• bless you

    Synopsis

    Yashiro, jeune lycéen, vient de déclarer son amour à son meilleur pote !! Il savait que c’était peine perdue, et que son ami hétéro ne pourrait que le repousser. Suite à cela, sous le coup de l’émotion, il s’enfuit sans faire attention et... se fait renverser par un camion ?! Un dieu, plutôt taquin, décide d’exaucer son souhait le plus cher, et de rendre son amour possible : il lui permet de revenir en ce bas monde sous les traits d’une jeune lycéenne ! Yashiro, dans son corps d’adolescente, va tout mettre en œuvre pour séduire celui qu’il aime... Mais comment faire pour se comporter comme une jeune fille, quand toute sa vie, on s’est senti comme un garçon ?
    Informations
    Extrait www                                                                   
     
    Titre Original : 神様のえこひいき / Kamisama no Ekohiki  
    Titre : Bless You
    Auteur : Komura Ayumi
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata                                                                                                                            Nombre de tomes : 2 (VF) / 5 (VO)                                                                                                                                                                                                                                                    Disponible en version numérique                                                                                                                                              

     

     

    Review du tome 1

    Première œuvre de l'auteure que je lis. Honte à moi parce que d'après ce que j'ai compris, Ayumi Komura est dans la ligné de Natsumi Aida avec des histoires qui ne suivent pas forcément à la lettre les "règles" du genre Shojo. Du coup je ne pourrais pas faire de comparaison par rapport à ses autres séries. Bref, si vous vous souvenez de mon article sur les sorties d'avril 2019 : www, j'avais bonne espoir de ce manga. Aurais-je été déçue ? C'est ce que nous allons voir.

    Je vais commencer par vous parler du style graphique. Quoi normalement je le fais à la fin ? Oui mais le changement ça fait du bien. Je suis très mitigée. En fait, je n'ai pas du tout aimé les yeux des personnages, ils font vides... Alors autant pour le regard de Kenta je comprends, ce n'est pas la meilleure époque de sa vie, mais pour les autres personnages les émotions ne sont pas vraiment transmises aux lecteurs. A ce niveau-là je, je n'ai pas été conquise. C'est en fin du chapitre 1, on a une explication sur ses dessins. L'auteure a abandonné son crayon et les dessins traditionnels pour passer au numérique, mais comme elle dit très bien elle-même : elle ne s'y fait pas.

    Passons désormais à l'histoire. De nos jours, de moins en moins de gens se déplacent pour le culte. Et c'est par là que notre histoire commence. En effet, un silencieux sanctuaire abrite en son lieu, le dieu de ce temple et sa messagère Ukon, une petite renarde. Pourtant, Yashiro, qu'importe qu'il neige, qu'il fasse une chaleur étouffante, qu'il vente et qu'importe s'il est malade ou non, ce dernier vient prier tous les jours, depuis 99 jours. Pourquoi fait-il cela ? Et bien pour se donner du courage pour faire sa déclaration à la personne qu'il aime. Ceci n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd, car désormais cela a piqué la curiosité du dieu qui n'avaient encore rien fait pour aider le jeune homme. C'est donc devant les deux êtres surnaturels que le jeune lycéen, avoue ses sentiments à son meilleur ami, Kenta. Mais pas de chance, ce dernier n'aime vraiment uniquement les filles et ne pense pas qu'un jour il sera attiré par les hommes. Et par un "heureux" hasard, Yashiro meurt devant les yeux de Kenta juste après avoir été repoussé. Cependant, le dieu lui propose de le renvoyer sur Terre avec l'apparence de son choix. Et quoi de mieux pour se faire aimer par un garçon hétéro que de choisir un corps de femme. Rien qu'avec la base du récit, tu comprends que c'est un scénario pas banal, loin de là. Cependant, contrairement à un autre manga des éditions Akata, Celle que je suis, Yashiro ne s'est jamais senti femme, du coup le devenir ne va pas être une mince affaire parce que le dieu n'a changé que son apparence, ainsi sa personnalité et ses souvenirs sont intactes. Va-t-il réussir à conquérir le cœur de son bien aimé dans son nouveau corps ?

    A travers le récit, l'auteure aborde le thème de l'identité sexuelle, un sujet assez controversé de nos jours je trouve. En effet, notre personnage principal est un homme qui peut aimer homme ou femme mais qui a eu la malchance de tomber amoureux de son meilleur qui affirme n'aimer que les femmes. Mais aimons-nous un corps ou une âme ? C'est vraiment ce sur quoi va porter ce manga. Ensuite, je trouve vraiment intéressant que l'auteure montre avec beaucoup d'humour, la difficulté d'être une femme. En effet, déjà parce que Yashiro pense toujours comme un vrai petit mec et du coup ça colle pas du tout avec son apparence de mignonne petite lycéenne, il parle et agit comme un garçon, mais surtout parce qu'il doit désormais prendre soin de sa peau, faire attention à sa coiffure, mettre des soutiens-gorges et je ne vous parle pas du maquillage. Cela peut paraître superficiel de dire cela, mais beaucoup de filles font attention à leur apparence pour elle-même, mais aussi pour plaire au garçon qu'elle aime. Du coup, le premier tome va se concentrer sur ses débuts d'apprentissage pour devenir une femme. Le gros avantage du manga, c'est que contrairement à d'autres mangas aux thèmes durs, Kamura Ayumi a choisi d'aborder le tout avec beaucoup de légèreté grâce à l'humour qui est vraiment très présent dans l'histoire ce qui fait de ce titre un manga pour vraiment tout le monde.

    Du coup, il va devoir apprendre à agir et parler comme une fille, et faire attention de ne pas faire de gourdes par rapport à tout ce qu'il sait sur son ami. A partir de maintenant, Yashiro devient Kagura Tendô, camarade de classe de Kenta. Mais vous imaginez bien toutes les scènes cocasses que l'on va avoir, non ? En effet, l'humour est un point moteur de ce récit entre Yashiro qui n'assimile pas le fait qu'il soit désormais une femme et le dieu et la renarde qui ne cessent de le taquiner, même s'ils sont parfois de bons conseils aussi. Mais au-delà de l'humour, le manga a également un côté sérieux, dû aux thèmes abordés, mais aussi parce qu'à travers son corps de femme, Yashira va pouvoir voir la face cachée de son ami, ce que pensaient les autres d'eux et finalement comment les hommes agissent envers les femmes. Ce dernier point est encore très actuel de nos jours, on peut parler de harcèlement de rue sans doute lorsque quelqu'un fait une remarque mal placée à haute voix.

    "Faites de moi quelqu'un qu'il puisse aimer... une fille à son goût."

     

    KAMISAMA NO EKOHIKI © 2017 by Ayumi Komura / SHUEISHA Inc.

    En ce qui concerne les personnages, ils sont assez attachants. Le fait que Yashiro renit son corps pour être aimer m'énerve un peu mais je pense que par la suite, l'auteure va pouvoir en tirer une leçon. Après par amour, on fait beaucoup de choses qu'en temps normal on ne ferait pas du coup je comprends son choix. Je pense qu'il est très facile pour le lecteur de s'identifier au protagoniste principal même Yashiro est un garçon. On s'attache à ce personnage attypique qui fait tout son possible pour se rapprocher de la personne qu'il aime. Ces bourdes et sa maldresse en font un personnage vraiment authentique au-delà du contexte surnaturel bien sûr. Mis à part lui, je trouve encore bien mystérieux Kenta et le dieu, ils sont assez intrigants. Le lycéen est encore assez discret, mais derrière sa gentillesse et ses sourires peut se cacher une profonde blessure laissé par la perte d'un être cher. Il ne faut pas oublier qu'il a vu mourir son meilleur ami, et je pense qu'il doit se sentir responsable de ce qui s'est passé. Le dieu, lui a un petit côté enfantin qui fait qu'on accroche vite à ce personnage, et comment parler de ce dernier sans évoquer Ukon. Vraiment, ils sont top ! C'est sûr qu'entre un "gamin" à l'humour plus ou moins douteux et une mignonne petite renarde fan de boy's love un peu râleuse sur les bords mais qui se donne à fond pour aider Yashiro a devenir une véritable fille, on ne peut que les adopter ! Pour finir avec les personnages, das le dernier chapitre s'invite l'ex de Kenta : Rin. Ce qu'il faut retenir, c'est qu'elle plaisait à Yashiro lorsqu'il était encore un mec, qu'elle semble toute mignonne et sage en apparence mais qui est en fait un peu plus louphoque je dirais, mais je l'aime bien. Et c'est à partir de son arrivée qu'on comprend mieux où l'auteure veut en venir.


    "Je ne suis pas le seul à visiter ce vieux temple perdu en haut d'une colline, alors..."

    Conclusion

    Points positifs • Un scénario atypique utilisant des procédés assez communs.• Des thèmes abordés vraiments intéressants et actuels.
    Points négatifs • Des dessins pas à la hauteur de l'histoire.

     

     

     

     

     

    J'ai tellement été happée par l'histoire que lorsque je suis arrivée à la fin, j'ai pensé "Déjà ?!". Encore une fois, les éditions Akata ne m'ont pas déçue. Comme promis, beaucoup d'humour dans ce premier volume grâce aux protagonistes : un dieu taquin, une renarde un peu extravagante et un protagoniste principal qui ne comprend qu'il est désormais une fille. Je ne suis pas trop fan des dessins, mais on y fait plus trop attention au bout d'un moment. L'histoire est vraiment prenante et il me tarde de lire la suite !


    votre commentaire
  • moriarty

    Synopsis

    19e siècle en Angleterre, la famille Moriarty a recueilli deux orphelins William et Louis mais en leur conférant un statut de domestique. Albert, le fils aîné de la famille est pétri d’ambition et il déteste le système social qui régit la société britannique, dans lequel les classes supérieures se pavanent et oppressent le peuple sans pour autant être dignes du respect qu’elles exigent de lui.

    C’est pourquoi Albert abhorre sa propre famille et voit dans les deux orphelins l’incarnation d’un souffle nouveau. Albert leur offre son statut, sa richesse et son influence à condition que les garçons mettent leur intelligence au service de son rêve : se débarrasser de sa famille et du système de classes actuel !

    Les trois garçons complotent ainsi pour devenir les seuls héritiers de la famille. Treize ans plus tard, à seulement 21 ans, l’aîné des orphelins William James Moriarty est devenu professeur de mathématiques à l’Université et il pourrait voir surgir sur sa route un certain Sherlock Holmes…

    Informations
    Extrait www                                                      Bande d'annoncewww                    
     
    Titre Original : 憂国のモリアーティ / Yûkoku no Moriarty 
    Titre : Moriarty
    Auteurs : Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi
    Type : Shonen
    Éditeur vf : Kana                                                                                                                            Nombre de tomes : 4 (VF) / 8 (VO)                                                                                                                                                                                                                                                    Disponible en version numérique                                                                                                                                              

     

     

    Review du tome 1

    Comme toujours, j'ai acheté ce manga après tout le monde, mais peu importe je vous donne quand même mon avis. Au moment où j'écris mon article déjà 4 tomes sont sortis chez nous, dont 3 que je possède déjà, mais pour écrire cet article je n'ai lu que le tome 1. Cette série me faisait de l’œil depuis son annonce et j'ai quand même hésité à me lancer. En effet, je suis une grande fan de Sherlock Holmes et de son univers en général, du coup j'avais un peu peur de voir l'interprétation de la vie de son pire ennemi, le professeur Moriarty, par un autre auteur que Conan Doyle. Finalement, j'ai bien fait de l'acheter, parce que j'ai été vraiment conquise.

    Déjà pour commencer, j'ai apprécié la première page montrant l'avenir du personnage dans plusieurs tomes voire même, peut-être, dans le dernier tome. En effet, j'ai l'impression que cette page fait référence à la scène dans l’œuvre originale où Holmes et Moriarty tombent des chutes du Reichenbach, scène où Moriarty n'en ressort pas vivant. Du coup, il est logique de penser qu'on aura à faire au détective le plus célèbre de Londres du XIXè siècle un peu plus tard dans le manga. Alors, l'histoire se divise en deux parties. Nous avons tout d'abord, un chapitre où l'on nous raconte un peu l'enfance de Morarty, puis deux autres chapitres où il est adulte et s'occupe de rendre le monde meilleur selon lui.

    Pour commencer, le concept est carrément inédit, non ? Reprendre des personnages d'une œuvre mondialement connue et interpréter sa vie selon son imagination, pour moi c'est du jamais vu. Dans les aventures du détective, on apprend que très peu de choses sur le professeur, laissant aux lecteurs de quoi se le représenter tout entier. Dans le premier chapitre, j'avoue avoir été un peu perdue entre tous les frères et leurs prénoms, mais après avoir relu 2 fois les quelques premières pages, ça allait mieux.

    Pour reprendre un peu les grandes lignes, nous sommes à Londres en 1866. On nous présente alors, petit à petit, chaque membre de la famille Moriarty, une noble et riche lignée. Albert, fils aîné du compte Moriarty, a tenu à ce que leur famille adopte deux jeunes orphelins, William et Louis. En effet, parce que le monde est mal fait et que les classes-supérieures méprisent les prolétaires, Albert a demandé à ses nouveaux frères de l'aider dans son combat pour rendre meilleur l'Angleterre. Et comment un noble peut-il refuser d'aider des enfants dans le besoin. Il faut tout faire pour sauver les apparences, mais en réalité, les deux frères sont traités comme des moins que rien autant par toute la famille que par les domestiques, Albert est le seul à les voir à son égal. Et c'est par une nuit d'apparence festive que les trois garçons, animés par la même flamme de justice, décident de passer à l'action... De frères adoptifs, ils deviennent frères de sang.

    Je trouve très intéressant la manière dont l'auteur nous dévoile le côté obscur du personnage dès son plus jeune âge. Très vite, on constate la suprême intelligence de William James Moriarty, c'est la première caractéristique que l'auteur nous présente, mais l'on voit aussi sa sournoiserie notamment celle dont il fait preuve devant sa "famille". Et, malgré ses crimes, on ne peut s'empêcher de trouver des excuses pour les justifier, il faut dire que l'auteur a su donner un côté très attachant au personnage en jouant sur son enfance malheureuse et son ambition de base si louable. Mais sa loyauté profonde envers Albert et son frère Louis, son sens de la justice et son incapacité à répondre à rejeter les appels à l'aide en font un personnage très sympathique. Très compétent dans son domaine, il peut avoir besoin des services d'autres "criminels" comme lui pour arriver à ses fins, mais ses plans sont toujours une réussite.

    En effet, malgré une total liberté sur tout ce que Conan Doyle ne dévoile pas de son antagoniste principal, l'auteur du manga respecte tout ce que Doyle a émis comme informations sur le professeur, que ce soit le fait qu'il ait deux frères, qu'il soit professeur de mathématiques à l'université, qu'il ait dans son entourage le Colonel Sebastian Moran, qui s'appelle Colonel Molan dans le manga (ça doit être une erreur de traduction du fait qu'il n'y ait pas de "-r" en japonais) ou autre. Malheureusement, que ce soit ce dernier ou les deux frères du professeur, on n'en apprend pas beaucoup sur les autres personnages, peut-être plus tard ?

    "Au cas où vos corps seraient autopsiés... je veux que le médecin légiste constate que vous avez été asphyxiés par la fumée avant que vos corps aient été carbonisés, tu comprends ?"

    © by MIYOSHI Hikaru / Shûeisha

    Pour en revenir à l'histoire, les crimes sont très biens ficelés et les victimes sont très biens trouvés. Après tout, qui n'a pas envie de venger la mort d'un être cher, tué par la méchanceté d'autrui, non ? On voit souvent ce genre de choses dans beaucoup d'autres œuvres. Quant on y réfléchit, ce manga met en avant un question très intéressante, presque philosophique : qu'est-ce que le bien et le mal ?  Le lecteur peut s'interroger sur les motivations de William. Est-ce si mal de rendre "justice" à ceux qui ne peuvent rien faire ? Est-ce bien de tuer de véritables ordures ? Je pense que le débat sera long, tout le monde a sans doute un avis différent à ce propos. Mais dans tous les cas, l'auteur a vraiment bien travaillé son personnage parce qu'au final, je pense que le lecteur prendra parti du professeur.

    Maintenant, je vais faire quelques comparaisons entre différentes œuvres. Dans Moriarty, le professeur joue le rôle d'un anti-héros, alors que dans Sherlock Holmes, c'est un antagoniste. Mais quelques choses qui ne changent pas, c'est la mentalité du professeur. En effet, ce dernier, après sa rencontre avec le détective de Baker Street, va tenter à plusieurs reprises de de tuer Holmes, tout en faisant passer cela pour un accident. C'est exactement ce qu'il fait tout au long de ses crimes qu'il organise dans ce premier volume. Je trouve ça très appréciable d'avoir réussi à respecter aussi bien le caractère de ce personnage. Sur quelques points, il peut vous faire penser à Light Yagami de Death Note, et je ne pourrais pas dire le contraire. Sous leur motivation de justicier, il est vrai que ces deux personnages, au Q.I impressionnant, veulent rendre leur monde meilleur en tuant les "mauvaises personnes" selon leur philosophie.

    Les dessins sont de qualités et correspondent parfaitement au genre du manga. Le dessinateur a très bien joué avec le personnage de William en lui donnant la "tête d'ange" que personne ne soupçonnerait. Cela accentue encore plus le côté criminel de l'ombre de cet anti-héros. J'aime beaucoup le style graphique du dessinateur.

    Conclusion

    Points positifs • Une intrigue prenante et un scénario atypique.• Une excellente interpréatation de la vie du professeur.• Un très beau style graphique.
    Points négatifs • Personnages secondaires si peu exploités.

     

     

     

     

     

    J'ai adoré ma lecture. C'est une excellente découverte que j'ai bien fait d'acheter. Le premier tome introduit peu à peu les personnages tout en respectant l'univers et les caractéristiques du personnage du professeur que Conan Doyle avaient quelque peu établis. De ce fait, l'interprétation de l'auteur sur le reste est très intéressant à découvrir. Les crimes sont très bien trouvés et le récit est très prenant. Ce premier tome était un très bon début pour établir les bases de l'histoire de façon plutôt dynamiques, faire connaissance avec l'univers et les personnages. J'ai hâte de découvrir la suite !


    11 commentaires
  • après la pluie

    Synopsis

    Akira Tachibana, 18 ans, est en classe de première au lycée. Après les cours, elle travaille dans un restaurant familial géré par Masami Kondô, 45 ans. La jeune fille, plutôt introvertie, est secrètement très attirée par son patron. Alors qu’Akira s’apprête à peine à sortir de l’adolescence, Kondô, lui, est déjà à la moitié de sa vie. Une histoire d’amour à suivre de près…
    Informations
    Studio d'animation : Wit Studio
    Saison : Hiver 2018
    Licencié en France : Oui
    Nombre d'épisodes : 12                                  Éditeur vf : Amazon Prime Video                     
    Bande annoncewww                                                _______________                                                               Avis sur les tomes 2 & 3www                               
     
    Titre Original : 恋は雨上がりのように / Koi ha ameagari no youni 
    Titre : Après la Pluie
    Auteur : Mayuzuki Jun
    Type : Seinen
    Éditeur vf : Kana                                                                                                                            Nombre de tomes : 9 (VF) / 10 (VO)                                                                                                Extraitwww                                                                                                                                   Disponible en version numérique                                                                                                                                              

     

     

    Review du tome 1

    J'en avais entendu parler bien avant que je l'achète, j'avais entendu dire que c'était une bonne série avec de la romance mais je n'avais pas eu l'occasion de me faire mon propre avis.  C'est à la Japan Expo Sud que, par hasard, je suis tombée dessus et que j'ai tenté le coup, en plus il y avait l'offre découverte réduisant le prix à 5,95€, ce qui est un argument très convainquant pour moi. Je ne regrette pas du tout mon achat, j'ai été charmée par ce manga.

    L'histoire nous plonge dans la vie de Akira Tachibana, une jeune lycéenne de 18 ans, travaillant dans un restaurent familiale et qui est tombée amoureuse de son patron, un homme de 45 ans et père d'un petit garçon. La base n'est pas bien compliquée voire même banale, combien de fois j'ai lu une histoire où une lycéenne était amoureuse d'un homme plus âgé comme dans This Teacher is Mine ou Kiss Me At Midnight, mais un quadragénaire c'est une première. En fait, ce manga est beaucoup plus original qu'on pourrait le croire, rien qu'avec les personnages. Très différent des uns des autres, les principaux ont notamment une part de mystère qui suscite la curiosité du lecteur.

    Tout d'abord, nous avons donc Tachibana, une lycéenne devenue taciturne et introvertie après s'être grièvement blessée à la cheville. Loin des jeunes héroïnes de Shojo, elle est mature, réfléchie et elle a un franc-parlé très agréable. L'auteur a su la rendre vraiment authentique du fait elle exprime différentes émotions tout au long du manga. Ses moments de colères, de joie, ou lorsqu'elle perd ses moyens nous montre un personnage sensible et très attachant. C'est aussi un personnage avec un petit côté mystérieux que je ne saurais expliquer. De plus malgré son caractère assez solitaire, elle semble pourtant être plutôt populaire à son lycée. Je trouve que ce personnage est très bien travaillé et très intéressant que j'ai hâte de voir évoluer au fil de l'histoire. Ensuite, nous avons Kondô, le patron, un homme de la quarantaine bien classique. En effet, il a un travail, un enfant, un quotidien assez redondant, un physique peu avantageux et en plus il est peu sûr de lui, ce qui explique le fait qu'il soit beaucoup trop gentil. Pourtant on s'y attache à ce "vieil" homme surtout au vu de sa bienveillance. C'est un homme très peu attirant à première vue mais le fait que Tachibana voit et soit parfaitement consciente de ses défauts et soit pourtant tombée amoureuse de lui, m'a alors intriguée. Comment est-elle tombée amoureuse de lui ? Là où les héroïnes de Shojo tombent amoureuses de beaux garçons, ici Tachibana a su voir le beau de Kondô malgré son apparence. On peut déjà voir que ce début de romance est beaucoup plus profond qu'on pourrait le croire.

    Je trouve vraiment intéressant le choix de l'auteur d'aborder des thèmes assez sérieux comme le premier amour d'une lycéenne, ou justement la romance entre un homme d'âge mûr et une jeune demoiselle. C'est assez courant pour les jeunes filles de se sentir attirer par des hommes plus âgés, et ce manga a très bien su jouer avec cela. On pourrait s'attendre à voir des scènes assez malsaines, mais pas du tout, l'auteur maîtrise le sujet et nous donne un récit sensible et très beau.

    Ce premier tome met vraiment en place les bases de l'histoire et se focalise vraiment sur Tachibana en nous montrant son quotidien, son environnement, etc. On a aussi le droit à un aperçu des personnages qui auront plus ou moins leur importance dans l'histoire. Les sentiments de notre héroïne existent depuis bien avant le début de l'histoire, de ce fait la voir ainsi exprimer ses sentiments n'est pas cliché, au contraire cela amplifie le côté sérieux et mature de l'histoire. Au-delà de ça, il y aussi quelques scènes comiques, ne croyez pas que je n'ai pas rigolé pendant ma lecture, au contraire. Tachibana encore novice en amour et son honnêteté infaillible, mais aussi quelques autres personnages pas encore bien introduits dans l'histoire sont là pour donner la petite touche d'humour qu'il faillait. J'apprécie tout particulièrement les scènes avec Kondô qui n'arrive pas à cerner notre héroïne et qui pense qu'elle ne l'aime pas particulièrement.

    "Même si je suis blessée et même s'il pleut je continuerai de travailler au resto !"

    KOI WA AMEAGARI NO YONI ©2015 Jun MAYUZUKI/SHOGAKUKAN

    J'ai énormément apprécié le dernier chapitre qui nous montrait le passé de Tachibana avec son club d'athlétisme mais aussi sa rencontre avec son patron au restaurent. Peu de texte, mais les dessins étaient très parlants en montrant le début de l'isolement progressif de notre héroïne, éclairant un peu plus nos interrogations sur ce personnage. Je ne serais pas contre d'autres chapitres comme celui-ci dans les prochains tomes.

    En ce qui concerne les dessins, vous pouvez constater que le coup de crayon de l'auteur est assez particulier. En effet, les graphismes sont loin de ceux que l'on peut trouver dans les Shojos, ils font déjà un peu plus réalistes que dans les romances habituelles. Personnellement, je les ai bien aimés, en plus ils donnent un côté plus mature à l'histoire, après tout nous sommes face à un Seinen. Les émotions sont aussi très bien transmises que ce soit la colère, la joie ou autres.

    Conclusion

    Points positifs • Une histoire originale avec une base pourtant si banale.• Une très bonne maîtrise du sujet.
    Points négatifs • Beaucoup de personnages encore si peu exploités.

     

     

     

     

    Très belle lecture pour ma part. C'est une excellente découverte que j'ai hâte de continuer de découvrir tout au long des 10 tomes. J'ai été charmée par cette ambiance calme, sérieux et sensible du manga. Les petits moments d'humour sont également au rendez-vous pour vous faire esquisser un sourire ou deux. Les personnages sont authentiques et touchants, j'ai vraiment envie de les voir évoluer. Contrairement à un Shojo, je ne peux pas vraiment prévoir la suite des évènements de ce Seinen. Ce premier tome était un très bon début de romance ! Avec quelques petits côtés dramatiques, je vous le conseille !


    votre commentaire
  • celle que je suis

    résumé du tome 1

    Années quatre-vingt, Tokyo. Yûji Manase est étudiant. Mais il vit au quotidien avec deux secrets dont il n’a jamais parlé à personne : d’une part, les sentiments qu’il éprouve pour son ami de longue date Masaki Matsunaga, et de l’autre, le malaise qu’il ressent vis-à-vis de son corps. Un jour, Yûji pose la main sur une robe que sa sœur a laissée dans son appartement, sans savoir que cet acte allait bouleverser sa vie…
    Informations
    Extrait : www
    Avis du tome 1www
    Titre Original : この恋に未来はない / Kono Koi ni Mirai wa nai  
    Titre : Celle que je suis
    Auteurs : Koko Suwaru et Morihashi Bingo
    Type : Shojo
    Éditeur vf : Akata                                                                                                                            Nombre de tomes : 2 (VF) / 2 (VO)                                                                                                                                                                                                                 

     

     

    Review du tome 1

     Le premier tome de cette courte série nous montrait le un profond mal-être du personnage principal que ce soit par rapport à son corps, par rapport à ses sentiments vis-à-vis de son meilleur ami, où le regard de la société face aux homosexuels et aux transsexuels. Malgré le genre Shojo, la romance est loin d'être le sujet le plus important. En effet, ici c'est réellement Manase, le protagoniste principal, et sa quête de soi suivi de l'acceptation de soi qui est le cœur de l'histoire. Cependant, ce tome-ci nous dévoile un peu plus de choses sur les personnages secondaires et leurs fameux problèmes en les mettant un peu plus en avant au détriment peut-être du personnage principal, ce qui est très intéressant parce que cela renforce le côté très archaïque des mœurs des années 80. Du coup, qu'est-ce que cela apporte à l'histoire et à l'évolution de Manase ? Eh bien je pense que cela pousse le lecteur à la réflexion.

    En effet, là où Manase a trouvé du réconfort dans sa rencontre avec Tigre (Kentarô), les problèmes de cœur n'épargnent personne, pas même lui. La vie n'est pas forcément facile ni juste, il faut faire des choix parfois difficiles qui nous amènent à des chemins différents.Tandis que Ayumi a décidé de se lancer et d'avouer ses sentiments à Masaki, ce dernier doit arrêter la fac pour son père. Le monde de Manase bascule complètement, mais une situation peut toujours empirer, non ? Alors qu'il essaie de faire de son mieux pour que son meilleur ami reste à ses côtés, deux amoureux en fuites manquent à l'appel du petit groupe. C'est en étant au pied du mur que les personnages commencent à réfléchir sur eux-même, sur leur avenir, sur ce qu'ils veulent, sur leurs rêves et leurs espoirs...

    "Parce que si tu étais ce genre de femme je ne serais pas aussi fou de toi"

    Les révélations sur le personnage d'Etsuko sont aussi terriblement émouvantes, que ce soit pour son mariage arrangé ou pour sa "condition physique", ce personnage est beaucoup plus complexe que je ne l'aurais imaginé. Et la rencontre entre Manase et Koaru donnera une certaine leçon sur la vie aux lecteurs mais également à notre "héroïne". La fugue amoureuse terminée, Masaki rencontre enfin le "elle" de son meilleur ami. Comment va-t-il réagir ? Leur relation amicale va-t-elle se conclure ? Dire quelques mots peut tout autant nous coûter que nous soulager. J'ai été un peu déçue par des questions qui sont rester en suspend et par le fait que la famille de Manase ne soit pas plus présente lors de son changement. Cependant, quelques questions ont eu tout de même des réponses comme le fait qu'il y avait une femme au bras de Tigre dans le tome 1. Sinon dans l'ensemble, j'ai trouvé que ce manga était une excellente découverte avec une magnifique histoire qui saura sans doute vous émouvoir.

    "Tu ne deviendras jamais la personne que tu désires être. Tout ce que nous pouvons faire c'est nous démener pour nous approcher de notre idéal"

    Conclusion : 16/20

    La fin ne pouvait se dérouler autrement, mais je suppose qu'elle n'était pas aux goûts de tout le monde. J'ai trouvé l'histoire juste et très réaliste en tout point. L'auteur, à travers des personnages bien différents, nous donne des éléments de réflexions et matière à s'interroger sur nous-même et la société. Je ne peux que vous conseiller cette série aux amateurs de mangas à histoire profonde et mature. Encore une fois, les éditions Akata ne m'ont pas déçue avec une série loin des clichés, avec un récit très intéressant et une thématique très actuelle.


    votre commentaire
  • Synopsis

    Au printemps de leur année de Terminale, trois élèves se retrouvent à un carrefour de leur vie.Taichi est dans la même classe que Tôma, un ami d'enfance à qui tout réussi et que Futaba, une fille qu'il a du mal à supporter. Un jour, Futaba se confie à lui et lui avoue qu'elle est amoureuse de Tôma. Un instantané sensible des tourments de la jeunesse d'aujourd'hui.
    Informations
     
    Titre Original : 青のフラッグ / Ao no Flag 
    Titre : Blue Flag
    Auteur : Kaito
    Type : Shonen
    Éditeur vf : Kurokawa                                                                                                                            Nombre de tomes : 1 (VF) / 5 (VO)                                                                                                                                                                                                                                

     

     

    Review du tome 1

    /!\ Attention, possibilité de SPOIL /!\

    Après avoir passée une semaine à voir partout sur les réseaux du Blue Flag, je me suis décidée à l'acheter alors que je m'étais dit que j'attendrais un peu pour mes économies. Bref, je trouve finalement que j'ai bien fait parce que ce manga est un réel coup de cœur pour moi ! Comme je vous l'ai dit dans mon article sur les sorties du mois de mars : www, je ne savais pas trop quoi penser du manga. Je sentais qu'il allait être bien mais j'avais peur de voir apparaître un scénario totalement cliché sur les retrouvailles d'amis d'enfance qui amène à un triangle amoureux, etc. C'est vrai que la base de l'histoire n'est pas exceptionnelle à première vue, mais restons positif, les éditions Kurokawa m'ont habituée à des mangas au scénario plus ou moins classique, mais toujours appuyé par des protagonistes authentiques et hauts en couleur.

    Alors l'histoire c'est quoi ? C'est la rentrée scolaire et qui dit rentrée dit aussi changement de classe. C'est ainsi que Taichi, un gars qui est loin d'être le mec le plus populaire de son lycée, se retrouve dans la classe de Tôma qu'il connaît du primaire et qui est son total opposé. Ce dernier est beau, charismatique, sportif, etc. Mais il se retrouve aussi avec Kuze, une fille très maladroite et qui, de ce fait, exaspère Taichi. Mais par un concours de circonstance, Kuze demande de l'aide à Taichi pour réussir à séduire Tôma. En gros l'histoire c'est ça. Oui, l'histoire est on ne peut plus classique. Et je vous vois venir : "Oh mais c'est nul", "C'est pas intéressant", "L'histoire est d'un classique, je suis déçu". Hop hop hop, vous arrêtez tout de suite ! En effet, la vraie force de ce manga ce n'est pas son scénario, mais la complexité de ses personnages. En effet, tout le manga est axé sur les personnages et leur relation les uns avec les autres. Mais est-ce que cela peut vraiment suffire pour faire de Blue Flag un bon manga ?

    Je trouve le manga très intéressant parce qu'il aborde pleins de sujets d'actualité sur la vie des adolescents. A travers les personnages, l'auteur parvient à nous parler de thèmes comme l'acceptation de soi, l’incompréhension et les problèmes de communication entre individus, les difficultés de l'amour, la perte de vu de leurs amis à mesure qu'ils grandissent, la peur du regard des autres, etc. Pour se mettre à la place des lycéens, Kaito est très doué, j'ai eu même l'impression d'être moi-même retourné à cet époque-là. Le sujet sur l'acceptation de soi est vraiment au centre de tout parce que, que ce soit Kuze ou Taichi, on sent qu'ils ne s'aiment pas eux-même à cause de leurs faiblesses. L'histoire progresse a son rythme tout en montrant le développement des personnages même si pour le moment, l'évolution est minime.

    D'ailleurs en parlant des personnages je vais un peu plus les détailler. Tout d'abord, Taichi Ichinose, le protagoniste principal du manga. C'est un personnage lambda, il essaie d'être comme tout le monde et de vivre normalement tout en pensant que ça lui permettra d'être heureux. Sa rencontre avec Kuze va lui apporter beaucoup de choses de ce point de vue-là. Sous ses airs de gars typiquement "normal", je pense qu'il admire profondément son ami Mita et qu'il aimerait lui ressembler c'est pour cela qu'avec le temps Taichi a eu du mal à le supporter. Mais le fait de tomber dans sa classe pourra peut-être arranger les choses, non ? Ensuite, nous avons Kuze Futaba, le deuxième personnage principal je dirais. C'est la protagoniste qui veut le plus changer mais qui manque encore trop de courage. Elle compte beaucoup sur Taichi pour l'aider dans sa quête amoureuse et je pense que c'est celle qui le comprend le mieux. On continue avec Mita Touma, le beau gosse classique mais très gentil, populaire, tout simplement parfait en tout point. C'est une "bonne patte" comme on en croise rarement dans les romances. Seulement il se pourrait qu'il soit loin d'être parfait. En effet à la fin du manga... non je pense que je vais vous laissez le suspense. Et pour finir, le personnage le plus invisible de ce tome mais qui, je pense, joue un rôle important dans l'histoire notamment par rapport à son point commun avec Mita : Itachi Masumi. J'ai hâte d'en savoir plus même si j'ai quelques supçons...

    "J'ai décidé de changer. Ne plus être celle qui abandonne, qui reste passive, qui pense échouer avant même d'avoir essayé, qui ne fait rien et le regrette.
    Je ne veux plus vivre en me détestant."

     

     BOKUTACHI WA BENKYOU GA DEKINAI © 2017 by Taishi Tsutsui/SHUEISHA Inc

    Chacun de ces personnages a ses soucis, ses peurs, ses faiblesses et chacun fait de son mieux pour essayer de changer ou de se cacher. Mais au-delà de ce récit touchant, on a aussi des moments assez amusants grâce à la petite Kuze qui enchaîne gaffe après gaffe et aussi des moments mignons également grâce à Kuze et sa petite bouille de Hamster (et ce n'est pas moi qui le dit).

    Petit détail que je trouve vraiment bien recherché, c'est dans la jaquette. Alors, il est clair qu'un début de triangle amoureux pointe bien le bout de son nez à la fin de ce premier tome (rien qu'en voyant la couverture on peut le comprendre) et même si c'est très cliché comme "processus", je pense que cela va être très intéressant dans ce manga, si mes soupçons sont justes (et je suis sûre qu'ils le sont). Pour en revenir à la jaquette, regardez bien vers où se dirige le regard de chacun des personnages. Est-ce que vous le voyez ? Vous avez compris ?

    Dans ce premier volume, on a là les prémices de l'histoire avec la présentation des personnages où le lecteur peut essayer de les comprendre au mieux, surtout ceux qui restent encore dans l’ombre comme Itachi et Touma. Une grande part de mystères tourne autour d’eux, ce qui garde le lecteur en haleine tout au long du manga et ce qui lui donne envie de connaître la suite. Alors que cache ces deux-là ? Comment va évoluer les relations entre les protagonistes ? L’amour sera-t-il au rendez-vous ? Tant de questions sans réponses...

    En ce qui concerne les graphismes, j'aime bien. On s'éloigne des dessins du genre Shojo pour aller vers des traits plus simples, mais qui reste très mignons et beaux. De plus, les expressions sont superbes et transmettent parfaitement chacune des émotions des personnages. Le seul petit reproche que je pourrais faire c'est les décors qui ne sont pas assez travaillés.

    Conclusion

    Points positifs • Une histoire touchante avec une approche originale. • Des personnages attachants et authentiques.
    Points négatifs • Le cliché de la fille super timide et sans réelle personnalité (pour le moment ?).
    • De jolis dessins mais des décors vides.

     

     

     

     

     

    Coup de coeur parmi mes lectures du mois de mars, c'est un excellent shonen qui mêle romance, amitié et secrets à la perfection. Partant d'une base très classique, je ne m'attendais pas à autant apprécier ma lecture. L'auteur a su intéresser le lecteur très rapidement grâce à ses personnages très bien travaillés auxquels le lecteur peut se sentir proche et s'identifier. Les protagonistes sont variés, différents et surtout crédibles, chacun a son propre caractère propre et sa propre histoire. Et j'ai bien l'impression que le passé va revenir en force dans les tomes à venir. De plus, Kaito a su tirer avantage du cliché basique de toutes romances : le triangle amoureux, les relations des uns et des autres n'a jamais été aussi captivantes.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique