée : Switch Girl) [Fin du SPOIL]. Et ce côté-là fait que parfois (sans dire tout le temps même si je le pense très fort) l'histoire est très prévisible. Donc, si l'on continue avec les personnages, on peut dire qu'ils sont très bien dessinés et que les graphismes sont d'ailleurs très beaux même si j'ai un petit faible pour les dessins du manga.

    Ensuite, un autre bon point c'est que l'histoire d'amour est pas trop faite. J'aime bien tout ce petit suspense, tout ces petits retournements de situation, ce double triangle amoureux. Tout ça c'est du déjà-vu c'est certain, mais la manière dont l'auteur joue de cela est pas trop mal.

    Bon le petit côté positif, c'est le fait que l'anime correspond bien au manga, parce que les animes du style Full Metal Alchemist ce n'est pas mon truc. Je ne sais pas votre avis, mais je préfère mille fois que l'histoire soit bien suivie. Donc il est donc évident que je déteste les Hors Série. Pour ce qui est des OAV c'est différent, ce sont des fillers et qui plus est, ils sont, en général, sympas quelque soit le manga. Mais je m'éloigne du sujet, la chose la plus agaçante, comme c'est le cas chez beaucoup d'anime maintenant, c'est le fait qu'il soit produit dans l'unique but de promouvoir son manga ce qui fait que ce genre d'animes sont fait avec un minimum de budget et qu'ils pourraient se finir avec des graphismes horribles, etc. Ici, c’est le cas mais sans compter les horribles graphismes, parce qu'il faut quand même l'avouer, que ce soit dans le manga ou l'anime le design est vraiment beau.

    En effet, je n'aime pas le fait que l'on produise des animes promotionnels, si un manga est bon, il doit se frayait un passage seul comme One Piece. Et ce que je déteste le plus c'est qu'en fin de compte, on ne produit que quelques épisodes (en général autour de 12) mais que l'histoire ne se finit pas à l'épisode 12 et puisque on a regardé le début et bien on veut voir la fin, résultat : on achète le manga et l'objectif de l'anime est accompli.

    Désolé à tous les fans de la série mais je ne trouve pas d'autres points qui ferait augmenter ma note finale. Pourtant j'ai relu le manga pour espérer en trouvais alors pour dire encore quelque chose de positif, je dirais que j'aime bien le grand frère de Kô.

    Avis Positif 14/20

    Manga avec un bon ensemble. Il est très agréable pour passer le temps, mais rien ne le démarque vraiment des autres shojos. Quelques bonnes idées tout de même mais on voit beaucoup trop de clichés pour pouvoir dire "manga innovant". Personnages attachants, mais l'histoire se concentre trop sur Kô et Futaba et pas assez sur les autres, cela aurait pu être intéressant.Au niveau du chara design, c'est superbe. L'auteur a fait plusieurs autres mangas, et malgré cela, on voit un différence entre tous ses personnages, ce n'est pas du copier / coller.


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique