• Découverte #34 - Gift ± -

    Synopsis

    Ce manga est sorti chez nous janvier 2017. L'auteure est connue chez nous pour avoir dessiné Silencer ou encore Hokuto no Ken - La légende de Toki. Voici un résumé de l'histoire : Tamaki Suzuhara est une mystérieuse jeune fille qui manie le scalpel comme personne. Avec son associé Takashi, elle s’est spécialisée dans la vente d’organes. Leurs proies sont les pires rebuts de la société, les criminels les plus infâmes qui ne méritent plus de vivre !

    Manga news

    Informations
    Extrait du volume 1 : www  
     
    Titre Original :  ギフト±  
    Titre : Gift±
    Auteur : Nagate Yuka
    Type : Seinen
    Éditeur vf : Komikku                                                                                                                            Nombre de tomes : 10 (VF) / 13 (VO)                                                                                                                                                                                                                             Pour public averti                                                                     

     
     
     
     
     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Commentaire avant lecture : la couverture japonaise et française sont très différentes et c'est assez rare pour le souligner, mais la jaquette des éditions Komikku est beaucoup mieux. Avec les colonnes vertébrales, les jambes d'un homme sûrement mort ou assommé et la jeune fille qui soulève son masque de protection mais qui a quand même du sang sur le visage, on sait réellement à quoi s'attendre. Les éditions françaises ont vraiment donné leur touche personnelle au manga. En ce qui concerne le titre, je trouve qu'il est assez ironique dans un certain sens parce que Gift, qui signifie cadeau en anglais, pourrait s'interpréter par le fait qu'un "Dexter” au féminin, offre la vie en donnant la mort !

    Je change un peu de mon registre habituel en m’attaquant à un Seinen, c'est l'un des rares mangas du genre que je possède. L'histoire semble assez simple au premier abord, en effet, on pourrait croire qu'il s'agit bêtement d'une fille qui joue au "justicière" en tuant et disséquant des criminels pour donner leurs organes à des gens qui en ont besoin. D'une certaine façon, le manga m'a fait penser à Death Note avec le fait que les méchants sont punis de leurs pêchés par la mort. Cependant, il est normal de voir le premier tome poser les bases de l'histoire sans trop se pencher sur le sujet mais qui laisse pourtant, apparaître quelques mystères. Effectivement, Tamaki, notre héroïne, me paraît assez étrange et mystérieuse voire psychologiquement instable. Je m'appuie sur le fait qu'elle semble ne rien ressentir en faisant son "travail" et qu'on peut apercevoir une cicatrice le long de son torse. Cela nous amène à nous poser des questions sur ce personnage : d'où lui vient cette cicatrice ? Est-ce qu'elle joue les bouchères pour payer le fait qu'on lui ai sauvé la vie ? Comment Tamaki a-t-elle acquise ce savoir-faire pour disséquer ces gens ? Comment peut-elle rester de marbre face à ce qu'elle fait ? Pourquoi n'affiche-t-elle aucune expression sur son visage ?

    En effet, la jeune fille est d'ordinaire une jeune lycéenne le jour mais qui se change en "préleveuse" d’organes la nuit. Ce personnage m'a particulièrement troublée avec son côté insensible, par exemple lorsqu'elle explique qu'elle a volontairement balancé sa camarade en direction de l'arbre pour que celui-ci amortisse la chute. Pourtant, je ne sais pas pourquoi, je ressens une profonde tristesse dans la façon dont elle parle et agit, mais c'est peut-être tout simplement sa façon d'être, pourtant sur une photo datant d'il y a 3 ans, elle semble différente de la Tamaki d'aujourd'hui. Elle semble si calme, inexpressive voire même enfantine, et derrière ce véritable visage d'ange se cache des doigts de fée qu'on ne soupçonneraient pas.

    Le manga nous décrit les relations des uns avec les autres et montre une certaine ironie à l'histoire. En effet, on découvre la clinique Hayashi, dirigée par le docteur Takuma, recherché par la police. Ce dernier est le principal client de la vente d'organes organisée par Tamaki et son associé, Takashi, qui est en relation directe avec les clients. Parallèlement, Takuma fait appel à un détective pour retrouver une jeune fille sur une photo, datée d'il y a 3 ans, du nom de Tamaki. C'est dommage pour lui de faire tous ces efforts alors qu'il n'est pas si éloigné de la jeune demoiselle.Ainsi on peut se rendre compte du nombre de mystères que possède l'histoire que ce soit par rapport à l'affaire d'il y a trois ans où le docteur est désormais recherché par la police, les relations des uns avec les autres, les raisons des agissements de chacun, etc. J'ai vraiment hâte d'en apprendre davantage.

    Le manga peut convenir aux personnes qui aiment les histoires un peu glauques, sombres, sanglantes et psychologique. En effet, c'est un manga assez dur et violent avec, outre les scènes de boucherie, on y trouve aussi des scènes de sexe. En effet, Tamaki ne manque pas de s'introduire dans une chambre pour interrompre un violeur en pleine action pour le taser et l'emmener dans sa salle d'opération, encore vivant, tout en donnant un "précieux" conseil à la victime. On sent que l'auteure maîtrise son sujet et sait où elle veut nous mener en nous donnant que peu d'informations au début. Je pense que petit à petit, elle répondra à nos nombreuses questions. Nagate Yuka n'hésite pas à aborder les thèmes du commerce illégal, de la justice avec une notion de moralité à travers le regard de Tamaki. Cela permet au lecteur de s'interroger sur cette moralité où les criminels sont sacrifiés au profit de personnes meilleures.

    "Ce n'est pas un meurtre mais plutôt un désassemblage en règle"

    © Yuka Nagate 2015

    Outre les chapitres où la dissection marque la fin de ces derniers, il y a aussi des chapitres où les "baleines à harponner" aient une deuxième chance, avec une "certaine morale", je parle ici de l'épisode de la mère toxique. La fin du tome est assez intéressante. En effet, d'un côté, on nous présente les prémices d'une nouvelle grosse affaire où Tamaki va, je pense, avoir des problèmes avec des proxénètes. Et à côté de ça, on en apprend un peu plus sur l'affaire d'il y a 3 ans. Je suis persuadée que cela a un lien avec l'activité nocturne de Tamaki.

    Graphiquement, je ne suis pas particulièrement fan des dessins. En effet, l'auteure a choisi un style réaliste qui appuie le côté glauque du manga et qui, de ce fait, correspond parfaitement à l'histoire mais esthétiquement, je n'aime pas tellement. Ensuite, je trouve qu'il y a pas mal de décors et qu'ils sont très détaillés pour la plupart. Les émotions des personnages sont assez bien transmises et j'aime énormément l'effet flou utilisé sur certaines planches pour montrer le "focus de l'image" comme avec un appareil photo.

    Conclusion

    Un de mes premiers Seinen et l'un de mes préférés au passage. J'aime beaucoup l'ambiance lugubre bien glauque qui s'en dégage. Je trouve l'histoire intéressante et originale, l'auteure a très bien su accrocher le lecteur dès le début, avec le médecin qui cherche notre jeune "héroïne" notamment, ou le visage de glace de Tamaki en répondant à son professeur après avoir sauvé la vie d'une élève. Le manga est très réaliste, on sent que Nagate Yuka a fait de nombreuses recherches pour être au plus près du monde nocturne illégal. Les dessins participent également à ce côté "vrai". Je le conseille vivement aux fans du genre. Cela a été une très belle découverte pour moi.

     
     
     
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :